Esclavage en Libye: les conclusions de l’enquête «ne sauront tarder»


Toutes sortes d’esclavages existent encore aujourd’hui. Au Libye, des immigrés qui doivent tout quitter se retrouvent dans ce pays et des habitants en profitent pour les vendre aux plus offrant et nous sommes au 2017, il serait temps d’évoluer
Nuage

 

Esclavage en Libye: les conclusions de l’enquête «ne sauront tarder»

 

Des manifestants originaires de l'Afrique sub-saharienne dénoncent l'esclavage... (PHOTO AFP)

Des manifestants originaires de l’Afrique sub-saharienne dénoncent l’esclavage lors d’une mobilisation devant l’ambassade libyenne à Rabat, au Maroc.

PHOTO AFP

 

Agence France-Presse
Tripoli

Les conclusions de l’enquête ordonnée par le gouvernement libyen d’union nationale (GNA) sur des cas d’esclavage en Libye «ne sauront tarder» et les responsables seront «traités sans indulgence», a annoncé jeudi un ministre.

«Des directives claires ont été données pour qu’une enquête fasse la lumière sur cette affaire et identifient les responsables de ces actes afin qu’ils en répondent devant la justice», a indiqué Al-Aref al-Khoja, ministre de l’Intérieur du GNA lors d’une conférence de presse à Tripoli.

«Les résultats de cette enquête ne sauront tarder», a précisé le ministre libyen.

La semaine dernière, un documentaire choc de la chaîne CNN a exposé l’existence de ventes d’esclaves près de Tripoli, indignant le monde entier.

«L’État libyen (…) ne tolèrerait pas que les victimes de l’immigration soient traités autrement que dans le respect de leur humanité», a-t-il affirmé en présence de plusieurs diplomates africains réunis dans le principal centre de rétention de migrants dans la capitale libyenne.

«Tous ceux qui violeront ces principes seront traités sans indulgence», a-t-il promis.

Depuis que l’affaire a éclaté, les autorités libyennes se défendent en rappelant le poids que les flux de migrants font porter à ce pays ébranlé par les crises politiques, l’insécurité et de graves difficultés économiques depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

La Libye, par sa situation géographique, est devenue un État-transit pour les flux de migrants «dont les nombres étaient souvent effarants», a expliqué le ministre, pour qui son pays «ne peut être considérée que comme une étape, pas plus».

http://www.lapresse.ca

Une réponse à “Esclavage en Libye: les conclusions de l’enquête «ne sauront tarder»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s