Des papillons monarques pourraient rester coincés dans le Nord


Avec les températures bizarres que nous avons eu, les vents violents cela pourrait affecter la migration des papillons monarques vers le Mexique, ce qui serait désastreux étant donné que depuis les dernières années leurs nombres ont beaucoup diminués
Nuage

 

Des papillons monarques pourraient rester coincés dans le Nord

 

Une grappe de Monarques suspendus sur un conifère.

Une grappe de Monarques suspendus sur un conifère.   Photo : iStockphoto/David Gomez

 

Les papillons monarques ont tardé à partir vers le Sud cette année, un phénomène qui inquiète certains experts qui craignent que les insectes ne restent coincés dans le Nord avec l’arrivée du temps froid.

RADIO-CANADA AVEC LA PRESSE CANADIENNE

Darlene Burgess, bénévole pour l’organisme Monarch Watch, s’occupe du dénombrement nocturne des papillons au parc de la Pointe-Pelée, dans le sud-ouest de l’Ontario. Jusqu’à récemment, elle a vu des milliers de spécimens, alors qu’à cette période de l’année, la grande majorité de ces papillons devraient déjà avoir pris le chemin du Mexique.

Ce n’est pas inhabituel d’en voir à cette époque, c’est leur nombre qui est rare. J’en ai encore compté 1000 après l’Action de grâces.

Darlene Burgess, bénévole pour l’organisme Monarch Watch

Et il n’y a pas qu’au Canada que des essaims ont été observés. Des milliers de papillons ont également été vus dans le New Jersey.

Les températures inhabituellement chaudes et les vents forts qu’ont connus le nord des États-Unis et le sud du Canada ces dernières semaines expliquent en partie le phénomène qui inquiète les scientifiques.

« J’ai vu plusieurs papillons se battre contre les vents forts et tomber dans le lac Érié », note Mme Burgess.

En outre, certains papillons sont nés plus tard que d’habitude.

« Le risque, c’est que les papillons monarques soient surpris par l’hiver et restent coincés dans le Nord », estime Elizabeth Howard, directrice de l’organisme Journey North.

Selon elle, les muscles des monarques ne fonctionnent pas lorsque les températures sont inférieures à 10 °C. Et s’ils ne gèlent pas, ils risquent de mourir de faim, car la plupart des plantes dont ils se nourrissent ont disparu pour la saison.

Mme Burgess affirme toutefois qu’elle n’a vu qu’une cinquantaine de papillons jeudi, un signe que bon nombre d’entre eux sont parvenus à prendre leur envol vers leur destination finale.

http://ici.radio-canada.ca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s