Privilège de vivre


Prendre conscience que nous sommes gâtés par la vie quand on se réveille le matin dans un lit, une maison peut importe que l’on soit riche ou pauvre, ce qui compte, c’est le moment présent, sachant qu’ailleurs la vie est encore plus difficile.
Nuage

 

Privilège de vivre

 

“En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux.”

Marc-Aurèle

Le Saviez-Vous ► Été indien


Cette année au Québec, on peut dire que nous avons un bel été indien. La chaleur un peu chaude, les couleurs magnifiques de l’automne est enchanteur et plus quand nous avons la chance d’avoir ciel bleu d’azur. Joe Dassin, a fait mention de l’été indien dans une ses chansons, mais que ce soit en France, en Italie, en Suède cela porte un autre nom
Nuage

 

Été indien

 

Nathalie Mayer
Journaliste

L’expression « été indien » est traduite de l’expression anglaise : « indian summer ».

 Lorsqu’elle apparaît aux États-Unis, sans doute à la fin du XVIIIe siècle, elle fait référence à une particularité du climat continental d’Amérique du Nord. Cette particularité se produit au Canada et aux États-Unis, entre le début du mois d’octobre et la mi-novembre.

L’été indien correspond à une période de météo étonnamment clémente pour la saison et qui arrive après une première période de gel. Si les nuits restent fraîches et les matins brumeux, la journée le temps est alors doux, ensoleillé et sec. Les températures dépassent d’au moins 5 °C les normales de saison et peuvent dépasser, parfois allègrement, les 25 °C. L’été indien peut durer entre 3 et 8 jours.

 

Si les journées d’été indien sont ensoleillées, les matinées restent brumeuses. © Splashi, Pixabay, CC0 Creative Commons

Si les journées d’été indien sont ensoleillées, les matinées restent brumeuses. © Splashi, Pixabay, CC0 Creative Commons

L’été indien : un phénomène météorologique

En Europe, on peut observer un été indien lorsqu’un anticyclone tenace vient s’installer sur le continent. Même si ceci arrive rarement, on assiste alors à ce que les météorologues qualifient de blocage : les perturbations océaniques sont tenues à l’écart pendant plusieurs jours. Le temps est sec et si les vents du sud s’en mêlent, ils soufflent sur notre pays des masses d’air subtropicales faisant monter les températures.

Notez qu’en France, avant que Joe Dassin ne le popularise, l’été indien était plutôt qualifié d’été de la Saint-Denis — qui se fête le 9 octobre. En Italie, on parle d’été de la Saint-Martin — qui correspond d’ailleurs à la période opposée aux Saints de glace —, en Suède, d’été de la Toussaint, en Angleterre, d’été de la Saint-Luc et en Espagne, d’été de la Saint-Michel.

http://www.futura-sciences.com/

Trois jours dans la peau d’un chasseur-cueilleur vont-ils améliorer mon microbiote?


Une expérience de vie qui a dut être très intéressante à vivre. 3 jours avec les derniers chasseurs-cueilleurs de la planète en Tanzanie. Vérifié si ce mode vie permet à une meilleure santé intestinale. Il semble que oui par une augmentation de la diversité microbienne. On ne peut pas vivre partout ce genre d’expérience, mais nous pouvons diversifier notre alimentation pour rechercher de meilleurs aliments qui seraient rassasiant et aiderait à prévenir l’obésité et autres maladies
Nuage

 

Trois jours dans la peau d’un chasseur-cueilleur vont-ils améliorer mon microbiote?

 

Les Hadza, qui vivent en Tanzanie, ont l'une des flores intestinales les plus riches à travers la planète I Jeff Leach

Les Hadza, qui vivent en Tanzanie, ont l’une des flores intestinales les plus riches à travers la planète I Jeff Leach

Tim Spector

Plus votre flore intestinale est riche et diverse, moins vous avez de chance de tomber malade.

De plus en plus d’indices suggèrent que, plus votre flore intestinale est riche et diverse, moins vous avez de chance de tomber malade. Le régime alimentaire est la clé pour maintenir cette diversité. Cela fut démontré de manière frappante lorsque mon fils Tom, étudiant britannique, imita pour les besoins de la science le réalisateur du documentaire Super Size Me en suivant un régime purement McDonald’s. Au bout de seulement quatre jours, le nombre de ses microbes bénéfiques avait significativement baissé.

Des résultats similaires ont été obtenus dans des études plus larges, à la fois chez l’homme et chez l’animal.

Votre microbiote intestinal est constitué d’une vaste communauté de milliards de milliards de bactéries ayant une influence majeure sur votre métabolisme ainsi que sur votre système immunitaire et votre humeur. Ces bactéries et champignons colonisent chaque recoin de votre tube digestif. Leur diversité, reflétant le nombre et la richesse en espèces différentes, est le meilleur indicateur de votre santé intestinale globale. La majeure partie des 1 à 2 kilos de cet «organe microbien» est situé dans votre colon (la partie la plus importante de votre gros intestin).

Nous observons les plus gros changements microbiens chez les personnes suivant un régime alimentaire peu sain, avec un microbiote instable et d’une faible diversité. Ce que nous ne savions pas, c’était si un microbiote sain et stable peut être amélioré en seulement quelques jours. L’opportunité de tester cette hypothèse d’une manière peu habituelle s’est présentée quand mon collègue Jeff Leach m’invita à une expédition de terrain en Tanzanie, où il vivait et travaillait chez les Hadza, un des derniers groupes de chasseurs-cueilleurs du continent africain.

Chasseurs de la tribu Hadza. Jeff Leach, Author provided

Direction la Tanzanie

Mon microbiote est plutôt sain actuellement et, parmi les premières centaines d’échantillons que nous avions testés dans le cadre d’un précédent projet, celui de l’entreprise de test du microbiote MapMyGut, j’avais la plus grande diversité au niveau intestinal. Une grande diversité est associée à un faible risque d’obésité et d’autres nombreuses maladies. Les Hadza ont une des diversités les plus riches de la planète.

La méthodologie de recherche fut conçue par Jeff qui me suggéra de me nourrir exclusivement comme un chasseur-cueilleur pendant trois jours, lors de mon séjour dans son camp. Je devais évaluer mes microbes intestinaux avant, pendant et après mon séjour en Tanzanie. Je n’avais pas le droit de me laver ou d’utiliser des lingettes désinfectantes. De plus, on attendait de moi que je chasse et cueille le plus possible avec les Hadza. Cela impliquait de se trouver au contact du caca des bébés Hazda et des babouins traînant aux alentours.

Pour nous aider à faire des enregistrements lors du séjour, j’étais accompagné de Dan Saladino, l’intrépide présentateur et producteur de l’émission de cuisine de la radio britannique BBC 4, qui préparait une émission spéciale sur les «microbes Hadza».

Après un vol long et épuisant jusqu’à l’aéroport Mont Kilimandjaro en Tanzanie, nous restâmes une nuit à Arusha, une ville au nord du pays. Avant de partir, le matin suivant, je produisis mon échantillon de caca de référence.

Suite à un voyage de huit heures dans un Land Rover sur des chemins cahoteux, nous arrivâmes. Depuis le sommet d’un grand rocher, Jeff nous fit signe de nous rapprocher pour observer, sur le lac Eyasi, le plus beau lever de soleil au monde. Là, au milieu des roches du célèbre site de fossiles des gorges d’Olduvai, avec en ligne de mire les plaines du Serengeti, Jeff nous expliqua que nous ne serions jamais plus proches du berceau du genre Homo.

Un régime vieux de millions d’années

Les Hadza recherchent les mêmes animaux et les mêmes plantes que les humains ont chassés et ramassés pendant des millions d’années. Il est à noter que le tango dansé entre l’humain et les microbes depuis une éternité a probablement dessiné notre système immunitaire actuel et nous a construit tel que nous sommes aujourd’hui. Être sur la terre des Hadza avait donc un sens primordial pour moi.

À la différence des Hadza qui dorment auprès du feu ou dans des huttes en herbe, on m’avait donné une tente et dit de bien la fermer à cause des scorpions et des serpents. Je devais être attentif à l’endroit où je marchais si j’avais une envie nocturne pressante. Après une nuit riche en émotions mais peu reposante, une grosse pile de cosses de baobabs cueillies pour mon petit déjeuner m’attendait.

Le fruit du baobab est la pierre angulaire du régime Hadza, rempli de vitamines, de graisse dans ses graines, et bien sûr, d’une dose significative de fibres. Nous étions entourés de baobabs, s’étendant à perte de vue. Leur fruit a une coque similaire à la noix de coco mais la leur se brise facilement pour révéler une chair blanchâtre autour d’un gros noyau riche en graisse. La haute teneur en vitamine C donnait un goût de citron plutôt inattendu.

Les Hadza ont mixé les parties charnues avec de l’eau puis ont mélangé vigoureusement pendant deux à trois minutes avec un bâton jusqu’à obtenir une mélasse épaisse et laiteuse. Celle-ci fut ensuite filtrée tant bien que mal pour couler dans une tasse pour mon petit déjeuner. Ce fut, à ma grande surprise, plaisant et rafraîchissant. Comme je n’étais pas sûr de ce que j’allais manger d’autre en ce premier jour, j’en pris deux tasses et me sentis tout à coup totalement repu.

«Un peu comme si j’avais mastiqué du céleri dur et terreux»

Mon encas suivant fut composé de baies sauvages provenant des nombreux arbres entourant le camp –les plus communes étant les baies de Kongorobi. Celles-ci, rafraîchissantes et légèrement sucrées, contiennent vingt fois plus de fibres et de polyphénols que les baies cultivées. Elles me garantissaient un puissant carburant pour mon microbiote intestinal. On me proposa ensuite un déjeuner à base de tubercules à haute concentration en fibres, déterrées et jetées dans le feu par les femmes de la tribu. Ce fut plus difficile à manger –un peu comme si j’avais mastiqué du céleri dur et terreux. Je n’ai pas demandé une seconde portion mais n’ai pas non plus eu faim, sans doute grâce à mon petit déjeuner riche en fibres. Personne ne sembla s’intéresser à un éventuel dîner.

Des femmes Hadza font légèrement griller des tubercules riches en amidon et en fibres. Jeff Leach, Author provided

Quelques heures plus tard on nous demanda de nous joindre à une partie de chasse pour débusquer des porcs-épics –une gourmandise rare. Même Jeff, durant ses quatre ans passés à travailler sur le terrain, n’en avait jamais goûté.

Deux porcs-épics de 20kg chacun furent traqués de nuit jusqu’au fond des galeries qu’ils avaient creusées pour s’approcher d’une termitière. Après plusieurs heures passées nous-mêmes à creuser –en évitant soigneusement leurs épines, aussi coupantes que des lames de rasoir– les deux animaux furent ramenés à la surface. Un feu fut allumé. Les épines, la peau et les organes importants furent disséqués d’une manière experte, puis le cœur, le foie et les poumons cuisinés et mangés aussitôt.

Un chasseur Hadza retourne au camp avec un porc-épic dépecé jeté sur son épaule. Jeff Leach, Author provided

Peu de temps à chercher à manger

Le reste des grasses carcasses fut ramené au camp pour un repas commun. Cela avait un goût de cochon de lait. Nous avons eu un menu similaire les deux jours suivants, avec un plat principal composé de damans –un étrange animal à fourrure et à sabots, ressemblant à un cochon d’Inde, pesant environ 4kg– un cousin de l’éléphant, aussi étonnant que cela paraisse.

Notre dessert, récolté en haut d’un baobab, fut le meilleur miel que j’aurais pu imaginer – avec, en bonus, un rayon de miel plein de protéines et de graisses provenant des larves d’abeilles. La combinaison du gras et du sucre rendit notre dessert le plus dense en énergie que l’on puisse trouver dans la nature. Il a sans doute pu rivaliser avec la découverte du feu quant à son importance au titre de l’évolution.

Sur les terres Hadza, rien n’est gâché ou tué sans raison. Cela dit, les membres de la tribu mangent une incroyable variété de plantes et d’animaux (environ 600, la plupart étant des oiseaux) par rapport à nous, en Occident. Ce qui m’étonna le plus, était le peu de temps qu’ils passaient à chercher de la nourriture. Quelques heures par jour leur suffisaient –aussi simple que d’aller au supermarché. Quelle que soit la direction où vous alliez, il y avait de la nourriture au-dessus, sur, et en dessous du sol.

Une énorme augmentation de la diversité microbienne

Vingt-quatre heures plus tard, Dan et moi étions de retour à Londres, lui avec ses précieuses cassettes audio et moi avec mes échantillons de caca chéris. Après en avoir produit quelques un de plus, je les envoyai au laboratoire pour analyse.

Les résultats montrèrent des différences claires entre l’échantillon de départ et celui produit après trois jours de mon régime de glaneur. La bonne nouvelle était que ma diversité microbienne intestinale avait augmenté d’un incroyable 20%, avec des microbes africains totalement nouveaux, par exemple ceux de l’espèce phylum Synergistetes.

La mauvaise nouvelle fut qu’au bout de quelques jours, mon microbiote revient vers qu’il était avant mon voyage. Mais nous avions appris quelque chose d’important. Votre régime et votre santé intestinale peuvent être bon, mais ils ne le seront jamais autant que ceux de nos ancêtres. Chacun devrait faire l’effort d’améliorer sa santé intestinale grâce à un régime et un style de vie plus sauvage. Être plus aventurier dans notre cuisine quotidienne, se reconnecter à la nature et la vie microbienne qui lui est associée, pourrait être la seule chose dont nous ayons besoin !

http://www.slate.fr/

Cette version du cultissime Fahrenheit 451 de Ray Bradbury ne se lit que lorsqu’elle brûle


Ils ont bien choisi le sujet du livre qui ne peut se lire que par une source de chaleur comme le feu. Si ce livre vient sur le marché, il sera probablement un best-seller. Mieux vaut par contre, ne pas le lire devant les enfants, sinon ils pourraient devenir les pompiers du livre qui incendient tous les bouquins sous un gouvernement totalitaire
Nuage

 

Cette version du cultissime Fahrenheit 451 de Ray Bradbury ne se lit que lorsqu’elle brûle

Crédits : My Modern Net

Un laboratoire hollandais et un collectif de designers ont créé une édition expérimentale unique de Fahrenheit 451 : le chef d’oeuvre de Ray Bradbury ne peut se lire qu’avec le feu ! 

UN LIVRE QUI NE VIT QUE PAR LE FEU

Le laboratoire hollandais Charles Nypels, rattaché à l’Académie Jan van Eyck – un institut spécialisé dans l’art créatif et le design – a créé une édition de Fahrenheit 451 sensible à la chaleur. Développées en collaboration avec Super Terrain, un collectif de designers graphiques, les pages sont recouvertes d’une épaisse suie noire, une couche sérigraphiée. Les mots ne se détachent du fond noir que lorsqu’une source de haute température est appliquée à même les pages !

UN CLASSIQUE DE LA DYSTOPIE

Publié en 1953, le chef-d’œuvre dystopique de Ray Bradbury se déroule dans une Amérique totalitaire où les livres représentent une telle menace que le gouvernement les a tout bonnement interdit. Une Amérique où les pompiers ne sont plus des fire-fighters, des combattants du feu, mais des fire-raisers, des incendiaires. C’est à eux que les autorités ont confié la lourde tâche d’exterminer par le feu les derniers ouvrages qu’ils trouveraient.

LA SCIENCE AU SERVICE DE L’ART

Au-delà du lien évident qui lie cette démarche artistique à l’intrigue, l’inspiration derrière cette nouvelle édition expérimentale peut être explicitée dans l’accroche du livre : 

« Fahrenheit 451 – la température à laquelle le papier prend feu, et brûle. » 

Les créateurs ont partagé une vidéo sur Instagram qui montre comment fonctionne cet ouvrage à l’épreuve du feu. Les designers ont par ailleurs ajouté qu’ils espéraient démarrer prochainement la production à grande échelle : best-seller en approche !

http://www.ulyces.co/

Cet ice tea au fromage fait un carton en Chine


Il ne faut jamais dire qu’on n’aime pas quelque chose tant qu’on y a pas goûter, mais ce thé au fromage ne m’inspire pas vraiment, quoique ce mélange de saveur pourrait être intéressant!
Nuage

 

Cet ice tea au fromage fait un carton en Chine

Crédits : thatsmags

Du thé au fromage ? Oui vous avez bien lu. Le Hey Tea est la boisson qui fait fureur en Chine en ce moment. Les gens sont même prêts à faire la queue durant des heures pour goûter à ce mélange peu ragoûtant, raconte thatsmags.

Avant cette invention, Hey Tea n’était qu’une petite boutique à Jiangmen, mais il en existe aujourd’hui plus de cinquante dans la seule province du Guangdong. La demande a explosé, les Chinois sont simplement fans du thé au fromage. Ils n’ont pas peur de faire la queue entre deux et cinq heures pour obtenir la fameuse boisson et il est parfois nécessaire de faire appel à un service de sécurité afin d’organiser cette cohue.

Crédits : monipag

« Le fromage neutralise l’amertume du thé avec sa saveur douce et sucrée, et quand vous le buvez vous sentez l’arrière goût du thé », déclare Xiao Shuqin, directeur de la communication de Hey Tea.

Mais attention, afin d’avoir les deux saveurs en bouche il ne faut surtout pas utiliser de paille, ça se boit comme un café au lait. On doute que la boisson trouve le chemin des cafés français.

Source : thatsmags

http://www.ulyces.co/

L’alcoolorexie, le trouble du comportement alimentaire qui met en danger les jeunes femmes


L’alcoolorexie, un nouveau mot dans notre vocabulaire, il fait partie des troubles du comportement alimentaire apparenté à l’anorexie qui touche les hommes, mais surtout les femmes et les jeunes filles pour sauter des repas dans le but de prendre moins de calories. Ce comportement, même avec de l’alcool moins calorique est un danger pour la santé physique et psychologique
Nuage

 

L’alcoolorexie, le trouble du comportement alimentaire qui met en danger les jeunes femmes

 

Sole Treadmill, via Flickr.

Sole Treadmill, via Flickr.

Repéré par Léa Marie

Repéré sur The Independent

Elles sont de plus en plus nombreuses à sauter des repas afin d’économiser des calories et pouvoir s’autoriser à boire de l’alcool.

Économiser des calories pour l’alcool: c’est, en gros, le principe de la «drunkorexia» (ou alcoolorexie). Ce terme anglais –un mix entre «drunk» (saoul, en français) et «anorexia»–désigne un trouble du comportement alimentaire qui consiste à réduire son alimentation afin de boire sans culpabilité. Car c’est bien connu, l’alcool est bourré de sucres (sans mauvais jeu de mot) et fait donc grossir.

Selon The Independent, un nombre croissant de femmes sauteraient des repas ou réduiraient drastiquement leur apport calorique journalier afin de dédier ces calories économisées à leur consommation d’alcool. Si le phénomène n’est pas encore cliniquement reconnu, il est fondé sur les mêmes mécanismes que l’anorexie: la crainte excessive de prendre du poids, notamment.

En théorie, l’alcoolorexie peut survenir chez les hommes comme chez les femmes. Mais en réalité, ce trouble touche surtout ces dernières. Et plus particulièrement, les jeunes femmes. Selon une récente étude, près de 60% des étudiantes américaines seraient concernées par cette pratique. Son auteure, Alissa Knight, explique :

«Les symptômes de l’alcoolorexie les plus courants chez les étudiantes sont le fait de sauter des repas (37,5%), la consommation de boissons alcoolisées sans sucres et à faible indice calorique (46,3%) et une la pratique d’un exercice physique à la suite d’une soirée alcoolisée pour éliminer (51,2%).»

Âgée de 23 ans, l’une des étudiantes rentrant dans la première catégorie, explique :

«J’avais pour habitude de sauter des repas à la fac pour éviter d’être ballonnée en soirée.»

Une pratique dangereuse pour la santé

Un penchant futile? Loin de là. L’alcoolorexie est, avant tout, le reflet des injonctions contradictoires que la société fait peser sur les femmes. D’un côté, la pression d’être mince, à l’heure où le fitness est plus que jamais populaire. De l’autre, la nécessité d’avoir une vie sociale bien remplie (qui se construit souvent autour d’un verre) et d’être perçue comme «fun» et libre, surtout en début de carrière. Avez-vous déjà essayé de rester entièrement sobre durant un pot de départ ou une soirée en boîte entre amis? Et ce, malgré les nombreuses remarques, incitations et regards inquisiteurs en direction de votre Coca Zéro? Pas facile.

Tous les régimes alimentaires érigent l’alcool comme l’ennemi n°1 de la ligne. Les magazines féminins expliquent à leurs lectrices que, si elles ne peuvent vraiment pas s’en passer, il leur faudra choisir les liqueurs les moins caloriques. Ainsi, on apprend par exemple qu’il vaut mieux opter pour une vodka avec un soda light ou des shots, plutôt qu’une bière. Ou encore que le vin blanc contiendrait plus de calories qu’une glace.

Autant d’informations déprimantes pour toute femme qui aime boire (même occasionnellement) mais tient à garder la ligne. Et qui débouchent fréquemment sur l’effet yo-yo: cette alternance entre périodes de restriction alimentaire la semaine, et phases d’excès en tous genres le week-end. Et pour cause: une fois ivre, il est bien plus difficile de résister à la tentation de la pizza post-soirée.

Spécialiste des troubles alimentaires, Rhiannon Lambert tire la sonnette d’alarme: l’alcoolorexie peut s’avérer extrêmement dangereuse. D’abord, car boire avec l’estomac vide est particulièrement nocif pour l’organisme. Ensuite, car cette dichotomie entre privation alimentaire et binge-drinking peut conduire à de graves complications physiques et mentales.

«Faire cela régulièrement peut provoquer des maladies chroniques touchant le foie et le cœur, au long terme. Cela augmente également le risque de manquer de vitamines et minéraux. (…) S’il est bon de savoir combien de calories contient votre boisson favorite, ne laissez pas cela devenir une obsession.» 

Tous les experts s’accordent en tout cas sur une chose: si les calories vous inquiètent, diminuez l’alcool, et non la nourriture. 

http://www.slate.fr/