Le présent


Trop de gens vivent dans le passé alors qu’il doit être un élan du présent pour préparer son futur
Nuage

 

 

Le présent

 


   
Le moment le plus important c’est le présent car si on ne s’occupe pas de son présent on manque son futur.

Bernard Werber

Être différent : Cet homme né sans mains et sans jambes rêve de devenir photographe professionnel.


Achmad Zulkarnain est un photographe indonésien qui a une particularité. Achmad est né sans jambes et sans bras, il voulait devenir photographe et il y est parvenu. Sa technique est qu’il utilise sa bouche, visage et sa peau pour prendre des photo et fait les retouches avec son ordinateur. Achmad a vraiment du talent dans sa profession et plus encore
Nuage

 

Être différent :  Cet homme né sans mains et sans jambes rêve de devenir photographe professionnel

 

Le Saviez-Vous ► Top 5 des animaux qui dorment vraiment bizarrement


La meilleure position pour dormir pour l’homme est bien d’être allongé sur un lit confortable. Chez les animaux, il y a leur morphologie ou les prédateurs qui peuvent dicter leur position. Cependant, les très jeunes enfants aussi peuvent dormir dans des positions assez étranges
Nuage

 

Top 5 des animaux qui dorment vraiment bizarrement

 

Nathalie Mayer
Journaliste

Nous ne passons pas moins d’un tiers de nos vies à dormir. Et pour bien dormir, nous avons besoin de nous allonger, de préférence sur une couche douillette, dans un endroit calme et dans le noir. En général, les animaux n’ont pas ces exigences. Certains adoptent même des stratégies très étonnantes.

À l’heure de prendre du repos, les animaux sont confrontés à une difficulté que la plupart d’entre nous ignorent. Ils doivent rester aux aguets, car le danger pour eux est permanent. Certains ont donc imaginé des techniques particulières pour éviter de se laisser surprendre.

Pour d’autres animaux, les postures de sommeil sont simplement dictées par une bizarrerie physiologique ou morphologique — comme les flamants roses qui dorment sur une patte —, ou par un environnement particulier. En voici cinq exemples étonnants.

La stratégie trop mignonne des loutres de mer

Parfois, les loutres de mer assurent aussi leur sommeil en s’empêtrant dans des algues. © Parus, Fotolia

Parfois, les loutres de mer assurent aussi leur sommeil en s’empêtrant dans des algues. © Parus, Fotolia

Les loutres de mer vivent dans le nord de l’océan Pacifique. À l’heure de fermer l’œil, elles s’allongent sur le dos et flottent sur l’eau. Même endormies, les loutres de mer n’attrapent pas froid. Grâce à leur fourrure ultra dense de quelque 150.000 poils par centimètre carré. Et pour se protéger des attaques de leurs prédateurs et éviter de dériver les unes des autres… elles se tiennent par la patte !

Les oiseaux migratoires sont contraints à des microsiestes

Tous les mystères du sommeil des oiseaux migrateurs n’ont pas encore été résolus par les scientifiques. © Georg_Wietschorke, Pixabay, CC0 Public Domain

Tous les mystères du sommeil des oiseaux migrateurs n’ont pas encore été résolus par les scientifiques. © Georg_Wietschorke, Pixabay, CC0 Public Domain

Certains oiseaux migrateurs parcourent des centaines de kilomètres sans se poser. Probablement parce qu’ils sont capables… de dormir en volant ! Comment ? Notamment en alternant très rapidement, les phases de sommeil et les périodes d’éveil. Ainsi la grive à dos d’olive se repose grâce à des microsiestes d’environ 9 secondes seulement.

Le suricate, toujours sur le qui-vive

 

En dormant les uns sur les autres, les suricates se tiennent aussi au chaud. © kerraner, Fotolia

En dormant les uns sur les autres, les suricates se tiennent aussi au chaud. © kerraner, Fotolia

Le suricate est parfois appelé « sentinelle du désert », car on le voit souvent se dresser sur ses pattes arrière pour guetter les dangers qui pourraient menacer le groupe. Ce souci permanent ne s’arrête pas la nuit. Aussi pour dormir, s’entassent-ils les uns sur les autres. La matriarche du groupe se trouve ainsi protégée en son centre. Ceux qui sont sur l’extérieur ne dorment que d’un sommeil léger pour monter la garde.

Le morse, dormeur tout terrain

Le morse peut veiller longtemps ou dormir beaucoup, sur terre ou en pleine mer. © nightowl, Pixabay, CC0 Public Domain

Le morse peut veiller longtemps ou dormir beaucoup, sur terre ou en pleine mer. © nightowl, Pixabay, CC0 Public Domain

Pour le morse, l’enjeu est tout autre. Vu sa taille imposante, il n’a que très peu de prédateurs. Il peut donc se permettre de s’endormir n’importe où. Même dans l’eau, en apnée jusqu’à cinq minutes. Et lorsqu’il est fatigué, il peut dormir jusqu’à 19 h d’affilée. Et lorsqu’il s’engage dans une longue odyssée, il peut au contraire veiller jusqu’à 84 h de suite.

L’éléphant… à dormir debout !

Les éléphants d’Afrique sont les mammifères qui dorment le moins au monde. Pas plus de deux heures par jour. © cocoparisienne, Pixabay, CC0 Public Domain

Les éléphants d’Afrique sont les mammifères qui dorment le moins au monde. Pas plus de deux heures par jour. © cocoparisienne, Pixabay, CC0 Public Domain

Pour rester en alerte, les éléphants choisissent de dormir debout. Un choix conforté par une particularité morphologique qui leur permet de « bloquer » leurs pattes en position debout et d’économiser ainsi leurs efforts musculaires. Toutefois ils s’allongent tous les trois à quatre jours pour dormir plus profondément, l’espace d’une petite heure.

http://www.futura-sciences.com


 

Des incendies fulgurants causent la mort d’au moins 21 personnes en Californie


C’est la saison des incendies en Californie ! Et ils goûtent cette année avec le pire incendie de l’histoire et il n’est pas encore terminé. Le pire, c’est la météo qui n’aide pas en rien avec les vents violents
Nuage

 

Des incendies fulgurants causent la mort d’au moins 21 personnes en Californie

 

ROBYN BECK VIA GETTY IMAGES

Santa Rosa, Californie, 11 Octobre, 2017.

8 000 pompiers sont déployés en Californie.

Le bilan des violents incendies dans le nord de la Californie, que près de 8000 pompiers peinent à contenir à cause d’un vent particulièrement fort, s’est alourdi à 21 morts au moins.

« Les seules nouveautés de la nuit, ce sont de nouvelles évacuations à Geyserville et dans la vallée Sonoma. Espérons que le vent se calme et qu’on progresse », a tweeté mercredi matin Robert Giordano, shérif du comté de Sonoma, l’un des plus affectés par ces incendies à la progression fulgurante.

Mais lors d’une conférence de presse, il a confirmé un peu plus tard la mort de onze personnes dans son comté et indiqué que plus de 600 personnes n’avaient toujours pas été localisées. La destruction de plus de 70 relais de téléphonie mobile complique la tâche des autorités, a souligné M. Giordano.

Deux personnes sont également décédées dans le comté de Napa, trois dans celui de Mendocino et un dans le comté de Sutter.

Le service des pompiers de Californie (Calfire) a précisé dans un communiqué que l’incendie baptisé « Tubbs » avait tué onze personnes à lui seul, ce qui en fait le sixième plus mortel de l’histoire de l’Etat américain le plus peuplé.

Il a brûlé depuis dimanche soir plus de 11 000 hectares et détruit plus de 570 bâtiments, dont 550 résidentiels. Près de 650 soldats du feu sont mobilisés sur ce site, car environ 16 000 structures sont toujours menacées.

Selon Calfire, 22 incendies rongeaient mercredi matin la Californie et ont brûlé au total près de 69 000 hectares. Les pompiers estiment qu’au moins 3 500 bâtiments (maisons et commerces) ont été détruits.

Le président américain Donald Trump a déclaré mardi l’état de catastrophe naturelle.

Ces incendies avancent extrêmement rapidement, attisés par des vents forts. Et ça ne devrait pas se calmer.

Extrêmement dangereux

La police de Santa Rosa a prévenu sur Facebook que les services météorologiques prévoyaient un « retour des vents puissants sur la région à partir de mercredi soir […] et jusqu’à jeudi matin ».

« Cette évolution crée des conditions extrêmement dangereuses pour les pompiers », a-t-elle relevé.

M. Giordano s’est également dit « très inquiet concernant le front des incendies à cause du vent », soulignant que le feu « a été incroyablement rapide ».

Calfire précise sur son site internet que le mois d’octobre est la période à laquelle la Californie subit historiquement ses incendies les plus vastes et les plus destructeurs. Sa campagne nationale de prévention se déroule justement cette semaine, du 8 au 14 octobre.

Des milliers d’habitants ont été contraints de fuir précipitamment devant les flammes galopantes et les évacuations se poursuivaient toujours mercredi.

Dans le seul comté de Sonoma, plus de 25 000 personnes ont été chassées de chez elles et 5 000 ont trouvé refuge dans des abris temporaires, avait indiqué lundi le bureau du shérif.

Certains habitants ont pu retourner dans leur quartier, où ils n’ont retrouvé pour nombre d’entre eux que les décombres fumants de leur maison. La ville de Santa Rosa est particulièrement meurtrie.

« On ne s’imaginait pas que la maison allait brûler, comme ça », dit Barbara Baird, 70 ans, qui vivait avec sa fille de 42 ans.

Fouillant dans les débris, sa fille Krysti Campbell explique:

« Je cherche des bijoux mais je n’ai rien trouvé, le pompier me dit de revenir plus tard avec un tamis, peut-être ».

Plusieurs exploitations de cette région très viticole, parfois centenaires, ont été totalement ou partiellement détruites, certaines étaient toujours mercredi dans la trajectoire des flammes.

Le vignoble Signorello Estate et l’exploitation de vins biologiques Frey, notamment, ont été dévorées par les flammes.

Dans l’exploitation familiale Donelan, on croisait les doigts. Épargnée encore mardi soir, elle se trouve dans la zone d’évacuation:

« Le feu n’est pas du tout maîtrisé et le vent se lève, il n’y a aucun moyen de savoir si nous sommes hors de danger », a confié Cushing Donelan à l’AFP.

Plus de 1 000 m3 de produit retardateur de feu ont été utilisés sur la seule journée de lundi, écrasant le précédent record pour des incendies dans le nord de la Californie.

L’incendie le plus mortel répertorié en Californie date d’octobre 1933, baptisé « Griffith Park » près de Los Angeles, avait fait 29 morts. Le plus destructeur, « Tunnel-Oakland Hills », avait détruit 2 900 bâtiments et tué 25 personnes (2e plus mortel) en octobre 1991.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Une patiente prend feu pendant son accouchement


La technologie, c’est beau, mais pas quand il devient une catastrophe par son utilisation, cela est moins drôle. Une femme qui va accoucher même par césarienne s’attend d’avoir un bébé et tout ce qui va avec, pas être brûler au 3e degré
Nuage

 

Une patiente prend feu pendant son accouchement

 

Illustration © thinkstock.

Source: 24matins.fr, Ouest-France

Une patiente a été grièvement brûlée lors de son accouchement par césarienne dans un hôpital de Normandie…

Ce drame particulièrement tragique a eu lieu ce vendredi 6 octobre dernier au centre hospitalier Jacques-Monod de Flers, dans le département de l’Orne, en Normandie. Alors qu’elle était en train d’accoucher par césarienne, une future mère de famille a soudain « pris feu », sous l’action « indésirable d’un bistouri électrique », précise un responsable de la clinique. Transportée d’urgence par hélicoptère au centre hospitalier universitaire de Nantes, la jeune femme a été brûlée au 3e degré sur 15% de son corps, précisent les sites d’information 24matins.fr et Ouest-France. Ses jours ne sont toutefois pas en danger et l’enfant serait en bonne santé. Une enquête interne a été diligentée afin de comprendre les circonstances de cet événement dramatique. La justice a également été saisie. Le procureur de la République Hugues de Phily a lui-même confirmé que la patiente avait « pris feu » sous l’effet inattendu d’un « bistouri électrique » régulièrement utilisé pour sectionner les tissus et prévenir les saignements lors de cette opération délicate.

http://www.7sur7.be

Le poisson-clown, stressé par le blanchiment de son anémone, pond moins


Le blanchissement des coraux affecte bien sûr les anémones, mais aussi les animaux marins qui y dépendent. Et le poisson Némo en subira les conséquences négatives
Nuage

 

Le poisson-clown, stressé par le blanchiment de son anémone, pond moins

 

Un poisson-clown.... (123RF/lcalek)

Un poisson-clown.

123RF/LCALEK

 

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
Paris

Quand l’anémone qui le protège blanchit sous l’effet du réchauffement de la mer, le poisson-clown stresse et a moins de petits, selon une étude qui s’inquiète de l’impact du changement climatique sur la reproduction d’autres espèces des récifs coralliens.

«Cette étude de 14 mois montre une forte corrélation entre le blanchiment de l’anémone, la réponse au stress du poisson-clown et les hormones reproductives qui ont conduit à une baisse de la fécondité de 73 %», résume l’étude publiée dans la revue Nature Communications.

Le héros du célèbre dessin animé «Nemo» vit en symbiose avec son anémone, il se cache dans ses tentacules pour se protéger de ses prédateurs et pond au moins une fois par mois à son pied.

D’octobre 2015 à décembre 2016, des chercheurs ont étudié en mer des couples de poissons-clowns dans les récifs coralliens de l’île de Moorea, en Polynésie française.

Pendant cette période, sous l’effet d’El Niño, cette région du Pacifique a connu sur plusieurs mois une augmentation de la température de la mer, causant le blanchiment temporaire d’une partie des anémones, un phénomène similaire à celui plus connu qui affecte les coraux.

En comparant notamment 13 couples vivant sur une anémone ayant blanchi pendant plusieurs mois et d’autres vivant sur une anémone n’ayant pas été touchée, les chercheurs ont mis en lumière l’impact «en cascade» du réchauffement.

«Des prélèvements de sang sur les couples de poissons-clowns ont permis de constater une forte hausse des taux de cortisol, l’hormone du stress, et une baisse importante des concentrations en hormones sexuelles», provoquant ainsi une diminution de la fécondité, a expliqué dans un communiqué le CNRS, associé à l’étude.

«Ces liens, déjà établis dans des expériences de laboratoire, sont confirmés pour la première fois dans des conditions naturelles chez des poissons», a-t-il ajouté.

Et avec le réchauffement climatique qui contribue au blanchiment des coraux et des anémones dans le monde entier, «Nemo» risque de ne pas être la seule victime.

«Nous estimons que d’autres espèces associées aux anémones de mer et aux coraux pourraient répondre de façon similaire aux épisodes de blanchiment, ce qui se traduirait par des pertes importantes d’efficacité de la reproduction», selon l’étude.

«12 % des espèces de poissons côtiers en Polynésie française dépendent des anémones ou des coraux pour se nourrir ou se protéger des prédateurs», précise le CNRS.

«En cas de blanchiment prolongé, comme celui de la grande barrière de corail australienne en 2016 et 2017, c’est le renouvellement de toutes ces populations qui pourrait être affecté, et avec lui la stabilité des écosystèmes», s’inquiète-t-il.

http://www.lapresse.ca/

La famille idéale se composerait de deux filles


Ma fille aurait la famille parfaite avec ses deux filles,.. Enfin, quand elles seront un peu plus vieilles, car pour l’instant .. humm, cela dépend des jours et mon plus vieux des garçons serait en 11 position avec ses 2 filles et ses 2 garçons., alors que mon plus jeune, il faut attendre un peu, car il a eu un premier bébé, une belle petite fille. Et celui qui reste, il attend d’être prêt pour devenir papa. Ma famille a moi 1 fille, 3 garçons, je serais en 9 positions. Bon, cela dépend dépends quand même d’un nombre de facteurs … Qu’il faut prendre peut-être avec un grain de sel
Nuage

 

La famille idéale se composerait de deux filles

 

GETTY IMAGES

Voici les meilleures combinaisons des enfants selon l’étude.

Selon une étude scientifique relayée par The Telegraph, la famille idéale se composerait de deux filles.

Sujets d’étude: 2.116 familles composées de plusieurs enfants de moins de 16 ans ont été étudiées à la loupe.

Au 2e rang des familles les plus harmonieuses, on trouve un garçon, une fille. Et au top, deux filles. Pourquoi? Elles sembleraient moins tournées vers les jeux de bagarre et plus enclines à la confidence et à la discussion. Il semblerait aussi que deux filles ensemble dérangent rarement leurs parents, font moins de bruit et détestent critiquer l’autre ou dénoncer l’autre. Et au troisième rang: deux garçons. Lorsqu’ils sont petits, cela plus simple qu’après. Plus âgés ils se confient peu et partagent souvent peu d’intérêts en commun en grandissant.

L’étude a été réalisée sur des familles présentant douze combinaisons différentes, excluant un seul enfant, mais incluant 4 enfants du même sexe.

On a demandé aux parents de classer leurs enfants selon leur comportement au sein de la famille et selon ces critères notamment: compatibilité et caractère général.

Deux petites filles ensemble remportent tous les suffrages. Elles aident à la maison et généralement s’apprécient.

Fait plus étonnant? Le pire scénario familial? 4 soeurs…! Paradoxalement 4 garçons, ce serait moins de trouble que 4 filles.

Les parents de 4 filles ont créé la surprise. Cette combinaison arrive au dernier rang. Côté matériel, il faudrait une bien plus grande maison ainsi qu’une plus grande voiture. Le matin lors des préparatifs pour l’école la gestion semblerait quasi impossible.

Autre combinaison peu simple: 2 filles et 2 garçons. Quatre enfants incluant de vrais changements de cadres de vie.

«Assurez-vous que vous passez du temps de qualité avec chacun des enfants en leur rappelant combien il est précieux d’avoir des frères et sœurs », conseille aux Faye Mingo, porte-parole du site bouty.com qui a commandité l’étude.

Voici le classement complet selon cette étude:

1 – Deux filles

2 – Une fille et un garçon

3 – Deux garçons

4- Trois filles

5- Trois garçons

6 – Quatre garçons

7 – Deux filles et un garçon

8 -Deux garçons et une fille

9 – Trois garçons et une fille

10 – Trois filles et un garçon

11- Deux garçons et deux filles

12 – Quatre filles

http://quebec.huffingtonpost.ca/