Le Saviez-Vous ► Quel est le meuble le plus cher du monde ?


C’est grâce aux enchères que ce meuble est considéré comme le plus cher au monde. Faut dire que c’est un travail titanesque pour construire cet oeuvre d’art
Nuage

 

Quel est le meuble le plus cher du monde ?

 

capture 2017-08-22 à 15.29.45

Le musée Liechtenstein situé à Vienne, en Autriche, expose depuis mars 2004, les collections des princes de Liechtenstein. Parmi elles se trouve le Badminton Cabinet, meuble le plus cher du monde. 

Le Badminton Cabinet est un meuble authentique et unique réalisé au XVIIe siècle à Florence. Spécialement conçue pour répondre à la demande de Henri Somerset, 3ème Duc de Beaufort, la pièce tire son nom de la demeure du noble : la Badminton House. Mesurant 3.86 mètres de haut et 2.32 mètres de large, elle est ornée de différentes gemmes et combine plusieurs matériaux : du bois d’ébène à la pierre dure sans oublier le bronze doré et l’ivoire. Parmi les pierres fines qui l’agrémentent, on distingue notamment le Lapis Lazuli, l’Agate, le Jaspe vert, la Calcédoine de Volterra et même l’Améthyste. Pour créer ce cabinet, le savoir-faire de 30 hommes a été nécessaire faisant ainsi de lui l’un des plus grands chefs-d’œuvre florentins de l’époque. On est donc loin de nos meubles à bas coûts car fabriqués à la chaîne, comme on peut en trouver sur Livingo.

En 1990, les héritiers du Duc avaient mis le meuble aux enchères chez Christie’s, une société londonienne de renommée mondiale ; il avait été acquis une première fois par une grande collectionneuse Américaine et héritière de l’empire industriel Johnston and Johnston, Barbara Piasecka Johnson, pour la somme de 8,5 millions de livres, soit l’équivalent aujourd’hui de 11,4 millions d’euros.

14 ans plus tard, l’oeuvre a été de nouveau proposée aux enchères chez Christie’s. Le prix a alors été fixé à 19 millions de livres, soit plus du double du prix auquel il avait été acquis une décennie plus tôt. Le 6 décembre 2004, c’est donc le Prince Hans-Adam II du Liechtenstein qui, par l’intermédiaire du Docteur Johan Kreftner, directeur du Musée de Liechtenstein de Vienne, a fait l’acquisition de l’oeuvre d’art pour 27,5 millions d’euros. Le Badminton Cabinet n’est donc plus seulement l’une des plus fines pièces florentines du XVII, mais également le meuble désormais répertorié comme le plus cher du monde. 

http://lesavaistu.fr

Une fillette de 3 ans intronisée nouvelle "déesse vivante" au Népal


Des traditions étranges, il en existe encore beaucoup, celle du Népal pour élire une déesse vivante est une de ceux-là. Elle n’a que 3 ans, et devra rester cloitrer jusqu’à sa puberté et ne sortira que rarement, toujours porter par des hommes pour éviter que ses pieds foulent un sol « impur »
Nuage

 

Une fillette de 3 ans intronisée nouvelle « déesse vivante » au Népal

 

© epa.

Des prêtres hindous ont intronisé jeudi une fillette népalaise de trois ans nouvelle « déesse vivante » de Katmandou, selon une tradition multiséculaire, et l’ont emmenée dans un palais où elle devra rester jusqu’à sa puberté.

.

Vêtue d’une robe rouge, la nouvelle « Kumari » – considérée comme l’incarnation de la déesse hindoue Taleju – a été emmenée de la maison de sa famille jusqu’au Durbar Square, place historique de Katmandou qui porte encore les cicatrices du séisme de 2015.

Dans les bras de son père, Trishna Shakya a été portée à la résidence où elle restera cloîtrée jusqu’à ses premières règles. Elle ne pourra en sortir que quelques fois par an à l’occasion de fêtes religieuses – et toujours portée, car ses pieds ne doivent pas fouler le sol impur.

« Mes sentiments sont partagés. Ma fille est devenue la nouvelle Kumari et c’est une bonne chose. Mais il y a aussi de la tristesse à savoir qu’elle va être séparée de nous », a déclaré son père Bijaya Ratna Shakya à l’AFP.

Cette tradition multiséculaire, qui mélange éléments hindous et bouddhistes, était étroitement liée à la royauté qui a longtemps régné sur le Népal. Malgré l’abolition de la monarchie en 2008, le culte des Kumaris (mot provenant du sanskrit pour « princesse ») a continué. Les défenseurs des droits des enfants sont très critiques vis-à-vis de cette coutume, qui prive selon eux les « déesses vivantes » d’enfance en les forçant à vivre coupées de la société.

Elles doivent avoir une « poitrine de lion » et des « cuisses de daim »

En 2008, la Cour suprême du Népal a décrété que ces filles devaient recevoir une éducation, qui leur est désormais prodiguée à l’intérieur du palais. Les anciennes Kumaris ont témoigné des difficultés de réadaptation à la société après leur règne. Les Kumaris, filles prépubères de la communauté Newar, doivent répondre à de stricts critères, notamment physiques, comme un corps sans imperfection, une « poitrine de lion » et des « cuisses de daim ». Même si une fille remplit toutes les exigences physiques, elle doit également prouver sa bravoure en évitant de pleurer devant le sacrifice d’un buffle.

.

© epa.

http://www.7sur7.be/

Chez ces grenouilles, les mâles chantent pour des femelles… sourdes !


On sait que les grenouilles font des vocalises pour chercher la belle qui permettra de fonder une famille. Au Brésil, une espèce de grenouille très petite se met aussi à chanter, le problème, c’est que les grenouilles femelles sont sourdes. Alors, à quoi sert le chant
Nuage

 

Chez ces grenouilles, les mâles chantent pour des femelles… sourdes !

 

Brachycephalus pitanga

Les mâles Brachycephalus pitanga chantent pour des femelles totalement sourdes.

© SANDRA GOUTTE

Par Anne-Sophie Tassart

Des chercheurs ont mis en évidence l’apparente inutilité des vocalisations des mâles Brachycephalus lors de la période de reproduction.

La communication nécessite la co-évolution de l’émetteur et du récepteur, sinon, il devient évident que le message a du mal à passer. Chez de nombreuses espèces de grenouilles, la communication sonore – les vocalisations – permet de synchroniser les périodes de reproduction entre mâles et femelles. Cependant, une équipe internationale a fait une étrange découverte chez Brachycephalus ephippium et chez Brachycephalus pitanga : ces minuscules grenouilles brésiliennes n’entendent pas leurs propres vocalisations !

Des mâles qui chantent pour des femelles sourdes

Pendant la saison des amours, les mâles se placent sur des branches ou sur la litière foliaire et « chantent », espérant s’attirer les faveurs d’une femelle. Ces vocalisations de haute fréquence sont particulièrement énergivores pour l’amphibien. Face au sous-développement de l’oreille interne chez ces animaux, les chercheurs ont voulu savoir comment les femelles arrivaient à percevoir ces sons qui leur sont destinés. En étudiant l’anatomie de leur « oreille » et les réponses comportementales pendant que des enregistrements de vocalisations étaient joués, les scientifiques ont pu en conclure que ces grenouilles sont incapables d’entendre les vocalisations d’un congénère. Les mâles chantent donc… pour rien.

Un élément secondaire de la communication

Une nouvelle question s’est alors posée : pourquoi ces signaux sonores persistent alors qu’ils n’apportent aucun bénéfice dans la reproduction et qu’ils sont susceptibles d’indiquer aux prédateurs la position des grenouilles ? Dans leur article paru le 21 septembre 2017 sur le site Scientific Reports, les biologistes pensent que la communication ne se fait plus grâce au son mais par les signaux visuels qui les accompagnent comme par exemple, le gonflement du sac vocal. Ce qui était jusqu’alors un élément secondaire du comportement est devenu le plus important. Le son produit est, quant à lui, devenu secondaire.

Il est possible que ces vocalisations attirent les prédateurs, mais ceux-ci changent de cible quand ils voient à qui ils ont affaire. En effet, les Brachycephalus ont une peau et des organes hautement toxiques.

Il n’est donc pas nécessaire pour la survie de ces grenouilles d’arrêter d’émettre des vocalisations « qui persistent grâce à une inertie évolutive », notent les chercheurs.

Ils espèrent, grâce aux Brachycephalus, pouvoir étudier l’évolution et la dégénération des systèmes de communication acoustiques chez les vertébrés.

https://www.sciencesetavenir.fr

Un enfant blesse par balle deux camarades près de Detroit


Qu’est-ce qui est si difficile à comprendre sur les armes à feu à la maison ? Il doit être déchargés et mis sous clé ainsi que les balles. Un enfant qui se faisait garder dans une garderie (non certifié) a tiré sur deux enfants de bas âge, avec une arme trouver dans la maison de la dame, que son mari semble t’il avait laissé trainer à son insu. L’homme en question devrait être jugé sévèrement pour danger à autrui et d’irresponsabilité
Nuage

 

Un enfant blesse par balle deux camarades près de Detroit

 

On ne sait pas encore si l'enfant a... (PHOTO AP)

On ne sait pas encore si l’enfant a tiré un seul ou plusieurs coups de feu mais ce genre de drame survient régulièrement aux États-Unis.

PHOTO AP

 

Agence France-Presse
Chicago

Une enquête policière a été ouverte dans le Michigan après qu’un jeune enfant a accidentellement blessé par balle deux camarades avec une arme qu’il a trouvée chez sa nourrice dans le nord des États-Unis.

Les deux bambins âgés de trois ans, qui étaient en garde partagée chez cette nourrice, ont été hospitalisés, a annoncé jeudi la police de Dearborn, une banlieue de Detroit.

L’un a été blessé à l’épaule et devrait se rétablir complètement tandis que l’autre se trouve dans un état grave mais stable, sans que la police ne révèle la nature de ses blessures. Elle a en revanche précisé que l’enfant ayant tiré avait trouvé mercredi l’arme chargée dans la maison.

«La police de Dearborn a mené des entretiens avec toutes les parties impliquées et est sur le point de boucler l’enquête», a affirmé celle-ci dans un communiqué, expliquant étudier d’éventuelles inculpations.

«Je ne vais pas extrapoler sur ce qui s’est passé là-bas mais, évidemment, il y avait des armes à proximité de l’endroit où se trouvaient les enfants et cela est totalement inacceptable pour moi», avait affirmé plus tôt le chef de la police de Dearborn, Ronald Haddad.

On ne sait pas encore si l’enfant a tiré un seul ou plusieurs coups de feu mais ce genre de drame survient régulièrement aux États-Unis, où 1,7 million d’enfants vivent dans un foyer où une arme est accessible et chargée, selon la Brady Campaign, organisation de prévention de la violence par arme à feu.

Ashley Escobedo, soeur de Samantha Eubanks, la nourrice qui gardait les enfants, s’est dite «très choquée» car, selon elle, sa soeur avait interdit à plusieurs reprises à son mari de faire entrer une arme dans la maison.

Mme Eubanks vit dans la maison qui fait office de garderie avec ses six enfants et en garde plusieurs autres chez elle, selon sa famille et ses voisins. Elle ne possède toutefois pas de licence pour que sa maison soit considérée comme une crèche officielle.

Près de 1300 enfants américains meurent et 5790 autres sont blessés par arme à feu chaque année, selon une étude publiée en 2016 par le journal médical Pediatrics.

http://www.lapresse.ca/i

Un énorme rat découvert aux îles Salomon


Ceux qui n’aiment pas trop les rats, seraient mieux d’éviter les îles Salomon, car là-bas, une espèce connue des indigènes vient enfin d’être découverte par les scientifiques. Il est très gros et il est capable de croquer dans une noix de coco
Nuage

 

Un énorme rat découvert aux îles Salomon

 

Représentation artistique du Uromys vika    Photo : Field Museum/Velizar Simeonovski

Une espèce géante de rat, qui est capable de percer les noix de coco avec ses dents, vit dans la dense forêt tropicale des îles Salomon.

Un texte d’Alain Labelle


L’espèce nommée Uromys vika a été identifiée par la mammalogiste américaine Tyrone Lavery du Field Museum de Chicago.

La scientifique avait entendu parler de l’existence de l’animal lors d’un premier voyage aux îles Salomon en 2010. Il était décrit par la population locale depuis des décennies, mais n’avait jamais été identifié de façon formelle.

Les habitants l’appelaient « vika » et affirmaient qu’il vivait dans les arbres.

La scientifique a donc décidé de partir à la recherche de ce rat dont la grosseur « légendaire » rappelle celle d’un opossum. Et elle est finalement arrivée à ses fins.

La nouvelle espèce est assez spectaculaire. C’est un gros rat, un rat géant. Tyrone Lavery

C’est la première espèce de rat identifiée en plus de 80 ans aux îles Salomon.

Un spécimen de Uromys vika

Un spécimen capturé de Uromys vika   Photo : Tyrone Lavery

Des îles isolées

Ce pays, situé dans l’océan Pacifique, est constitué d’une série d’îles isolées sur le plan biologique.

En fait, plus de la moitié des mammifères qui vivent sur les îles Salomon ne se trouvent nulle part ailleurs sur la Terre, ce qui en fait un endroit intéressant pour les scientifiques.

Quand j’ai rencontré des habitants de l’île Vangunu, ils m’ont parlé de ce rat qui vivait dans les arbres. J’étais excité parce que je commençais mon doctorat et que j’avais lu des livres au sujet des aventures de personnes qui partaient à la découverte de nouvelles espèces. Tyrone Lavery

Mais des années de recherche n’ont pas permis d’observer le fameux rat géant. La scientifique s’est même mise à douter de l’existence d’une espèce distincte du rat noir.

Et puis finalement, un rat bien spécial a été observé sortant d’un arbre abattu.

« Dès que j’ai examiné le spécimen, je savais qu’il était différent des huit espèces indigènes de l’île seulement en regardant son crâne. », explique Tyrone Lavery.

L’examen de son ADN a ensuite permis d’établir qu’il s’agissait bel et bien de l’identification d’une nouvelle espèce. Son nom latin, Uromys vika, fait référence à celui donné par la population de l’île.

Un très gros rat

Le vika est beaucoup plus gros que les rats noirs communs (Rattus rattus) qui se sont répandus sur le globe à la faveur de la colonisation européenne. Par exemple, le rat noir pèse environ 200 grammes alors que celui-ci atteint le kilo. Il est environ quatre fois plus gros et atteint un pied (30 cm), du nez au bout de sa queue.

Cette découverte fait l’objet d’un article publié dans le Journal of Mammalogy.

http://ici.radio-canada.ca