Perdre la Terre


Explorer l’espace aide à comprendre un peu notre système solaire, et à fait avancer la science dans plusieurs domaines comme la médecine, les télécommunications etc cependant, vouloir posséder une planète ou un satellite naturel, alors que notre Terre à vraiment besoin que l’on prenne soin d’elle, il serait judicieux de commencer par notre propre planète
Nuage

 

Perdre la Terre

 

 

“Il ne sert de rien à l’homme de gagner la Lune s’il vient à perdre la Terre.”

François Mauriac

7 ans


7 ans

 

Aujourd’hui, cela fait 7 ans que je suis sur WordPress, déjà ! 7 ans, a partager des lectures que je prends sur des sites divers. Comme à l’école, je recopiais mes notes, ici, je mets des couleurs pour mieux retenir mes lectures et les partager

Merci a tous ceux qui m’ont suivi pendant toutes ces années, ainsi ceux qui se sont rajouté avec le temps.  C’est toute une aventure que je ne sais pas encore quand elle se terminera …

 Mille Merci encore

Nuage

Un lion blanc et une tigresse blanche ont des bébés


Le T.I.G.E.R parc a déjà connu la naissance d’autres ligres auparavant. L’un d’eux se nomme Hercules et a été recensé comme le plus gros ligre au monde par le livre de records Guinness. Bref, un lion blanc et une tigresse blanche ont donné naissance à 4 mâles ligres. Les ligres sont extrêmement rares, on en dénombre un millier dans le monde. Et la plupart d’entre eux vivent en captivité. . Malgré leur petite taille actuelle, Yeti, Odlin, Sampson et Apollo prennent 450gr par semaine et seront bientôt aussi forts que leur oncle Hercules. Ces bébés aiment nager comme des tigres et sont sociable que les lions. Ils ont les caractéristiques des deux parents, ils aiment nager comme les tigres et sont aussi sociables que les lions.
Nuage
 

 

Un lion blanc et une tigresse blanche ont des bébés

Le Saviez-Vous ► L’homme qui se cache derrière les emojis


Tout le monde connaît les emojis. Dans les débuts, ce fût très modeste et l’inventeur a changé la façon de communiquer dans les messages sur Internet. Ce que trouve dommage c’est le créateur ne retire rien de ses petites images, au moins le Museum of Modern Art show, à New York a quand même reconnu sa valeur
Nuage

L’homme qui se cache derrière les emojis

 

Sarah Winkel

© thinkstock.

Les emojis sont partout: ils servent à illustrer nos messages, exprimer nos émotions, et sont même les vedettes d’un film d’animation. Mais qui est l’inventeur qui se cache derrière ces petits symboles?

© ap.

Les emojis doivent leur existence au japonais Shigetaka Kurita. En 1998, alors âgé de 25 ans il crée la première série de 176 symboles pour la compagnie japonaise NTT DoCoMo.

« C’est moi qui en ait eu l’idée. Si je ne les avait pas inventé, quelqu’un aurait fini par le faire », explique-t-il.

A l’époque, NTT DoCoMo lançait « i-mode », son premier système de messagerie internet, qui limitait les utilisateurs à n’utiliser que 250 caractères dans leurs messages. Les emojis se sont alors imposés comme la solution permettant de communiquer plus facilement en utilisant moins de mots.

« C’était le commencement des messageries numériques, et j’ai réfléchis à ce qui était nécessaire », explique encore Kurita.

Succès phénoménal

Dès le lancement de « i-mode », les emojis connaissent un véritable succès au Japon. Leur nom combine d’ailleurs les mots japonais pour « image » et « lettres ».

Le premier set d’emojis créés par Shigetaka Kurita comprenait notamment des symboles météorologiques, des panneaux de signalisation, ainsi que cinq visages avec cinq émotions différentes : la joie, la colère, la tristesse, la surprise et l’incompréhension.

Des sociétés occidentales, comme Apple et Google se sont ensuite emparés des emojis, et les ont fait découvrir au monde entier, mais leur créateur sait que c’est un peu grâce à lui que tout a commencé.

« Les japonais sont toujours en avance sur notre temps », estime-t-il.

« Le pouvoir de changer le monde »

En 20 ans, les petits symboles ont pourtant bien évolué, et Shigetaka Kurita ne se sent plus vraiment concerné par son invention. Il ne touche pas d’argent grâce au succès des emojis, et n’est pas vraiment connu au Japon en dehors de la communauté technologique. Mais l’année dernière, son nom a été cité dans une exposition du Museum of Modern Art show, à New York.

« J’ai été impliqué là-dedans, même si je ne suis ni un artiste, ni un designer. Le musée a vu de la valeur dans ce design qui a le pouvoir de changer le mode de vie des gens ».

http://www.7sur7.be

Le plus gros diamant brut du monde vendu pour 53 millions de dollars


Les travailleurs qui doivent creuser et extirper les diamants ont-ils une prime pour ce genre de découverte ? Je peux comprendre que des gens aiment les pierres précieuses, mais dépenser autant d’argent pour un caillou, cela en vaut-il vraiment le coup. Le travail pour aller chercher cette pierre ou autres pierres précieuses est-il issu par des gens qui ne ce gène pas d’exploiter les mineurs pauvres et dans de mauvaises conditions ? . Attention, le diamant est utile dans quelques domaines, mais 53  millions de dollars pour en faire probablement des bijoux semble vraiment inutile
Nuage

 

Le plus gros diamant brut du monde vendu pour 53 millions de dollars

 

La pierre précieuse avait fait l'objet d'une vente aux enchères en juin 2016 chez Sotheby's à Londres mais n'avait alors pas trouvé d'acheteur. - RelaxNews - AFP PHOTO/DON EMMERT

La pierre précieuse avait fait l’objet d’une vente aux enchères en juin 2016 chez Sotheby’s à Londres mais n’avait alors pas trouvé d’acheteur. RelaxNews  /  AFP PHOTO/DON EMMERT

(AFP) – Le plus gros diamant brut au monde a été acheté par le joaillier britannique Laurence Graff pour 53 millions de dollars (45 millions d’euros) auprès de la compagnie canadienne Lucara Diamond.

Le groupe d’extraction de diamants Lucara s’est dit mardi sur son compte Twitter « heureux » d’annoncer la vente de ce diamant de 1.109 carats.

Graff Diamonds, la société de Laurence Graff, a précisé dans un communiqué que les négociations sur cette acquisition avaient duré un an.

« Notre équipe d’artisans hautement qualifiés va s’appuyer sur de nombreuses années d’expérience en travaillant jour et nuit pour garantir que nous rendons justice à ce remarquable cadeau de Mère Nature », a déclaré M. Graff.

La pierre précieuse avait fait l’objet d’une vente aux enchères en juin 2016 chez Sotheby’s à Londres mais n’avait alors pas trouvé d’acheteur, faute d’avoir atteint le prix de réserve de 70 millions de dollars.

Le diamant de la taille d’une petite balle de tennis et baptisé « Lesedi La Rona » (« notre lumière » en langue Tswana) a été découvert en novembre 2015 par Lucara au Botswana, le pays étant le deuxième producteur de diamants au monde après la Russie.

C’est le plus gros diamant découvert depuis plus de 100 ans et le premier de cette taille à avoir jamais été proposé aux enchères.

Le record historique du plus gros diamant au monde est toujours détenu par le légendaire « Cullinan » de 3.016,75 carats, découvert en 1905 en Afrique du Sud.

Il avait été transformé en neuf diamants pour les Joyaux de la Couronne britannique.

Le même jour de la découverte du « Lesedi La Rona« , une autre pierre de 830 carats a été trouvée au Botswana, le troisième plus gros diamant au monde.

http://www.ladepeche.fr

Ils construisent un château comme au Moyen-Âge depuis près de 20 ans en Bourgogne


C’est un gros projet, mais intéressant et une expérience inouïe pour la construction d’un château médiéval. Ce serait vraiment intéressant d’aller le visiter si ce n’était pas un océan à traverser (pour moi)
Nuage

Ils construisent un château comme au Moyen-Âge depuis près de 20 ans en Bourgogne

Certaines personnes se fixent un but dans la vie et font tout ce qui est possible pour y parvenir. Même si cela doit leur prendre plusieurs décennies. Maryline Martin et Michel Guyot ont commencé en 1997 à construire un château médiéval sorti tout droit de leur imagination, en pleine forêt et dans une ancienne carrière.

Mais ils ont souhaité utiliser uniquement des techniques de l’époque comme expliqué sur leur site internet. En 20 ans maintenant, le château a bien avancé et est devenu un grand centre d’intérêt à Treigny, en Bourgogne. En France, ce genre de construction a commencé au 13e siècle.

Le château accueille aujourd’hui 300.000 visiteurs à l’année et a permis la création de 55 emplois. Les créateurs du projet ont pensé à tout en matière de reconstitution. Ils tiennent des annales de la construction, comme à l’époque, qui précisent que le travail a commencé en 1228, au lieu de 1997 et documentent tout ce qui s’y passe.

Ce changement de siècle a été pensé pour donner une âme au château et l’ancrer dans le 13e histoire. Ils ont également inventé un propriétaire, le Seigneur Guilbert. Le projet devrait vraisemblablement être terminé pour 1253, soit 2023.

1

Guédelon

La construction du château est impressionnante comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. Les pierres sont taillées une par une, avec des outils semblables à ceux du du Moyen-Âge, et transportées sur des petits chars comme à l’époque.

2

Guédelon

Regardez la vidéo ci-dessous pour en découvrir davantage sur ce projet audacieux et inspirant. Il est possible de visiter le château mais aussi de venir y faire du volontariat! N’hésitez pas à partager cet article et à vous rendre à Guédelon pour découvrir tous ses secrets.

 

http://incroyable.co

De la vie sur Terre il y a 3,95 milliards d’années ?


Si on la Terre s’est formées il y a plus de 4 milliards d’années, et que la vie aurait apparue 1 milliard d’années après, on pourrait considérer que cela n’a pas pris trop de temps. Il semblerait qu’aurait trouver une vie rudimentaire il y a 3,95 milliards d’années au Labrador au Canada et encore a deux autres endroits encore plus vieux, toujours au Canada. Cependant, des scientifiques doutent des résultats. Pourra-t-on avoir une certitude un jour ou l’autre ?
Nuage

 

De la vie sur Terre il y a 3,95 milliards d’années ?

 

AGES/EYEEM

EyeEm

Une forme rudimentaire de vie pourrait avoir été déjà présente sur Terre il y a 3,95 milliards d’années.

Une forme rudimentaire de vie pourrait avoir été déjà présente sur Terre il y a 3,95 milliards d’années, alors que la Terre subissait d’intenses bombardements de comètes et d’astéroïdes, affirment des chercheurs dans une étude publiée mercredi dans Nature.

« Nous avons trouvé la plus ancienne preuve de vie sur Terre » au Canada « dans des roches sédimentaires du Labrador datant de 3,95 milliards d’années », a déclaré à l’AFP Tsuyoshi Komiya de l’Université de Tokyo, l’un des auteurs de l’étude.

A cette époque, la Terre, qui s’est formée il y a 4,567 milliards d’années, était bombardée par les comètes,  relève-t-il.

Depuis un an, les annonces sur la date de l’apparition de la vie sur Terre se succèdent dans Nature et elles font l’objet de vifs débats entre scientifiques.

En septembre 2016, une équipe de chercheurs a annoncé dans la revue britannique avoir découvert au Groenland des stromatolites (des structures calcaires formées par des colonies microbiennes) vieux de 3,7 milliards d’années.

Puis en mars 2017, des scientifiques ont indiqué, toujours dans Nature, avoir découvert des micro-organismes fossiles qui auraient entre 3,77 et 4,29 milliards d’années. Ils ont été repérés dans la Ceinture de Nuvvuagittuq au Canada.

Cette fois-ci, les chercheurs japonais ont travaillé dans la zone de Saglek Block, dans le nord du Labrador, dont les roches ont environ 3,95 milliards d’années.

Ils ont étudié la composition isotopique de grains de graphite (carbone) pour savoir s’il était d’origine organique ou non.

Les isotopes sont des atomes qui possèdent le même nombre de protons mais qui différent par leur nombre de neutrons.

Le carbone possède plusieurs isotopes naturels (dont le fameux carbone 14, radioactif, utilisé pour les datations mais que l’on ne trouve pas dans les roches anciennes).

Pour leurs travaux, les chercheurs se sont intéressés au rapport carbone 13 (6 protons, 7 neutrons) sur carbone 12 (6 protons, 6 neutrons), deux isotopes stables.

« Les organismes, pour se développer, préfèrent les isotopes légers, en l’occurrence le carbone 12, plutôt que le carbone 13 plus lourd », explique Tsuyoshi Komiya.

Son équipe a découvert que les grains de graphite étaient nettement enrichis en carbone 12.

Tsuyoshi Komiya en déduit que « la signature » de ce graphite est « biogène », c’est-à-dire qu’il provient d’organismes vivants.

Mais Sylvain Bernard, géochimiste au Muséum national d’histoire naturelle (France), se montre très circonspect sur ces conclusions.

« Il n’y a pas que le vivant qui ait cette signature isotopique ». Elle peut venir de réactions de minéraux entre eux ou de fluides entre eux, souligne-t-il.

« Les arguments avancés par ces chercheurs sont loin d’être suffisants pour déterminer de façon non ambiguë la +biogénécité+ de ces graphites. Ils utilisent des arguments qui sont peut-être nécessaires mais ne sont pas suffisants », poursuit Sylvain Bernard.

« Pour le moment, on ne sait toujours pas quand ni comment la vie est apparue sur Terre », dit-il. « Mais on progresse », grâce à des techniques de pointe, note-t-il.

http://quebec.huffingtonpost.ca