Le Saviez-Vous ► Ces quintuplées sont devenues célèbres en 1934


En mai 1934, naquit les soeurs Dionne en Ontario au Canada. La particularité, ce sont 5 soeurs identiques. Déjà, que ce sont des naissances vraiment rares, alors imaginez à l’époque ce qu’on vivre ces enfants quand la mode était de faire l’exposition de tout ce qui est différent. Beaucoup, on fait de l’argent à leur dépendant
Nuage

 

Ces quintuplées sont devenues célèbres en 1934

 

© Youtube / bear908

Avoir des jumeaux ou des triplés est toujours spécial, mais donner naissance à des quintuplés est quasiment inimaginable.

Aujourd’hui encore, les grossesses multiples comportent des risques, donc encore plus dans les années 30.

Donc, quand une femme a accouché de 5 filles identiques, il y a 83 ans au Canada, personne ne s’attendait à ce qu’elles survivent.

Mais dès l’instant où les quintuplées Dionne ont fait leur entrée dans le monde, les sœurs sont entrées dans l’histoire.

 

© Youtube / bear908

Yvonne, Annette, Cécile, Emilie et Marie sont nées à la maison dans l’Ontario au Canada, le 28 mai 1934.

Leurs parents, Oliva-Edouard et Elzire Dionne étaient des fermiers et ils n’avaient ni l’eau courante ni l’électricité.

Un médecin du nom d’Allan Roy Dafoe a fait naitre les quintuplées avec l’aide de deux sages-femmes.

© YouTube/bear908

Docteur Dafoe pensait donner naissance à des jumeaux, mais les sœurs Dionne allaient battre un record de naissance.

Les filles étaient les seules quintuplées connues pour être nées d’un seul ovule et elles étaient le premier groupe de quintuplés à survivre pendant l’enfance, mais plus encore, jusqu’à l’âge adulte.

Toutes ensemble, les sœurs pesaient au total seulement 6 kilos.

© YouTube/bear908

En tout juste quelques jours, les quintuplées Dionne étaient devenues un phénomène mondial. Des félicitations et des cadeaux sont arrivés de toute part, mais également des propositions.

Les organisateurs d’une foire appelée la Chicago Century of Progress Exposition ont contacté les parents pour leur demander d’exposer les quintuplées.

Les parents des fillettes, qui avaient besoin d’argent, ont accepté.

Le gouvernement de l’Ontario n’était toutefois pas content de cette décision et a décidé d’intervenir. Ils ont déclaré les Dionne inaptes à s’occuper des filles et la garde leur a été retirée.

Ironiquement, toutefois, les Dionne ont eu le droit de garder leurs cinq autres enfants.

© Pinterest

Au final, Allan Roy Dafoe, le médecin qui avait fait naitre les filles, est devenu leur tuteur légal.

L’exploitation des filles a néanmoins continué, avec le soutien du gouvernement.

En réponse à l’intérêt du public, l’hôpital et Nurserie Dafoe a été construit en face de leur maison familiale.

Chaque jour, environ 6000 visiteurs venaient voir les sœurs Dionne qui étaient exhibées devant eux dans une galerie d’observation.

Les parents des quintuplées ont tenu une boutique de souvenirs dans leur maison, même s’ils étaient très peu en contact avec les filles.

© YouTube/bear908

Une industrie a pris forme autour des sœurs Dionne et l’entourage fut baptisé « Quintland ».

Quintland a généré des millions de dollars à une époque où une grande partie du monde était en pleine Grande Dépression.

Les quintuplées Dionne étaient la plus grosse attraction touristique de l’époque, surpassant même le côté canadien des chutes du Niagara. L’intérêt d’Yvonne, Annette, Cécile, Emilie et Marie n’est pas certain dans cette affaire.

© Youtube / bear908

Des images des quintuplées ont été utilisées dans des publicités pour des produits comme le sirop de maïs Karo et Quaker Oats et les filles ont été en vedette dans quatre films hollywoodiens et plusieurs documentaires.

© YouTube/bear908

En 1943, après une longue bataille juridique, la garde des sœurs Dionne a été restituée à leurs parents.

Mais même si les filles étaient de retour chez elles, leurs vies étaient loin d’être meilleures.

À ce moment-là, elles avaient 9 frères et sœurs biologiques : trois grands frères, trois grandes sœurs et trois petits frères – et les autres enfants étaient jaloux et envieux d’elles.

© YouTube/bear908

Des années plus tard, en 1995, les trois sœurs encore vivantes affirmèrent avoir été victimes d’abus sexuels de la part de leur père quand elles étaient adolescentes.

Donc, à 19 ans, Yvonne, Annette, Cécile, Emilie et Marie ont décidé de couper tout contact avec leurs parents.

© YouTube/bear908

Même si les sœurs Dionne ont essayé de mener une vie normale après une enfance faite d’abus et d’exploitation, elles ont souffert de troubles mentaux et personnels au cours de leur vie.

Emilie est décédée à l’âge de 20 ans, le 6 aout 1954, des suites d’une crise d’épilepsie.

Le 27 février 1970, Marie est décédée suite à un caillot de sang au cerveau, à l’âge de 35 ans.

© YouTube/bear908

En 1997, les trois sœurs toujours en vie ont décidé de poursuivre le gouvernement de l’Ontario pour les avoir exploitées pendant leur enfance.

Elles ont été dédommagées à hauteur de 2,8 millions de dollars et le gouvernement a reconnu ses erreurs.

© YouTube/bear908

Aujourd’hui, Annette et Cécile sont les deux seules sœurs en vie.

Apprenez en plus sur la vie fascinante, effrayante et incroyable des quintuplées Dionne dans cette vidéo :

Parce que ces filles étaient si spéciales, elles ont souffert toute leur vie.

Aujourd’hui, c’est difficile d’imaginer toute l’attention et les abus auxquels elles ont été exposées – surtout avec la participation du gouvernement.

Espérons, toutefois, que leur histoire a donné une leçon au monde entier – que tous les enfants méritent le respect et que leurs intérêts devraient être prioritaires.

http://fr.newsner.com

Nouveaux records de chaleur en vue au Québec


Oui, il fait chaud pour septembre. Personnellement, je n’ai jamais vu des chaleurs aussi accablantes à cette période de l’année. Tellement que dans certains secteurs, les travailleurs comme ceux de la construction ont fini plus tôt aujourd’hui et probablement demain
Nuage

 

Nouveaux records de chaleur en vue au Québec

 

Des maximums de près de 30 degrés Celsius... (Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Des maximums de près de 30 degrés Celsius et un facteur humidex de 40 devraient être atteints durant le jour dans les régions du sud-ouest et du centre du Québec jusqu’à mercredi.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

 

La Presse Canadienne

D’autres records de chaleur sont attendus au cours de la journée de lundi en Ontario et au Québec.

Des avertissements de chaleur accablante ont été diffusés par Environnement Canada pour certains secteurs situés dans le sud de deux provinces. Le mercure et l’humidité continuent d’y grimper au-delà des normales saisonnières.

Des maximums de près de 30 degrés Celsius et un facteur humidex de 40 devraient être atteints durant le jour dans les régions du sud-ouest et du centre du Québec jusqu’à mercredi. Le mercure grimpera donc bien au-delà des normales saisonnières, qui sont de 15 à 18 degrés le jour et de 5 à 8 degrés la nuit.

Le météorologue Alexandre Parent, d’Environnement Canada, a précisé que le mercure avait atteint de nouveaux sommets dimanche à Montréal, Sherbrooke et Val-d’Or, notamment. Il a ajouté que d’autres records de chaleur devraient être établis lundi et mardi dans de nombreux secteurs du sud du Québec. Le retour aux normales de saison devrait s’effectuer à partir de jeudi.

L’Ontario n’est pas en reste avec des températures atteignant de 30 à 33 degrés le jour. Un front froid devrait cependant traverser le sud de l’Ontario au cours de la journée de mercredi, ce qui fera baisser la température.

Environnement Canada souligne que la chaleur extrême touche tout le monde. Les risques sont cependant plus grands pour les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes souffrant de maladies chroniques et celles qui travaillent ou font de l’exercice à l’extérieur.

http://www.lapresse.ca/

Les poissons ont de la personnalité, selon une étude britannique


Je ne suis pas surprise du résultat, et cela doit être la même chose pour d’autres poissons que des guppys. Chaque poisson aurait une personnalité différente en régissant à des environnements différents. La peur, la fuite ou l’exploration …
Nuage

 

Les poissons ont de la personnalité, selon une étude britannique

 

Composition d’images publiée le 25 septembre 2017 par l’université d’Exeter montrant notamment un guppy (petit poisson à gauche) -University of Exeter/AFP/Tom HOUSLAY

Les poissons ont une personnalité complexe et réagissent chacun avec leur propre caractère face au danger, certains se montrant plus courageux que d’autres, selon une étude de l’université d’Exeter parue lundi.

Les chercheurs ont étudié une population de guppys, petits poissons d’Amérique du sud supportant bien la vie en aquarium, et ont remarqué que chaque individu répondait de façon répétée à sa manière au stress, même placé dans plusieurs situations différentes.

Plongés dans un environnement non familier, les guppys ont des stratégies différentes pour affronter cette situation stressante –bon nombre essaient de se cacher, d’autres tentent de s’échapper, d’autres enfin explorent prudemment les lieux etc. a relevé Tom Houslay, du Centre pour l’écologie et la conservation de l’université d’Exeter (sud-ouest de l’Angleterre).

L’expérience a été menée à plusieurs reprises et à chaque fois, les guppys s’en tenaient à leur même ligne de conduite, relève l’étude, parue dans la revue Functional Ecology.

Prochaine phase de la recherche: les enquêteurs tenteront de déterminer la part génétique et la part liée à l’environnement dictant ces différents comportements, pour mieux comprendre le processus d’évolution et voir si les différentes stratégies de comportement persistent lorsque l’espèce évolue, a expliqué le professeur Alastair Wilson.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Un couple russe soupçonné de cannibalisme


Il y a des gens étranges qui ont des goûts vraiment bizarres pour manger de la chair humaine. Si ce couple était vraiment cannibale, il était temps qu’ils soient arrêtés
Nuage

 

Un couple russe soupçonné de cannibalisme

 

SHUTTERSTOCK / SHINOBI

Arrêté avoir été confondu par des selfies avec des morceaux du corps démembré.

Un couple soupçonné d’avoir tué une femme, apparemment pour la manger, a été arrêté dans le sud de la Russie après avoir été confondu par des selfies avec des morceaux du corps démembré, ont annoncé lundi les autorités russes.

Début septembre dans la région de Krasnodar, un homme de 35 ans et son épouse se sont disputés avec une femme qu’ils venaient de rencontrer, selon un communiqué du Comité d’enquête, organisme chargé des principales affaires en Russie.

« L’homme a alors tué leur nouvelle connaissance et a démembré son corps, en cachant quelques fragments sur les lieux et en emportant d’autres avec lui », est-il précisé.

Il s’est également pris en photo avec son téléphone portable, en posant avec sa victime. Le portable avec ces photos a été découvert dans la rue trois jours plus tard par des ouvriers qui ont alerté la police, selon la même source.

Le couple a aussitôt été arrêté et des « fragments de corps placés dans une solution saline » ont été saisis lors d’une perquisition à leur domicile.

Des morceaux de nourriture et de viande « d’origine inconnue » ont par ailleurs été saisis dans leur cuisine, indique le communiqué.

Des expertises seront mises en place pour établir s’il s’agit de chair humaine ou de la viande d’origine animale, ajoute-t-il.

Selon des sources citées par certains médias russes, le couple se livrait au cannibalisme depuis des années et serait responsable de nombreux meurtres.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Des micro-guêpes à la rescousse du maïs


Nous sommes tous d’accord qu’il faut absolument délaisser les insecticides chimiques en agriculture. Mais il faut quand même minimiser les pertes. Un allié, un parasite qui s’attaque a un papillon diurne dans l’oeuf qui détruit le maïs. Pour le moment, le coût de cette opération est plus cher, et de plus, il faut trouver un moyen pour installer ces micro-guêpes dans lieux stratégiques malgré le manque de main d’oeuvre
Nuage

 

Des micro-guêpes à la rescousse du maïs

Les agriculteurs québécois ont désormais recours aux trichogrammes -... (Photo François Roy, La Presse)

Les agriculteurs québécois ont désormais recours aux trichogrammes – de petites guêpes à peine visibles à l’oeil nu – pour protéger leurs récoltes de la pyrale du maïs. Une technique est présentement à l’essai chez quatre producteurs : larguer des oeufs de trichogramme par drone.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

MIRNA DJUKIC

La Presse

Larguer des oeufs de « micro-guêpes » sur des champs de maïs pour les protéger d’un insecte ravageur ? Cette technique, qui a l’avantage de remplacer les pesticides chimiques, devrait bientôt bénéficier d’un coup de pouce de l’État pour en généraliser son utilisation.

La pyrale du maïs, un papillon nocturne, est le principal insecte ravageur du maïs sucré au Québec. Chaque année, elle coûte cher aux producteurs, qui peuvent y laisser jusqu’à 8 % de leurs récoltes, en plus d’engendrer d’importantes conséquences environnementales à cause des quantités massives de pesticides utilisées pour la combattre.

Plus de 150 agriculteurs québécois ont désormais recours à des alliés inattendus pour éloigner ces insectes de leurs récoltes : les trichogrammes. Ces petites guêpes à peine visibles à l’oeil nu sont des parasitoïdes, ce qui veut dire qu’elles sont très spécialisées, selon l’entomologiste François Fournier, professeur-chercheur au collège Montmorency.

« Ils pondent leurs oeufs dans l’oeuf d’un autre insecte [la pyrale], ils le bouffent et éventuellement, ils le tuent. C’est comme Alien », explique-t-il.

C’est justement parce qu’ils s’attaquent presque uniquement aux oeufs de pyrales que les trichogrammes ont si peu de risques pour l’environnement.

« Je ne dis pas qu’ils sont parfaitement spécialisés pour la pyrale, mais ça se rapproche de ça, affirme l’expert. Les impacts sont à peu près nuls sur les autres espèces. »

Si l’utilisation de trichogrammes rebute encore beaucoup de producteurs, c’est parce qu’en plus de chambouler leurs habitudes, elle coûte plus cher que les pesticides chimiques conventionnels.

Le ministère québécois de l’Agriculture et l’IRDA ambitionnent toutefois de doubler le nombre de producteurs qui utilisent les trichogrammes, ainsi que la superficie traitée d’ici deux ans. Ils viennent d’ailleurs de créer un programme d’aide financière pour aider les agriculteurs à se convertir à cette méthode.

«« C’est une méthode alternative qui permet de réduire l’utilisation des insecticides, donc de réduire l’impact sur l’environnement et la santé humaine […] et aussi de préserver une bonne partie de la biodiversité. »»

Sylvie Bellerose conseillère à la direction de l’Institut en recherche et développement en agroenvironnement (IRDA)

De plus, selon elle, les producteurs peuvent y trouver une valeur ajoutée pour leurs récoltes, étant donnée la sensibilité grandissante des consommateurs aux questions environnementales.

DISSÉMINATION PAR DRONE

Il existe un inconvénient à l’utilisation des trichogrammes : l’opération demande beaucoup de main-d’oeuvre – une denrée rare dans le domaine agricole. Elle repose sur l’utilisation de petites cartes qui contiennent des milliers d’oeufs de trichogramme, qu’on appelle trichocartes. Il faut manuellement installer des dizaines de trichocartes par hectare chaque semaine pour avoir l’effet escompté.

Pour contrer ce problème, l’IRDA, appuyé par les gouvernements fédéral et provincial, évalue présentement la possibilité de larguer des oeufs de trichogramme par drone. Des essais techniques chez quatre producteurs et une analyse des coûts sont en cours.

Jusqu’à maintenant, le principal obstacle rencontré est le faible taux de survie des trichogrammes. Puisqu’ils sont plus exposés aux éléments lorsqu’ils sont largués du haut des airs que sur les trichocartes, il faudra trouver un moyen de protéger les oeufs ou d’augmenter la quantité lâchée.

« Les travaux vont continuer, et évidemment, comme toute recherche scientifique, c’est l’argent disponible qui va déterminer la rapidité de progression de la technique », prévoit Sylvie Bellerose.

Selon elle, l’IRDA est optimiste quant aux chances d’éventuellement offrir une méthode « intéressante et efficace » de propager les trichogrammes grâce aux drones.

Pourquoi le trichogramme ?

Il existe d’autres parasites et virus capables de s’attaquer à la pyrale du maïs, mais le trichogramme est particulièrement bien choisi pour trois raisons :

• Il tue littéralement la pyrale dans l’oeuf, soit avant que celle-ci ne puisse causer le moindre dommage au maïs ;

• Il dépend de l’accessibilité des oeufs de papillons pour se reproduire et ne survit pas à l’hiver, ce qui limite les risques de prolifération incontrôlée ;

• Il est inoffensif pour les humains et la plupart des autres vivants. Il n’a donc presque pas d’impacts sur la biodiversité en bordure des champs.

http://www.lapresse.ca/