Des requins blancs rôdent dans les eaux des Maritimes


Grâce à l’interdiction de la chasse au requin blanc et de la protection des phoques, le grand blanc reviens au Canada surtout dans les Maritimes. C’est une bonne chose, car il est important que ce prédateur puisse faire partie du marin pour contrôler naturellement les autres espèces dont il se nourrit
Nuage

 

Des requins blancs rôdent dans les eaux des Maritimes

 

La tête d'un requin blanc

Au moins trois requins blancs équipés d’émetteurs sont présents au large du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.   Photo : Radio-Canada

Des requins blancs sont observés près de plages populaires et de villes touristiques en Nouvelle-Écosse, dont Peggy’s Cove, depuis le 30 juillet.

Un texte de Pascal Gervais

Au moins trois requins blancs portant un émetteur sont présents au large du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.

Le plus populaire, à cause de son compte Twitter, Hilton, un requin blanc de 600 kilos mesurant presque 4 mètres de long, a été marqué par le groupe de recherche Ocearch en mars en Caroline du Sud. Il nage depuis juillet au large de la Nouvelle-Écosse.

Savannah, un autre requin blanc, de 2,44 m de long, n’a fait qu’une seule apparition en Nouvelle-Écosse, le 14 août. L’émetteur de George a émis un signal quelques jours plus tôt dans la baie de Fundy, entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, mais reste silencieux depuis.

Jeffrey Gallant, directeur scientifique de l’observatoire des requins du Québec, n’est pas surpris par le phénomène, car depuis plusieurs années des requins blancs rôdent dans les eaux des Maritimes :

« À l’époque, il fallait se fier à des observations ponctuelles, souvent lors de sorties pour l’observation de baleines près de Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick ».

M. Gallant croit qu’il y a plus de trois requins présentement au large des côtes de la Nouvelle-Écosse, car ce n’est pas tous les requins qui ont des émetteurs.

Il y a quand même une recrudescence de la population du requin blanc qui est observée depuis une dizaine d’années, parce que maintenant le requin est protégé.

Jeffrey Gallant

Selon le chercheur, étant donné que le phoque est une espèce protégée, il s’agit d’une raison supplémentaire pour laquelle les requins blancs sont présents au Canada.

Le requin blanc visite le Canada depuis longtemps

Un requin blanc a déjà été observé dans l’estuaire du Saint-Laurent à la hauteur de Forestville, à environ trois heures à l’est de Québec.

Des écrits relatent que la chasse aux requins blancs avait lieu dans le golfe du Saint-Laurent jusque dans les années 1940.

Le requin blanc attaque rarement

Le directeur scientifique de l’Observatoire des requins du Québec est catégorique :

« Il n’y a aucune attaque répertoriée au Canada qui impliquait un requin blanc sur des humains, il y a eu quelques incidents avec des pêcheurs au Cap-Breton et un autre à baie Sainte-Marguerite, où il y a eu des embarcations qui ont été attaquées dans les années 1950 ».

Une seule attaque a été signalée dans la baie de Fundy. Pendant que des pêcheurs traînaient un thon avec leur bateau, un requin blanc est venu le couper en deux selon le chercheur Jeffrey Gallant.

Il y a à peine une centaine d’incidents où des gens sont mordus partout dans le monde chaque année et seulement 10 % des morsures sont fatales.

« Lorsqu’on considère qu’il y a des centaines de millions de personnes qui se baignent partout sur la planète, les attaques ne sont vraiment pas significatives, il y a beaucoup de choses qui sont plus dangereuses que les requins », selon le spécialiste Jeffrey Gallant.

Leur nombre augmente dans l’Atlantique

Le regain de vie de l’espèce est attribuable à la reprise des efforts de conservation du Canada et des États-Unis, qui interdit la chasse de ces requins depuis 1997, ainsi qu’à la plus grande disponibilité des proies, généralement constituées de phoques. L’espèce est toujours classée comme vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Il ne faut pas s’inquiéter de l’augmentation du nombre de requins blancs, il faut surtout s’en émerveiller, car il n’y a pas si longtemps on ne pensait pas que l’on verrait ça.

Jeffrey Gallant

Le scientifique rappelle que les requins blancs sont essentiels sur le plan environnemental.

« Ce sont des prédateurs situés tout en haut de la chaîne alimentaire et ils aident à contrôler les populations d’autres espèces. »

http://ici.radio-canada.ca/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s