Quels oiseaux entendez-vous dans votre cour, votre parc ?


Des oiseaux du Québec que l’on peut entendre loin des grandes artères, mais plutôt dans les parcs, les sentiers et forêts
Nuage

 

Quels oiseaux entendez-vous dans votre cour, votre parc ?

 

Le Saviez-Vous ► Découverte d’un nouveau cercle rituel en Angleterre


En Angleterre, un nouveau cercle a été découvert en début juin. Que signifie-t-il ? Des tombes abritant des squelettes ont-il été sacrifier pour un rituel religieux ? A-il rapport ave le site de Stonehenge qui sont de la même époque ?
Nuage

Découverte d’un nouveau cercle rituel en Angleterre


Photo:
Achaeology Warwickshire

Stonehenge est assurément un des sites historiques les plus visités et photographiés dans le monde. Or, il est loin d’être le seul cercle de pierre construit au Néolithique en Europe et à cet égard, des archéologues viennent d’annoncer la découverte d’un nouveau cercle rituel, incluant des sépultures, datant d’environ 4000 ans.

La découverte:


Vue aérienne
Photo:
Achaeology Warwickshire

Une équipe d’archéologues britanniques a annoncé cette semaine (semaine du 4 au 10 juin 1917 nlrd) la découverte et la mise au jour d’un ancien cercle rituel, mais sans structure de pierre, à Newbold-on-Stour, dans le Warwickshire. La découverte fut réalisée  dans le cadre de fouilles préventives avant un projet de construction résidentielle. Les archéologues ont ainsi pu dégager une importante tranchée circulaire, qui n’est pas sans rappeler celle de Stonehenge et ont aussi fait la découverte de cinq tombes contenant des squelettes, dont un entier, ce qui est très rare! Les conditions climatiques de l’Angleterre rendent en effet la préservation des corps plutôt difficile.


Photo:
Achaeology Warwickshire

Les archéologues ont pu dater la structure comme étant vieille de 4000 ans, ce qui en fait un site un peu plus récent que le célèbre cercle de Stonehenge. Puisque des squelettes ont été découverts en lien avec le site et que trois d’entre eux font face à l’ouest et les deux autres à l’est, la première hypothèse formulée est qu’il doit s’agir d’un site religieux et rituel. Les squelettes, qui pourraient bien faire partie de la même famille, seront analysés dans les prochaines semaines et pourront permettre non seulement une datation plus précise, mais pourront aussi nous donner des indices sur le mode et l’origine de ces gens.

Un usage incertain:


Photo:
Achaeology Warwickshire

Une telle découverte est toujours fascinante, mais pas si surprenante, puisque les chercheurs ont identifié des centaines de cercles creusés ou avec des mégalithes partout en Grande-Bretagne. Même le secteur tout près de Stonhenge révèle des structures inconnues depuis quelques années! Bien que ces sites datant tous de la période Néolithique soient nombreux, les spécialistes débattent toujours de leur usage et de leur symbolisme exact.


Le site de Woodhenge dans le Wiltshire
(
Source)

En se basant sur l’alignement de Stonehenge avec les solstices, la théorie la plus répandue est que ces sites servaient un objectif rituel et religieux, basé sur l’observation de la nature et des phénomènes astronomiques. La plupart de ces sites semblent en effet avoir été des lieux de visites occasionnelles, mais pas habités quotidiennement puisqu’il n’y a pas de traces d’activités journalières comme des traces de fours ou d’agriculture. 


 

Spécialiste en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com

Les poissons fuient le pétrole, selon une étude


Les poissons ont un odorat un peu comme la nôtre. Si bien que quand ils sentent une odeur suspecte comme un déversement de pétrole, ils prennent la fuite.
Nuage

 

Les poissons fuient le pétrole, selon une étude

 

Une truite arc-en-ciel

Une truite arc-en-ciel Photo : iStock

Les poissons fuient les cours d’eau pollués, selon une récente étude de l’Université de l’Alberta. C’est une bonne nouvelle pour les chercheurs qui, jusqu’à présent, connaissaient mal le comportement des poissons en cas de pollution accrue, comme dans le cas d’un déversement de pétrole.

Un texte de Camille Martel

Étonnamment, c’est grâce à leur flair que les poissons évitent la pollution.

« Leur odorat fonctionne comme le nôtre et c’est une très bonne chose », dit Keith Tierney, toxicologue à l’Université de l’Alberta et auteur principal de cette nouvelle étude parue en mai dans la revue Environmental Science & Technology.

Dès qu’ils sentent le danger, ils prennent la fuite! Keith Tierney, toxicologue à l’Université de l’Alberta

Le chercheur explique qu’on peut comparer cela à quelqu’un qui sent de la fumée :

« Dès que notre cerveau reçoit ce signal, une lumière rouge s’allume, et c’est pareil pour les poissons qui sentent une modification de l’environnement aquatique. »

Keith Tierney a mené son étude sur des truites arc-en-ciel, qui figurent parmi les poissons les plus communs en Amérique du Nord.

« On peut étendre les résultats de notre étude à plusieurs espèces de poissons, puisque le système olfactif est similaire pour de nombreuses espèces », mentionne le chercheur.

 

C’est une nouveauté dans le milieu scientifique, souligne Keith Tierney, parce qu’il est difficile de prévenir le comportement des poissons. Les chercheurs ignorent quel niveau exact de toxicité fait fuir les poissons, mais ils le situent entre 1 % et 10 %.

L’étude a aussi montré que l’olfaction des poissons est touchée lorsqu’ils sont coincés dans un cours d’eau pollué. Or, dès qu’ils arrivent à s’en échapper, leur odorat revient.

« C’est comme pour nous, les neurones olfactifs sont ceux qui se régénèrent le plus rapidement. »

Malgré tout, bien des questions restent sans réponse pour les chercheurs. Les effets de l’exposition à long terme aux contaminants de la région des sables bitumineux en Alberta, ainsi que les conséquences de leur exploitation sur la vie aquatique, demeurent méconnus.

http://ici.radio-canada.ca

Des lunettes qui parlent aux malvoyants (font la lecture, reconnaissent objets et visages…)


Une lunette qui permet de lire ou de reconnaitre certains objets et visages pour les malvoyants est disponible en France. Espérons que cette technologie sera aussi disponible bientôt ailleurs dans le monde pour faciliter ceux qui ont des problèmes de vision
Nuage

 

Des lunettes qui parlent aux malvoyants (font la lecture, reconnaissent objets et visages…)

 

Le système MyEye de la société Orcam, qui inclut une caméra miniature et un logiciel basé sur des techniques d’intelligence artificielle, permet aux handicapés visuels de se faire lire le journal ou une notice d’utilisation, ou encore d’identifier des objets du quotidien et des visages, rapporte le site ZDNet.

Il peut notamment aider les personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Une caméra, qui se clippe sur une monture de lunettes, capture 30 images par seconde à la résolution de 1 million de pixels. De quoi reconnaître un texte pointé du doigt par l’utilisateur. Le texte est lu en temps réel à l’oreille de la personne.

« L’utilisateur pointe du doigt la zone de texte qu’il veut être lu par MyEye. La caméra peut aussi suivre le déplacement du doigt sur un texte, c’est très pratique pour la lecture d’un journal, où l’on va sauter d’un article à l’autre » explique Delphine Nabeth, chargée de la commercialisation.

La caméra permet aussi de reconnaître objets et visages.

« Ça ne marche pas avec les fruits et les légumes, les formes sont trop différentes à chaque fois. Mais cela fonctionne très bien avec des boites de céréales par exemple ».

Pour l’heure, 150 objets et 100 visages peuvent être stockés dans la base de données. Des capacités qui sont appelées à évoluer.

La caméra est pour l’heure reliée par fil à un boîtier de la taille d’un étui à lunettes qui héberge la batterie (autonomie de 6 heures en mode lecture) et le logiciel. Une future version devrait se passer de ce boîtier.

MyEye est disponible en France depuis octobre dernier dans un réseau d’opticiens. Le prix du dispositif varie entre 2 900 € et 3 900 €.

Orcam travaille à faire reconnaître l’appareil comme une prothèse visuelle en France. Cela pourrait permettre une prise en charge au moins partielle du dispositif par les mutuelles, à l’instar des prothèses auditives.

http://www.psychomedia.qc.ca/s

Conservation des médicaments lors de canicules : recommandations de l’ANSM


Il faut porter attention sur les conditions d’entreposage des médicaments pour ne pas altérer les effets voulus
Nuage

 

Conservation des médicaments lors de canicules : recommandations de l’ANSM

 

Voici les recommandations de l’Agence française du médicament (ANSM), mise à jour en mai 2017, pour la conservation des médicaments lors d’une période de canicule ou lors de transports dans des conditions où la température n’est pas contrôlée ou maîtrisée.

Les conditions de conservation figurent sur le conditionnement des médicaments :

  • médicaments à conserver entre +2 et +8 °C ;
  • médicaments à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30 °C ;
  • médicaments sans mention particulière : conservation à température ambiante (climat français ou similaire).

L’ANSM fait les recommandations suivantes pour chacune de ces catégories de médicaments :

Médicaments à conserver entre +2 et +8 °C

« Ces médicaments sont conservés dans des réfrigérateurs ou des chambres froides. Les températures élevées devraient être sans conséquence sur leur stabilité s’ils sont utilisés assez rapidement une fois sortis du réfrigérateur. La température des réfrigérateurs doit être régulièrement contrôlée.

Médicaments à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30 °C

Le dépassement ponctuel, de quelques jours à quelques semaines, de ces températures n’a pas de conséquence sur la stabilité ou la qualité de ces médicaments.

En effet, en cas de vague de chaleur, les médicaments stockés dans des conditions normales au domicile des patients ou dans les pharmacies sont exposés à des conditions de stress thermique inférieures aux températures des épreuves de stabilité (qui ont montré l’absence de dégradation après exposition de plusieurs semaines à une température constante de 40 °C).

Médicaments biologiques (insuline, somatropine…) en présentation multidose qui se conservent hors du réfrigérateur après ouverture à des températures ne dépassant pas 25 °C ou 30 ° C.

En cas d’exposition à des températures supérieures, il est recommandé de se rapprocher, éventuellement avec l’aide d’un pharmacien, du laboratoire dont le nom et les coordonnées figurent sur l’emballage extérieur et la notice du médicament.

Médicaments sans mention particulière de conservation (conservation à température ambiante)

Dans les conditions habituelles de conservation (armoire à pharmacie, entrepôt normalement ventilé), ces médicaments ne craignent pas une exposition aux températures élevées telles qu’observées pendant les périodes de canicule (les essais de stabilité ont montré l’absence de dégradation après exposition pendant 6 mois à une température de 40 °C).

Cas particuliers

Formes pharmaceutiques particulières (suppositoires, ovules, crèmes…)

Pour les formes pharmaceutiques sensibles à la chaleur, l’aspect du produit à l’ouverture permet de juger relativement facilement du maintien de la qualité après exposition à la chaleur. Tout produit dont l’apparence extérieure est visiblement modifiée ne devrait pas être utilisé, cette altération de l’aspect extérieur pourrait indiquer une modification des propriétés de la forme pharmaceutique (indépendamment de la qualité de la substance active).

Médicaments utilisés dans des conditions particulières

Transport par les particuliers

Les mêmes précautions de conservation doivent s’appliquer.

– Médicaments à conserver entre +2 et +8 °C :
Transport dans des conditions qui respectent la chaîne du froid mais sans provoquer de
congélation du produit
(emballage isotherme réfrigéré).

– Médicaments à conserver à une température inférieure à 25 ou à 30 °C et médicaments à conserver à température ambiante :

Pas d’exposition trop prolongée à des températures élevées telles que celles fréquemment relevées dans les coffres ou les habitacles de voitures exposées en plein soleil. Il est conseillé par mesure de prudence de les transporter dans un emballage isotherme non réfrigéré.

Pour plus d’informations et conseils, voyez : La chaleur peut réduire la puissance et l’efficacité des médicaments : conseils

Les médicaments qui peuvent amplifier les effets de la chaleur

Psychomédia avec sources : Inserm.

http://www.psychomedia.qc.ca

Le Japon, adepte des séances de gym au travail


Personnellement, je trouve cela génial que des entreprises donnent du temps pour des étirements et quelques exercices à ses employés et que même un peu partout les gens sont incités a bouger. C’est bon pour le corps et l’esprit, mais aussi pour le rendement au travail
Nuage

 

Le Japon, adepte des séances de gym au travail

 

Mine sérieuse, attitude appliquée dans leurs costumes, ils s'étirent, balancent... (PHOTO AFP)

PHOTO AFP

 

SHINGO ITO, PETER BRIEGER
Agence France-Presse
Tokyo

Mine sérieuse, attitude appliquée dans leurs costumes, ils s’étirent, balancent les bras à l’unisson, au rythme d’une musique douce. Se livrer à des exercices pour rester en forme et motivés au travail: la pratique n’est pas rare au Japon.

La société d’informatique Adoc International, située dans la banlieue de Tokyo, a commencé à appliquer il y a trois ans ce rituel du «rajio taiso», littéralement gymnastique radiophonique, des exercices initialement réalisés à l’écoute d’un programme mêlant mélodie au piano et instructions, diffusé sur les radios nationales à partir de la fin des années 1920.

«Nous avons choisi le « rajio taiso » car c’était la série d’exercices la plus simple à mettre en place», explique Clifton Lay, employé du département des ressources humaines. «La plupart des Japonais et personnes qui ont grandi au Japon sont déjà familiers de ce type de mouvements et n’ont aucun problème pour les effectuer».

Pour démarrer la matinée ou l’après-midi d’un bon pied, les salariés suspendent donc leurs tâches plusieurs fois par semaine pour un bref intermède sportif.

«Le fait de faire cet exercice le matin en arrivant au boulot ou juste après la pause du midi, autrement dit à un moment où l’on n’a pas encore la tête complètement au travail, permet de se préparer, de se dire « allez, au boulot!», souligne M. Lay.

La pratique du «rajio taiso», vieille de près d’un siècle, fut à l’origine empruntée à une compagnie d’assurance américaine. Elle s’est ensuite rapidement répandue à travers le Japon, sur les lieux de travail et dans les écoles.

Stretching collectif non obligatoire

Les chaînes de radio et télé publiques NHK y consacrent chacune trois minutes de leur antenne chaque jour, en proposant différentes déclinaisons selon que l’on souhaite renforcer sa puissance musculaire, gérer un handicap ou s’entretenir à un âge avancé.

Cette diffusion, jugée trop militariste, avait été interdite temporairement par les Alliés après la défaite du Japon dans la Seconde guerre mondiale, avant d’être réintroduite en 1951.

Aujourd’hui, à partir de sondages et autres données, une association de promotion du «rajio taiso» estime à 26-28 millions le nombre de Japonais qui s’y adonnent au quotidien.

Le constructeur d’automobiles Toyota dispose de sa propre version, tandis que les employés de Sony, de l’ouvrier du bas de l’échelle aux plus hauts dirigeants, sont conviés à une séance de stretching collectif à 15h, non obligatoire toutefois.

Outil destiné à renforcer le dévouement pour l’entreprise, valeur incontournable au Japon, ces séances collectives de gym sont aussi de plus en plus un moyen de s’assurer de la longévité au travail des employés.

«La population japonaise vieillit rapidement et il y a de moins en moins d’enfants, c’est un très gros risque pour les compagnies», rappelle Kenichiro Asano, qui veille à la santé des effectifs de la société d’équipement électrique Fujikura.

«Garder les salariés en forme est une stratégie d’entreprise importante. La santé est un levier à part entière qui permet d’atteindre une gestion optimale de la compagnie», insiste-t-il.

Travailler debout

Chez Fujikura, un espace détente permet de se livrer à des exercices de suspension à des barres horizontales, tandis qu’une salle est mise à disposition pour procéder à des examens.

«Se peser chaque jour, prendre sa tension artérielle, compter son nombre de pas, ou mesurer le niveau de fatigue sont autant de données qui nous permettent de savoir si la santé de l’employé va dans le bon sens, et aussi par conséquent de lui donner des informations et des conseils personnalisés», estime M. Asano.

Le géant du commerce en ligne Rakuten a lui préféré opter pour des bureaux modulables: il en a installé 12 000 à son siège tokyoïte, afin de laisser le choix à chacun de travailler debout ou assis, à sa guise.

«Je me fatigue vite quand je reste assis trop longtemps, donc c’est agréable de pouvoir se lever de temps en temps», confie un ingénieur, Liu Xiaolu.

Loin d’être anecdotique, la question de la santé au travail devrait être une priorité, selon Koichiro Oka, professeur de sciences comportementales à l’université Waseda de Tokyo.

«Un manque d’exercice pendant la semaine peut conduire à des maladies cardiaques, du diabète et d’autres problèmes», même si on se rattrape le week-end, prévient-il.

 

http://www.lapresse.ca