Les chevaux scythes encore loin de ceux d’aujourd’hui


La domestication des chevaux a commencé il y a 5 500 ans. Grâce au séquençage des génomes, ils ont pu remonter la ligner des chevaux domestiques actuels. Cette sélection à travers le temps n’est pas sans conséquence, car des maladies congénitales font maintenant partie de leur génétique
Nuage

 

Les chevaux scythes encore loin de ceux d’aujourd’hui

 

Une restitution de l’un des étalons scythes sacrifiés lors de l’inhumation royale de Berel’ au Kazakhstan.

Les génomes d’anciens chevaux montrent que la sélection des traits chevalins actuels avait commencé à l’époque des Scythes, puis s’est accélérée au cours des deux derniers millénaires.

François Savatier

Chevaux de trait, chevaux de selle, poneys… Il existe des centaines de races de chevaux domestiques. Quand et comment cette diversité est-elle apparue ? Réalisé par une vaste équipe internationale autour de Ludovic Orlando, de l’université de Copenhague, le séquençage de quatorze génomes d’anciens chevaux apporte plusieurs éléments de réponse surprenants.

Les chercheurs travaillent à restituer l’histoire évolutive des chevaux domestiques, animaux qui ont joué un très grand rôle dans l’histoire humaine (transport à longue distance, guerres, etc.). Amorcée il y a quelque 5 500 ans en Asie centrale, la domestication d’Equus ferus a été à l’origine de nombreuses cultures nomades dans les steppes asiatiques. Ainsi, il y a plus de 3 000 ans, un homme de la culture préscythe de Subeshi, dans le désert du Taklamakan, a été enterré avec un pantalon taillé pour la monte. Quelques siècles plus tard, au début de l’âge du Fer, les Scythes pratiquaient une culture équestre hautement développée et occupaient un territoire allant de la mer Noire au massif de l’Altaï, en Mongolie.

Ces repères chronologiques expliquent pourquoi les chercheurs ont choisi de séquencer les génomes de quinze étalons sacrifiés il y a entre 2  350 et 2 750 ans, à l’occasion de funérailles royales scythes. La biodiversité de ces chevaux s’est révélée plus importante que celle des chevaux actuels, qui n’ont pratiquement plus qu’un seul type de chromosome Y, comme s’ils descendaient tous d’un unique étalon.

À l’époque des Scythes, la sélection par l’homme était cependant déjà largement lancée. Ainsi, les chercheurs ont constaté que les gènes mutés favorables à la course, à une plus grande taille du corps, mais aussi à la lactation chez les juments avaient déjà commencé à s’accumuler dans le génome des chevaux scythes. Particulièrement intéressante est l’accumulation de mutations adaptatives dans une région du génome associée à la crête neurale, une population de cellules de l’embryon à l’origine de nombreux tissus de l’organisme. Cette constatation va dans le sens de la « théorie de la crête neurale », selon laquelle c’est une modification précoce du développement de cette population de cellules qui aurait rendu possible la sélection artificielle des traits typiques de toutes les espèces domestiques : robes et tailles variées, oreilles tombantes (pour d’autres animaux que les chevaux)…

L’équipe de Ludovic Orlando a aussi établi que lors des sacrifices qui accompagnaient les inhumations royales, les Scythes aimaient sacrifier des chevaux de couleurs diverses : ils ont en effet pu établir la présence dans leur échantillon de deux chevaux noirs, d’un de couleur crème, de quatre chevaux bais et de six alezans. Une preuve de plus du fait que la domestication était enclenchée, puisque c’est elle qui a produit l’aspect très divers des chevaux d’aujourd’hui. Il semble que ce soit seulement au cours des deux derniers millénaires que la reproduction à partir d’un très petit nombre d’étalons s’est généralisée. C’est cela, et aussi une sélection incessante, qui a produit les centaines de types de chevaux souvent très athlétiques, arborant des dizaines de robes et de marques très variées, que nous connaissons.

Malheureusement, cela a aussi multiplié les défauts d’organe, les cataractes et les nombreuses maladies congénitales auxquelles les éleveurs sont confrontés aujourd’hui.

http://www.pourlascience.fr/

Publicités

2 réponses à “Les chevaux scythes encore loin de ceux d’aujourd’hui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s