Parole d’enfant ► Rendez-vous annulé annulé


Les médecins ont-ils droit d’être malade quand il faut des soins pour les patients ? D’après Mlle, non du moins, s’ils ne se font pas remplacer par un confrère, ou une consoeur,. Sauf que quand c’est un spécialiste, c’est moins évident
Nuage

 

Rendez-vous annulé

annulé

 

Grand-maman raconte :

Sydney avait un rendez-vous et nous devions rejoindre maman pour ce rendez-vous au grand plaisir d’Ana-Jézabelle. Mais, il a été annulé

– Pourquoi on y va pas … Il n’y a pas d’autobus ?

– Non, le médecin est malade
Elle lève les yeux

– Les médecins ne tombent jamais malades
Parce que les médecins faut qu’ils guérissent les gens. Faut qu’ils aillent au rendez-vous, ils sont obligés de soigner les gens. Sinon un autre médecin doit y aller à sa place

Ana-Jézabelle, 5 ans / 11 avril 2017

Le Saviez-Vous ► Ces aliments ne périment jamais.


Quoiqu’il y a des aliments ont des dates de péremption à cause de la loi, certains d’entre eux peuvent durer plus longtemps s’ils sont bien conservés
Nuage

Ces aliments ne périment jamais.

 

1. Le miel

Cela fait très longtemps que le miel fait partie du régime alimentaire des hommes. Les archéologues ont déjà retrouvé du miel dans les pyramides égyptiennes qui est encore comestible ! Les miels un peu vieux ont tendance à se cristalliser, mais si on les réchauffe, ils retrouvent leur texture et saveur délicate.

Pour faire en sorte que le miel se conserve bien, évitez les miettes de pain et le beurre dans le pot…

2. Le beurre clarifié

Sa faible teneur en protéines et eau lui confère une durée de vie plus conséquente.

Fon Hodes/shutterstock.com

3. Le sel

Que cela soit du sel de table, du sel de mer ou des cristaux de sel, le sel est une denrée non périssable. Le préserver dans un endroit sec et recouvert évitera qu’il ne devienne compacte et même si c’est le cas, il faut savoir que ça n’ôte pas le goût.

Sea Salt

4. L’eau

La date de péremption sur les bouteilles d’eau concerne plus le récipient que l’eau en elle-même. Avec le temps, les plastifiants de la bouteille se diffusent dans l’eau la rendant impure voilà pourquoi il est important de regarder les dates. Si vous conservez l’eau dans des récipients en verre, alors vous pouvez la conserver aussi longtemps que vous le voulez.

Barer 61

5. La Maïzena

La Maïzena est utilisée dans de nombreuses recettes notamment pour épaissir les sauces, crèmes, etc. Si elle est correctement conservée, elle ne se périme jamais.

corncob

6. Les pâtes

Les pâtes sont des denrées non périssables, sauf si elles sont au blé complet.

Spaghetti

7. Le riz

Le riz comme le Basmati est une denrée non périssable, mais le riz brun et le long grain sont périssables du fait de leur teneur en graisse.

Reis

8. Les boîtes de conserve

Avec le temps, la consistance, le goût et la couleur des aliments peuvent changer, mais s’ils sont conservés dans des boîtes de conserve, ils ne périment pas. Néanmoins, si la boîte est endommagée alors les aliments se conservent moins longtemps.

_C0A6648REW Tin IV, 3-9-15 zan

9. Le vinaigre de vin blanc

Lorsqu’il est conservé correctement, le vinaigre de vin blanc distillé peut être utilisé pour faire des vinaigrettes, l’entretien de la maison et comme désodorisant naturel pendant très, très longtemps.

Under 25? Please be prepared to show proof of age when buying alcohol

10. Le sirop d’érable

Comme le miel, le sirop d’érable est non périssable du fait de sa forte teneur en sucre. S’il devient compact, il suffit de plonger la bouteille dans de l’eau chaude pour le faire redevenir liquide.

CanadianMapleSyrup

11. Le sucre

Les bactéries ne se nourrissent pas de sucre donc, elles ne s’accumulent pas sur le sucre. De fait, le sucre peut se conserver ad vitam aeternam. Que cela soit du sucre roux, en poudre, glace ou autre, vous n’avez pas d’inquiétude à avoir : c’est une denrée non périssable.

http://www.lastucerie.fr

L’homme qui a freiné la propagation du logiciel malveillant qui a infecté 150 pays a 22 ans


 

Il semble que le logiciel de rançon qui a affecté plusieurs pays dont des hôpitaux, des entreprises et des groupes a freiné sans propagation grâce à un jeune de 22 ans en Angleterre. Le plus insolite, c’est qu’en regardant de quoi il s’agissait, il a fait un geste, pour voir ce qui se passerait. Cependant, il se peut que le nombre d’ordinateurs infectés augmentent lundi.
Nuage

L’homme qui a freiné la propagation du logiciel malveillant qui a infecté 150 pays a 22 ans

 

Abstract image of a virus | Yuri Samoilov via Flickr CC License by

Abstract image of a virus | Yuri Samoilov via Flickr CC License by

Repéré par Mélissa Bounoua

Il se fait désigner uniquement par son pseudo MalwareTech –le nom de son blog et de son compte Twitter @MalwareTechblog. Ce chercheur cybersécurité du sud-ouest de l’Angleterre n’a que 22 ans, c’est pourtant lui qui a arrêté la propagation du logiciel malveillant de type «rançongiciel» –l’ordinateur infecté affiche un message demandant à l’utilisateur une rançon en monnaie virtuelle pour le débloquer.

 Il a 200.000 ordinateurs dans plus de 150 pays. Nommé WanaCrypt0r 2.0, il exploite une faiblesse de Windows et a déjà paralysé le réseau de téléphonie espagnol Telefonica, le service de livraisons FedEx aux États-Unis et une partie des hôpitaux aux Royaume-Uni qui n’ont plus eu accès aux dossiers des patients. Le ministère de l’Intérieur russe déclare avoir 1.000 ordinateurs infectés.

MalwareTech a accidentellement trouvé, avec l’aide d’un ami, Darien Huss, le moyen d’actionner un mécanisme d’autoblocage, en trouvant l’adresse d’un site internet dans le code du logiciel. Le logiciel malveillant tentait de se connecter à ce site pour diffuser. En se rendant compte que le nom de domaine était à vendre, MalwareTech l’a simplement acheté, ce qui a déclenché le mécanisme d’urgence prévu par les créateurs du logiciel pour stopper la propagation.

Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

 

Malwaretech travaille pour Kryptos logic, une entreprise basée à Los Angeles spécialisée en renseignements et détaille au Guardian:

«Je déjeunais avec un ami,  je suis rentré à 15h et j’ai vu plusieurs articles sur la NHS [le système de santé anglais] et à propos d’autres institutions touchées», raconte-t-il au Guardian. «J’ai regardé un peu de quoi il retournait,  j’ai vu un modèle de virus derrière et j’ai compris qu’il se connectait à un domaine spécifique, qui n’était pas utilisé. Donc je l’ai acheté, ne sachant pas ce que cela ferait à ce moment-là.»

Il ne se doutait pas en effet qu’il venait de trouver le moyen d’arrêter la progression. Cela lui a coûté 10,69 dollars (9,77 euros).

«Mon but était simplement de surveiller la propagation et voir si on pourrait faire quelque chose plus tard. Mais on a vraiment arrêté la diffusion en achetant le domaine», continue-t-il. «Mais les heures qui ont suivi ont été intenses en émotions. Au départ, quelqu’un a évoqué l’idée que nous avions causé l’infection en achetant le domaine, donc on a un peu flippé jusqu’à ce qu’on réalise que c’était l’inverse et qu’on l’avait bien stoppé.»

Il explique qu’il a trouvé son premier emploi à la sortie du lycée sans véritables qualifications. Il n’est pas allé à l’université, a commencé à écrire des logiciels et un blog sur les nouvelles technologies.

«Ça a toujours été un hobby pour moi, je suis autodidacte. J’ai fini par avoir un job en créant un traqueur d’attaques de bots, la compagnie pour laquelle je travaille l’a remarqué, m’a contacté et m’a demandé si je cherchais un emploi. Cela fait un an et deux mois que j’y travaille.»

MalwareTech était en vacances au moment de l’attaque, raconte-t-il sur son blog, il a finalement bien fait d’écourter sa semaine pour se pencher sur ce logiciel malveillant ce vendredi 12 mai. Si les ordinateurs déjà infectés le sont toujours, cela a évité que le virus se propage à une centaine de milliers d’autres machines, d’après lui.

Alors que la semaine va recommencer, la peur est que beaucoup d’employés allument leur ordinateur qu’ils soient infectés. Le directeur d’Europol, Rob Wainwright, s’en inquiète auprès du Guardian:

«Les chiffres augmentent. J’ai peur qu’ils continuent quand les gens vont se rendre au travail et allumer leur machine lundi matin. 200.000 personnes dans 150 pays sont infectées, selon le dernier bilan. Beaucoup d’entreprises, y compris des grands groupes.»

http://www.slate.fr

La belle histoire d’une lettre d’amour retrouvée 72 ans après


Une lettre d’amour qui n’a jamais été ouverte dédié à l’homme qui a partagé sa vie, il y a 72 ans a pu se rendre enfin à destination.
Nuage

 

La belle histoire d’une lettre d’amour retrouvée 72 ans après

 

 

Écrit en 1945, le courrier n’était jamais parvenu à son destinataire. Il a été retrouvé par hasard pour le plus grand bonheur d’un Américain de 96 ans.

 

PAR 6MEDIAS

 

Un Américain de 96 ans a eu l’émouvante surprise de découvrir, 72 ans après, une lettre d’amour de sa femme qui ne lui avait jamais été remise. C’est CNN qui raconte cette incroyable histoire, qui a pris sa source dans le New Jersey, quand un père et sa fille tombent sur la missive alors qu’ils retapent une maison.

« L’enveloppe était vieille et jaunie. Elle n’avait jamais été ouverte. C’était incroyable quand mon gendre a commencé à la lire. Dans la lettre, elle parlait du bébé qu’elle allait avoir », explique le père.

« Je t’aime Rolf, comme j’aime le soleil chaud »

« Je t’aime Rolf, comme j’aime le soleil chaud, et c’est ce que tu es dans ma vie, le soleil autour duquel tout le reste tourne pour moi », écrit Virginia, l’auteure de la lettre datée du 4 mai 1945.

Rolf, c’est Rolf Christoffersen, un Américain de 96 ans qui vit à Santa Barbara en Californie, de l’autre côté des États-Unis. La propriétaire de la maison dans le New Jersey, une dénommée Melissa, entame des recherches et tombe sur un numéro de téléphone. À l’autre bout du fil, c’est le fils de Rolf Christoffersen, âgé de 66 ans.

« Melissa m’a demandé où j’avais grandi et je le lui ai dit. Elle m’a alors parlé de la lettre », explique-t-il.

Le courrier perdu traverse alors les États-Unis et retrouve enfin son destinataire, qui l’ouvre avec une certaine émotion.

« J’étais tellement surpris après toutes ces années. J’étais très content d’apprendre l’existence de cette lettre. Je suis toujours très émotif », avoue Rolf Christoffersen, qui a perdu sa femme six ans plus tôt. « Ses mots me rappellent que ma mère était vraiment quelqu’un de bien et combien elle nous aimait », ajoute le fils, lui aussi très ému par cette découverte.

http://www.lepoint.fr

La paléogénétique sans os est née


La technologie en génétique ouvre une porte à la paléogénétique qui peut trouver de l’ADN mitochondrial dans des sédiments qui peuvent être datés des milliers d’années. Ils peuvent donc trouver la présence de mammifères, mais aussi de l’être humain comme l’homme de Néandertal et l’homme de Denisava. Et ce, sans aucun os à se mettre sous la dent
Nuage

 

La paléogénétique sans os est née

 

Ce crâne ancien atteste qu’un ours a vécu dans la grotte de la Caune de l’Arago, à Tautavel, dans les Pyrénées orientales. Les sédiments revèleront-ils que des humains ont aussi foulé cette grotte ?

L’analyse des fragments d’ADN mitochondrial présents dans les sédiments prélevés dans des grottes occupées par le passé a permis d’identifier de nombreux mammifères, dont des espèces humaines.

François Savatier

 

C’est une immense surprise : il est possible retrouver de l’ADN humain dans les sédiments des grottes occupées il y a des centaines de milliers d’années. C’est ce que vient de démontrer une équipe conduite par Svante Pääbo et Matthias Meyer, de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste à Leipzig.

Ces chercheurs ont rassemblé 85 échantillons de sédiments prélevés dans des cavernes habitées par des néandertaliens ou des denisoviens, puis ils ont tenté d’en extraire de l’ADN mitochondrial.

Cet « ADNmt » provient, non pas du noyau de la cellule, mais des mitochondries, les petits organites qui lui apportent son énergie. Surprise, alors que un milligramme d’os ancien contient généralement entre 34 et 9000 fragments d’ADNmt, un milligramme de sédiment contient entre 30 et 4500 fragments d’ADNmt appartenant à des espèces de mammifère.

Bien entendu, l’ADN mitochondrial retrouvé dans les sédiments provient avant tout de bactéries et d’autres micro-organismes, mais les paléogénéticiens savent le trier. Pour cela, ils séquencent les millions de fragments extraits d’un échantillon afin de constituer des bibliothèques de séquences. Des algorithmes et des bases de génômes de référence permettent ensuite de calculer la probabilité qu’une séquence appartienne à telle ou telle espèce ou famille. Les chercheurs ont ainsi identifié entre 14 et 50 114 fragments ayant une probabilité notable d’appartenir à une espèce identifiée, puis vérifié que l’ensemble des fragments couvrent bien le génome de l’espèce en question, comme on peut s’y attendre en l’absence de contamination. Ils ont aussi vérifié que les bases C des extrémités de rubans d’ADN ont été remplacées par d’autres bases, ce qui est un marqueur sûr de l’ancienneté de l’ADN.

Au final, les chercheurs ont pu identifier des séquences d’ADN mitochondrial attribuables à 12 familles mammifères. Il s’agit sans surprise du mammouth et du rhinocéros à poils laineux, des hyènes des cavernes (disparues) et tachetées (qui vit encore en Afrique), de l’ours des cavernes (disparu),… mais aussi à des bovidés, suidés (sangliers), équidés et canidés (loups).

Et l’Homme ? Pour identifier de l’éventuel ADNmt humain, les chercheurs ont employé la technique de la capture par hybridation, qui consiste à fabriquer à partir d’un ADN de référence des « sondes » spécifiques d’une espèce susceptibles de se lier chimiquement à un fragment complémentaire issu de cette espèce. Les chercheurs ont ainsi identifié entre 10 et 165 séquences probablement humaines et manifestement anciennes.

Les premiers résultats suggèrent la présence probable d’ADNmt néandertalien dans les grottes d’El Sidrón (Espagne), de Trou Al’Wesse (Belgique), et de Denisova (Sibérie). Or la présence de néandertaliens dans ces sites est attestée par des os fossiles, mais mis au jour dans d’autres strates que celles où ont été prélevés les échantillons… Les chercheurs n’ont pas identifié d’ADNmt humain dans les sédiments très anciens, tels ceux prélevés sur les sites de Caune de Neuf échantillons extraits de la galerie est de la grotte de Denisova suggèrent aussi la présence probable de Denisoviens dès le Pléistocène moyen (- 781 000 à – 126 000 ans). l’Arago et Chagyrskaya (en Sibérie). Dans deux autres sites aux sédiments plus récents, celui de Cottès (Vienne) et celui de Vindija (Croatie), aucune trace d’ADN humain n’a été trouvée, mais le nombre d’échantillons examinés est trop faible pour exclure cette possibilité.

En résumé, une nouvelle méthode de recherche de traces de d’ADN ancien dans des strates géologiques dénuées de fossiles émerge. Sera-t-elle bientôt étendue aux sites de plein air ? Quoi qu’il en soit, il est écrit dans la Genèse :

Souviens-toi, homme, que tu es poussière, et que tu redeviendras poussière.

Oui, mais une poussière identifiable !

http://www.pourlascience.fr

Ce que vous devez savoir sur les "logiciels de rançon"


C’est le point le plus négatif d’internet que des pirates informatiques envoient des virus, des logiciels de rançon comme ce fut le cas, vendredi dernier qui a affecté nombres d’institutions et d’entreprises. Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que cela peut même affecter des particuliers que ce soit sur l’ordinateur, tablettes et smartphone. Il faut être prudent quand on clique sur des liens. Et avoir un anti-virus à jour ainsi et savoir quoi faire si cela nous arrive
Nuage

 

Ce que vous devez savoir sur les « logiciels de rançon »

 

Les logiciels de rançon, utilisés dans la vague de cyberattaques qui a touché plusieurs dizaines de pays dans le monde, sont devenus au fil des années l’un des outils préférés des pirates informatiques. Comment fonctionnent-ils et comment s’en prémunir? Qu’est-ce qu’un « logiciel de rançon »?

Les « logiciels de rançon« , ou « ransomware », sont des logiciels malveillants qui verrouillent les fichiers informatiques et forcent leurs utilisateurs à verser une somme d’argent, souvent sous forme de monnaie virtuelle, pour en recouvrer l’usage.

Ces dispositifs, parfois qualifiés de « rançongiciels », sont utilisés aussi bien sur les PC que sur les tablettes et les smartphones. Ils touchent « à la fois les particuliers, les entreprises et les institutions », rappelle à l’AFP Amar Zendik, PDG de la société de sécurité Mind Technologies.

Comme cela fonctionne-t-il?

Les pirates informatiques prennent en général le contrôle des ordinateurs en exploitant les failles d’internet. Cela peut passer par la consultation par la victime d’un site web préalablement infecté ou par l’ouverture d’un email invitant à cliquer sur un lien ou à télécharger une pièce jointe.

En quelques secondes, le logiciel malveillant peut alors s’implanter.

« Quand il s’installe, il n’a pas de charge virale et ne peut pas être détecté », explique à l’AFP Laurent Maréchal, expert en cybersécurité chez McAfee: ce n’est qu’ensuite qu’il « télécharge le ‘payload’, c’est-à-dire la charge virale », ajoute-t-il.

Dès lors, le poste de travail se trouve chiffré… et donc bloqué.

« Le plus souvent, l’utilisateur doit envoyer un SMS », bien entendu payant, « pour obtenir un code de déblocage », détaille M. Maréchal, qui précise que l’infection, dans certains cas complexes, peut se propager « sans intervention humaine ».

Leur utilisation est-elle fréquente?

Oui. Et le phénomène ne cesse de s’amplifier. Selon l’éditeur de logiciels de sécurité Kapersky Lab, 62 nouvelles familles de « ransomwares » ont été répertoriées l’an dernier. Et d’après McAfee, le nombre de d' »échantillons » détectés a grimpé de 88% en 2016, pour atteindre le chiffre de quatre millions.

A l’origine de ce succès: le retour sur investissement des « rançongiciels », jugé élevé par les pirates.

« Souvent, les pirates demandent de petits montants. Mais accumulés, ces petits montants font de grosses sommes », explique Amar Zendik.

Un avis partagé par Laurent Maréchal, qui rappelle que les « ransomware » sont « faciles à se procurer« . « Sur le ‘darkweb’ (nb: partie obscure de l’internet, non référencée dans les moteurs de recherche classiques), les particuliers peuvent acheter des ransomware prêts à l’emploi, parfois pour seulement 150 dollars », insiste-t-il.

Pourquoi l’attaque de vendredi a-t-elle été si massive?

Selon les premiers éléments de l’enquête, les auteurs de cette cyberattaque ont réussi à exploiter une faille dans le systèmes Windows, divulguée dans des documents piratés de l’agence de sécurité américaine NSA.

« On a affaire une attaque de type ‘zero day’, s’appuyant sur une faille jusque-là inconnue », souligne Amar Zendik, qui explique l’ampleur du piratage par l’outil impliqué (Windows, un système d’exploitation incontournable) mais aussi par la stratégie des pirates, sans doute motivés par la malveillance.

« On n’est pas sur un ‘ransomware’ classique, qui vise en général des particuliers ou des petites entreprises. Là, les pirates se sont attaqués à des grandes institutions, peu susceptibles de payer, surtout vu la publicité faite à l’opération », rappelle le spécialiste, qui penche pour une attaque menée par « hackers ».

« A priori, les auteurs de l’attaque ne souhaitaient pas récupérer de l’argent, mais plutôt faire un coup », ajoute-t-il.

Comment se prémunir d’une telle opération?

Plusieurs règles simples peuvent être suivies pour réduire les risques d’infection, dans le cas de cette cyberattaque comme pour l’ensemble des « ransomware ».

Parmi elles: l’application régulière des mises à jours de logiciels de sécurité, qui permettent de corriger les failles exploitées par les virus.

En cas d’incident, les autorités conseillent par ailleurs de déconnecter immédiatement du réseau les équipements infectés, afin de les isoler. Dans le cas d’un virus touchant une entreprise ou une institution, il convient par ailleurs d’alerter au plus vite les responsables informatique.

Les autorités comme les éditeurs de logiciels recommandent par ailleurs expressément aux entreprises et aux particuliers de ne pas payer de rançon.

« Cela ne garantit pas que l’accès aux données sera restauré », a prévenu le ministère américain de la Sécurité intérieure dans un communiqué

http://www.7sur7.be