On sait enfin d’où vient le «sang» de ce glacier de l’Antarctique


Depuis des décennies, les scientifiques, ont cherché comment la cascade de sang se formait sur le glacier Taylor en Antarctique. Il a fallu comprendre ce qui se passait en dessous du glacier, et avec les changements climatiques, il y aura de plus en plus de cette couleur qui s’échappera du glacier
Nuage

 

On sait enfin d’où vient le «sang» de ce glacier de l’Antarctique

 

Blood Falls | National Science Foundation/Peter Rejcek via Wikimédia CC License by

Blood Falls | National Science Foundation/Peter Rejcek via Wikimédia CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Repéré sur Popular Science

Et ces «Cascades de sang» pourraient devenir plus fréquentes sur les glaciers.

 

En 1911, le géoscientifique britannique Thomas Griffith Taylor découvre un endroit très spécial de l’Antarctique. De temps en temps, de l’eau rouge s’écoule le long du glacier, sans que personne ne puisse expliquer ce phénomène. Avec les années, on a compris que la couleur était due au contact entre l’oxyde de fer présent dans l’eau et l’oxygène de l’air. Un cas classique de rouille, mais qui a valu au glacier Taylor le surnom de Blood Falls, «Cascades de sang». 

Mais, à l’exception de spéculation en 2015, personne n’avait encore réussi à déterminer avec précision d’où venait cette eau particulièrement riche en fer. C’est chose fait désormais, comme le raconte le site Popular Science, qui relaie une étude publiée dans le Journal of Glaciology où des chercheurs du Colorado College et de l’université d’Alaska Fairbanks expliquent que part d’un réservoir d’eau salée située sous le glacier.

Jessica Badgeley, du Colorado College, a expliqué à Popular Science: «Nous savions qu’il y avait un écoulement d’eau salée qui créait la cascade, et que l’étude de 2015 montrait presque déjà que cette eau salée venait de sous le glacier. Le mystère qui demeurait, c’était le lien entre cette source et l’écoulement. C’est assez inhabituel, et il y a très peu de cas similaires. Donc il était encore difficile de savoir comment l’eau allait de sous le glacier à la surface.» 

Il faut savoir que, même si le sel est présent, cela ne suffit pas à empêcher la glaciation; cette source aurait dû être gelée. En réalité, cette source arrive à se réchauffer elle-même.

«Quand l’eau passe par la phase où elle passe de l’état liquide à l’état solide, cela dégage de la chaleur, c’est juste de la chimie basique, note Popular Science. Dans le cas de l’eau salée qui traverse le glacier Taylor, la chaleur qui est dégagée par la part d’eau salée qui gèle suffit à maintenir l’écoulement du reste.»

Les chercheurs ont donc tracé, à l’aide d’ondes radio et d’un robot, l’origine de cet écoulement pour le moins exceptionnel. Il s’est avéré que l’eau reste chaude sous le glacier et que lorsque des crevasses se créent, la pression la fait remonter, prête à surgir lorsque la surface craque.

Si les «Cascades de sang» n’ont plus de mystères, les chercheurs estiment qu’il y a des leçons à en tirer.

«C’est très important de comprendre à quel point et à quel vitesse les glaciers et les plaques de glace vont évoluer avec le changement climatique», explique Bdgeley.

Avec les températures qui augmentent à travers le monde, plus de glaciers pourraient déverser de l’eau rouge. 

http://www.slate.fr

Le téléphone au volant


Je déteste de voir quelqu’un avec un téléphone au volant, surtout si je suis passagère. Il y a tellement d’accidents stupides qui arrivent même si le conducteur (la conductrice) est sur un stop ou une lumière rouge
Nuage

 

Le téléphone au volant

 

Le portable au volant, y a du pour et du contre. D’accord, on peut renverser un gamin, mais d’un autre côté, on peut tout de suite téléphoner aux parents.

Hervé Le Tellier

La maman surprend son fils en train de porter sa petite sœur


Quand un nouveau bébé rentre à la maison, les parents espèrent que tout se passe bien avec les autres enfants. Ce grand frère, était heureux de pouvoir prendre avec sa petite soeur. Il chante en anglais : tu es magnifique, et pèses sur ses mots quand il entonne : tu es tout ce que tu souhaitais. N’est-ce pas un grand moment pour les parents ?
Nuage

 

La maman surprend son fils en train de porter sa petite sœur

 

Trucs Express ► 14 restes alimentaires que vous ne devriez jamais jeter


 

Pour diminuer le gaspillage, on peu choisir d’autres utilités à la nourriture périssable pour agrémenter nos repas et collations
Nuage

 

14 restes alimentaires que vous ne devriez jamais jeter

 

Les tiges de brocolis

Coupez l’extrémité, pelez légèrement et servez-les crues, cuites à la vapeur ou rôties.

Les bouts de courgettes

Nettoyez les bouts de courgettes et faites les bouillir avec une cuillère à thé de sel. Trempez-les ensuite dans l’huile d’olive pour créer une entrée savoureuse

Les pelures de fruits

Les pelures de fruits ajoutent de la saveur aux boissons, aux smoothies, et même au thé. L’écorce de citron est particulièrement délicieuse lorsque confite ou frite.

Les coquilles d’oeufs

Vous pouvez utiliser les coquilles d’œufs comme engrais naturel, produit nettoyant et même pour adoucir le goût de votre café. Ajoutez une coquille d’œuf dans le filtre de votre cafetière pour une infusion plus onctueuse.

La croûte de parmesan

La saveur riche et salée de la croûte de parmesan en fait un ingrédient idéal pour les soupes et les bouillons.

Les pelures de pommes de terre

Faites frire vos pelures de pommes de terre pour créer un délicieux accompagnement.

Le céleri flétri

Le céleri flétri peut être récupéré pour une soupe, un ragoût ou un bouillon.

La peau de saumon

Faites frire la peau de saumon et ajoutez-la à une salade.

Les grains de café, le café moulu et le café instantané

Utilisez un petit contenant de café pour éliminer les odeurs de votre réfrigérateur ou congélateur.

Les pelures de tomates

Moudrez vos pelures de tomates pour en tirer une poudre savoureuse parfaites pour vos sauces et vos ragoûts

Les tiges de bette à carde

Rôtissez les tiges de bette à carde pour en faire une délicieuse collation santé.

Le vieux pain

Transformez le vieux pain en chapelure. Laissez le pain sécher à l’air libre, puis moudrez.

Les os et les coquilles de fruits de mer

Utilisez les os et les coquilles de fruits de mer pour préparer un bon bouillon maison.

Une vieille salade de fruits

Une salade de fruits datant de quelques jours peut être transformée en cocktail ou en smoothie.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Un ancêtre des homards vieux de 507 millions d’années


On a trouvé des spécimens de l’ancêtre du homard, en Colombie-Britannique au Canada. Ils ont donc pu avoir une image précises de cet animal qui avait des pinces qui semblaient fonctionner comme un ouvre-boîte
Nuage

 

Un ancêtre des homards vieux de 507 millions d’années

 

  • Par Jean-Luc Nothias

Le fossile de 10 cm de long, le premier de ce type avec des pinces, est si bien conservé qu’il a permis une reconstitution 3D de l’arthropode, plus vraie que nature.

Qu’ont les mille-pattes, les crabes, les fourmis, les écrevisses en commun? Ils ont le même ancêtre vieux de plus de 500 millions d’années. Le fossile de cet arthropode a été découvert un peu en 2012 puis beaucoup en 2014 dans des schistes argileux de Marble Canyon, dans le Kootenay National Park de Colombie Britannique. L’âge de ce gisement est celui des schistes de Burgess de la carrière Walcott dans le Yoyo National Park (dans le même État) où ont été découverts début XXe des dizaines de milliers de spécimens de fossiles représentant un biotope marin inconnu. Le site de Marble canyon, a 40 km au sud de la carrière Wallcott, à 2000 m d’altitude et a été trouvé en 2012 par le conservateur en paléontologie des invertébrés du Royal Ontario Museum (ROM), Jean-Bernard Caron, qui avait décidé d’essayer de suivre les strates fossilifères présentes à la carrière Walcott. Il aura fallu six ans pour trouver le nouveau riche gisement (plus de quinze mille spécimens récoltés et plusieurs espèces encore jamais observées ou identifiées).

Des pinces en forme d’ouvre-boîte

Baptisé d’après Tokumm Creek, que le canyon Marble surplombe et qui est baigné par la rivière Vermilion, le fossile de l’ancêtre des mandibulés (arthropodes à mandibules) a été appelé Tokummia katalepsis (en grec, action de saisir) par ses découvreurs. Les mandibulés sont des arthropodes dont la tête porte des appendices caractéristiques, souvent très chitinisés: les mandibules. Leur groupe comporte aujourd’hui des millions d’espèces et représente l’un des succès de la vie et de l’évolution des plus importants.

«En dépit du fait qu’ils ont aujourd’hui une diversité colossale, l’origine des mandibulés restait un mystère», explique Cédric Aria, de l’université de Toronto, premier signataire de l’article présentant les travaux sur le fossile (publiés dans la revue Nature). «Nous savons maintenant à quoi ressemblent les touts premiers mandibulés avec tous leurs traits caractéristiques».

Sur son blog, Cédric Aria n’en revient pas de sa chance. Car il a commencé son doctorat en 2012 avec pour mentor Jean-Bernard Caron. Sa thèse, portant sur Tokummia, vient d’être achevée et il est déjà parti au Nanjing Institute for Geology and Paleontology en Chine, pays qui possède de très beaux gisements datant de cette époque (à Chengiang).

Tokummia vivait dans un océan tropical et devait être un redoutable prédateur avec ses 10 cm, une taille respectable pour la faune de l’époque. Avec ses pattes robustes, il devait aimer, comme les homards, marcher sur le fond et ne nager qu’occasionnellement. Il avait une vaste carapace dite «bivalve» le couvrant presque complètement. Grâce aux différents spécimens trouvés, ses mandibules en forme de pinces, portées au bout de longs bras épais et articulés ont pu être décrites dans le moindre détail. Ses pinces se présentent un peu comme un ouvre-boîte pour les conserves, avec l’une des pinces portant comme une petit dent. Le corps de l’animal est composé de 50 segments, ce qui rappelle la façon dont les myriapodes (mille-pattes) sont construits.

http://www.lefigaro.fr/

3 tendances à éviter en matière de nutrition


Le Web renferme de solution miracle pour manger sainement, désintoxiquer, nettoyer, maigrir que ce soit des régimes, des cures, des aliments particuliers qui guériraient les pires maladies, prétextant que cela ferait perdre de l’argent aux géants de la médication. Quoi qu’il en soit, scientifiquement, ces tendances en nutrition ne sont pas prouver et peuvent même faire plus de mal que de bien. Dans l’article même un des régimes est en prison pour pratiquer la médecine sans autorisation et son régime pour les cancéreux ne fonctionne pas
Nuage

 

3 tendances à éviter en matière de nutrition

 

Dylan MacKay

Conseiller expert auprès de EvidenceNetwork.ca et biochimiste nutritionnel au Richardson Center for Functional Foods and Nutraceuticals du département des sciences de la nutrition humaine à l’Université du Manitoba, à Winnipeg.

Si vous cherchez à obtenir des conseils de santé dans les médias, vous constaterez la grande confusion créée par toutes les «sciences de la nutrition». Le beurre est-il bon ou mauvais pour la santé? Faut-il prendre un petit déjeuner ou non? Doit-on manger comme un homme des cavernes? Ou comme un oiseau?

Les faits alternatifs ne sont pas un phénomène nouveau dans le domaine de la science nutritionnelle. Dommage que tant de gens s’y laissent prendre!

Heureusement, il est encore possible de s’appuyer sur des preuves scientifiques pour séparer le bon grain (le blé, par exemple, est bon à consommer, à moins d’avoir la maladie coeliaque) de l’ivraie. Voici donc trois tendances nutritionnelles à éviter, selon les meilleures données probantes.

1. Rester loin de la désintoxication ou du nettoyage

N’importe quelle personne qui vend un régime, un jus ou autre chose pour vous aider à «désintoxiquer» ou «nettoyer» votre métabolisme dépasse les limites de ce qui est prouvable.

Le concept de «désintoxication» ou de «nettoyage» repose sur l’idée que nos corps sont remplis de «toxines» qui nous rendent malades et qui doivent être éliminées. Il suffit de demander de quelles toxines il faut se débarrasser et vous obtenez comme réponse du vent.

Les scientifiques comprennent depuis fort longtemps que le corps humain a développé des moyens sophistiqués pour détoxifier naturellement le corps et excréter les substances indésirables. Certaines des substances dont nous devons nous départir sont créées par nos fonctions corporelles normales (bilirubine, urée), certaines sont ingérées volontairement (drogues, alcool) et d’autres proviennent de notre environnement (polluants, métaux lourds).

Les voies de détoxication dépendent de la substance, mais comprennent généralement la conversion en une forme moins toxique ou font appel à la liaison avec les protéines, ce qui les rend plus faciles à excréter dans l’urine ou le tractus gastro-intestinal.

2. Éviter le régime acido-basique

Un des plus grands promoteurs de régimes acido-basiques est actuellement en prison pour avoir pratiqué la médecine sans permis, et ces régimes, souvent proposés aux patients atteints de cancer, ne fonctionnent tout simplement pas.

Les régimes au pH alcalin favorisent la consommation d’aliments «alcalins» et limitent la consommation d’aliments acides, alléguant ainsi que l’acidité peut s’accumuler dans le corps et avoir un effet nocif.

Or, le pH de notre corps n’est pas influencé par ce que nous mangeons, car nous serions déjà tous morts. Nos protéines se dénaturaient et les enzymes importantes de notre corps seraient inhibées.

Heureusement, le pH est étroitement contrôlé par le corps (de 7,35 à 7,45). Il s’agit d’un processus appelé l’équilibre acido-basique. Les valeurs en dehors de cette fourchette sont causées par de graves problèmes de santé, comme l’acidose diabétique ou une maladie rénale, et non pas en mangeant trop de fruits.

Les gens qui font la promotion de régimes pour équilibrer le pH ou de régimes alcalins ont tout à fait tort et sont sans vergogne. Ignorez-les, car ces conseils prodigués par des personnes qui échoueraient à leur cours de biochimie 101 sont sans valeur.

3. Les thérapies intraveineuses et les nutriments

Les thérapies intraveineuses (IV) qui fournissent des vitamines, des minéraux et des acides aminés par voie intraveineuse sont commercialisées pour à peu près n’importe quelle fin : la gueule de bois, le système immunitaire, la capacité athlétique et le cancer.

Des célébrités et des athlètes font la promotion de ces thérapies intraveineuses, et elles sont allègrement vendues par votre fournisseur de soins de santé «alternatif» du quartier. Le problème c’est qu’il n’existe aucune preuve de leur efficacité, et elles peuvent même être dangereuses.

Ces thérapies posent un risque d’infection et peuvent causer une toxicité potentielle en raison du contournement du processus de digestion normal.

En médecine, la nutrition par intraveineuse existe; il s’agit de la nutrition parentérale totale, mais elle est de mise seulement si vous êtes très malade ou avez une condition qui vous empêche d’absorber correctement les nutriments.

Les scientifiques savent que les nutriments ou les aliments doivent être consommés et non injectés directement dans nos veines, même le café. Aussi, parlant de café, vous devriez nous en tenir à le consommer par la bouche.

Après tout cela, qu’est-ce qui est bon pour nous? Que devrions-nous manger?

Les preuves nous indiquent qu’une saine alimentation comprend des légumes, des fruits, des noix, des haricots en quantité raisonnable. Vous pouvez faire beaucoup de choses pour aider votre corps à rester en bonne santé sans avoir à débourser d’importantes sommes. Évitez le tabac, gardez la forme physique et soignez votre sommeil.

Oui, c’est plutôt ennuyeux si on compare cela au jus magique.

Une dernière suggestion pour rester en bonne santé: restez loin des fournisseurs de services qui vendent des thérapies de désintoxication, de nettoyage ou de nutrition par intraveineuse. N’allez pas sur leurs sites Web, n’aimez pas leur page, ne partagez pas leurs messages et n’achetez pas leurs livres.

Les vrais amis ne laissent pas leurs amis se faire duper par de «faux nutritionnistes».

http://quebec.huffingtonpost.ca

e

Nouvelle vie pour une fillette née avec trois jambes


Quand on vit en Inde et qu’un enfant naît avec des malformations rares et doit aller se faire soigner dans un autre pays, il faut de l’aide. Cette petite fille de 3 ans a pu profiter par une organisation qui l’a amené en Australie pour enlever des parties de sa soeur jumelle qui serait développer en elle. Heureusement, cette enfant pourra vivre presque normalement
Nuage

 

Nouvelle vie pour une fillette née avec trois jambes

 

© afp.

Une fillette née avec trois jambes est retournée au Bangladesh vendredi après une longue et très rare intervention chirurgicale en Australie, à l’issue de laquelle elle peut marcher et courir sur deux jambes, a indiqué son médecin vendredi.

© afp

.

© afp.

Les chances de survie de Choity Khatun étaient pourtant jugées peu élevées avant que la fillette de trois ans ne soit conduite à Melbourne l’an passé par l’organisation caritative Children First. Une équipe de chirurgiens a passé plusieurs mois à reconstruire l’anatomie de la fillette.

« Une jumelle avait grandi hors de son bassin mais ce n’était qu’une partie de jumelle. Le problème est qu’il n’y a pas de règles pour cela, dans la mesure où elle est un cas tout à fait unique, donc il a fallu déterminer ce que c’était », a expliqué à l’AFP Chris Kimber, chef de la chirurgie pédiatrique à l’hôpital pour enfants Monash.

« Quand Choity est arrivée en Australie, elle souffrait de malnutrition, elle ne pouvait pas marcher correctement », a-t-il ajouté.

A la suite de consultations avec des experts d’Europe et des Etats-Unis, les chirurgiens ont mis au point une opération prévoyant de retirer les restes de la troisième jambe — dont une partie avait été coupée au Bangladesh — ainsi que de retirer et remettre d’autres organes.

Des parties de corps d’une jumelle s’étaient développées dans le périnée de la fillette — l’ensemble des tissus qui forment le plancher du petit bassin, entre l’anus et les parties génitales. Les chirurgiens ont passé d’innombrables heures à l’examiner sous anesthésie et ont découvert qu’elle avait plusieurs organes en double: rectum, anus, vagin et utérus. Elle était aussi incontinente.

 Huit médecins spécialisés dans les reconstructions génitales et du bassin ont participé en novembre dernier à l’intervention chirurgicale « extrêmement rare » qui a duré huit heures, a précisé M. Kimber.

Les chirurgiens ont réussi à soigner son incontinence, c’est-à-dire à lui permettre de contrôler à nouveau l’émission de matières fécales et d’urine, ce qui est « extraordinaire », a-t-il observé.

La fillette est par ailleurs partiellement aveugle, mais cela n’a pas pu être soigné par un ophtalmologue de l’hôpital. Choity voit cependant assez pour marcher et courir, à la grande joie de sa mère âgée de 22 ans, Shima Khatun.

« Tout va bien maintenant. Elle peut jouer comme les autres enfants« , a déclaré la mère à la chaîne Channel Nine.

http://www.7sur7.be