Recommencer sa vie


Si on pouvait recommencer notre vie, feront-nous les choses autrement ? Rien n’est sûr, mais si on pouvait, probablement qu’on prendrait plus de temps pour des moments importants
Nuage

 

Recommencer sa vie

 

Si je devais recommencer ma vie, je n’y voudrais rien changer ; seulement j’ouvrirais un peu plus grand les yeux.

Jules Renard

Fabrication des saucisses à hot dog


Une des meilleures façons de diminuer la nourriture transformée et de regarder comment ils font les aliments. De toute manière, le fast-food, ne fait pas partie généralement des aliments bons pour la santé. La saucisse à hot-dog en est un exemple. Sa fabrication est dégoutante
Nuage

 

Fabrication des saucisses à hot dog

Trucs Express ► Nettoyez la maison en dormant: 8 trucs insolites


Qui aime frotter sans pour autant avoir les résultats espérés ? Des trucs pour des objets à nettoyer a faire pendant que vous dormez, vous facilitera la vie
Nuage

 

Nettoyez la maison en dormant: 8 trucs insolites

 

 

Laissez le sel, le citron, le soda et même les feuilles d’assouplisseurs nettoyer votre maison et faire tout le travail pendant que vous dormez.

Faites tremper votre pomme de douche

Les dépôts de calcaire peuvent obstruer votre pomme de douche et en réduire la pression avec le temps. Pour la nettoyer, remplissez un sac de plastique de vinaigre. Placez la pomme de douche dans un sac pour qu’elle soit recouverte de liquide. Fixez le sac sur le manche de la douche avec un lien torsadé, et laissez tremper toute la nuit. Le lendemain, le vinaigre aura dissout tous les dépôts.

Éliminez les taches des casseroles et des poêles

Si votre dernier ragoût a laissé votre plus belle casserole toute crasseuse, demandez à une feuille d’assouplissant pour sécheuse de la nettoyer pendant la nuit. Mettez la feuille dans la casserole et remplissez-la d’eau chaude. Les agents nettoyants présents dans la feuille aideront à déloger la saleté et les taches. Au matin, il vous suffira de passer un coup d’éponge.

Nettoyez les brûleurs de la cuisinière

Nettoyer les brûleurs bien gras et dans lesquels les aliments se sont incrustés est franchement pénible. Avant d’aller vous coucher, plongez chaque brûleur dans un grand sac de plastique rempli de 60 ml (1/4 tasse) d’ammoniaque. Au bout d’une nuit de trempage, il vous suffira de passer l’éponge sur le dessus de votre four pour terminer le boulot.

Bannissez la rouille de vos outils

 

Shutterstock

Si la rouille s’en est prise à vos outils, qui ont vu de meilleurs jours, remplissez un plateau de Coke et immergez-y les outils pendant toute une nuit. Au matin, frottez-les avec une brosse rigide. Cette boisson contient de l’acide phosphorique qui aidera à dissoudre la rouille et la crasse

Éliminez les dégâts mouillés

Si votre tapis ou votre canapé a été victime d’une vilaine souillure encore humide (vomi, urine, etc.), faites une pâte à l’aide de bicarbonate de soude et d’eau, puis imbibez-en la tache. Servez-vous d’une cuillère pour bien étaler la pâte sur toute la zone. Laissez sécher toute la nuit puis, au matin, passez l’aspirateur.

Détartrez une bouilloire

Le tartre, qui se forme à partir du carbonate de calcium présent dans l’eau, finit par laisser un dépôt blanchâtre et laiteux au fond de votre bouilloire. Pour la nettoyer, coupez un citron en tranches épaisses, jetez-les dans la bouilloire, remplissez d’eau et faites bouillir. Retirez ensuite la bouilloire du feu, et oubliez-la toute la nuit. L’acide citrique du citron viendra déloger le tartre. Au matin, jetez l’eau et le citron et rincez bien la bouilloire avant de la réutiliser.

Nettoyez les jouets de baignoire

Shutterstock

Pour redonner un coup de neuf aux canards et petits bateaux de plastique répugnants de saleté ou à tout autre jouet de baignoire, mélangez 4 litres (16 tasses) d’eau et 200 ml (2/3 tasse) de vinaigre. Laissez tremper les jouets dans cette mixture toute la nuit. Rincez bien et laissez sécher à l’air.

Faites briller vos diamants et bijoux

Polissez votre bague de diamant en un clin d’œil en remplissant un bouchon de bouteille de Windex. Laissez-y tremper la bague toute la nuit et essuyez-la ensuite avec un chiffon doux pour enlever la saleté et mettre du brillant.

http://selection.readersdigest.ca/

 

Pourquoi fait-on des cauchemars ?


Il y a les mauvais rêves et les cauchemars, et c’est dernier qui sont le plus souvent traumatisants. Ils sont plus présents à certaines tranches d’âge ou suite à des évènements négatifs. Certains reviennent fréquemment ce qui peut constituer un gros problème qui pourrait se soigner
Nuage

 

Pourquoi fait-on des cauchemars ?

 

Faire un cauchemar ou un mauvais rêve à l’âge adulte est plus fréquent qu’on ne le pense. Comprendre le mécanisme en jeu permet de traiter cette peur nocturne.

Quand nous dormons, notre cerveau travaille ! Si le rêve se définit comme étant une activité cognitive produite par le cerveau endormi, il est loin d’être bienveillant, au contraire. Deux tiers des rêves seraient négatifs, affirme le Pr Isabelle Arnulf, chef de service du département des pathologies du sommeil à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Et cela ne doit surtout pas vous inquiéter. Avoir des rêves perturbés est un phénomène tout à fait normal. Voire thérapeutique, car, selon les chercheurs, il permettrait de digérer nos émotions négatives.

Digérer nos émotions négatives dans le sommeil

« Ce serait même l’une des fonctions du sommeil : reprendre les événements du quotidien et les retravailler pour les digérer sur un mode de possibilité plus embêtant, par exemple la jeune maman qui « rêve » que son bébé tombe du lit », explique le Dr Arnulf.

Autrement dit, nous imaginons le pire dans notre sommeil pour pouvoir mieux y faire face dans la réalité. Simuler la menace pour la neutraliser. C’est un processus complexe, une « drôle d’alchimie » qui nous fait associer des choses qui n’ont rien à voir entre elles pour les assimiler.

Quelle différence entre le mauvais rêve et le cauchemar ?

Le mauvais rêve devient cauchemar lorsqu’il vous réveille en pleine nuit. Il traduit l’échec de ce processus de « digestion ».

« L’émotion est tellement forte qu’elle réveille la personne et ne peut pas être digérée. Et tant qu’elle n’est pas digérée, le cauchemar revient. »

    Quelque 5% des adultes feraient des cauchemars récurrents.

    A quoi sont dus les cauchemars récurrents ?

  • Cette « maladie des cauchemars » survient principalement après une agression, un stress aigu, un traumatisme. C’est l’un des symptômes caractéristiques d’un stress post-traumatique.

  • Dans une moindre mesure, le cauchemar récurrent renvoie à un conflit entre deux personnes.

    Comment faire disparaître cette « maladie des cauchemars » ?

    La thérapie EMDR, basée sur la désensibilisation et le retraitement d’informations négatives par des mouvements des yeux, est généralement utilisée en cas de stress post-traumatique et donne de bons résultats.

    Si les cauchemars persistent, on a recours à la thérapie cognitive par répétition d’images mentales.

« La personne reprend le scénario habituel du cauchemar, et en change le cours au moment où il dégénère. Elle imagine une fin plus positive qu’elle doit visualiser et répéter deux fois par jour pendant dix minutes pendant une semaine”, explique le Pr Arnulf.

Le cauchemar disparaît quand le cerveau, à force de répétition, a appris à « emprunter un autre chemin ».  Quatre séances sont généralement nécessaires.

En dernière intention, en cas de résistance à cette thérapie cognitive, certains médicaments (à base d’adrénaline comme les hypertenseurs) peuvent être prescrits. A savoir : les somnifères sont inefficaces.

Et quand le cauchemar est agité ?

Chez le jeune adulte, entre 18 et 30 ans, ce type de terreurs nocturnes avec cris ou hurlements, se focalise autour d’un danger imminent : un train qui arrive sur soi, un plafond qui s’effondre, des bêtes sur le lit qui vous attaquent. L’hypnose est généralement efficace.

Autre population particulièrement concernées : les plus de 65 ans. 8% des seniors ont ce type de cauchemars agités, pouvant aller jusqu’à la chute du lit, avec des gestes violents pouvant conduire malgré soi à se blesser ou à blesser son conjoint. La spécialiste du sommeil insiste sur le fait qu’il est indispensable de prendre en charge ces personnes car ces cauchemars traduisent aussi un risque élevé de développer dans les cinq ans une démence ou une maladie de Parkinson.

Entre ces deux tranches d’âge extrêmes, il est beaucoup plus rare d’avoir des cauchemars agités. Ils sont alors dus au manque de sommeil ou au stress. C’est notamment le cas des jeunes mamans.     

A savoir : certains médicaments, comme les bêtabloquants, ceux contenant de la dopamine, certains antidépresseurs et somnifères (Stilnox ou zolpidem), favorisent la survenue de cauchemars. 

http://www.santemagazine.fr

Est-ce que les plantes peuvent mémoriser et apprendre ?


 

La nature nous donne de très bonnes leçons sur les capacités de s’adapter, d’apprendre, et même de mémoriser. Les plantes en autres sont vraiment plus qu’une tige et des feuilles. Elles réagissent et garde en mémoire pour leurs rejetons pendant plusieurs générations, elles apprennent à mieux s’adapter à son milieu.
Nuage

 

Est-ce que les plantes peuvent mémoriser et apprendre ?

 

Fleur de mimosa pudique

Le mimosa pudique est connu pour son mouvement de rétractation rapide lorsque l’on touche ses feuilles.

JORGE GARCIA/VWPICS/SIPA

Stéphane Desmichelle Rédactrice en chef adjointe, pôle digital Sciences et Avenir

Pour commencer, les plantes ont elles une mémoire ? La réponse est oui. De nombreuses études ont prouvé que les plantes sont capables de se souvenir d’une modification de leur environnement et de s’y adapter.

Par exemple, en 2006, une équipe dirigée par Barbara Hohn, de l’Institut pour la recherche biomédicale Friedrich-Miescher (Basel, Suisse) a montré qu’Arabidopsis thaliana, une plante de la famille des crucifères garde en « mémoire » le souvenir d’évènement stressants et transmet même à sa descendance la capacité de s’adapter aux conditions difficiles. Pour étudier ce phénomène, ces cultures avaient été soumises à deux stress : certaines à un rayonnement ultraviolet et d’autres à une protéine bactérienne. Dans les deux cas, la plante a réagi en augmentant la fréquence des « recombinaisons homologues » lors des divisions cellulaires, des échanges de segments d’ADN semblables permettant de créer de la diversité génétique. Un réarrangement qui a persisté dans les quatre générations suivantes sans qu’il y ait eu besoin de soumettre à nouveau les descendantes aux mêmes facteurs de stress.

« Les plantes peuvent utiliser les molécules et les réseaux pour stocker les expériences récentes apprises »

Le point qui taraude les scientifiques est plutôt le suivant : quel peut bien être le support de cette mémoire dans la mesure où les plantes sont dépourvues de cerveau et de… neurones ? Pour la chercheuse australienne Monica Gagliano, les plantes posséderaient un système semblable au réseau neuronal des animaux.

« Les plantes peuvent utiliser les molécules et les réseaux pour stocker les expériences récentes apprises (c’est-à-dire les souvenirs) mais cela reste à explorer et à comprendre », explique-t-elle à Sciences et Avenir.

Une piste récente : les prions. Une étude britannique publiée en 2016 dans la revue PNAS a montré que ces fameuses protéines impliquées dans plusieurs maladies (Creutzfeldt Jakob, tremblante du mouton…), pourraient être le support de la mémoire chez les plantes. En effet, selon les travaux de l’équipe de Susan Lindquist (Université de Cambridge), les prions, qui ont la faculté de changer de forme et de fonction, joueraient un rôle central dans la mémorisation des variations de l’environnement vécues par la plante. Lors d’un changement de température, celui de la durée jour/nuit, une exposition au froid… la protéine se reconfigurerait d’une nouvelle manière, adoptant alors une nouvelle fonction. Les chercheurs ont d’ailleurs identifié dans la plante modèle Arabidopsis pas moins de 500 protéines pouvant se comporter comme des prions.

Le mimosa pudique s’exhibe

S’il est donc établi que les plantes sont dotées d’une mémoire, peut-on imaginer qu’elles puissent également d’apprendre ? Oui ! Preuve en est le mimosa pudique, ou la sensitive, plante tropicale rampante qui se rétracte quand on la touche. Au moindre effleurement de ses feuilles, elle referme ses folioles. Tout comme lorsque l’on déplace son pot. Un réflexe (utile dans une certaine mesure pour effrayer les insectes herbivores) que sont venus titiller des chercheurs. Monica Gagliano et son équipe ont mis au point un système capable de soulever des dizaines de pots de sensitive toutes les 5 secondes. Résultat, après 5 à 6 déplacements, certaines plantes arrêtent de se replier et, au bout de 60, plus aucune ne réagit. En revanche, si l’on frôle une feuille, la sensitive se rétracte immédiatement. Elle a donc appris que le déplacement du pot était sans danger. Et plusieurs semaines après les test, elle s’en « souvient » encore.

La même scientifique est allée plus loin et a établi en décembre 2016 qu’à l’instar des animaux (comme l’avait démontré Pavlov), les plantes apprennent par association. Elles pourraient en effet associer deux stimuli et ainsi apprendre, se souvenir des informations et faire des choix en conséquence. Dans l’étude, publiée dans Nature Scientific Reports, de jeunes plants de pois, Pisum sativum, ont été soumis à deux stimuli, la lumière et le vent, placés soit du même côté soit à l’opposé d’un labyrinthe en Y. Ils ont ensuite observé de quel côté poussaient les plantes. Au final, les jeunes pousses ont effectué des choix différents selon la configuration et anticipé l’endroit et le moment où la lumière allait apparaître.

 

https://www.sciencesetavenir.fr/

Pourquoi le chat est-il plus délicat que le chien lorsqu’il s’agit de nourriture ?


Le chat ne distingue pas tous les goûts des aliments, par contre, il peut faire la fine bouche si l’odeur ne lui plait pas. C’est vraiment l’odeur qui le guide sur ce qu’il aime où n’aime pas
Nuage

 

Pourquoi le chat est-il plus délicat que le chien lorsqu’il s’agit de nourriture ?

 

Un chat affamé prendra le temps de déguster sa gamelle tandis qu’un chien l’avalera sans demander son reste. Qu’est-ce-qui explique cette différence ?

Eléments de réponse…

Journaliste chez Franceinfo, Philippe Vandel s’est récemment questionné :

«Pourquoi le chat goûte-t-il sa nourriture ‘’du bout des lèvres’’ ?»

En vrai, la réponse est assez simple. Le chat a un sens de l’odorat bien plus développé que son sens du goût. C’est la raison pour laquelle – généralement – il mange précautionneusement, en inspirant le fumet de sa gamelle avant de gloutonnement se jeter dessus.

Le chat possède quatre fois plus de terminaux olfactifs que l’Homme

Outre son regard perçant auquel il est impossible d’échapper, le félin domestique est doté d’un odorat super puissant : il possède au moins 20 millions de cellules olfactives là où nous n’en possédons que 5 millions. Le nez fin, il capte donc beaucoup plus d’odeurs que nous. Mais c’est à double tranchant : vu qu’aucun parfum n’échappe à son organe, il suffit qu’une odeur lui déplaise pour qu’il parte à l’opposé.

Pour cette raison, le chat a tendance à analyser sa nourriture en la reniflant avant de l’ingurgiter. Sachez qu’il préfèrera d’ailleurs s’affamer plutôt que de manger quelque chose ne lui inspirant rien qui vaille.

L’odorat du chat pour pallier son défaut de goût

Pourquoi le système olfactif du chat est si développé ? Et bien… pour rétablir l’équilibre avec son sens du goût. Il ne distingue que quatre saveurs : doux, amer, salé et acide. Son organisme ne peut pas détecter le sucré. L’ensemble de son système de cellules nerveuses devant capter et analyser les goûts de ce qu’il mange est d’ailleurs également moins bien développé que celui de l’Homme ou du chien. Chez lui, tout se joue sur le bout de la langue.

Voilà pourquoi il est plus délicat au moment du repas que son comparse, le chien

https://wamiz.com

À 80 ans, cette Bosnienne soigne ses patients en léchant leurs globes oculaires


Il y a des traitements médicaux (enfin, si on peut appeler cela médical), qui sont vraiment étranges. C’est dégoutant ce que cette vieille femme fait pour soigner des problèmes ophtalmique.
Nuage

 

À 80 ans, cette Bosnienne soigne ses patients en léchant leurs globes oculaires

 

 

Rien n’arrête les avancées de la médecine ! Hava Celebic, une Bosnienne de 80 ans, a ouvert un cabinet dans lequel elle soigne les problèmes ophtalmiques avec une technique qu’on pourrait qualifier d’inhabituelle.

Plus de 5 000 patients du monde entier

Elle affirme être la seule au monde à guérir les blessures aux yeux en léchant les globes oculaires de ses patients, rapporte le Daily Mail. Ce faisant, elle parvient à éliminer les impuretés qui pourraient s’y être glissées.

Supportant mal la retraite, elle a ouvert son propre cabinet médical. Elle y facture l’équivalent de 10€ pour un soin, sauf pour « ceux qui sont au chômage et n’ont pas d’argent », qu’elle ne fait pas payer. Elle affirme avoir traité plus de 5 000 personnes originaires du monde entier, dont beaucoup viendraient la voir après avoir essayé des traitements plus conventionnels.

Pour éviter d’aggraver l’état de l’œil en y frottant sa langue, Hava Celebic prend soin de la désinfecter, en pratiquant un bain de bouche avec de l’alcool fort avant toute intervention.

Un art qui risque de disparaître avec elle

Originaire d’une région rurale de Bosnie-Herzégovine, elle risque de voir son art s’éteindre avec elle

« Malheureusement, je ne peux pas transmettre cela à mes enfants, car ils sont trop dégoûtés à l’idée de mettre leur langue contre l’œil de quelqu’un » déplore t-elle.

Heureusement, ses voisins ont tout prévu.

« On m’a dit que des gens couperont ma langue quand je mourrai, pour que les habitants du village puissent continuer à guérir les gens » affirme la guérisseuse.

Ouf.

http://www.ladepeche.fr