L’indifférence


L’indifférence est la source de bien des problèmes qui pourraient être résous avec la volonté d’embellir le monde. C’est une tare que l’être humain est en mesure de pouvoir changer en s’ouvrant un peu plus aux autres
Nuage

 

L’indifférence

 

 

L’indifférence est une paralysie de l’âme, une mort prématurée.

Tchekhov

Publicités

Ces endroits abandonnés semblent provenir d’un autre monde…


J’aimerais visité ces endroits abandonnés, c’est l’histoire qui errent autour, cachant peut-être des secrets qui ne seront jamais dévoilés
Nuage

Ces endroits abandonnés semblent provenir d’un autre monde…

1. Une magnifique serre dans un jardin d’hiver, France

© mgness

2. « Crystal Mill » Colorado, USA

© The Denver City Page

3. Ruines d’un vieux château, Sintra, Portugal

© James Mills 

4. Une église abandonnée, Detroit, USA

© panog 

5. Intérieur d’une boîte de nuit ravagée par un incendie, Autriche

© Matthias Haiker 

6. Tunnel ferroviaire abandonné dans la petite Ceinture de Paris, France

© Myrabella

7. Puits de Sintra, Portugal 

© matthias_haker

8. Une Volkswagen « Coccinelle » abandonnée, Lagoon Beach, Milnerton, Afrique du Sud

@craighowes

9. Une maison abandonnée, Portugal

Fábio Martins — @ue_photography

10. Bus scolaire abandonné sur le bord de la route, Puerto Rico

@Estelle Lavie

11. Chambre d’hôtel abandonnée

@timeless_seeker

12. Un château en Belgique

@forgottenheritage

13. Une photo complètement dingue d’un parc d’attraction abandonné à Nara, au Japon

@7dan_hi

14. La nef d’une église abandonnée

@lologo31

15. Bateau abandonné dans la province de Teriberka, Russie

Madam B

16. Une photo un peu flippante d’une morgue abandonnée…

George F

17.Un château abandonné en Russie 

© Mark «Taken-By-Me»

28. Une maison de campagne abandonnée 

© Kleiner Hobbit 

29. Un magnifique château abandonné à Kopice, Pologne 

© DARKstyle Pictures

30. Village de pêcheurs abandonné sur les berges du fleuve Yangzi Jiang, Chine

© Jane Qing

31. Hotel del Salto, Colombie

© travelsouthamerica 

32. Un bateau abandonné à Fuerteventura, Îles Canari

© Wollex (Wikipedia Creative Commons) 

33. Squelette d’un bateau abandonné, Irlande

© Eddy White 

34. Chapelle abandonnée

 

© leon.beu

35. Cette église abandonnée se trouve en France

 

© El Vagus 

 36. Une maison quelque part dans la campagne, en Norvège

 

© Europe Trotter 

37. Ce village fantôme a été détruit pendant la Guerre Civile Espagnole, Belchite, Espagne

© carlos_santero 

38. L’Orient Express, Belgique

http://www.demotivateur.fr

Le Saviez-Vous ►11 aliments moins sains qu’il n’y paraît


Tout le monde sait que l’alimentation est importante, mais les denrées commerciales, même diététiques sont trop souvent trop sucrées, trop salées, trop gras. Les modes alimentaires aussi peuvent nous induire en erreur. Bref, mieux vaut se mettre à cuisiner nous-même.
Nuage

 

11 aliments moins sains qu’il n’y paraît

 

Le sucre n’est pas toujours là où on l’attend.

 

  • Julie R. Thomson The Huffington Post

ALIMENTATION – Dans les grandes lignes, manger sain n’est pas très compliqué: favoriser les céréales complètes, les fruits et les légumes, et éviter les bonbons. Mais aujourd’hui, avec les aliments préparés, y parvenir n’est pas une mince affaire. Beaucoup des solutions que nous privilégions sont moins saines qu’il n’y paraît. Et vous, savez-vous éviter les pièges?

Il y a sûrement, dans votre alimentation, quelques produits qui compromettent vos efforts en matière de diététique. Identifiez-les à l’aide de la liste ci-dessous, et bannissez-les de vos assiettes!

DEBBISMIRNOFF VIA GETTY IMAGES

Ce grand bol de muesli fait bien plus qu’une seule portion.

1. Le muesli. Une portion normale est bien plus petite qu’on ne le croit. Un bol plein avec du lait contient probablement beaucoup plus de sucre que vous ne le pensez. Le muesli se mange plutôt en garniture sur un yaourt, et non en remplacement des céréales. Si vous aimez trop ça pour y renoncer, essayez de le préparer vous-même. Le muesli maison est meilleur que celui qu’on trouve dans le commerce, car vous en choisissez tous les ingrédients.

2. L’agave. Si les bienfaits nutritionnels de l’agave font débat, elle représente indéniablement un apport supplémentaire de sucre. Or il vaut mieux éviter de consommer trop de sucre, sous quelle forme que ce soit.

3. Les muffins au son. Bien sûr, ils ont l’air diététiques. Après tout, on parle de son de blé, non? Malheureusement, un muffin reste un muffin… C’est-à-dire l’équivalent d’un cupcake sans glaçage. Autrement dit, un cocktail de matières grasses et de sucre ajouté. En plus, la majorité des muffins au son contiennent plus de farine de blé que de son. Il n’y a qu’une manière de vous assurer que votre muffin soit vraiment composé de céréales complètes: le préparer vous-même.

4. Les cures de jus détox. Quand on y réfléchit, tous ces programmes détox vendus dans le commerce vous font boire beaucoup de jus. Or, il vaut mieux privilégier les fruits et les légumes pour ne pas perdre l’apport en fibres. En fait, la plupart des autorités en matière de nutrition conseillent carrément d’éviter les jus. Ceux qu’on qualifie de « détox » ont une meilleure valeur nutritionnelle que les jus industriels mais, pris à la place d’un repas, ils vous apporteront bien trop de sucre et pas assez de protéines.

GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO Assiette de canneberges, dattes et abricots secs.

5. Les fruits secs. Certes, les fruits secs restent une option plus diététique que le cookie qui vous fait de l’œil. Mais n’oubliez pas qu’ils restent un petit plaisir sucré. Le sucre qu’on y ajoute habituellement les rapproche en fait plus du bonbon que du fruit. Mais tous les fruits secs du commerce n’en contiennent pas, alors lisez bien les étiquettes afin de faire un choix éclairé.

6. Les yaourts aromatisés. Qu’est-ce qui leur donne leur goût, en plus des arômes? Eh oui, le sucre… et pas qu’un peu. Bien entendu, les yaourts sont bons pour la santé, mais mieux vaut les manger nature (ou garnis de fruits frais).

7. Les barres énergétiques et protéinées. Elles ont l’air diététique, comme ça, mais la plupart se rapprochent franchement des simples barres chocolatées. Elles sont souvent bourrées de sucre, et bien plus riches en calories qu’on ne le croit. Là encore, pourquoi ne pas les préparer vous-même? Au moins, vous en connaîtrez tous les ingrédients.

ALBA CORRECH�/ EYEEM VIA GETTY IMAGESYaourt glacé garni de fraises et de sauce au chocolat chaud.

8. Les yaourts glacés. Autant manger une glace. D’accord, les yaourts glacés contiennent moins de graisses saturées, mais une fois agrémentés de garnitures riches en sucre et en matières grasses, ils ne valent souvent pas mieux au niveau diététique.

9. Le beurre de cacahuète (et autres beurres de noix). Consommé avec modération, c’est un ingrédient sain et riche en protéines, mais seulement les versions naturelles avec deux ingrédients maximum. Certains beurres de noix – comme les variétés allégées – contiennent du sucre ajouté sous forme de sirop de maïs, riche en fructose. Pas si malin que ça, finalement.

10. Les smoothies. À base de fruits et de légumes frais, ils ne sont pas forcément mauvais pour la santé. Mais attention aux quantités et à la provenance: les smoothies préparés à l’avance et ceux que l’on trouve dans le commerce peuvent être bourrés de sucre et de calories. Si on veut être prudent… mieux vaut les préparer soi-même!

11. Les soupes industrielles. Une soupe représente souvent un repas équilibré, mais celles que vous achetez en magasin sont trop salées. Or, l’excès de sodium entraîne ballonnements et perte d’énergie. Les soupes maison sont vraiment faciles à préparer. Vous n’avez donc aucune d’excuse!

Cet article, publié à l’origine sur le Huffington Post américain, a été traduit par Guillemette Allard-Bares pour Fast for Word.

http://www.huffingtonpost.fr/

Dernières révélations sur les Vikings


Qui sont les Vikings ? En fait, on ne connait que très peu de chose sur ce peuple qui ont arpenté les mers. Quelques vestiges ici et là, mais pour mieux les cerner, il faudrait encore plus de preuves de leurs présences dans divers pays en Europe et aussi en Amérique du Nord. Grâce a de nouvelles techniques, nous pourrions mieux suivre leur périple et chercher aux bons endroits
Nuage

 

Dernières révélations sur les Vikings

 

La tombe de Ridgeway Hill contenait les corps de 54 vikings, tous décapités. ©Lion TV

La tombe de Ridgeway Hill contenait les corps de 54 Vikings, tous décapités. © Lion TV

Les découvertes archéologiques les plus récentes concernant les Vikings remontent à 2009 et 2014. Un charnier de 54 corps décapités et une forteresse circulaire, qui permettent d’en savoir davantage sur ces guerriers navigateurs. Parallèlement, un nouvel outil pourrait faire avancer la recherche sur les Vikings : l’imagerie satellitaire.

Malgré tous les fantasmes que suscitent les Vikings, leur civilisation reste encore mystérieuse. Le manque d’écrits d’époque complique la tâche des historiens et les découvertes archéologiques concernant ce peuple sont peu nombreuses. Les plus récentes sont celles de Ridgeway Hill, en Angleterre, en 2009, et Vallo, au Danemark, en 2014.

Un charnier permet de mieux connaître les envahisseurs

À Ridgeway Hill, des ossements d’hommes âgés d’une vingtaine d’années ont été retrouvés : cinquante-quatre corps décapités, dont les têtes ont été empilées sur un côté de la sépulture. La datation au carbone 14 place ces hommes au XIe siècle. À cette époque, les raids vikings en Angleterre étaient récurrents, malgré les accords passés avec le roi, Aethelred II « le Malavisé». Afin de mettre un terme à ces attaques, ce dernier a ordonné d’exécuter tous les hommes danois présents dans le royaume, le 13 novembre 1002, jour de la Saint-Brice. Des massacres similaires ont peut-être eu lieu à Bristol, Gloucester et Londres.

Qui étaient ces hommes dont on a coupé la tête il y a plus de 1000 ans ? Des données laissent à penser qu’il s’agirait de guerriers Jomsvikings, une tribu de mercenaires exclusivement masculine. Les dents limées, par exemple, était une pratique courante chez ces guerriers afin d’intimider leurs ennemis. Selon la légende, ces combattants faisaient également face à leur bourreau pour prouver leur bravoure. Or tous les corps trouvés dans le charnier ont été décapités par l’avant. Preuve supplémentaire de leur identité, les écrits de la reine Emma, épouse de Aethelred II, témoignent de la présence de Jomsvinkings sur les terres anglaises.

La découverte a été possible grâce à une image satellite montrant une forme circulaire. ©Aarhus Universitet

Trace de la forteresse de Vallø, découverte grâce à une vue satellitaire. ©Aarhus Universitet

Plus récemment, une forteresse circulaire a été découverte à Vallo, au Danemark. Il s’agit de la cinquième construction de ce type connue dans le pays, et la première exhumée depuis 60 ans. Les archéologues tentent de définir son âge ou, plus précisément, quand elle a été détruite. En effet, les fondations en bois calcinées de la porte du nord témoignent d’un incendie. Cet évènement rend donc plus difficile la datation au carbone 14. Même si peu de preuves du passage des guerriers nordiques ont été trouvées (une perle de verre typique des Vikings), les archéologues ne désespèrent pas. La forteresse se situait au bord d’un fjord. Les chercheurs espèrent donc trouver les vestiges d’un port, voire d’une embarcation dans les prochaines années.

L’image satellite pour repérer des sites 

Un nouvel outil pourrait bientôt faire avancer la recherche sur les Vikings : l’imagerie satellitaire. Elle est actuellement testée dans des zones susceptibles d’avoir abrité des sites vikings. Un premier essai, en Islande, a été concluant : des fondations ont été repérées. Des fouilles ont confirmé l’observation. Elles ont mis au jour des restes enfouis de bâtiments en tourbe et un muret de 15 cm de haut.

Cette nouvelle technologie intéresse particulièrement les archéologues américains. D’après les sagas nordiques, les Vikings explorèrent les côtes d’Amérique du Nord dès 985. La plupart des expéditions évoquées dans ces récits historiques sont difficiles à retracer. La méthode satellitaire pourrait permettre d’en savoir plus sur la présence et les déplacements des Scandinaves sur le continent nord-américain.

Françoise de Vaugelas

http://www.nationalgeographic.fr

Thaïlande: la tortue aux 915 pièces de monnaie réapprend à nager


Vous souvenez de la tortue qu’on a retirée dans son estomac 900 pièces ? Elle va bien et a plus d’aisance a bouger. Un mal pour un bien, il semble que maintenant ont les plans d’eau et on ajoute des pancartes pour ne pas jeter des pièces de monnaie. Espérons qu’elle aura un jour droit à la complète liberté dans l’océan
Nuage

 

Thaïlande: la tortue aux 915 pièces de monnaie réapprend à nager

 

 


La tortue qui avait avalé 915 pièces de monnaie réapprend à nager à Bangkok, en Thaïlande, le 12 mars 2017 Roberto SCHMIDT  /  AFP

 

Une tortue marine thaïlandaise surnommée « Tirelire » pour avoir avalé 915 pièces de monnaie a pris des leçons de natation lundi dans le cadre d’un programme de réhabilitation après une longue opération chirurgicale qui l’a soulagée de son trésor.

Le reptile a passé sept heures sur la table d’opération à Bangkok la semaine dernière. Les chirurgiens ont retiré de son système digestif cinq kilogrammes de pièces de monnaie lancées dans sa mare par les visiteurs.

Son histoire a fait la une dans le monde entier. Lundi, « Omsin » (Tirelire), spécimen âgé de 25 ans, a nagé avec une facilité relative dans une petite piscine du centre de recherche aquatique de l’hôpital de Chulalongkorn.

Nantarika Chansue, la vétérinaire responsable du centre, s’est dite ravie de la liberté de mouvement récupérée par la tortue.

« Avant, elle ne se servait pas du tout de son côté gauche, car c’était probablement douloureux », dit-elle à l’AFP. « Regardez la maintenant, elle utilise tous ses membres de façon très efficace ».

La tortue a passé deux décennies dans un petit parc public de la province de Chonburi et les visiteurs lui jetaient des pièces pour inciter la chance à leur sourire.

La vétérinaire a ajouté que la nouvelle notoriété de la tortue avait eu comme conséquence bénéfique de faire réfléchir les gens à deux fois avant de jeter des pièces.

« A cause de tout ça, les mares que je connais sont en train d’être nettoyées. Des pancartes sont installées pour interdire les pièces ».

Elle espère qu’un jour « Omsin » pourra être remise à la mer, vu qu’en théorie, elle a encore une soixantaine d’années à vivre. L’équipe l’emmènera prendre des bains de mer pour lui apprendre à nager et à plonger, non sans l’avoir équipée « d’une laisse » afin de la récupérer.

http://www.ladepeche.fr/

Smartphones : la santé auditive des jeunes est en danger


Des jeunes sans oreillettes dans les oreilles sur le trottoir, dans les transports en commun, et même à la maison, c’est de plus en plus rare. La musique directement dans les oreilles, souvent forte est un danger pour la santé auditive
Nuage

 

Smartphones : la santé auditive des jeunes est en danger

 

Smartphones : la santé auditive des jeunes est en danger

Le 6 mars 2017.

Les jeunes n’ont pas encore assez conscience des risques auxquels ils exposent leur système auditif lorsqu’ils écoutent de la musique, via des oreillettes, sur leur smartphone. Et pourtant, nombre d’entre eux ont déjà ressenti les premiers signes d’une baisse de l’audition. 

Les oreillettes, un accessoire dangereux pour la santé auditive

Il est de plus en plus rare de croiser, dans les transports en commun, un jeune sans son téléphone à la main, écouteurs bien fixés dans les oreilles. Cet appareillage est devenu indispensable au quotidien des adolescents et cette habitude pourrait bien être dangereuse pour leur santé. C’est ce qui inquiète l’association Journée nationale de l’audition (JNA), qui vient de publier les résultats d’une enquête réalisée sur le sujet.

Selon cette enquête, menée par l’institut Ifop, 100 % des jeunes de 15 à 17 ans possèdent et utilisent un smartphone. Un objet du quotidien devenu leur premier support pour écouter de la musique qu’ils écoutent, pour 65 % d’entre eux, avec des oreillettes. Et c’est d’ailleurs ce détail qui alerte les autorités sanitaires, puisque la dangerosité de cette habitude réside, notamment, dans le fait d’introduire des oreillettes dans le creux du conduit auditif.

De nombreux jeunes avouent écouter leur musique trop fort

Les chiffres indiquent par ailleurs qu’un quart des jeunes reconnaissent écouter de la musique avec un volume sonore élevé, notamment lorsqu’ils prennent les transports en commun qui, parce qu’ils sont généralement très bruyants, obligent à monter encore davantage le volume, augmentant alors encore le risque de lésion du système auditif.

Pour une grande partie d’entre eux, ces jeunes n’ont pas conscience des risques auxquels ils s’exposent. Et pourtant, ils sont nombreux à avoir déjà éprouvé les dangereux effets d’une écoute prolongée et trop puissante de musique. 39 % des moins de 35 ans auraient déjà ressenti des acouphènes, soit des bourdonnements ou des sifflements dans les oreilles, après avoir écouté de la musique. Et parmi eux, ils sont 26 % chez les 15-17 ans, révèle encore cette étude.

http://www.passeportsante.net

Comment les premiers Aborigènes sont arrivés en Australie


En Australie, il y a près de 50 000 ans, les premiers habitants venaient tout du même endroit. Ils ont pu survivre, malgré les changements climatiques à travers les millénaires. Chose rare qu’un peuple a resté isolé pendant si longtemps
Nuage 

 

Comment les premiers Aborigènes sont arrivés en Australie

 

We Love Australia | grace_kat via Flickr CC License by

We Love Australia | grace_kat via Flickr CC License by

Repéré par Grégor Brandy

Repéré sur The New York Times, The Guardian

Ils sont arrivés sur le continent, il y a 50.000 ans.

Depuis 50.000 ans, les populations aborigènes peuplent l’Australie. Une récente étude, publiée dans Nature, et menée par des chercheurs de l’université d’Adélaïde, en Australie, a permis d’analyser une centaine d’échantillons de cheveux collectés lors d’expéditions anthropologiques au milieu du XXe siècle. Grâce à eux, les chercheurs ont découvert que les Aborigènes descendent tous de la même population originelle, arrivée sur le continent il y a 50.000 ans, explique le New York Times.

«Ils se sont étendus sur le continent en suivant les côtes, en l’espace de quelques siècles. Et pendant les dizaines de milliers d’années qui ont suivi, ces populations sont restées isolées, se mélangeant rarement.»

Le quotidien américain explique que les premiers aborigènes à voir mis le pied en Australie ont en fait pu le faire assez facilement.

«Il y a 50.000 ans, les niveaux de la mer étaient si peu élevés que l’Australie et la Nouvelle-Guinée formaient un seul et même continent. Les humains voyageaient du Sud-Est de l’Asie vers cette masse continentale, et certains se sont installés dans ce qui est aujourd’hui la Nouvelle-Guinée, pendant que d’autres ont continué le voyage vers le sud, en Australie.»

Ils ont atteint le sud de l’Australie il y a 49.000 ans.

Les chercheurs ont notamment été très surpris de découvrir que les peuples aborigènes avaient très peu bougé au fil des siècles, s’adaptant parfaitement à leur environnement, une chose dont ils sont les seuls à avoir fait preuve dans l’histoire humaine.

Entre «les énormes changements climatiques, et les énormes bouleversements environnementaux, on aurait pu s’attendre à ce qu’ils y répondent en allant un peu partout», explique notamment le professeur responsable de cette étude, Alan Cooper, au Guardian.

«Clairement l’environnement a évolué de façon significative, mais néanmoins, ils ont réussi à survivre dans une zone avec un ensemble de ressources bien définies sur une période allant jusqu’à 50.000 ans. Nulle part ailleurs dans le monde, les humains n’ont démontré une telle capacité. Nous n’avons pas un très bon passif en matière de vie en équilibre avec quoi que ce soit.»

http://www.slate.fr