Vous partagez les avis de disparition d’enfants sur Facebook? Attention, dit la GRC


Voilà une bonne raison de ne pas publier n’importe comment une disparition d’enfant si, cette disparition n’est pas confirmer par un média sérieux ou par une source policière qu’on peut vérifier les coordonnées. Car on ne sait pas qu’elles sont les motifs de n’importe qui met une photo d’enfant de disparition. Cela peut mettre des vies en danger plus que l’on pense pour plusieurs raisons. En plus, si c’est vraiment une disparition, il est beaucoup plus facile de vérifier ou en sont les recherches. Hier, j’ai vu sur Facebook, quelqu’un qui a partagé une photo disant qu’il avait volé certaines choses a une famille qui l’avait accueilli sans source policière. Est-il vraiment coupable, si oui, la famille a-t-elle fait des démarches policières ? Ou c’est simplement une vengeance personnelle pour une autre raison .. Il faut faire attention ce que l’on partage
Nuage

 

Vous partagez les avis de disparition d’enfants sur Facebook? Attention, dit la GRC

 

Huffington Post Canada  |  Par Michelle Butterfield

En parcourant votre fil d’actualités Facebook, vous apercevez une publication sur un enfant porté disparu. Naturellement, votre premier réflexe est de partager la publication. Ça peut contribuer à ramener un enfant sain et sauf à la maison, alors pourquoi pas?

Pas si vite, répond la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Dans une publication Facebook, le détachement de Kindersley, en Saskatchewan, rappelle les dangers de partager ce type de publications sans d’abord faire quelques vérifications.

Souvent, explique la GRC, ces publications proviennent de personnes mal intentionnées. Parfois, l’enfant dont la photo est largement partagée ne manque même pas à l’appel.

Même si l’on souhaite bien faire en partageant la publication, on ne connaît pas toujours tous les faits.

«Par exemple, un parent qui se voit refuser l’accès à ses enfants par un ordre de la cour pourrait mettre leurs photos sur Facebook et affirmer qu’ils ont disparu», écrit le corps de police.

Parfois – dans les cas de violence domestique, par exemple -, l’autre parent et l’enfant peuvent se cacher pour leur propre protection.

En partageant une telle photo, vous pourriez mettre des vies en danger, avertit la GRC.

facebook
Cliquer sur «Partager» pourrait faire plus de tort que de bien. (Photo: Getty Images)

La GRC recommande de toujours vérifier la source d’une photo avant de la partager.

«Si la publication ne provient pas d’une source policière officielle et ne contient pas de lien vers un article publié par un média sérieux confirmant la disparition, elle n’est probablement pas légitime.»

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Advertisements

2 réponses à “Vous partagez les avis de disparition d’enfants sur Facebook? Attention, dit la GRC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s