L’espérance


Dans ce monde agité, il y a des gens qui par leur conviction réussissent à changer les choses. Bien sûr, qu’à travers les époques, c’est toujours les mêmes injustices qui reviennent, mais pourtant cela ne décourage pas ceux qui ont le courage de défendre la vie, la justice, l’indigent, l’esclavage …
Nuage

 

L’espérance

 

En face des sombres pronostics apportés par la prospective, il importe de se souvenir que, dans les périodes les plus difficiles, bien souvent un petit nombre de femmes et d’hommes, répartis à travers le monde, ont été capables de renverser le cours des évolutions historiques, parce qu’ils espéraient contre toute espérance.

Frère Roger de Taizé

Le Saviez-Vous ► Faut-il tousser pour survivre à une crise cardiaque?


 Vous avez sûrement vu passer dans vos courriels, sur les réseaux sociaux, la solution miracle quand une personne est victime d’une crise cardiaque et qu’elle est seule, de tousser fort et plusieurs fois. Ce que je trouve dommage, c’est que ce genre d’information est extrêmement dangereux à partager. Et de partager au cas que ce soit vrai, n’est vraiment pas une excuse.
Nuage

 

Faut-il tousser pour survivre à une crise cardiaque?

 

HEART ATTACK

 

Cet article a d’abord été publié sur le site de l’Agence Science-Presse.

Une lectrice nous a demandé de vérifier la validité d’une information qui circule sur internet : pour survivre à une crise cardiaque quand on est seul, doit-on tousser de manière répétée et très vigoureusement  ? Sans aucun doute un conseil à ne pas suivre, répond le Détecteur de rumeurs.

L’origine de la rumeur

En fouillant, le Détecteur de rumeurs a repéré différentes versions de cette information qui semble circuler depuis plusieurs années : chaînes de courriels, présentations PowerPoint, vidéos et publications sur les réseaux sociaux, tant en anglais qu’en français.

Le plus souvent intitulé « Comment survivre à une crise cardiaque quand on est seul », le texte change légèrement d’une version à l’autre, mais l’essentiel reste. D’abord, on mentionne qu’au moment de la crise cardiaque, le cœur se met à battre de manière anormale et que la personne a seulement 10 secondes avant de s’évanouir. Ensuite, on affirme qu’une personne victime d’une crise cardiaque alors qu’elle est seule, pourrait se secourir en alternant aux deux secondes une inspiration profonde et une toux très vigoureuse, sans arrêt, jusqu’à ce que l’aide arrive ou que le cœur se remette à battre normalement. Finalement, on explique que cette « respiration-toux » s’apparente à une réanimation cardiorespiratoire (RCR) en apportant de l’oxygène aux poumons et en massant le cœur.

Les versions que nous avons pu lire sur internet n’étaient pas datées et ne comportaient pas de signature, référence médicale ou lien vers le site d’une organisation de santé connue. On comprend que notre lectrice ait été suspicieuse !

Information non fondée et dangereuse

Vous l’aurez deviné, il s’agit bel et bien d’une fausse nouvelle. De nombreux organismes, dont la fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada et l’American Heart Association ont réfuté la validité de ce conseil sur leurs sites.

Le Détecteur de rumeurs a tout de même demandé l’avis d’un urgentologue au Centre universitaire de santé McGill, le Dr Andreas Krüll.

« Une crise cardiaque est due à une artère du cœur qui est bloquée. Il faut la débloquer le plus rapidement possible. La première chose à faire est d’appeler immédiatement le 911 », explique-t-il.

Dans l’attente d’une ambulance, devrait-on inspirer et tousser vigoureusement en alternance, comme on le conseille dans ces textes ?

« Si on a une crise cardiaque, inspirer profondément et tousser vigoureusement ne débloquera certainement pas l’artère. Ça pourrait même empirer la situation, car ça demande des efforts supplémentaires. Il est préférable de rester calme en attendant les services d’urgence », estime le médecin.

Pourquoi cette rumeur s’est-elle répandue ?

Il est possible que les personnes à l’origine de ce mythe n’aient pas fait la distinction entre une crise cardiaque, un arrêt cardiaque et une arythmie cardiaque.

Commençons par définir les termes :

La crise cardiaque arrive lorsqu’il y a occlusion (blocage) d’une artère dans le cœur, provoquant la mort des tissus.

L’arrêt cardiaque soudain se caractérise par une perte subite des fonctions cardiaques, de la respiration et de l’inconscience. Il peut être dû à une crise cardiaque ou à une autre cause : suffocation, noyade, électrocution, AVC, surdose de médicaments, accident de la route, etc.

L’arythmie cardiaque est due à un problème électrique dans le cœur. Il bat de façon anormale.

Les personnes qui ont une crise cardiaque peuvent ressentir une douleur vive au centre du thorax. La douleur peut également se présenter à la mâchoire, aux épaules, aux bras (particulièrement au bras gauche) et au dos (entre les omoplates). D’autres symptômes peuvent être ressentis (difficulté à respirer, nausées, étourdissements, palpitations, etc.) et peuvent être exacerbés par un effort physique. Cependant, certaines personnes peuvent avoir un infarctus sans ressentir de douleur.

Or, dans certains cas, tousser ou souffler peut parfois rétablir le rythme du cœur.

« Chez les personnes qui font un type très spécifique d’arythmie, soit l’arythmie supra-ventriculaire, souffler dans une paille ou tousser d’une manière particulière permet parfois de rétablir le rythme cardiaque normal. On leur enseigne cette respiration après leur diagnostic. Mais ce n’est absolument pas un conseil qu’on donne à une personne victime d’une artère bloquée. Je crois que les auteurs ont mélangé les choses », explique le Dr. Krüll.

Par ailleurs, l’American Heart Association déplore le fait qu’on surnomme cette technique « respiration ou toux RCR » ou « respiration RCR » dans certaines versions, donnant l’impression qu’elle agit au même titre qu’une réanimation cardiorespiratoire. Cette dernière technique qui consiste à appuyer fort et rapidement sur la poitrine, et à administrer des insufflations, doit être pratiquée par une tierce personne sur une victime d’un arrêt cardiaque. Aucune organisation qui offre des cours de RCR n’enseigne la « respiration-toux RCR ».

Les experts s’entendent pour dire que la meilleure information à faire circuler est celle qui décrit les symptômes d’une crise cardiaque afin que tous puissent les connaître et agir rapidement.

Les recommandations

Si vous souffrez d’une crise cardiaque et que vous êtes seul :

Composez immédiatement le 911 ou le numéro d’urgence local ;

 Si vous êtes seul en voiture, arrêtez et appelez à l’aide. Ne tentez pas de vous rendre à l’hôpital par vous-même ;

 Après avoir appelé le 911, si le répartiteur vous autorise à le faire, alertez des personnes proches (voisins, amis, etc.);

 Cessez toute activité. Asseyez-vous ou allongez-vous dans la position la plus confortable possible ;

 Si vous prenez habituellement de la nitroglycérine, prenez une dose normale ;

 Si vous ressentez des douleurs thoraciques, mâchez et avalez un comprimé pour adultes de 325 mg d’aspirine.

Verdict

Si vous êtes victime d’une crise cardiaque alors que vous êtes seul, ne toussez pas de façon particulière, cela pourrait même empirer la situation. Et si vous voulez partager un article, partagez plutôt celui-ci !

Pour connaître les signes d’une crise cardiaque, consultez le site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada

Des cours de premiers soins, offerts notamment par la Fondation des maladies du cœur et de l’ACV du Canada et la Fondation Saint-Jean-Baptiste, peuvent faire une différence si vous devez intervenir auprès d’une personne qui a un arrêt cardiaque. On y apprend notamment à faire la Réanimation cardiorespiratoire (RCR).

http://quebec.huffingtonpost.ca

Plus du quart des décès des jeunes enfants dû à la pollution


Nous voulons le mieux pour nos enfants et nos petits enfants, alors pourquoi nous laissons en héritage autant de pollution, de manque d’hygiène, des déchets électroniques et électriques qui causent de grands dommages à nos descendants
Nuage

 

Plus du quart des décès des jeunes enfants dû à la pollution

 

Plus du quart des décès d'enfants de moins de cinq ans est attribuable à la... (Photo archives AFP)

PHOTO ARCHIVES AFP

 

Agence France-Presse
Genève

Plus du quart des décès d’enfants de moins de cinq ans est attribuable à la pollution de l’environnement, indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans deux rapports publiés lundi.

Chaque année, les risques environnementaux – pollution de l’air intérieur et extérieur, tabagisme passif, insalubrité de l’eau, manque de moyens d’assainissement et hygiène insuffisante – entraînent le décès de 1,7 million d’enfants de moins de cinq ans dans le monde, explique l’OMS dans un communiqué.

Parmi eux, 570 000 enfants meurent d’infections respiratoires (par exemple, de pneumonie) attribuables à la pollution de l’air intérieur et extérieur et au tabagisme passif, et 361 000 autres meurent de maladies diarrhéiques à cause d’un accès insuffisant à l’eau potable et aux moyens d’assainissement et d’hygiène.

«Un environnement pollué est mortel, en particulier pour les jeunes enfants», a déploré la Dre Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, citée dans le communiqué.

«Les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air et de l’eau, car leurs organes et leur système immunitaire sont en cours de développement et leur organisme notamment leurs voies respiratoires sont de petite taille», a-t-elle ajouté.

Selon l’OMS, une grande partie des maladies qui sont les principales causes de décès d’enfants âgés d’un mois à cinq ans – maladies diarrhéiques, paludisme et pneumonie – pourrait être évitée grâce à des interventions dont «on sait qu’elles réduisent les risques environnementaux, tels que l’accès à l’eau potable et l’utilisation de combustibles propres pour la préparation des repas».

L’OMS explique ainsi que les décès dus au paludisme pourraient être évités en réduisant le nombre de gîtes larvaires de moustiques ou en couvrant les réservoirs d’eau potable.

De nouveaux dangers menacent aussi la santé des enfants.

Ainsi, les nouveaux dangers environnementaux, tels que les déchets électroniques et électriques – comme les téléphones portables usagés – qui ne sont pas correctement recyclés, exposent les enfants à des toxines qui peuvent entraîner une diminution des aptitudes cognitives, un déficit de l’attention, des lésions pulmonaires ou encore un cancer, selon les experts.

D’après l’OMS, la quantité de déchets électroniques et électriques aura augmenté de 19 % entre 2014 et 2018, pour atteindre 50 millions de tonnes.

Pour sa part, le changement climatique fait augmenter les températures et les niveaux de dioxyde de carbone, ce qui favorise la production de pollen, associée à une augmentation des taux d’asthme chez l’enfant.

En 2016, l’OMS avait déjà indiqué que près d’un quart des décès dans le monde, toutes populations confondues, découlent d’une cause liée à l’environnement au sens large qui va de la pollution aux accidents de la route.

http://www.lapresse.ca

La Nasa veut mettre un bouclier magnétique autour de Mars pour que l’homme puisse y habiter


L’idée m’apparaît pas mal fantaisiste, même si cela serait utile pour la Terre dans des siècles à venir, il me semble que créer un champ magnétique sur Mars pour que l’homme puisse vivre serait de changer le cours naturelle d’une planète comme nous l’avons fait sur Terre dans d’autres domaines et qui n’a pas donné nécessairement de bons résultats
Nuage

 

La Nasa veut mettre un bouclier magnétique autour de Mars pour que l’homme puisse y habiter

.

Artist’s impression of Mars four billion years ago | ESO/M. Kornmesser via Wikimédia CC License by

Artist’s impression of Mars four billion years ago | ESO/M. Kornmesser via Wikimédia CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Le but est d’instaurer une nouvelle atmosphère

Il y a bien longtemps, dans notre galaxie, la planète Mars était recouverte d’océans et bénéficiait d’une atmosphère. Et si aujourd’hui tout cela a disparu, la Nasa a en tête un plan bien particulier pour la rendre habitable par les humains.

Le magazine Wired relaie ainsi la très intéressante conférence Planetary Science Vision 2050 Workshop de Washington, où le directeur de la division science planétaire James Green a expliqué ce projet fou:

«Le système solaire est à nous, prenons-le. Ceci, bien sûr, implique que nous soyons capables d’explorer Mars, ensemble, et d’y faire nos recherches, nous avons donc besoin d’un meilleur environnement.»

Des scientifiques de l’agence ont eu l’idée d’un bouclier magnétique pour protéger Mars des rayons du Soleil qui actuellement provoquent des radiations que l’homme ne peut supporter. Techniquement, la Nasa enverrait un circuit électrique suffisamment puissant pour créer un champ magnétique qui s’insérerait entre le Soleil et la planète rouge.

«Le bouclier pourrait permettre à Mars de restaurer lentement son atmosphère en quelques années, écrit Wired. Une fois que l’atmosphère s’est mise en place, l’effet de serre réchaufferait la planète, la rendant potentiellement assez chaude pour que de l’eau liquide existe à la surface.»

Une aide pour la Terre?

James Green semble néanmoins rêver plus loin que ses confrères, notamment en expliquant qu’il est possible qu’un jour une partie de l’ancien océan de Mars revienne. Il faut savoir que, comme le soulignait le site Phys.org il y a quelques jours à peine, la planète a accueilli ce qui ressemble à un énorme canal, creusé il y a trois milliards d’années après des inondations monstres.

Ce projet rappelle celui proposé en 2008 par deux chercheurs japonais du National Institute for Fusion Science. Si le système de champ magnétique pouvait s’appliquer à Mars ou même la Lune, Osamu Motojima et Nagato Yanagi se concentraient de leur côté sur la planète Terre. Il faut savoir que ce type de champ joue un rôle primordial pour la survie d’une espèce comme la nôtre, et qu’il s’est affaiblit chez nous «d’environ 10% en 150 ans».

Et s’il continue à diminuer en capacité, «cela pourrait avoir un impact sérieux sur les structures vitales comme les satellites, le trafic aérien, les réseaux électriques, ainsi que sur le réchauffement climatique mondial», notaient les deux scientifiques.

Il est donc possible que ce fameux champ magnétique artificiel, au-delà du fantasme d’astronaute, aient une importance vitale pour nous sur Terre.

http://www.slate.fr/

Les États-Unis "envisagent" de séparer les enfants clandestins de leurs parents


Donald Trump n’est pas l’étoffe d’un président et ceux qui l’entourent ne sont guère mieux. De telles idées, c’est comme revenir des décennies en arrières. Séparer les enfants des parents pour les immigrés clandestins est un outrage à la famille et surtout aux enfants. Ils prétendent qui pourront bien s’occuper d’eux … J’en doute, comment d’enfants qui seront traumatisés et qui dit qu’ils seront en sécurité des abus qu’ils pourront subir ?
Nuage

 

 

Les États-Unis « envisagent » de séparer les enfants clandestins de leurs parents

 

AFP

Les États-Unis « envisagent » de séparer les enfants clandestins de leurs parents

« On traiterait bien ces enfants pendant qu’on s’occupe de leurs parents » a expliqué le secrétaire américain à la Sécurité intérieure John Kelly.

 

ÉTATS-UNIS – Le secrétaire américain à la Sécurité intérieure John Kelly a déclaré lundi 6 mars qu’il envisageait de séparer les enfants de leurs parents immigrés clandestins dans le but de décourager un maximum de personnes d’entrer aux Etats-Unis illégalement.

« Je ferais presque n’importe quoi pour dissuader les gens d’Amérique centrale de se lancer dans ces réseaux très dangereux qui les amènent à travers le Mexique et jusqu’aux Etats-Unis », a affirmé Kelly dans une interview sur CNN.

Selon lui, le Mexique est lui aussi déterminé à détruire ces réseaux de passeurs très dangereux dans lesquels une immense majorité de femmes subissent des violences sexuelles, selon l’ancien général, désormais en charge du contrôle de l’immigration et de la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique.

« Nous avons beaucoup d’expérience pour nous occuper des mineurs non accompagnés » en les mettant dans des foyers spécialisés ou en les rapprochant de familles d’accueil, a encore souligné John Kelly.

« Donc oui, j’envisage, dans le but de dissuader davantage de mouvements par le biais de ces terribles réseaux » de séparer les enfants de leurs parents qui seraient entrés illégalement aux Etats-Unis. « On traiterait bien ces enfants pendant qu’on s’occupe de leurs parents », a encore affirmé le ministre de la Sécurité intérieure.

Kelly est à la tête du troisième plus grand ministère des Etats-Unis (après ceux de la Défense et des Anciens combattants), pour lequel travaillent 240.000 fonctionnaires et qui chapeaute 22 agences fédérales ayant pour mission de « protéger le pays des nombreuses menaces auxquelles il est confronté ».

A ce titre, il est un des féroces partisans des décrets anti-immigration édictés par Donald Trump. Il avait notamment vivement regretté que le premier décret pris fin janvier soit bloqué en justice, estimant que les juges américains vivaient « dans une bulle » qui les empêchait de voir la véritable menace pour le pays.

Le président américain a lundi signé un nouveau décret pour remplacer le premier, qui a été révoqué. Ce nouveau texte interdit pendant 90 jours l’entrée aux Etats-Unis de ressortissants de six pays musulmans.

http://www.huffingtonpost.fr/

Inde: une vingtaine de foetus féminins découverts dans un égout


En 30 ans, il aurait eu de foetus féminins avortés. En plus, ils ne comptent pas les femmes qui sont mortes suite à ces avortements sélectifs. Une barbarie qui continue malgré l’interdiction des tests prénataux a savoir le sexe de l’enfant. Je ne sais pas, mais si cela ne fonctionne pas, ils devraient penser à mieux éduquer les filles et changer la tradition de la dot qui est une charge pour la famille ayant une fille
Nuage

 

Inde: une vingtaine de foetus féminins découverts dans un égout

 

La société indienne privilégie la naissance de garçons,... (Photo Aijaz Rahi, archives Associated Press)

La société indienne privilégie la naissance de garçons, vus comme des gagne-pain pour la famille. À l’inverse, les filles sont perçues comme un fardeau financier.

PHOTO AIJAZ RAHI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

 

Agence France-Presse
Bombay

Une vingtaine de foetus féminins ont été découverts dans un égout en Inde, a annoncé lundi la police de l’État du Maharashtra, illustration du fléau de l’avortement sélectif des filles dans le pays.

Les tests prénataux de détection du sexe de l’enfant sont interdits dans ce pays de 1,25 milliard d’habitants, afin d’empêcher les parents désirant un garçon d’avorter de leur fille en gestation.

La société indienne privilégie la naissance de garçons, vus comme des gagne-pain pour la famille. À l’inverse, les filles sont perçues comme un fardeau financier, surtout en raison de l’importante dot qu’il faudra payer pour leur mariage.

Malgré la réglementation, les tests prénataux seraient encore pratique courante, notamment dans les zones rurales pauvres. Dans de nombreuses régions d’Inde, les foeticides aboutissent à un déficit de femmes.

«Nous avons trouvé 19 foetus et essayons d’arrêter le docteur, qui est en fuite», a déclaré à l’AFP Dattatray Shinde, un responsable de la police du district de Sangli.

Les foetus ont été découverts dimanche soir dans un égout à côté d’une clinique du village de Mhaisal, enveloppés dans des sacs en plastique bleu.

Cette découverte macabre est intervenue suite au décès d’une femme de 26 ans au cours d’un avortement.

«Nous avons arrêté le mari de la victime, Praveen Jamdade, pour l’avoir poussée à avorter», a-t-il ajouté.

Jusqu’à 12 millions de foetus féminins auraient été avortés en Inde au cours des trois dernières décennies, selon une étude parue en 2011 dans la publication médicale britannique The Lancet.

Il y a 940 femmes pour 1000 hommes, selon le dernier recensement national, en date de 2011. Une légère amélioration par rapport au précédent comptage une décennie plus tôt: ce ratio était alors de 933 femmes pour 1000 hommes.

http://www.lapresse.ca