Les choses que nous voyons


C’est un fait que la façon où nous voyons les choses est selon nos émotions, notre éducation, notre manière de vivre, qui apporte assez souvent des préjugés.
Nuage

 

Les choses que nous voyons

 

Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont. Nous les voyons telles que nous sommes.

Le Talmud

Le Saviez-Vous ► Giuseppe Dosi, un Sherlock Holmes italien aux multiples visages


Un policier italien digne de Sherlock Holmes D’abord le théâtre, puis il est devenu policier. Avec la maitrise du déguisement, il a pu résoudre nombres d’enquêtes, et même a pu donner aux alliées des documents qu’il a pris lors de l’entrée des Allemands en Italie
Nuage

 

Giuseppe Dosi, un Sherlock Holmes italien aux multiples visages

 

  • Des photos du policier italien Giuseppe Dosi (1891-1991), passé maître dans l'art du déguisement, le 3 décembre 2016

    Des photos du policier italien Giuseppe Dosi (1891-1991), passé maître dans l’art du déguisement, le 3 décembre 2016 © AFP / ALBERTO PIZZOLI AFP

    Pour résoudre ses enquêtes, il a été tour à tour prêtre, banquier, Turc, médecin allemand, officier tchécoslovaque ou… femme fatale. Giuseppe Dosi, un policier italien façon Sherlock Holmes, dévoile quelques-uns de ses secrets 36 ans après sa mort.

    Une partie des archives de cet enquêteur passé maître dans l’art du déguisement a récemment été mise en ligne, et une biographie et un documentaire sont parus, ravivant l’intérêt pour cet esprit fort né en 1891 à Rome et qui avait commencé sa carrière sur les planches, avec une expérience de deux ans de théâtre.

    « Il avait fait imprimer pour ses amis et collègues une sorte de carte postale où il figure avec 17 déguisements correspondant à 17 identités et 17 enquêtes », raconte à l’AFP Alessia Glielmi, responsable des archives du Musée historique de la libération de Rome et experte du personnage.

    Ce musée abrite le Fond Giuseppe Dosi contenant les photos et de nombreuses archives du policier.

    « Il s’était créé en outre quatre fausses identités complètes, avec tous les documents et les CV nécessaires », ajoute Mme Glielmi.

    A l’époque, grâce à ce talent, les autorités lui confient de nombreuses missions en Italie et à l’étranger. Giuseppe Dosi infiltre ainsi un mouvement anarchiste italien basé en Suisse pour enquêter sur sa volonté présumée de commettre un attentat contre le roi Victor Emmanuel III.

    Des photos du policier italien Giuseppe Dosi (1891-1991), passé maître dans l'art du déguisement, le 3 décembre 2016 © ALBERTO PIZZOLI AFP

    Des photos du policier italien Giuseppe Dosi (1891-1991), passé maître dans l’art du déguisement, le 3 décembre 2016 © ALBERTO PIZZOLI AFP

    En 1922, quand le poète, romancier et homme politique italien Gabriele D’Annunzio chute de son balcon, Giuseppe Dosi est chargé d’enquêter discrètement et se présente « avec l’un de ses meilleurs déguisements », raconte Mme Glielmi :

    « Il est alors un exilé tchécoslovaque, Karel Kradokwill », qui s’invite chez le poète.

    « Il parle italien avec un fort accent allemand et marche en traînant une jambe à moitié paralysée, conséquence, selon ses dires, d’une blessure de guerre », poursuit l’experte.

    Giuseppe Dosi découvre que D’Annunzio – qui a survécu à la chute du balcon – a été victime d’une scène de jalousie de sa maîtresse et non d’un complot politique et classe l’histoire… en s’excusant par la suite auprès du poète qui le traite, une fois la supercherie connue, de « sale flic ».

    – Dans la prison en flammes –

    Et encore, l’écrivain ne savait pas que le policier avait profité de son séjour chez lui pour recopier des lettres privées qu’il jugeait « obscènes » et dont il a religieusement gardé les copies.

    En 1927, Giuseppe Dosi enquête sur une série d’agressions et de meurtres de fillettes à Rome, cette fois-ci contre l’avis de sa hiérarchie, qui a jeté un jeune suspect, Gino Girolimoni, en pâture à la presse. Dosi obtient qu’il soit innocenté et réunit de nombreux éléments contre un pasteur britannique, qui parvient cependant à quitter le pays.

    Dans l’Italie fasciste, cet esprit remuant et indépendant indispose sa hiérarchie, même s’il n’a rien d’un résistant.

    A la fin des années 1930, il envisage de quitter la police et écrit des mémoires dans lesquels il dévoile de nombreux détails d’enquêtes et critique ses supérieurs.

    C’est le début d’une longue traversée du désert : suspendu, il est incarcéré en 1939 à Rome. Après trois mois de prison, il est envoyé pendant 17 mois dans un asile psychiatrique avant d’être libéré en janvier 1941.

    Document qui appartenait au policier italien Giuseppe Dosi (1891-1991), passé maître dans l'art du déguisement, le 3 décembre 2016 © ALBERTO PIZZOLI AFP

    Document qui appartenait au policier italien Giuseppe Dosi (1891-1991), passé maître dans l’art du déguisement, le 3 décembre 2016 © ALBERTO PIZZOLI AFP

    Après trois ans à un poste administratif, un nouvel exploit le remet en selle lorsqu’en juin 1944, à l’entrée des alliés dans la capitale italienne, une foule de Romains met le feu à une ancienne prison allemande après avoir libéré les détenus.

    Giuseppe Dosi se précipite dans le bâtiment en flammes et, aidé par un jeune soldat allemand qu’il avait sauvé, récupère une grande quantité de documents essentiels pour juger ensuite de nombreux collaborateurs italiens.

    Il porte ces documents au commandement allié, qui l’embauche comme enquêteur spécial pendant deux ans. En 1946, il retrouve les rangs de la police italienne, où il finira sa carrière au rang de préfet dix ans plus tard.

    Il est mort en 1981, à l’âge de 89 ans, à Sabaudia, sur le littoral au sud de la capitale italienne.

    http://www.lepoint.fr/

  • Le sang du dragon de Komodo contre la résistance aux antibiotiques


    Les dragons de Komodo ont une multitude de bactéries dans la bouche qui ne les affectent pas. La réponse serait dans le sang de cet animal et qui pourrait donner une réponse contre la résistance aux antibiotiques chez l’humain
    Nuage

    Le sang du dragon de Komodo contre la résistance aux antibiotiques

    Le sang du dragon de Komodo contre la résistance aux antibiotiques

    Le dragon de Komodo.Photo Gentside Découverte

    Avec une longueur généralement comprise entre deux et trois mètres, le dragon de Komodo (Varanus komodoensis) est la plus grande espèce de lézard vivant sur Terre. Carnivore, il est connu pour se nourrir de charognes mais il lui arrive également de s’attaquer directement à des proies. Il utilise alors sa longue queue, ses griffes et surtout sa mâchoire pour en venir à bout.

    Toutefois, ses dents sont loin d’être la seule arme qui se cache sans sa gueule. De précédentes études ont démontré que la bouche du dragon était un véritable nid à bactéries: au moins 57 espèces différentes ont pu y être détectées, ce qui contribuerait à la mort de ses victimes. Mais comment l’organisme du reptile parvient-il à résister à ces dangereuses bactéries?  

    Des scientifiques de la George Mason University aux États-Unis dévoilent la réponse dans une nouvelle étude publiée par la revue Journal of Proteome Research. La résistance du dragon de Komodo se cacherait en réalité dans son sang et celle-ci pourrait même nous aider à lutter contre la résistance des bactéries aux antibiotiques.

    DES FRAGMENTS DE PROTÉINES ANTIBACTÉRIENNES

    Pour en arriver là, l’équipe a prélevé et analysé du sang de dragon de Komodo. Objectif: rechercher la présence de peptides antimicrobiens cationiques (CAMPs en anglais). Comme leur nom l’indique, ces molécules ont des propriétés antibiotiques et sont synthétisées par la majorité des êtres vivants, représentant une partie essentielle du système immunitaire.

    «C’est cette partie du système immunitaire qui vous maintient en vie durant les deux à trois semaines avant que vous ne puissiez fabriquer des anticorps contre une infection bactérienne. Cela fait partie de votre réponse immunitaire généralisée», expliquait en 2015 dans un communiqué, Monique van Hoek, co-auteur de la nouvelle étude.

    Pour détecter les CAMPs, les chercheurs ont utilisé une approche innovante appelée «bioprospection» consistant à utiliser des particules d’hydrogel chargées négativement afin de capturer les peptides chargés positivement. Au cours d’une précédente étude, ils avaient employé la même méthode pour étudier le sang prélevé chez des alligators.

    Cette recherche avait permis de mettre en évidence des peptides aussi divers que sophistiqués. Suite à ces résultats, Van Hoek et ses collègues ont décidé de reproduire la même chose chez le dragon de Komodo, ce qui a conduit à l’identification de 48 CAMPs potentiels.

    DES PEPTIDES TESTÉS SUR DES BACTÉRIES RÉSISTANTES

    D’après les résultats, 47 peptides sur les 48 identifiés sont dérivés d’histones, des protéines déjà  connues pour avoir des propriétés antimicrobiennes. Après avoir synthétisé huit de ces peptides, les scientifiques ont donc décidé de tester leur pouvoir sur deux espèces de bactéries et pas n’importe lesquelles.

    Pseudomonas aeruginosa ou bacille pyocyanique et Staphylococcus aureus ou staphylocoque doré peuvent toutes deux présenter une grande résistance aux antibiotiques. Mais face aux peptides du dragon de Komodo, elles n’ont pas fait long feu: sept des huit peptides testés ont réussi à tuer les deux bactéries tandis que le dernier n’a été efficace que sur P. aeruginosa.

    «Cette étude démontre le potentiel et la promesse de notre approche de bioprospection dans la découverte de peptide antimicrobien cationique», écrivent les scientifiques dans leur étude, «et cela révèle la présence d’une pléthore de nouveaux peptides antimicrobiens dérivés d’histones dans le plasma du dragon de Komodo». 

    UNE NOUVELLE PISTE CONTRE LA RÉSISTANCE AUX ANTIBIOTIQUES?

    Si l’efficacité des peptides sur les bactéries résistantes semble prometteuse, il est encore trop tôt pour savoir si cela pourrait conduire à la mise au point de nouveaux traitements antibiotiques. À l’heure actuelle, on ignore encore comment ces substances sont produites mais aussi comment elles sont régulées, soulignent les scientifiques.

    Ces peptides entrent-ils naturellement dans la composition du plasma ou sont-ils produits suite à  la détection de pathogènes? De futures recherches doivent être menées pour répondre à cette question. Les chercheurs envisagent également de déterminer si ce phénomène est limité au dragon de Komodo ou s’il se produit chez d’autres espèces, dont les humains.

    «Nous espérons que toutes ces recherches puissent constituer une base pour développer de nouveaux traitements», avait précisé en 2015, le professeur Monique van Hoek.

    Une perspective importante alors que la résistance aux antibiotiques représente un problème sanitaire de plus en plus préoccupant.

    http://fr.canoe.ca

    Dot : la montre connectée qui s’exprime… en braille !


    Les non-voyants pourront auront enfin le droit de profiter de la technologie connectée avec une montre qui indique l’heure, mais aussi pourra être utilisé comme un smartphone, utilisé Google Map, lire les messages, etc.
    Nuage

     

    Dot : la montre connectée qui s’exprime… en braille !

     

    Source : Dotincorp

    Cet objet spectaculaire permet aux non voyants de se connecter à n’importe quel moment de la journée grâce à un simple contact du doigt…

    Explication.

    Par Axel Leclercq

    On n’arrête pas le progrès, et c’est tant mieux. Illustration avec cette montre connectée, la première du monde à afficher ses informations… en braille ! Une immense victoire technologique remportée contre le handicap.

    On estime à 285 millions le nombre de personnes aveugles ou mal voyantes sur la planète. Pour que cette foule de gens puisse accéder aux mêmes technologies que tout le monde, Dotincorp, une entreprise coréenne, a mis au point un objet très impressionnant : une montre connectée avec écran en relief !

    Source : Dotincorp

    Quatre cellules dynamiques en braille permettent en effet à l’utilisateur de connaître l’heure à n’importe quel moment de journée : il n’y a qu’à glisser son doigt. Mais, plus fort encore, connecté à un smartphone via le bluetooth, cet objet permet également de lire les messages reçus ou de se repérer sur Google Maps (par exemple !)

    Source : Dotincorp

    L’objet est si fou que, quand des non voyants le découvrent pour la première fois, ils n’en reviennent pas ! Démonstration :

    Lancé en 2014, le projet avait reçu le soutien financier de 140 000 particuliers (dont Stevie Wonder) via une campagne de financement participatif.

    Source : Dotincorp

    Aujourd’hui, après trois ans de tests et d’essais en tous genres, cette montre est totalement finalisée. 100 000 exemplaires seront produits rien que cette année (les premiers modèles devraient être disponibles dès le mois de mars).

    Source : Dotincorp

    Juste un bémol : le prix. Comme toute nouveauté technologique à son lancement, la montre Dot affiche un prix très élevé : environ 300€. ($ 419 cad)

    Source : Dotincorp

    Quoi qu’il en soit, une invention surprenante, spectaculaire et utile !

    http://positivr.fr

    Les plus anciennes formes de vie sur Terre trouvées dans le nord du Québec


    C’est dans le nord du Québec qu’on aurait trouvé la plus ancienne forme de vie sur Terre. Cette découverte vient de repousser de 100 à 600 millions d’années la venue des micro-organismes
    Nuage

     

    Les plus anciennes formes de vie sur Terre trouvées dans le nord du Québec

     

    Photo : Dave Weatherall

    Des structures présentes dans des roches de Nuvvuagittuq, situé sur la côte est de la baie d’Hudson, laissent à penser qu’il s’agit de micro-organismes fossilisés qui dateraient d’au moins 3,8 milliards d’années, ou plus probablement de 4,3 milliards d’années.

    Explications.

    Un texte d’Alain Labelle


    Les travaux du Dr Jonathan O’Neil du Département des sciences de la Terre et de l’environnement de l’Université d’Ottawa et de ses collègues permettent de repousser les plus anciennes traces de vie sur Terre de 100 millions, voire de 600 millions d’années.

    Les origines de la vie

    La ceinture de roches vertes de Nuvvuagittuq donne donc un aperçu de la nature de la croûte terrestre primitive et de son évolution.

    La ceinture de roches vertes de Nuvvuagittuq, au Québec.   Photo : D.Papineau

    L’équipe internationale de chercheurs a trouvé, dans les couches de quartz de ces formations de fer, des restes de micro-organismes sous forme de minuscules filaments et tubes constitués de bactéries vivant autrefois sur le fer.

    Notre étude démontre que certaines structures présentes dans ces roches pourraient être des micro-organismes fossilisés. Elles seraient ainsi les plus anciens microfossiles découverts à ce jour, et les plus anciennes traces de vie sur Terre.

    Dr Jonathan O’Neil

    Selon le Dr O’Neil, ces résultats appuient la théorie voulant que la vie ait émergé de griffons sous-marins très chauds peu après la formation de la Terre.

    Les restes de micro-organismes sous forme de minuscules filaments découverts dans la ceinture de roches vertes Nuvvuagittuq, dans le nord du Québec.

    Les restes de micro-organismes sous forme de minuscules filaments découverts dans la ceinture de roches vertes Nuvvuagittuq, dans le nord du Québec.   Photo : Matthew Dodd

    Le saviez-vous? Avant cette étude, les géologues avaient établi que la plus ancienne forme de vie sur Terre remontait à 3,5 milliards d’années. Des études récentes faisaient état de la présence de stromatolites (roches sédimentaires formées par la croissance de cyanobactéries) qui dateraient de 3,7 milliards d’années.

    La métamorphose de notre planète s’est échelonnée sur plusieurs milliards d’années, depuis les océans de magma à notre environnement actuel. La capacité de déterminer les origines de la vie sur Terre permettra de mieux comprendre son évolution et même de donner des indications sur la vie sur d’autres planètes.

    Estimer l’âge des microfossiles

    Pour réussir à estimer l’âge de ces microfossiles, les scientifiques ont estimé la « création » de la Terre à plus de 4,5 milliards d’années, lorsque les gaz et la matière issus de l’explosion des étoiles, ou supernova, se sont condensés et accrétés (ou ont grandi par accumulation) pour former le Soleil et les planètes du Système solaire. C’est à cette époque qu’un violent impact entre la Terre et un autre objet planétaire a projeté un débris qui allait devenir la Lune.

    Les chercheurs essaient encore de constituer un portrait de la Terre à l’époque des microfossiles découverts par Jonathan O’Neil et son équipe.

    Les rares roches et minéraux de cette époque dessinent un monde composé d’îles volcaniques et d’océans peu profonds, et peut-être déjà de petits continents.

    Plus de 3 milliards d’années se sont écoulées avant l’apparition des premiers animaux multicellulaires, il y a environ 600 millions d’années, dans un environnement qui ressemble très peu au nôtre.

    Les chercheurs ont utilisé pour la première fois des techniques appliquées sur les objets datant de plus de 4 milliards d’années comme les météorites sur des roches terrestres. Ils ont ainsi déterminé que l’ancienne croûte océanique, dans la ceinture du Nuvvuagittuq, datait de près de 4,3 milliards d’années. À l’exception des roches vertes du Nuvvuagittuq, les roches trouvées sur Terre sont trop « jeunes » pour que leur âge puisse être déterminé avec cette technique.

    Les restes de micro-organismes sous forme de minuscules tubes découverts dans la ceinture de roches vertes de Nuvvuagittuq, dans le nord du Québec.

    Les restes de micro-organismes sous forme de minuscules tubes découverts dans la ceinture de roches vertes de Nuvvuagittuq, dans le nord du Québec.   Photo : Matthew Dodd

    Même si cette datation fait encore l’objet de débats, les zircons (un minéral du groupe des silicates) dont l’âge a été calculé avec les techniques traditionnelles utilisées pour les roches de la croûte océanique Nuvvuagittuq lui donnent au moins 3,8 milliards d’années.

    Cette découverte nous aidera à mieux comprendre quand et peut-être comment la vie a commencé sur Terre. Elle révèle aussi que les conditions de l’apparition de la vie sur Terre existaient à un stade précoce de son évolution. Jonathan O’Neil

    « Une meilleure compréhension de l’environnement des premiers instants de la vie sur Terre pourrait aussi nous aider à élucider la question de la vie sur d’autres planètes comme Mars », ajoute le Dr O’Neil.

    Pour Matthew Dodd, un autre des auteurs de cette étude affilié à l’University College London au Royaume-Uni, ces travaux montrent que « la vie s’est développée sur notre planète à un moment où Mars et la Terre avaient de l’eau liquide à leur surface ».

    Par conséquent, nous nous attendons à trouver des preuves de vie passée sur Mars il y a 4 milliards d’années. À moins que la Terre ne soit une exception.

    Matthew Dodd

    Le détail de cette étude est publié dans la revue Nature.

    La vie sur Terre

    • 4,568 milliards d’années : formation de la Terre
    • De 4,3 à 3,8 milliards d’années : les formes les plus anciennes de vie, découvertes par l’équipe du professeur O’Neil
    • 600 millions d’années : premiers animaux multicellulaires
    • 385 millions d’années : le plus ancien arbre fossilisé
    • 230 millions d’années : apparition des dinosaures
    • 65 millions d’années : extinction des dinosaures permettant la prolifération des mammifères
    • 6 millions d’années : séparation de la lignée des hominidés et des grands singes; les humains commencent à se déplacer sur leurs deux jambes

     

    http://ici.radio-canada.ca/

    Quelles sont les principales pathologies mentales du chat ?


    Il y aurait de plus en plus des chats qui souffrent de maladies mentales, des coups de folie, le syndrome maniaco-dépressif. La cause ? L’être humain se mêle de la sélection naturelle faite par la mère quand elle abandonne certains chatons. De plus des signes de démence apparaissent par la vie plus longue que ses ancêtres grâce à la médecine animale qui s’est beaucoup améliorée
    Nuage

     

    Quelles sont les principales pathologies mentales du chat ?

     

    chat fou

    Comme l’Homme, le félin domestique peut souffrir de troubles mentaux.

    Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat, lève le voile sur ces maladies et leurs origines.

    La fin de la sélection naturelle, responsable de la folie féline ?

    Au fil des dernières années, j’ai croisé quelques pathologies comportementales liées à des problèmes mentaux du chat. Chose qui était très rare autrefois, quand les chattes géraient seules leurs portées. A présent, avec l’aide des humains, les choses ont changé : les chats font en effet partie intégrante de notre quotidien, de nos foyers et nous les considérons avec respect et amour. Nous veillons donc à leur bien-être, nous anticipons leurs maladies, nous choisissons une alimentation adaptée et si Minette a des chatons, nous prenons soin d’eux.

    D’ailleurs, si cette dernière en refuse un, nous le nourrissons, nous le soignons et nous ne tenons pas compte de son rejet : visiblement ce n’est pas une bonne maman d’écarter ainsi l’un de ses petits. C’est ainsi que l’instinct de la chatte n’est plus entendu… et que nous croisons parfois des chats atteints de folie avérée. Une maladie mentale irréversible, incontrôlable, dont l’issue est malheureusement souvent fatale.

    La « maniaco-dépression » du chat, un mal ancré dans ses gènes

    Nous rencontrons aussi de plus en plus souvent des chats qui passent d’un état euphorique, joueur, câlin… à un état de léthargie voire de semi-dépression sans raison apparente. Ces derniers reviennent d’ailleurs à un état euphorique en quelques jours, par cycles successifs, plus ou moins réguliers. La comparaison avec le syndrome maniaco-dépressif est alors inévitable. 

    Les chats peuvent devenir très agressifs et, en quelques minutes, redevenir de doux chatons. C’est très perturbant pour les maîtres qui se remettent en question : qu’ont-ils mal fait ? Rien ! Ce n’est pas une réaction à leur mode de vie qui entraîne ces symptômes chez le chat, pas plus qu’une réaction à une éducation ou quoi que ce soit que nous aurions pu faire. C’est juste une question de génétique.

    L’âge du chat, un facteur de sénilité 

    Nos chats vivent également près de trois fois plus longtemps qu’il y a 40 ans. C’est formidable de pouvoir les avoir à nos côtés plus de 15 ans. Ceci est le résultat d’une alimentation adaptée à leurs besoins, de la vaccination, de la vermifugation et des visites chez le vétérinaire au moindre doute qui ont permis que nos compagnons restent avec nous aussi durablement. Un bonheur pour eux comme pour nous.

    Toutefois la nature n’a pas eu le temps de s’adapter, et la sénilité du chat démarre toujours vers 7 ans. C’est, hélas, le prix à payer. Aussi il n’est pas rare de rencontrer des cas de chats souffrant de démence sénile : ils sont perdus et se mettent à miauler désespérément sans raisons apparentes. Ils demandent à manger devant une gamelle pleine. Ils demandent à sortir devant une porte déjà ouverte. Parfois Félix s’oublie hors litière. Ses nuits sont agitées et il miaule réveillant tout le monde. C’est angoissant on ne comprend pas ce qui se passe.

    Les fleurs de Bach pour apaiser les troubles mentaux du chat

    Toutes ces pathologies et d’autres encore surgissent subitement depuis quelques décennies. Mais quel est le rapport avec notre compassion et notre amour pour nos chats ? Bien souvent, en protégeant le chaton écarté par sa mère, nous supprimons la sélection naturelle que les animaux effectuent à la naissance des petits atteints de ces pathologies, et d’autres toutes aussi invisibles qui peuvent toucher les organes. Nous voulions bien faire et cela implique des conséquences parfois lourdes.

    Nous n’imaginions pas que cela arriverait et que des pathologies d’humains auraient un équivalent chez nos compagnons. Les laisser mourir aurait été inhumain. C’est pourquoi la médecine vétérinaire fera certainement des progrès rapidement pour faciliter la vie de ces petits malades. Donc ne culpabilisez pas de faire preuve d’humanité. Sachez qu’en attendant ces progrès, on utilise les fleurs de Bach ou l’homéopathie pour les aider au mieux dans leur quotidien. Aussi, si votre compagnon relève de ces pathologies, n’hésitez pas à contacter votre comportementaliste rapidement !

    Marie-Hélène Bonnet
    Comportementaliste du chat

    https://wamiz.com