Moral


Sommes-nous des gens ayant une moralité ? La vie en soi est le respect de ce qui nous entoure que ce soit la faune, la flore et aussi les autres humains. On s’aperçoit que nous avons du chemin faire, mais cela est pourtant possible quand on voit des gens qui respectent la vie qu’elle quel soit
Nuage

 

Moral

 

 

L’homme n’est moral que lorsque la vie en soi, celle de la plante et de l’animal aussi bien que celle des humains, lui est sacrée et qu’il s’efforce dans la mesure du possible d’aider toute vie en détresse.

Albert Schweitzer

Le Saviez-Vous ► Les 10 objets les plus sales au travail (à vite nettoyer!)


Les germes aiment bien quand nous sommes négligents sur la propreté des objets que nous utilisons. Alors imaginez dans un bureau avec tout ce qui grouillent autour
Nuage

Les 10 objets les plus sales au travail (à vite nettoyer!)

 

  • Votre bureau

    Photo Fotolia

On s’assure souvent de nettoyer notre maison ou notre appartement correctement. Mais on est souvent moins attentif ou exigeant vis-à-vis de son lieu de travail. Voici les 10 choses les plus sales que vous touchez presque tous les jours et qui devraient être nettoyés au plus vite!

1. VOTRE BUREAU

Près de 10 millions de germes se trouvent en moyenne sur un bureau de travail. C’est 400 fois plus de bactéries qu’un siège de toilette.

2. VOTRE CLAVIER

Les claviers sont souvent réputés pour être des nids à microbes. Ce qui est vrai!

Les cellules de la peau, les résidus de nourriture, la sueur mûrissent et se répandent dans le moindre espace de votre clavier. Au final, c’est plus de 3000 bactéries qui s’y trouvent par centimètre carré.

3. VOTRE SOURIS

Un sondage a révélé que 10 % des personnes qui travaillent dans un bureau ne nettoient jamais leur souris. Et pourtant elle peut rester dans notre main pendant près de 8 heures. On dénombre plus de 1600 germes sur ce petit outil.

4. LE DISTRIBUTEUR D’EAU

Il a l’air inoffensif et pourtant… Il y aurait près de 2,7 millions de germes sur le robinet d’après l’Organisation de santé publique.

5. LE MICRO-ONDES

Le micro-ondes est lui aussi souvent infesté de bactéries, tout dépend du nombre de micro-ondes et d’employés qui se trouvent dans l’entreprise. Mais en moyenne, on estime qu’il est utilisé jusqu’à 30 fois par jour. Sachant que les germes ont besoin de chaleur, de nourriture et d’humidité pour se multiplier, le micro-ondes est l’endroit parfait pour elle. Alors n’attendez pas qu’il soit trop sale pour passer un coup d’éponge.

6. LE DISTRIBUTEUR DE SAVON

Une étude de l’Université de l’Arizona a révélé qu’un quart des distributeurs de bureaux sont contaminés par des bactéries fécales. Si vous vous lavez bien les mains, cela devrait les éliminer aussitôt. Mais beaucoup de gens ne le font pas et sont donc vulnérable à une infection.

7. L’IMPRIMANTE

Si vous ne faites qu’imprimer via votre ordinateur, vous limitez grandement le nombre de bactéries qui peut se trouver sur une imprimante. En revanche, si tout le monde se sert manuellement de l’imprimante, le pavé numérique de celle-ci devrait être nettoyé régulièrement.

8. LE FRIGO

Yaourts, sandwichs, salades, fruits… Le réfrigirateur du travail est bien utile, mais aussi bien sale. Les va-et-vient de différentes nourritures permettent à de nombreuses bactéries d’accéder à l’intérieur du réfrigirateur et de s’y développer. L’idéal serait qu’il soit nettoyé tous les deux jours, car en moyenne, un réfrigérateur contient près de 8000 bactéries par centimètre carré.

9. LES ÉCOUTEURS

Il vous est peut être arrivé de prêter vos écouteurs à un collègue pour dépanner. Sachez que là encore il faudra les nettoyer. Cheveux, sueur, cérumen… Autant d’éléments qui permettent aux bactéries de se multiplier. Cela peut même vous causer des boutons. En seulement une heure d’utilisation, le nombre de bactéries et de germes peut se multiplier jusqu’à 700 fois.

10. VOTRE STYLO (À NE SURTOUT PAS MACHER)

Cela vaut aussi pour un crayon de papier ou un feutre de tableau… Il passe de mains en mains et vous ne savez peut être pas si votre collègue avait les mains propres. Peut ètre l’a-t-il mâché! Étant donné qu’un employé sur 5 admet le faire, abstenez vous d’emprunter un stylo et garder les votres précieusement!

http://fr.canoe.ca

Un "anneau de feu" en Amérique latine et en Afrique


Cela devait être un spectacle unique en son genre pour ceux qui aime voir des éclipses. L’éclipse annulaire de soleil est un évènement unique et le ciel à laissé le champ libre pour éblouir les spectateurs
Nuage

 

Un « anneau de feu » en Amérique latine et en Afrique

 

 

Le Sud de l’Argentine et du Chili ont pu assister dimanche à une éclipse annulaire de Soleil. © afp.

Le Sud de l’Argentine et du Chili ont pu assister dimanche à une éclipse annulaire de Soleil, un « anneau de feu » autour du disque noir de la Lune, qui est ensuite apparu dans le ciel d’Afrique centrale et Australe.

Le phénomène a été observé à partir de 09H23 (12H23 GMT), principalement dans la province de Chubut, région de la Patagonie argentine, à plus de 1.900 km au sud de Buenos Aires. Là, plus d’une centaines de spécialistes, amateurs et touristes s’étaient déplacés jusqu’à Sarmiento, ville pétrolière, pour voir jusqu’à 97% du Soleil masqué par la Lune.

« J’ai déjà vu six éclipses annulaires et elles sont toutes différentes », a raconté à l’AFP Josep Masalles Roman, venu exprès de Barcelone en Espagne, fier des photos de 24 éclipses prises aux quatre coins du monde.

Une éclipse annulaire se produit lorsque la Lune passe devant le Soleil mais est trop loin de la Terre pour le masquer intégralement.

Munis de télescopes, lentilles spéciales et accessoires bricolés avec du carton, des dizaines de curieux ont applaudi en voyant la Lune s’approcher du Soleil. La Lune devait mettre deux heures à traverser le Soleil mais l’éclipse annulaire, elle, n’est visible qu’environ une minute. Ce moment tant attendu devait être optimal à 13H37 GMT en Argentine.

Elle devait être à son maximum en pleine mer avec un spectacle uniquement visible des « navires qui se trouveront au bon endroit au bon moment », selon Terry Moseley de l’Association astronomique irlandaise (IAA), qui rappelle qu’il ne faut pas regarder ce spectacle sans lunettes spéciales.

Arrivée en Afrique

Elle a atteint ensuite l’Afrique par l’Angola et la ville côtière de Benguela vers 15H15 GMT, son voyage se poursuivant en Zambie et en République démocratique du Congo jusqu’au coucher du soleil. A Luanda, la capitale angolaise, l’éclipse a été observée par un public réduit mais ravi.

« C’est un phénomène qui se reproduit rarement, c’est pour cela nous sommes venus en famille », s’est réjoui Timoteo Mputu.

« C’est la première fois que j’assiste à ce phénomène. Je suis très contente mais je n’arrive pas à bien l’observer car ça me fait mal aux yeux ! », a déclaré une autre spectatrice, Providencia Luzolo.

http://www.7sur7.be

Rune d’Odal: le nouveau symbole des suprémacistes blancs


Je déteste le racisme … Les tatouages représentent souvent des symboles. Quand on voit une croix gammée, le message est très clair, cela fait alliance avec la suprématie blanche. Mais des néonazis se sont appropriés d’un nouveau symbole qui au Québec n’a pas la même signification, à ceux qui le porte pourrait porter à confusion, si ce tatouage viking devient très répandu, quoique généralement, les néonazis l’accompagne de d’autres symboles parfois très subtiles
Nuage

 

Rune d’Odal: le nouveau symbole des suprémacistes blancs

 

Le nouveau symbole de prédilection des suprémacistes blancs,... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

 

Le nouveau symbole de prédilection des suprématistes blancs, la « rune d’Odal », est aussi l’un des tatouages vikings les plus répandus, même au Québec. Le tatoueur montréalais Philippe Labbé s’est d’ailleurs fait dessiner une rune d’Odal près du pouce il y a plusieurs années.  « Je me suis beaucoup renseigné sur la signification de cette rune avant de faire le tatouage. C’est vraiment le sens familial qui me rejoignait », dit-il.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

TRISTAN PÉLOQUIN
La Presse

Dans le but avoué de « mieux s’intégrer et de s’adresser à un plus grand public », le National Socialist Movement, le plus important groupe néonazi des États-Unis, abandonne la croix gammée. Son nouveau symbole de prédilection, la « rune d’Odal », est aussi l’un des tatouages vikings les plus répandus, même au Québec.

Dans le but avoué de « mieux s'intégrer et... - image 1.0

ASSOCIÉE AU NAZISME

Tirant son origine de l’alphabet gotique, la rune d’Odal, aussi appelée Ōthalan, signifiait « famille », « prospérité » et « héritage » dans la langue viking. Plusieurs groupes nazis, dont les Jeunesses hitlériennes et certaines divisions SS, se sont approprié le symbole, mais la rune est restée fortement associée au nazisme après la Seconde Guerre mondiale. Alors que certains groupes suprémacistes de la droite alternative américaine (alt-right) ont le vent dans les voiles, le chef du National Socialist Movement a annoncé au New Tork Times en novembre qu’il allait faire de ce symbole son signe de prédilection, au détriment de la swastika, jugée trop offensante par la population. Le symbole a depuis fait son apparition sur les écussons officiels du groupe raciste et antisémite, que seuls les membres en règle peuvent porter lors de manifestations publiques. La GRC a inscrit la rune d’Odal dans son Guide de sensibilisation sur les groupes extrémistes, qui peut être consulté en ligne.

« C’EST DOMMAGE »

Des tatoueurs questionnés par La Presse affirment que le symbole est plutôt populaire parmi la clientèle québécoise. La notoriété de la série télévisée Vikings, dont les personnages sont lourdement tatoués, n’y est pas étrangère. Le tatoueur montréalais Philippe Labbé s’en est lui-même fait dessiner une près du pouce il y a plusieurs années.

« Je me suis beaucoup renseigné sur la signification de cette rune avant de faire le tatouage. C’est vraiment le sens familial qui me rejoignait », dit-il.

Il a même ajouté une tête de lapin stylisée dans le losange, ce qui démontre l’innocuité du symbole, selon lui.

« Je savais que certains nazis l’avaient utilisée, mais ce n’est pas le sens premier qui était retenu dans les livres que j’ai lus. Le fait que des personnes racistes se l’approprient, c’est sûr que ça me dérange. Je ne suis pas raciste et si une personne me demandait de lui tatouer la rune d’Odal dans le but d’afficher son racisme, je l’enverrais promener », dit M. Labbé.

SPÉCIALITÉ : DÉTOURNEMENT

Maxime Fiset, un ancien néonazi qui s’est détaché des mouvements d’extrême droite, affirme que les runes gothiques sont particulièrement populaires chez ces groupes « parce que ce sont des symboles juste assez ambigus pour passer inaperçus ». « Les groupes néonazis font exprès pour se les approprier, et le jour où on les interdira, ils en choisiront un autre », dit-il. « On ne peut rien conclure d’une personne qui se fait tatouer ces signes. Ça peut simplement signifier qu’une personne s’intéresse à la culture et à la mythologie norroise [Norvège]. Mais la rune d’Odal, c’est un cas particulier. C’est un symbole largement associé au nazisme. Si je connaissais quelqu’un qui se faisait faire ce tatouage, avec d’autres signes souvent associés à la mouvance néonazie, je me méfierais. Je poserais des questions à cet ami », suggère-t-il.

Dans le but avoué de « mieux s'intégrer et de s'adresser à un plus grand public... - image 2.0

Dans le but avoué de « mieux s'intégrer et de s'adresser à un plus grand public... - image 2.1

D’AUTRES SYMBOLES AMBIGUS

Un autre symbole runique populaire chez les groupes suprémacistes blancs est Algiz, sorte de signe de peace and love inversé, qui signifie la « protection ». Il fait partie intégrante du logo de la National Alliance, un groupe suprémaciste blanc international. Des tatouages d’apparence parfois subtile peuvent aussi cacher un sens extrémiste. Par exemple, le nombre 88, une juxtaposition de deux « H » (la 8e lettre de l’alphabet), signifie « Heil Hitler » pour les néonazis. Un peu plus complexe :  une paire de dés montrant les chiffres 1, 4, 5 et 3 (1, 4, 5 + 3 =8 =1488) fait référence à un slogan suprémaciste blanc en anglais de 14 mots (« We must secure the existence of our people and a future for white children ») accolé au 88 de « Heil Hitler ».

http://www.lapresse.ca

Un mystère des abysses : le poisson au crâne transparent pour regarder à travers


Ils restent beaucoup à apprendre de l’océan et encore plus dans les abysses. Ce poisson ayant les yeux dans un crâne transparent, je l’avais vue dans les Octonautes (un dessin animé) avec mes petites filles. Avant, on croyait qu’il ne pouvait que regarder vers le haut, on sait maintenant que ses yeux sont mobiles et que pour se nourrir, serait un voleur de nourriture
Nuage

 

Un mystère des abysses : le poisson au crâne transparent pour regarder à travers

 

Par Jean-Luc Goudet, Futura

 

En 2009, des océanographes de Californie montraient la première vidéo d’un poisson abyssal des plus étranges, dont le crâne est transparent. Ses yeux peuvent regarder vers le haut, à travers le crâne, donc, mais aussi vers l’avant pour gober ses proies, ce que l’on ignorait. Ce fut la fin d’un mystère et une preuve de plus que la vie terrestre explore des solutions insoupçonnables. Alors que les exobiologistes étudient les possibilités de vie sur d’autres planètes, l’observation du monde surprenant des abysses reste instructive.

Article paru le 27 janvier 2009

Décidément, la vie dans les abysses réserve régulièrement son lot de surprises. A regarder la vidéo et les images ramenées par Bruce Robisonet Kim Reisenbichler, du MBari (Monterey Bay Aquarium Research Institute), on n’en croit pas ses yeux… ni ces yeux, ceux de ce poissoninvraisemblable, dont le crâne est transparent, et qui sont… sont à l’intérieur de la tête. Connu depuis 1939, Macropinna microstoma est un barreleye fish, de son nom anglais (il ne semble pas en avoir en français), ce que l’on pourrait traduire par poisson aux yeux en fût de canon. Il en existe une famille entière, celle des Opisthoproctidés. Ces poissons des grands fonds ont les yeux tournés vers le haut, le crâne ménageant un espace vide au-dessus d’eux.

Jusque-là, faute d’avoir observé un animal vivant ou au moins intact, on pensait que les Opisthoproctidés ne pouvaient que regarder vers le haut à travers le crâne, qui semblait creux. Ici un dessin de 1906 représentant Opisthoproctus soleatus, récupéré par l’expédition océanographique allemande du Valdivia entre 1898 et 1899. © Licence Commons

Le poisson qui semblait toujours regarder vers le haut

Mais jusqu’à présent, les exemplaires récupérés étaient en très mauvais état, comme le sont souvent les animaux abyssaux remontés en surface, et personne n’en avait jamais vu dans leur milieu naturel. Les zoologistes se perdaient en conjectures pour comprendre la vision de ces étranges poissons, dont les yeux paraissaient immobiles, ne fournissant qu’un champ de vision très étroit. Avec ce regard éternellement dirigé vers le haut, là d’où vient le peu de lumière qui a traversé un millier de mètres de profondeur, le poisson ne voit rien devant lui.

Mais alors pourquoi M. microstoma a-t-il, comme l’indique son nom (microstoma), une si petite bouche ? Avec elle, le poisson ne peut attraper que des proies de taille modeste et il faut bien qu’il les repère pour les gober. Il est vrai que sa face avant montre deux protubérances, qui ressemblent beaucoup à des yeux mais qui sont en fait des organes olfactifs. Cette disposition suffit-elle au poisson pour déterminer à l’odeur la position exacte de sa proie ?

Vu de près, bien vivant, Macropinna microstoma exhibe son crâne transparent qui laisse voir ses deux yeux – les demi-sphères vertes. Les protubérances au-dessus de la bouche sont des organes olfactifs. Il est vu en position inclinée, exceptionnelle car ce poisson se tient en général à l'horizontale. Ses yeux ont tourné et il continue à regarder vers le haut. © MBari

Vu de près, bien vivant, Macropinna microstoma exhibe son crâne transparent qui laisse voir ses deux yeux – les demi-sphères vertes. Les protubérances au-dessus de la bouche sont des organes olfactifs. Il est vu en position inclinée, exceptionnelle car ce poisson se tient en général à l’horizontale. Ses yeux ont tourné et il continue à regarder vers le haut. © MBari

Des yeux internes mais mobiles

Le mystère a perduré jusqu’à ce qu’un Rov (Remoted Operated Vehicle), un robot sous-marin télécommandé, observe durant un long moment plusieurs M. microstoma au large de la Californie par près de mille mètres de fond…

Les scientifiques ont d’abord été frappés par l’immobilité du poisson. En fait, ses grandes nageoires (qui lui valent son nom de genre Macropinna) bougent en permanence mais pour stabiliser l’animal en position horizontale « et pour manœuvrer précisément, comme le fait le Rov ». Les poissons ont pu être filmés de très près, dans la lumière des projecteurs. Les images ont clairement montré que les yeux sont inclus dans une structure transparente, qui n’avait jamais pu être observée sur les individus ramenés en surface.

Un Macropinna microstoma sous l’œil des caméras, en quête de nourriture. © MBari

Ce poisson abyssal serait un voleur de nourriture

Le Rov a permis de faire encore mieux. Un poisson a été capturé et remonté vivant à bord du navire. Installé dans un aquarium, il a vécu plusieurs heures et a pu être observé à loisir. Les scientifiques ont alors remarqué le mouvement des yeux. Loin d’être immobiles, ils peuvent se tourner vers l’avant et donc repérer ce qui se trouve devant la bouche. Le mystère est levé…

Dans l’aquarium, ce poisson a dévoilé sa technique. Une fois la proie repérée devant lui par ses bulbes olfactifs, il tourne ses yeux vers l’avant tandis que son corps, d’horizontal se place en position verticale. Les zoologistes pensent que ce poisson se nourrit surtout en volant la nourriture des siphonophores, ces curieux organismes en forme de filament, en fait des colonies de cnidaires (des cousins des méduses, donc), et qui, bien que très fins, peuvent atteindre dix mètres de longueur.

La question restant ouverte est celle de savoir si les autres Opisthoproctidés ont des yeux et un crâne semblables. Cette découverte démontre aussi, s’il en était besoin, combien sont partielles nos connaissances de la vie abyssale. Des pans entiers du monde vivant attendent encore la visite des scientifiques…

http://www.futura-sciences.com/

Le don de sang pour chiens et chats


Ceux qui ont des chiens et des chats, s’ils sont vaccinés, stérilisés et un poids exigé, peuvent devenir des donneurs de sang. Cela permet de sauver d’autres animaux
Nuage

 

Le don de sang pour chiens et chats

 

Charel Traversy

 

Le don de sang chez les chiens et les chats est de plus en plus répandu. Un tel don peut sauver en moyenne plus de deux vies… animales.

Le chien Toothless est un habitué. Il en est à son sixième don de sang. Il figure d’ailleurs sur la liste des donneurs réguliers du Centre Vétérinaire Laval. Quatre de ses dons ont déjà servi pour guérir d’autres chiens.

«On a besoin de sang dans les cas de trauma. On parle d’animaux qui se font frapper, ou des animaux qui ont des cancers ou encore des chiens qui ont des problèmes immunitaires», explique Vicky Houde, technicienne en santé animale certifiée qui s’occupe de la banque de sang au Centre Vétérinaire Laval.

Le don de Toothless représente une quantité de 450 millilitres. Le sang est par la suite centrifugé, pour séparer les globules rouges et le plasma.

«On peut encore une fois diviser la quantité de plasma en deux, en trois. Ça va dépendre de la grosseur du chien qui reçoit la transfusion sanguine. On pourra sauver deux, trois, même quatre vies avec le même sac», explique Vicky Houde.

LE POIDS DE LA BÊTE

Pour que le prélèvement demeure sécuritaire pour le donneur, le poids est un critère important. Les chiens doivent peser plus de 55 livres, les chats plus de 10 livres. Ils doivent aussi être en bonne santé, âgés de 2 à 8 ans, être vaccinés et stérilisés.

Le plasma prélevé servira également pour fabriquer du sérum ophtalmique utilisé pour soigner des problèmes oculaires chez les animaux.

Chez la famille Gravelle, Toothless n’est pas le seul à donner du sang.

«J’ai trois chiens et un chat qui donnent. Et moi aussi», raconte Shannon Gravelle, propriétaire de Toothless.

En Mauricie, dans les cliniques vétérinaires, la pratique est plus rare. Parfois, si la demande est urgente, les vétérinaires se tournent vers la SPA qui leur fournit un chat ou un chien qui remplit les exigences.

«On l’inscrit dans le dossier d’adoption et ils deviennent des petits héros»,

explique Sarah-Lise Hamel, responsable des communications SPA Mauric

http://fr.canoe.ca