Les plus belles constructions architecturales de l’année 2016, selon les lecteurs du site ArchDaily


L’architecture est un art, une création qui est construite selon l’imagination de l’architecte
Nuage

 

Les plus belles constructions architecturales de l’année 2016, selon les lecteurs du site ArchDaily

Les lecteurs du site d’architecture ArchDaily ont élu les plus belles constructions de l’année 2016. Celles-ci rentraient dans différentes catégories: architecture dans un espace public, de sport, d’éducation, pour la santé, les maisons et immeubles résidentiels…

Ci-dessous, retrouvez en photos les  gagnants, des édifices bâtis aux quatre coins du monde, de New York au château de Versailles.

Prix de l’architecture commerciale

MVRDV / ArchDaily

Crystal Houses, Pays-Bas.

Prix de l’architecture religieuse

Nicolás Campodonico / ArchDaily

Capilla San Bernardo, Argentine.

Prix de l’architecture d’hospitalité

Secondfloor Architects / ArchDaily

Yellow Submarine Coffee Tank, Thaïlande.

Prix de l’architecture de sports

3Arquitectura / ArchDaily

Sonora Stadium, Mexique.

Prix de l’architecture des soins pour la santé

Foster + Partners / ArchDaily

Maggie’s Cancer Centre Manchester, Grande-Bretagne.

Prix de l’architecture publique

Luís Pedro Silva Arquitecto / ArchDaily

Leixões Cruise Terminal, Portugal.

Prix de la rénovation.

WORKac / ArchDaily

The Stealth Building, Etats-Unis.

Prix des bureaux

LEGORRETA + LEGORRETA + Rogers Stirk Harbour + Partners / ArchDaily

BBVA Bancomer Tower, Mexique.

Prix des meilleurs produits appliqués

Dominique Perrault Architecte / ArchDaily

Rénovation du Pavilion Dufour du Château de Versailles, France.

Prix de l’architecture pour l’éducation

COBE / ArchDaily

Frederiksvej Kindergarten, Danemark.

Prix de l’architecture à petite échelle

ICD-ITKE University of Stuttgart / ArchDaily

ICD-ITKE Research Pavilion 2015-16, Allemagne.

Prix de l’architecture culturelle

Herzog & de Meuron / ArchDaily

Elbphilharmonie Hamburg, Allemagne.

Prix de l’architecture industrielle

ARCHSTUDIO / ArchDaily

Tangshan Organic Farm, Chine.

Prix pour les maisons

spaceworkers / ArchDaily

Casa Cabo de Vila, Portugal.

Prix de l’architecture d’intérieur

Supermachine Studio / ArchDaily

Hubba-to, Thaïlande.

Prix pour les immeubles résidentiels

BIG / ArchDaily

VIΛ 57 West, Etats-Unis.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Le Saviez-Vous ► Pourquoi les femmes sont-elles plus frileuses que les hommes ?


A l’arrêt de bus, il est remarquable de voir que les femmes sont plus emmitouflées que les hommes. Et souvent, elles trépignent pour se réchauffer. Les femmes sont plus frileuses que les hommes à cause de leur différence biologiques
Nuage

 

Pourquoi les femmes sont-elles plus frileuses que les hommes ?

 

Les différences biologiques entre les deux sexes sont liées à des régulations de la température corporelle très variables. Voici pourquoi.

Mesdames, ce n’est pas le fruit de votre imagination : les femmes ont bel et bien plus froid que les hommes, car nos corps ne fonctionnent pas de la même façon. L’explication est biologique et donc totalement en dehors de notre contrôle ! Il s’agit de plusieurs facteurs. Les femmes et les hommes ne perçoivent pas la température de la même façon parce que les femmes ont un corps légèrement plus chaud. Ce qui signifie qu’elles sont plus sensibles aux températures froides car elles y sont moins habituées.

Vous passez votre temps à vous frotter les mains en soufflant dessus ? Vous n’arrivez jamais à réchauffer vos pieds quand vous allez vous coucher ? C’est parfaitement normal, parce que l’organisme féminin a tendance à retenir la chaleur au niveau des organes vitaux quand il fait froid. Résultat : les extrémités sont souvent glacées l’hiver.

Métabolisme et cycle hormonal

Une autre différence concerne le métabolisme. Celui des hommes est 23% plus élevé, en moyenne, que celui des femmes, indique le site Reader’s digest. Ils arrivent à brûler les aliments plus rapidement et à bénéficier très vite de l’énergie dont ils ont besoin. Ils arrivent donc à se réchauffer plus rapidement par rapport aux femmes en cas de baisse du thermomètre.

Enfin, la température corporelle féminine a tendance à fluctuer en fonction du changement des niveaux des hormones tout au long du cycle menstruel. Ce changement est particulièrement marqué chez les femmes qui utilisent un contraceptif hormonal. Il peut donc arriver qu’elles soient plus sensibles au froid pendant les règles. Si votre partenaire refuse de vous prêter sa veste en sortant du restaurant le soir, invoquez vos droits biologiques !

http://www.santemagazine.fr/

Des associations dénoncent l’épilation de fourrure de lapin angora


Si vous aimez la fourrure d’angora, saviez-vous comment on les récolte ? C’est à glacé le sang. Car le poil est arraché sur des lapins angoras, imaginez la souffrance que subissent ces animaux
Nuage

 

Des associations dénoncent l’épilation de fourrure de lapin angora

 

  • Par Diane Berger

Pour dénoncer la violence de l’épilation subie les lapins angora, deux associations de défense des animaux l’ont «mise en scène», ce jeudi, devant le ministère de l’Agriculture. Les éleveurs, eux, se défendent de toute maltraitance et prennent déjà des mesures.

Étrange tableau devant le ministère de l’Agriculture ce matin: en pleine rue, un hommé déguisé en lapin géant, étendu et ligoté sur une table, se faisait mutiler sous les yeux des passants. La mise en scène était volontiers gore: costume sanguinolent, corps qui se débat et hurlements de lapins préenregistrés. À l’origine de cette communication choc, deux associations de défense des animaux habituées des coups d’éclat médiatiques: PETA (Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux) et One Voice.

«Le lieu est symbolique, c’est un appel au ministre de l’agriculture pour interdire la production d’angora en France» explique au Figaro Anissa Putois, chargée de campagne de PETA France.

Pour obtenir la fourrure angora, pas d’abattage mais un prélèvement régulier des poils, au cours duquel l’animal est attaché, se débat et gémit.

«Quiconque voit des images de lapins mutilés et entend leurs cris de douleur quand ils sont épilés de la sorte comprendra que cette matière cruelle n’a pas lieu d’être au 21ème siècle et il est grand temps que sa production soit interdite», déclare Muriel Arnal, présidente de One Voice dans un communiqué.

Par cette action, PETA et One Voice ont souhaité alerter l’administration mais aussi les citoyens de ce qui se cache derrière le secteur de la fourrure angora car «beaucoup de gens ignorent la cruauté derrière cette fourrure angora» selon Anissa Putois. Or, des révélations récentes de PETA sur l’élevage des lapins angora en Asie et une enquête en septembre de One Voice sur la réalité des élevages français ont de quoi glacer le sang: minuscules cages individuelles, abattage brutal des mâles, mauvaises conditions d’hygiène, hurlements de souffrance des lapins…

9000 tonnes de poils de lapin commercialisés dans le monde

 

«Beaucoup de gens ignorent la cruauté derrière cette fourrure angora.» Anissa Putois, de PETA France.

Chaque année, 9000 tonnes de poils de lapin seraient commercialisées dans le monde selon One Voice, à 90% en provenance de Chine. Mais il y a encore en France une trentaine d’élevages de lapins angora:

«c’est une production très limitée qui passe donc un peu en dessous des radars du ministère de l’Agriculture» explique Mme Putois qui dénonce une activité très mal légiférée et très peu encadrée.

«La fourrure angora est utilisée surtout pour les vêtements, en petites proportions dans beaucoup de vêtements pour les rendre plus chauds. Mais c’est inutile car nous vivons à une époque où les matières véganes remplacent très bien les produits d’origine animale» affirme Anissa Putois.

Des courriers avaient déjà été adressés au ministère par les associations, mais ils étaient restés sans réponse. Suite à l’action de ce matin, deux représentantes des associations ont été reçues au ministère de l’Agriculture pour discuter du sujet avec l’administration.

Une charte des bonnes pratiques en cours d’adoption

 

«Il s’agit surtout d’élevage familial, artisanal.» Un éleveur de lapins angora.

Contacté par Le Figaro, un éleveur de lapins angora se défend de maltraitance animale.

«Ici c’est différent de la Chine qui assure la majorité de la production mondiale avec des élevages de 100.000 lapins parfois. Le rapport à l’animal est très différent: le plus gros élevage en France doit faire 450 lapins, et sinon il s’agit surtout d’élevage familial, artisanal.»

Néanmoins, il reste ouvert au dialogue avec les associations, qui ont le mérite de secouer les pratiques des éleveurs:

«Quelque part les attaques de l’année dernière ont interrogé les éleveurs qui hésitaient à s’engager en faveur du bien-être animal, ce n’est pas plus mal. Mais ce qui m’écœure c’est qu’on s’attaque à des petites filières artisanales, qui tiennent à leurs animaux.»

Lorsque l’association One Voice a publié en septembre dernier son rapport sur les élevages français, un projet de guide des bonnes pratiques de l’élevage angora était en cours de rédaction, mais peinait à attirer beaucoup d’éleveurs: aujourd’hui, vingt-et-un se sont dits prêts à le signer. Cette charte de l’élevage du lapin angora contient une série de dispositions censées assurer les bonnes conditions de vie des animaux. Elle demande notamment aux éleveurs de donner aux animaux du lagodendron, un mimosa africain censé faciliter la chute des poils et donc l’épilation des lapins: une solution qui ne convient pas à One Voice, pour qui l’efficacité de l’aliment ne compense pas le reste des souffrances endurées par les bêtes à grandes oreilles.

http://www.lefigaro.fr

Au Japon, l’un des principaux quotidiens peut se transformer en fleur


    Au Japon, le plus vieux journal connu dans ce pays, à fait de son quotidien, un journal complétement écologique, que ce soit l’encre, les feuilles et en plus, il permet de planter des fleurs et des plantes
    Nuage

     

    Au Japon, l’un des principaux quotidiens peut se transformer en fleur

  • Par Mathilde Golla

    FIGARO DEMAIN – Le Mainichi Shimbun est imprimé sur un papier non seulement recyclable mais qui contient des graines. Le journal diffusé à plus de 5,6 millions d’exemplaires par jour sur deux éditions peut ainsi fleurir quand on le plante.

    Mieux que les secondes vies habituellement données aux quotidiens – entre les emballages de poisson ou les épluchures de légumes! – un grand quotidien japonais peut se transformer en fleur. Le Mainichi Shimbun propose en effet une version 100% recyclable. Jusque-là rien d’étonnant sauf que le plus ancien quotidien japonais, édité à plus de 5,6 millions d’exemplaires par jour sur deux éditions très différentes, va beaucoup plus loin.

    Le journal connu pour son sérieux et son engagement en faveur de l’environnement a lancé une version écologique, publiée pour la première fois le «Greenery Day», journée fériée au Japon. Cette édition est ainsi imprimée sur du papier recyclé parsemé de graines de fleurs ou de plantes. Même l’encre est conçue à partir de végétaux et elle agit comme un engrais. Ainsi, il suffit de découper des petites bribes d’un de ces journaux de les humidifier et de les mettre en terre. Après quelques jours, les morceaux d’articles deviendront des boutons de roses, coquelicots, mufliers ou de futures marguerites. Le quotidien peut ainsi se transformer en véritable jardin fleuri!

    4,6 millions d’exemplaires écoulés la première fois

    Cette première mondiale a été menée conjointement avec la célèbre agence de communication Dentsu. La première édition biodégradable avait remporté un franc succès puisque 4,6 millions de personnes s’étaient procuré le quotidien, ce qui représente près de 3,6% de la population. Les écoles avaient, en outre, utilisé le quotidien pour dispenser des cours sur l’écologie. Avec cette initiative, le seul journal japonais à avoir reçu le prix Pulitzer souhaite également inciter ses lecteurs à se tourner vers des objets biodégradables et les encourager à donner une seconde vie à leurs objets.

    Si la solution du Mainichi Shimbun est la plus aboutie en termes de recyclage, d’autres initiatives existent. En Chine par exemple, des crayons à papier sont conçus à base de vieux papiers journaux. Par ailleurs, en France, de nombreux objets de décoration sont fabriqués à partir de papier journal. En 1953, Le Figaro était précurseur avec son concours de costumes pour enfants réalisés avec des feuilles du journal. Mais, à l’époque, l’objectif était davantage d’inciter les lecteurs à acheter le journal que de leur donner une conscience écologique!

     

http://www.lefigaro.fr/

Un Canadien retrouvé après 5 ans passés dans la forêt amazonienne : «C’est incroyable qu’il soit vivant»


Partir sans papier et sans argent, partir de Toronto, traverser le Mexique et se rendre en Amérique du Sud à pied, il a été chanceux d’être retrouvé par sa famille
Nuage

 

Un Canadien retrouvé après 5 ans passés dans la forêt amazonienne : «C’est incroyable qu’il soit vivant»

 

Sa famille n’en revient pas de l’avoir retrouvé. Anton Pilipa, un Canadien âgé de 39 ans, a été identifié après avoir disparu pendant cinq ans dans la forêt amazonienne. Cet ancien humanitaire était atteint de troubles schizophréniques et était subitement parti en voyage sans prévenir personne.

Anton Pilipa est un homme très débrouillard. Habitant à Toronto, il est parti pour l’Argentine en 2012 afin de visiter la Bibliothèque nationale de la République à Buenos Aires. Sans bagages, sans argent et sans papiers d’identité, il s’est fait prendre en stop et a marché de longues heures. A cause de son apparence hirsute, Anton Pilipa s’est malheureusement fait refouler à l’entrée du bâtiment. Sans se décourager, le Canadien s’est aussitôt lancé dans une autre aventure : se rendre dans la jungle amazonienne.

Retrouvé dans une zone très dangereuse

Mexique, Guatemala, Panama, Colombie, Costa Rica, Argentine… L’aventurier a traversé une dizaine de pays et parcouru près de 10 000 kilomètres en cinq ans !  Pour subvenir à ses besoins, il demandait de l’aide aux touristes qu’il croisait de temps en temps et il cueillait des fruits. Anton Pilipa a finalement été retrouvé en novembre dernier par les forces de l’ordre et a été hospitalisé. Le jeune homme s’est enfui, mais a été de nouveau interpellé en janvier, dans une zone de la jungle infestée de crocodiles et de fauves. Sa famille a lancé une campagne de financement participatif pour aider à payer son billet d’avion de retour.

Son frère a témoigné à la BBC :

 « C’est incroyable qu’il soit vivant et qu’il se soit rendu aussi loin ! »

Il raconte son émotion lorsqu’il l’a revu pour la première fois depuis cinq ans :

« Il avait l’air un peu abîmé, on voyait les stigmates de son périple sur son corps et son visage. Et il avait beaucoup plus de cheveux que la dernière fois que je l’avais vu ! »

De son côté, Anton Pilipa s’estime « chanceux » d’avoir pu faire un tel périple.

« J’ai réfléchi à beaucoup de choses, j’ai dormi en plein air. C’est une façon très simple de vivre, on a besoin de peu pour vivre ».

http://www.ladepeche.fr

Mal cuire du riz pourrait vous empoisonner… à l’arsenic


L’arsenic est présent dans la terre, mais avec les pesticides, il est plus en surface et le riz absorbe beaucoup d’arsenic. Un chercheur suggère une recette pour diminuer les risques surtout si on en consomme beaucoup
Nuage

 

Mal cuire du riz pourrait vous empoisonner… à l’arsenic

 

Mal cuire du riz pourrait vous empoisonner… à l'arsenic

Une exposition chronique à l’arsenic peut causer des problèmes de santé.Photo Fotolia

Il y a plusieurs façons de cuisiner son riz. Dans une petite ou une grande casserole d’eau, à la poêle… Mais la cuisson du riz n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Sans le savoir, vous êtes peut être en train de vous empoisonner à l’arsenic.

Il faut savoir que l’arsenic est naturellement présent dans la croûte terrestre. Mais l’utilisation de pesticides par l’homme a augmenté son niveau dans les sols. Et Le riz est une céréale qui a la particularité d’absorber de l’arsenic plus facilement que d’autres plantes.

Si l’arsenic ne pose pas de problème lorsqu’il est ingéré à faibles doses, le danger qu’il agisse comme poison est réel lorsqu’il est ingéré à des doses élevées.

Une exposition chronique à cette substance peut causer de nombreux problèmes de santé: problèmes de développement, maladies cardiaques, diabète, cancers… Cela peut même endommager le système nerveux. C’est pourquoi il est conseillé de ne pas cuire son riz n’importe comment.

TESTS ET CONSEILS DE CUISSON

 

Le professeur Andy Meharg, un expert de la contamination du riz, a testé les niveaux chimiques d’arsenic après avoir cuit du riz de trois façons différentes.

Il a d’abord cuit le riz par absorption, c’est-à-dire avec une faible quantité d’eau (1 portion de riz pour 2 portions d’eau). Une technique souvent utilisée pour obtenir un riz collant. Résultat, la proportion d’arsenic dans le riz était élevée.

Puis il a cuit le riz en augmentant la quantité d’eau (1 portion de riz pour 5 portions d’eau). À la fin de la cuisson, le surplus d’eau a été vidé. Le niveau d’arsenic a presque été divisé par deux.

Enfin il a cuit le riz après l’avoir fait trempé toute une nuit. Le niveau de toxines avait alors diminué de 80 %.

Le professeur Meharg a suggéré que cuire du riz dans un percolateur à café empêcherait l’arsenic de se lier au riz.

Mais peut être que vous ne possédez pas de percolateur à café et que vous n’avez pas non plus envie de laisser tremper votre riz toute une nuit. Dans ce cas, pensez au moins à bien rincer votre riz avant la cuisson et mettez suffisamment d’eau dans votre casserole (5 portions d’eau pour 1 de riz). Enfin, égouttez bien votre riz afin que la part d’arsenic restante soit inoffensive. 

http://fr.canoe.ca/