Les paroles


Les paroles peuvent être bénéfiques ou faire beaucoup de mal. Nous sommes responsables de nos paroles et ce même si c’est pour faire des blagues envers quelqu’un
Nuage

Les paroles

 

Les paroles sont des armes puissantes qui peuvent faire beaucoup de mal.
Que ta langue ne ridiculise jamais personne.
Que ta grande bouche ne diminue personne
Une parole dure, une parole vive peut brûler longtemps dans le fond du coeur, y laisser une cicatrice.
Tolère que les autres soient autres, qu’ils pensent autrement, fassent autrement, sente autrement et parlent autrement.
Dans tes paroles doivent être des lumières
Les paroles doivent réconcilier, rapprocher et apaiser.
Là où les paroles deviennent des armes, on se retrouve face à face comme des ennemis.
La vie bien trop courte et notre monde bien trop petit pour en faire un champ de bataille

Glanure

Des piranhas dévorent une tête de taureau à une vitesse folle


Les piranhas sont réputés pour leur voracité. A voir comment ils s’attaquent à une tête de taureau, ils ont bien la tête de l’emploi. Une bonne précaution quand vous allez dans des eaux plein de piranhas, mieux vaut ne pas avoir de blessure qui saigne
Nuage

 

Des piranhas dévorent une tête de taureau à une vitesse folle

 

Une plongée en eaux troubles, indique The New Zeland Herald.

Les attaques de piranhas sont courantes en Amérique du Sud. En décembre 2013, on se souvient que 70 personnes avaient été blessées par ces prédateurs marins. Plusieurs enfants y avaient perdu leurs doigts et leurs orteils. En février 2016, une petite fille de 6 ans avait perdu la vie alors qu’elle se baladait avec ces proches sur un canoë sur le Rio Maicuru à Monte Alegre (Brésil).

Amazone

Comme on peut le voir sur ces images enregistrées sur l’Amazone, les piranhas se regroupent toujours en bancs pour attaquer une proie plus grosse qu’eux. Les prédateurs marins vont dévorer une tête de taureau à une vitesse folle. L’homme, qui ne s’est pas protégé les mains, tient la carcasse à quelques centimètres hors de l’eau pour éviter un drame.

Présence de sang

Contrairement aux rumeurs, les piranhas ne s’attaquent pas systématiquement aux êtres vivants, mais seulement en présence de sang dans l’eau. Ils peuvent détecter la présence d’une goutte de sang dans l’eau à plusieurs dizaines de mètres, précise le New Zeland Herald.

http://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► Vivre en Égypte à l’époque des pyramides


L’Égypte ancienne fait toujours des adeptes pour son histoire, l’héritage de ce vieux pays qui a laissé des traces malgré les millénaires que se sont écoulés. Un papyrus découvert en 2011 qui laisse des indices sur la façon qu’on vécut les travailleurs lors de la construction de la pyramide Chéops.
Nuage

 

Vivre en Égypte à l’époque des pyramides


(Source)

Les plus anciens papyrus de l’Égypte ancienne, datant de l’époque du pharaon Chéops, qui a fait construire la Grande Pyramide. Intéressons-nous à ces documents uniques et à travers eux brièvement à la vie en Égypte à cette époque!

Les papyrus et leur découverte:


Photo:
©Pierre Tallet

L’égyptologue français Pierre Tallet, de l’Université Paris-Sorbonne, a suivi les notes d’un voyageur britannique du XIXe siècle et celles de deux pilotes d’avion des années 1950 afin d’arriver sur le site de Ouadi el-Jarf, près de la Mer Rouge. Lors des premières fouilles en 2011, il y a découvert une trentaine de grottes scellées dans les falaises, réalisant en cours de fouilles qu’il s’agissait d’anciens entrepôts d’un port aujourd’hui disparu. Ces installations dataient de 4600 ans, soit de l’époque de l’Ancien Empire!


(Source)

En 2013, coup de théâtre! Lui et son équipe ont mis au jour quelque chose de rare pour cette époque de l’Égypte ancienne: des papyrus en relativement bon état de conservation. Jetés arbitrairement jadis, il s’agissait de documents de comptabilité datant essentiellement de la Ve dynastie (2498-2345 av. J.-C.), dont certains mentionnaient le chantier de construction de la pyramide Chéops. 


Photo:
©Amr Nabil

Non seulement certains de ces documents racontent-ils le travail dans les carrières de calcaire destiné à la Grande Pyramide, mais ils sont pour le moment les plus anciens documents écrits sur papyrus jamais découverts! Parmi ces précieux documents figure le journal de bord d’un inspecteur de l’État pharaonique du nom de Merer, qui décrit les travaux de chaque jour. 


Photo:
©Amr Nabil

Ces précieux documents, en cours d’étude et de déchiffrement, sont exceptionnellement exposés pour deux semaines au musée du Caire.

Vivre à l’époque de Chéops:


Photo:
Seule statuette connue de Chéops

L’époque de celle des bâtisseurs des pyramides s’est étendue de 2686 à 2345 av. J.-C. environ. D’un monde agricole et minier, l’Égypte se transforma alors en un royaume placé sous le signe des constructions, des essais, des erreurs et des innovations. Une vingtaine de pharaons convertirent de simples paysans en des tailleurs de pierre et des constructeurs de machine d’éternité pour leurs souverains, soit les pyramides. 


Photo: Vue du village des travailleurs du plateau de Gizeh ©Evelyne Ferron

À cette époque, l’Égypte était parvenue à développer un bon système administratif régenté par le pharaon et son vizir, basés dans la capitale qu’était Memphis. Le pays fut divisé en zones administrative appelées des nomes et gérées par des nomarques, soit des fonctionnaires chargés de faire le lien entre l’État et leur région.


Photo:
Statue d’un nomarque de la 6ème dynastie, MET

L’économie reposait sur l’extraction de l’or, associé aux dieux, mais aussi et surtout à l’agriculture favorisée par les crues annuelles du Nil. C’est à l’époque des pyramides que furent développées de meilleures techniques d’irrigation qui permirent, par le biais de canaux, de détourner l’eau du fleuve vers l’intérieur des terres afin d’aller chercher le maximum d’espaces cultivables dans une région autrement désertique.


(Source)

Si l’État avait besoin de paysans pour faire fonctionner l’économie agricole et dégager des surplus de céréales pouvant être échangés contre d’autres produits comme le bois par le biais des routes caravanières, il mobilisa à cette époque une importante force de travail pour les chantiers de construction des pyramides et des temples funéraires de pharaons comme Snéfrou, Chéops ou Céphren. Les ouvriers logeaient sur le site et étaient rémunérés entre autres en vêtements, en nourriture et en bière, qui calorique, désaltérait et nourrissait les travailleurs pendant la journée.


Photo: Le revêtement calcaire mentionné dans les papyrus découverts en 2013. Il en reste un petit morceau sur le sommet de la pyramide de Céphren. ©Evelyne Ferron

La pyramide de Chéops prit environ vingt ans à construire et a nécessité le déplacement estimé de 100 000 blocs de pierre par jour. Les plus imposants ont pu peser jusqu’à 16 tonnes! Les papyrus récemment découverts nous ouvrent une petite fenêtre sur la gestion du travail quotidien dans les carrières de pierres, qui n’étaient pas situées près du chantier de construction même.

La suite de leur étude nous permettra de mieux comprendre comment le travail des ouvriers était organisé et supervisé afin d’arriver au résultat qui impressionne encore autant aujourd’hui!

Evenlyne Ferron, s^pécialiste en histoire ancienne

 

http://www.historiatv.com/

Trop d’enfants dans le monde sont en situation de crise


Comme tout le monde, on se désole de voir des enfants souffrir à cause des conflits, des catastrophes naturelles. Cela doit nous interpeler que nos enfants, nos familles ont des opportunités qu’eux n’ont pas
Nuage

 

Trop d’enfants dans le monde sont en situation de crise

 

La vie de près de 50 millions d’enfants est menacée par les conflits et les catastrophes qui touchent 48 pays

Que ce soit en Syrie, au Yémen, en Iraq, au Soudan du Sud ou au Nigeria, la vie d’enfants se trouve bouleversée en raison de conflits incessants et de crises de migration, et par la dévastation causée par des catastrophes naturelles. Pour venir en aide à ceux et celles qui en ont le plus besoin, l’UNICEF demande 3,3 milliards de dollars US afin de porter secours à 81 millions de personnes en 2017, dont 48 millions d’enfants dans 48 pays. Nous vous présentons quelques-uns de ces enfants (les photos ci-dessous ont été prises par les photographes de l’UNICEF).

En raison de la sécheresse, les champs d’Alinafe sont devenus stériles, et sa fille cadette, Desire, souffre de malnutrition sévère aiguë. (De gauche à droite) Janet, âgée de 10 ans, Kelvin, âgé de 8 ans, leur mère Alinafe, Desire, âgé de 2 ans, et Innocent, âgé de 6 ans, prennent leur repas quotidien composé de pois secs, chez eux, dans le district de Balaka, au Malawi.

2017-01-30-1485810472-2362323-UN041138_MedRes.jpg

Après 20 jours d’alimentation thérapeutique pour traiter la malnutrition sévère aiguë dans une clinique soutenue par l’UNICEF, le poids d’Umara est passé d’à peine 4,2 kg à 5,1 kg. Umara est évaluée pour la malnutrition un camp pour déplacés dans le nord-est du Nigeria.

2017-01-30-1485810509-628082-UN044523_MedRes.jpg

Allongé sur un lit à l’hôpital d’Abs, dans le gouvernorat de Hajjah, au Yémen, le jeune Mohanned, âgé de cinq ans, souffre de malnutrition sévère aiguë. Bien que l’état de santé de Mohanned se soit détérioré au cours des deux dernières années, sa famille n’avait pas les moyens de l’amener se faire traiter.

2017-01-30-1485810543-6094728-UN018992_MedRes.jpg

Malgré les difficultés, plus de 300 000 enfants au Soudan du Sud ont eu accès à l’éducation en 2016. Au site de protection des civils de Malakal, la jeune Chubat (à droite), âgée de 12 ans, est assise en compagnie de son amie dans les ruines calcinées de l’école primaire soutenue par l’UNICEF qu’elle fréquentait.

2017-01-30-1485810578-1827614-UN038071_MedRes.jpg

« Je croyais que j’allais mourir. J’ai pensé que toute ma famille allait mourir », raconte Mylove Théogène (à droite), âgée de 8 ans, après que l’ouragan Matthew eut détruit sa maison à Jérémie, en Haïti. Plus de 175 000 personnes ont été déplacées en raison de la tempête tropicale, et plus de 800 000 personnes ont besoin d’une aide essentielle à leur survie.

2017-01-30-1485810604-3845385-UN015787_MedRes.jpg

[Les noms ont été changés] Grâce à un service de réunification des familles, la jeune Nigériane Fati, âgée de 15 ans, a retrouvé sa mère (à gauche) au camp pour réfugiées de Minawao, au Cameroun, après avoir été libérée du groupe armé Boko Haram qui la gardait captive. Le conflit a entraîné le déplacement de 2,4 millions de personnes dans la région du bassin du lac Tchad.

2017-01-30-1485810638-6525239-UN018015_MedRes.jpg

Forcé de quitter sa maison avec sa famille il y a près de deux ans lorsque son père a été tué par un tireur embusqué, le jeune Maxim, âgé de 8 ans, est suivi dans un centre de psychothérapie dans l’est de l’Ukraine afin de l’aider à surmonter son traumatisme. En 2016, plus de 207 000 enfants et leurs aidants naturels ont reçu un soutien psychosocial.

2017-01-30-1485810670-6951893-UN039303_MedRes.jpg

(À gauche) Abdulghani, âgé de 9 ans, et son frère Hassan, âgé de 6 ans, attendent pour remplir des bidons à un puits dans Alep-Est, en Syrie. L’UNICEF et ses partenaires ont acheminé par camions jusqu’à 1,5 milliard de litres d’eau et fourni plus de 4 millions de litres de carburant pour faire fonctionner les installations de pompage de la ville.

2017-01-30-1485810731-7103735-UN042749_MedRes.jpg

Rafi, âgé de 3 ans, sourit alors qu’il est assis sur la boîte de vêtements d’hiver que sa famille a reçue lors d’une distribution au camp de Kawergosk pour Syriennes et Syriens réfugiés, dans le gouvernorat d’Erbil, dans la région du Kurdistan iraquien. En Iraq, l’UNICEF a distribué des vêtements d’hiver à quelque 300 000 enfants.

2017-01-30-1485810761-7876110-UN014016_MedRes.jpg

« Tous les enfants devraient être avec leurs parents », déclare Nyaruot, âgée de 14 ans, lorsqu’elle a appris qu’elle et ses sœurs Nyaliep, âgée de 3 ans (au centre), et Nyachan, âgée de 11 ans (à droite), allaient être réunies avec leur mère au site de protection des civils de Bor, au Soudan du Sud, après que le conflit eut entraîné leur séparation.

L’Action humanitaire pour les enfants présente l’appel de fonds de l’UNICEF pour 2017, ainsi que nos objectifs pour procurer aux enfants un accès à de l’eau potable, une l’éducation, la santé et de la protection, et ce, dans 48 pays du monde.

quebec.huffingtonpost.c

Mentir, ce n’est pas bon pour la santé !


Une première étude sur les effets négatifs des mensonges sur la santé. Probablement qu’il aura une suite, cependant, on peut s’apercevoir quelles émotions que nous éprouvons quand nous disons des mensonges. Donc, ce n’est pas si bête si cela occasionne des maux désagréables sur nous
Nuage

 

Mentir, ce n’est pas bon pour la santé !

 

“Arrête de mentir où ton nez va s’allonger comme celui de Pinocchio” nous répétait nos parents quand nous étions enfants. Ils n’avaient peut-être pas tout à fait tort !

Pour la première fois, une étude scientifique, réalisée par des chercheurs de l’université Notre Dame du Lac, dans l’Indiana, aux Etats-Unis, montre les effets indésirables pour la santé physique et mentale, du mensonge.

Les menteurs sont en moins bonne santé

Ainsi, 110 participants âgés de 18 à 71 ans ont été répartis en deux groupes. Un groupe témoin et un autre groupe à qui on a demandé dans un premier temps de moins mentir, puis de ne plus mentir du tout.

Les résultats montrent que ne pas mentir permet de moins souffrir, sur le plan physique,  de maux bénins comme les maux de tête ou de gorge ou de fatigue et, sur le plan psychologique, de se sentir moins fatigué, moins triste et moins stressé.

Au final, il n’y a que des avantages à ne pas mentir ! C’est décidé, vous allez essayer vous aussi.

http://www.santemagazine.fr/

Norvège: l’estomac d’une baleine échouée contenait 30 sacs de plastique


Une baleine est victime de notre inconscience des matières plastiques. Elle s’est échouée et les zoologistes ne pouvaient pas la sauver, et ils ont vu l’horreur dans son intestin
Triste sort pour de nombreux animaux qui vivent grâce à la mer
Nuage

 

Norvège: l’estomac d’une baleine échouée contenait 30 sacs de plastique

 

PC  |  Par La Presse canadienne

Des zoologistes norvégiens ont retrouvé une trentaine de sacs et d’autres objets de plastique dans l’estomac d’une baleine à bec qui s’était échouée sur une plage du sud-ouest du pays.

La baleine de deux tonnes était visiblement malade et a dû être euthanasiée.

Un expert, Terje Lislevand, a révélé que son estomac était rempli de plastique et que son intestin ne contenait que les restes de la tête d’un calmar. La baleine n’avait plus qu’une mince couche de gras.

M. Lislevand a dit que cela explique probablement pourquoi elle s’est échouée à répétition samedi dernier dans les eaux peu profondes au large de Sotra, une île à l’ouest de Bergen, à 200 kilomètres au nord-ouest de la capitale, Oslo.

La baleine de six mètres était une adulte.

L’ONU estime qu’environ huit millions de tonnes de déchets de plastique sont jetées dans les océans chaque année.

 

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Voyager dans l’espace transformerait l’ADN


Pour envoyer des gens vers la planète Mars, il faut savoir quelles seront les conséquences sur le corps humain. Alors, la NASA peut étudier les effets d’un temps prolongés dans l’espace grâce à deux astronomes jumeaux, un sur Terre et l’autre dans l’espace. Pour le moment, la NASA a donné les résultats préliminaires en attendant d’aller à des tests en profondeur
Nuage

 

Voyager dans l’espace transformerait l’ADN

 

Voyager

Les astronautes Mark et Scott Kelly.Photo Gentside

Qui n’a jamais rêvé de voyager dans l’espace ? De prendre de la hauteur pour observer notre planète depuis son orbite? Aussi extraordinaire qu’il paraisse, un tel voyage est loin d’être anodin. Il présente même des risques pour le corps humain. Lesquels exactement? C’est ce que les scientifiques tentent de découvrir depuis plusieurs années.

 

Au sein de la Station spatiale internationale (ISS), les astronautes se prêtent régulièrement à des examens médicaux pour évaluer leur condition physique et état de santé. Mais en mars 2015 c’est un astronaute un peu particulier qui s’est envolé pour l’ISS: l’Américain Scott Kelly. Celui-ci a la particularité de posséder un frère jumeau, Mark, également astronaute.

Tandis que Scott menait sa mission historique de 340 jours dans la station, Mark lui se trouvait sur Terre. Ceci a permis à  la NASA de mettre en place une étude inédite, la «Twins Study». L’objectif est simple: comparer les deux frères afin d’évaluer les impacts physiologiques et psychologiques d’un séjour d’un an dans l’espace.

UN IMPACT SUR L’ADN 

L’agence spatiale américaine vient d’entamer la phase d’analyse des données récoltées avant et après la mission de Scott Kelly. Mais elle a déjà  dévoilé de premiers résultats. Au cours des analyses, les scientifiques se sont intéressés à différents paramètres biologiques parmi lesquels les télomères.

Ces structures sont une région d’ADN située à l’extrémité des chromosomes. On sait aujourd’hui que ces télomères protègent les chromosomes de la dégradation mais ont tendance à rapetisser au fur et à mesure que l’on vieillit. Sauf que chez Scott Kelly, c’est l’inverse qui s’est produit. Durant son année dans l’espace, les télomères de ces globules blancs se sont agrandis.

«Ceci pourrait être lié à une augmentation de l’exercice physique et à une réduction de l’apport calorique durant la mission», explique la NASA dans un communiqué.

Cet agrandissement n’a toutefois pas perduré. Dès son retour sur Terre, les télomères concernés ont recommencé à  diminuer mais les observations ne se sont pas arrêtées là .

«De façon intéressante, l’activité de la télomérase (l’enzyme qui répare les télomères et les allongent) a augmenté chez les deux jumeaux en novembre, ce qui pourrait être lié à un évènement familial significatif et stressant autour de cette période», a ajouté l’agence spatiale américaine

UNE FORMATION OSSEUSE RÉDUITE

Outre les télomères, les chercheurs se sont aussi intéressés à l’expression des gènes et découvert que le niveau de méthylation, une modification chimique de l’ADN, avait diminué durant le voyage chez Scott. Une activité ensuite redevenue normale sur Terre. D’après la NASA, ceci pourrait indiquer que certains gènes sont plus sensibles au changement d’environnement sur Terre ou dans l’espace que d’autres.

Moins en profondeur, les résultats préliminaires ont mis en évidence un déclin de la formation osseuse au cours de la seconde moitié de la mission de Scott. Un effet négatif déjà  observé chez les précédents astronautes et bien connu des spécialistes. Ajouté à cela, un pic dans le processus d’inflammation a été observé peu après l’atterrissage, ce qui pourrait être lié au stress causé par le retour sur Terre.

Enfin, les scientifiques ont également constaté un impact sur les capacités cognitives de Scott Kelly. Après un an de mission, l’astronaute a montré un léger déclin de rapidité et de précision. En revanche, les données n’ont pas mis en lumière de changement significatif au niveau de la cognition entre une mission de six mois (la durée habituelle) et une mission d’un an.

DES RECHERCHES À POURSUIVRE 

Si ces résultats fournissent de premières pistes pour les spécialistes, ils sont encore très préliminaires. Les recherches vont être approfondies dans chaque domaine afin de mettre en évidence les effets réels de l’environnement spatial sur l’organisme et leurs causes potentielles.

La NASA veut notamment découvrir si un gène surnommé «gène spatial» ne se serait pas retrouvé activé alors que Scott était dans l’espace.

Les tests ont en effet mis en évidence «que 200 000 molécules d’ARN [le polymère produit lors de la transcription de l’ADN] étaient exprimés différemment chez les jumeaux», a décrit l’agence spatiale américaine.

Peu après son retour en mars 2016, Scott Kelly avait déjà évoqué plusieurs changements physiques causés par son voyage spatial. Il avait notamment parlé d’atrophie des muscles, de douleurs dans les jambes, une peau plus sensible ainsi que quelques centimètres en plus. Ces observations sont particulièrement importantes pour l’avenir de l’exploration spatiale.

Si la NASA veut un jour envoyer des humains vers la planète Mars ou d’autres corps éloignés, il faudra en effet avoir bien évalué les conséquences qu’une telle aventure aura sur les voyageurs.

http://fr.canoe.ca/