Les préjugés


Les préjugés courent plus vite que la raison et le bon jugement. Pourquoi ? Est-ce à cause d’une certaine paresse intellectuelle, la paresse d’observer, de chercher les causes, le noyau du problème et d’analyser par nous-même ?
Nuage

 

Les préjugés

 

 

 

La raison, le jugement, viennent lentement, les préjugés accourent en foule

Jean-Jacques Rousseau

Des millions de Crabes décident de migrer en passant par une terrasse de maison


Chaque année des crabes rouges des forêts tropicales de l’ïle Christmas en Australie migrent vers les plages de l’Océan Indien. C’est un spectacle étonnant qui peut même être inusité comme cette terrasse d’une maison envahis par ces crabes rouges,.
Nuage

Des millions de Crabes décident de migrer en passant par une terrasse de maison

Le Saviez-Vous ► Quelques histoires de cannibalisme


Généralement, le cannibalisme est causé par la famine et dans l’Histoire de l’humanité, il y a eu des cas de cannibalisme à grande échelle
Nuage

 

Quelques histoires de cannibalisme


(Photo)

Les recherches sur l’homme de Néandertal se poursuivent et cette semaine, des chercheurs ont annoncé qu’après avoir étudié 99 fragments d’os provenant de Belgique, ils ont pu découvrir des traces d’anthropophagie datant de 40 000 ans. Intéressons-nous à cette découverte, de même qu’à quelques cas de cannibalisme connus dans l’histoire.

Des preuves de cannibalisme en Belgique :


Photo:
Les fragments étudiés

Depuis plusieurs années déjà, en lien avec des restes découverts en France et en Espagne, des scientifiques ont émis l’hypothèse que l’homme de Néanderthal ait pu pratiquer occasionnellement l’anthropophagie, notamment en période de disette, ou qu’il ait travaillé le corps de ses morts dans le cadre d’un rituel funéraire. Des chercheurs viennent de confirmer la première hypothèse en étudiant 99 fragments d’ossements de quatre adultes et un enfant découverts dans la troisième grotte de Goyet en Belgique. Ils y ont terminé leurs jours il y a un peu plus de 40 000 ans.


Photo:
Marques de coupes © Asier Gomes-Olivencia et al.

L’équipe internationale a ainsi comparé les os à ceux d’animaux dépecés par Néandertal et ont été en mesure d’établir des parallèles qui démontrent que les traces d’incisions de boucherie retrouvées sur les ossements humains étaient très semblables à celles étudiées sur les ossements de chevaux ou de cerfs. Que racontent concrètement ces marques?

Qu’à cette époque, dans cette caverne du moins, des Néandertaliens ont dépecés les corps de membres de leur propre espèce pour en déchirer la viande, en extraire la moelle des os et réutiliser certaines parties, comme les tibias, afin d’en faire des outils. Les circonstances du décès des individus étudiés restent encore toutefois un mystère.

Trois autres exemples de l’Histoire :


Photo:
Scène de cannibalisme au Brésil au XVIe siècle. Gravure tirée du livre de Hans Staden Nus, Féroces et Antropophages, 1557

Le mot cannibale est arrivé dans notre vocabulaire au 16e siècle. Il est dérivé des récits de Christophe Colomb qui parlait des habitants des Caraïbes, appelés Canibales en espagnol, et auréolés de la rumeur qu’ils mangeaient de la chair humaine.

Bien que la pratique de l’anthropophagie puisse apparaître comme révoltante, Néandertal est loin d’être le seul à y avoir eu recours dans l’Histoire. Intéressons-nous brièvement à trois épisodes où des hommes ont mangé de leurs semblables par nécessité.

Le siège de Maarrat :


(Photo)

Un exemple connu est lié aux Croisades et rapporté entre autres par des soldats. Nous en avons aussi une idée grâce à un recueil intitulé :

«Chronique anonyme de la première Croisade », possiblement rédigé par un chevalier de l’époque. Ces témoignages nous rapportent que lors du siège de Maarrat en Syrie en 1098, les Francs en vinrent à manquer du nécessaire et durent se résoudre à manger les corps de Musulmans morts lors des combats. Cette histoire avait dérangé les chrétiens de l’Europe médiévale, car de tels actes étaient à leurs yeux davantage associés aux sorcières, à ceux qu’on considérait comme sauvages ou même aux gens de l’Orient!

L’affaire Nazino :


(Photo)

L’histoire de l’Union soviétique est elle aussi tristement associées à quelques histoires d’anthropophagie de survie. Ce fut notamment le cas dans ce qu’on appelle l’ «Affaire Nazino ». En 1933, 6000 personnes dites délinquantes ou sans classes, furent déportées sur la petite île de Nazino, en Sibérie. Elles n’avaient avec elles que de la farine pour se nourrir, aucun vêtement et aucun outil, ce qui conduisit assez rapidement à la mort des individus les plus faibles et conséquemment à des actes de cannibalisme. Plus de 4000 personnes trouvèrent la mort en peu de temps, tel qu’en font foi les rapports envoyés à Staline à l’époque. L’île reçut le sinistre surnom d «île de la mort» ou de l’ «île des cannibales».

La grande famine de la Chine de Mao :


(Photo)

La Chine de la révolution culturelle de Mao Zedong connut elle aussi une période sombre qui conduisit à des actes d’anthropophagies. Entre 1958 et 1961, une grande famine frappa en effet la République populaire de Chine, notamment à la suite des ratés du plan agricole de Mao dans le cadre du «Grand bond en avant », qui fut un véritable désastre économique. Les rapports gouvernementaux et les sources journalistiques se contredisent, mais il est estimé que cette famine conduisit à la mort de 15 à 36 millions de personnes. Dans certains villages, la famine fut si grave que des habitants furent contraints de manger les morts…

Evelyne Ferron, spécialiste en histoire ancienne

La chirurgie esthétique peut parfois virer au cauchemar


Tout cela pour enlever quelques rides et par la suite améliorer (selon la promesse) son visage. Un vrai fiasco. Cela ne vaut pas la peine de risquer un visage pour espérer une meilleure apparence
Nuage

 

La chirurgie esthétique peut parfois virer au cauchemar

 

Carol Bryan sait pertinemment qu’elle ne retrouvera plus jamais son visage d’antan. © (capture d’écran).

Christophe Da Silva

Selon The Sun et The Independent, Carol Bryan (54 ans) est aujourd’hui aveugle d’un oeil à cause d’une chirurgie esthétique cauchemardesque. Grâce à son témoignage, elle espère aider d’autres personnes à surmonter ce genre d’épreuves.

Si la chirurgie esthétique réalise parfois des miracles, le résultat final peut parfois être dramatique. C’est le cas de Carol Bryan, 54 ans. Le comble de cette histoire est qu’elle travaillait dans ce domaine.

Effets secondaires terribles

Selon The Sun, Carol Bryan a commencé les injections de botox autour de 30 ans, histoire d’effacer quelques rides. Tenue au courant des produits grâce à son activité professionnelle et conseillée par les médecins, elle a a voulu donner plus de volume à ses pommettes et parfaire son front en 2009.

Ce que Carol Bryan ne savait pas à l’époque, c’est que certains produits étaient destinés uniquement pour des zones spécifiques du visage. Sans connaître ce « petit » détail, elle a donc accepté l’injection du composé contenant du silicone et un autre produit sur les parties de son visage. Les effets secondaires ont été terribles: ecchymoses, gonflements… Trois mois plus tard, elle n’osait même plus se regarder dans un miroir. Terrifiée et défigurée, elle vivait constamment avec un chapeau, une écharpe et des lunettes de soleil. Pendant quatre ans, elle a fini par se replier sur elle-même, n’osant même plus fréquenter ses proches.

« J’avais l’impression d’avoir une tête d’un alien », a-t-elle raconté à The Independent.

UCLA et cinq opérations

En 2013, la fille de Carol Bryan a décidé de prendre les choses en main pour la sauver. Plusieurs hôpitaux ont été appelés mais seule l’UCLA (l’Université de Californie à Los Angeles) a répondu à l’appel. Le professeur Brian Boyd, un enseignant de chirurgie à la David Geffen School of Medecine à l’UCLA, a relevé le défi.

La première opération de chirurgie réparatrice a eu lieu en avril 2013. Elle a duré plus de 16 heures. Les médecins ont rencontré plusieurs difficultés car les produits injectés avaient durci avec le temps. Ils avaient aussi provoqué quelques déformations du visage. Malheureusement, le nerf optique de Carol Bryan a été touché durant cette opération. Elle est aujourd’hui aveugle d’un oeil.

Greffe et front totalement enlevé

Une seconde opération a eu lieu en octobre 2013. Après 17 heures de travail, le front de Carol Bryan a été totalement enlevé. Il a fallu une greffe de la peau en utilisant des tissus de son dos pour le reconstituer. Son front a finalement retrouvé une apparence normale après une troisième intervention chirurgicale en décembre 2013.  Deux autres opérations ont suivi en 2014 et 2015.

Si Carol Bryan sait pertinemment qu’elle ne retrouvera plus jamais son visage d’antan, elle ne se cache plus aujourd’hui. Elle espère que son témoignage aidera d’autres personnes à surmonter ce genre d’épreuves.

http://www.7sur7.be/

Le curcuma, remède miracle, «super épice» ou arnaque?


On entend souvent que des aliments, des épices auraient un effet miracle sur centaines maladie. Mais est-ce vraiment le cas. C’est ce qui semble arriver pour le curcuma qui pourrait avoir un impact sur l’Alzheimer, le cancer, et bien d’autres maladies
Nuage

 

Le curcuma, remède miracle, «super épice» ou arnaque?

 

Le curcuma, remède miracle, «super épice» ou arnaque?

Les vertus du curcuma restent à prouver.Photo Fotolia

Dominic D. Matthews

 

Face à une panoplie de recherches qui attribuent toutes sortes de bienfaits au curcuma, une équipe de scientifiques a voulu mettre les points sur les I en conduisant une étude critique sur la célèbre épice originaire du sud de l’Asie.

Leur verdict: malgré qu’ils n’excluent pas entièrement la possibilité que le curcuma puisse avoir des effets bénéfiques pour la santé humaine, ils notent qu’aucune étude clinique publiée à ce jour n’a pu démontrer l’efficacité thérapeutique de la curcumine (composé du curcuma le plus fréquemment étudié).

Publiée dans le Journal of Medicinal Chemistry, leur analyse conclut «qu’aucune étude randomisée en double aveugle contrôlée par placebo n’a été fructueuse», malgré plus de 120 essais pour différentes maladies.

Plus de 15 000 articles font état des effets biologiques de la curcumine, avec près de 50 nouveaux écrits par semaine. À travers tout cela, le curcuma se voit attribuer des vertus thérapeutiques contre l’Alzheimer, le cancer, la dysfonction érectile, la calvitie, et plus encore.

«Beaucoup d’effort et d’argent ont été gaspillés sur la recherche sur la curcumine», a affirmé au magazine Nature Gunda Georg, la corédactrice en chef du journal qui a publié l’étude.

Les interactions chimiques de la curcumine pourraient mener plusieurs scientifiques dans un cul-de-sac, ce qui expliquerait en partie l’engouement exceptionnel entourant cette molécule dans la recherche médicale.

En effet, la curcumine fait partie de ces composés que les chimistes appellent PAINs («pan assay interference compounds» ou «composés qui interfèrent avec les essais»). Dans des tests couramment utilisés pour identifier des substances prometteuses pour traiter des maladies, ces molécules peuvent donner l’impression d’interagir avec un élément – par exemple une protéine responsable d’une maladie – alors qu’il n’en est rien.

Ces composés créent donc de faux signaux qui peuvent laisser présumer d’un effet thérapeutique potentiel. La recherche s’emballe alors et dans le cas du curcuma, seulement aux États-Unis, 150 millions $ US de deniers publics ont été utilisés pour financer celle-ci depuis 1995.

Alors est-ce qu’on arrêtera de jeter de l’argent dans ce «trou noir» de la recherche que représente la curcumine?

«Les gens qui devraient lire [cette étude] ne le feront probablement pas», a affirmé Michael Walters, auteur principal de l’étude, au magazine Nature.

http://fr.canoe.ca/

Les journées clémentes seront plus rares dans le monde, selon une étude


Le réchauffement climatique va changer nos journées agréables qui sont ni trop chaudes, ni trop froides, ni trop humides, ni trop pluvieuses. Certains y perdront de ces journées, alors que d’autres vont y gagner …Mais à long terme …
Nuage

 

Les journées clémentes seront plus rares dans le monde, selon une étude

 

L'Europe du Nord, le Canada et la Russie connaîtront des hivers plus doux d'ici... (Photo archives Reuters)

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Paris

L’Europe du Nord, le Canada et la Russie connaîtront des hivers plus doux d’ici à la fin du siècle, mais, d’une façon générale, les journées clémentes se feront plus rares dans le monde, selon une étude publiée mercredi.

En utilisant des modèles basés sur des projections du réchauffement planétaire, des chercheurs américains ont calculé qu’il y aurait, en moyenne, quatre jours doux en moins par an à l’échelle mondiale d’ici 2035, 10 d’ici 2100.

Mais il y aura de grandes différences régionales, selon les chercheurs de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) et de l’Université de Princeton.

«Les plus fortes baisses concernent les régions tropicales et subtropicales alors que les latitudes moyennes devraient voir une légère augmentation», ont-ils écrit dans le journal Climatic Change.

Aujourd’hui, le monde jouit, en moyenne, de 74 jours de temps doux par an. Ces jours que les chercheurs définissent comme «agréables», ni trop chauds, ni trop froids, ni trop humides ou trop pluvieux.

Selon l’étude, les grands gagnants du réchauffement climatique seront le Canada, une grande partie des États-Unis, du nord de l’Europe, de certaines régions de la Chine et de la Russie. Mais aussi la région sud-américaine de la Patagonie, la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande.

«Dans certaines de ces régions, les jours doux seront plus rares pendant les étés chauds et humides, mais ils seront plus nombreux à l’automne, en hiver et au printemps», selon un communiqué.

L’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine seront privées de la plupart de ces jours «parfaits», certaines régions perdant de 15 à 50 jours par an.

«La perte de jours aux températures douces, en particulier pendant l’été quand ils peuvent servir à briser des vagues de chaleur prolongées, pourrait affecter la santé publique de manière significative», souligne le communiqué.

Parmi les 40 villes représentatives sélectionnées par les chercheurs, la grande perdante est de loin Lima qui sera dépouillée de 114 jours doux par an, passant de 326 à 210. Dakar perdra 57 de ses 171 jours.

Du côté des gagnants, Londres est en tête et avec 24 jours qui s’ajouteront à ses 69 actuels, suivie par Amsterdam, Puerto Montt au Chili et Melbourne qui récoltent 19 chacun. Paris en gagnerait 12.

http://www.lapresse.ca/

L’homme des glaces Ötzi avait mangé du lard avant de mourir


Après 5 000 ans, les scientifiques peuvent savoir ce qu’ Ötzi a mangé avant d’être tué par une flèche » Une découverte qui démontre aussi qu’à cette époque lointaine, ils avaient la technique du séchage de viande
Nuage

 

L’homme des glaces Ötzi avait mangé du lard avant de mourir

 

Le fait qu'Ötzi avait mangé du bouquetin avant... (Andrea Solero, archives AFP)

Le fait qu’Ötzi avait mangé du bouquetin avant d’être tué par une flèche il y a plus de 5000 ans sur les hauteurs de la vallée de l’Ötz, à 3210 mètres d’altitude, était connu depuis 2011. Mais les chercheurs pensaient jusqu’à présent qu’il s’agissait de viande cuite.

ANDREA SOLERO, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
Vienne

 

L’homme des glaces Ötzi, dont la dépouille momifiée fut découverte en 1991 dans un glacier alpin à la frontière entre l’Italie et l’Autriche, avait probablement mangé du lard de bouquetin peu avant sa mort, a annoncé le directeur de l’institut chargé des recherches sur la momie.

« Il a mangé en dernier une viande très grasse et séchée, sans doute une sorte de lard », a déclaré le directeur de cet institut basé à Bolzano (Italie), Albert Zink, lors d’une conférence à Vienne mercredi soir.

Le fait qu’Ötzi avait mangé du bouquetin avant d’être tué par une flèche il y a plus de 5000 ans sur les hauteurs de la vallée de l’Ötz, à 3210 mètres d’altitude, était connu depuis 2011. Mais les chercheurs pensaient jusqu’à présent qu’il s’agissait de viande cuite.

Or de nouvelles études moléculaires du contenu de son estomac ont établi qu’il s’agissait de viande séchée.

Celle-ci « conserve ses fibres », tandis que « ces structures sont détruites à la cuisson », souligne M. Zink.

Cette découverte prouve qu’Ötzi ou ses proches maîtrisaient la technique du séchage de la viande, disposant ainsi de la possibilité de conserver et de transporter celle-ci sans qu’elle ne se détériore, relève-t-il.

Découvert par des randonneurs le 19 septembre 1991, le corps et les équipements remarquablement conservés d’Ötzi sont une mine de renseignements inégalée pour les chercheurs.

L’analyse de bactéries trouvées dans son estomac a notamment suggéré qu’une grande vague migratoire du Proche-Orient vers l’Europe était survenue plus récemment qu’estimé auparavant.

La dépouille d’Ötzi, conservée au musée de Bolzano, attire quelque 260 000 visiteurs par an.

http://www.lapresse.ca/