Une gigantesque crevasse en Antarctique laisse présager le pire


L’Antarctique est de plus en plus inquiétant pour plusieurs scientifiques. La fonte des glaciers laisses présagé des inondations et des villes qui seront rayées de la carte.
Nuage

 

Une gigantesque crevasse en Antarctique laisse présager le pire

 

Illustration. © thinkstock.

Un rapport rédigé par des scientifiques de l’université d’État de l’Ohio est alarmant. Selon leur étude publiée dans le journal Geophysiphical Research Letters, une énorme crevasse a été repérée dans la calotte glaciaire de l’Antarctique.

Si Donald Trump pense que le réchauffement climatique est une invention des Chinois, les scientifiques avancent, preuve à l’appui, que la situation est alarmante. En juillet 2015, un énorme iceberg s’était détaché du glacier de l’île de Pin, point de départ des chercheurs de l’université de l’Ohio pour comprendre comment un tel phénomène a pu se produire.Ils ont constaté qu’une crevasse longue de 32 kilomètres avait provoqué le détachement d’un iceberg de 360 kilomètres carrés. Comme le souligne Konbini, qui relaye cette étude, c’est l’augmentation de la température des eaux qui a provoqué cette fissure. Ce qui est surtout inquiétant, c’est que la crevasse s’est formée au milieu de la banquise, soit là où elle est censée être la plus solide. A terme, on redoute la fonte complète de la calotte polaire, avec toutes les conséquences dramatiques que cela engendrera: une montée des eaux et des inondations jamais vues jusqu’ici.New York et Miami rayées de la carte

Difficile de déterminer jusqu’à quel niveau les eaux augmenteront, mais les pronostics vont d’un à trois mètres d’ici 2100. Cela voudrait dire que des villes comme New York ou Miami seraient tout simplement rayées de la carte…

« La question n’est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l’Antarctique va fondre, mais quand », déclare Ian Howat, directeur de l’étude, dans un communiqué de presse cité par Mashable US et retranscrit par Konbini.

Ce constat alarmant n’est toutefois pas partagé par tout le monde, à commencer par Ian Joughin, ingénieur au laboratoire de physique appliquée de l’université de Washington.

« Il est trop tôt pour dire s’il s’agit d’un mouvement durable qui pourrait vraiment altérer le rythme de retrait de la glace. »

http://www.7sur7.be/

Une réponse à “Une gigantesque crevasse en Antarctique laisse présager le pire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s