Tourne la page


C’est difficile de pardonner, certaines personnes n’en voient pas l’intérêt et veulent garder leur haine en eux. Pardonner ce n’est pas d’effacer le passé, ni de déresponsabiliser les auteurs des méfaits, trahisons et pire encore. Pardonner permet simplement de passer à autre chose, de ne pas hypothéquer son présent et surtout ne pas ruminer notre colère
Nuage

 

Tourne la page

 

 

On a trop souvent fait du pardon un but en soi. Et s’il s’agissait plutôt de tourner la page pour pouvoir enfin se libérer ?

Lytta Basset

80 chats réagissent à l’élection de Trump


Après plusieurs jours que les élections présidentielles aux États-Unis qui ont élu contre toute attente Donald Trump, nous sommes témoins de la colère, de l’incompréhension qu’un tel personnage soit élu. Un petit montage pour sourire malgré tout de ce désastre politique.
Nuage

 

80 chats réagissent à l’élection de Trump

 

 

Le Saviez-Vous ► Que savons-nous vraiment sur Cléopâtre ?


Cléopâtre est loin de la reine imaginée par René Goscinny et Albert Uderzo dans Astérix et Cléopâtre. Nous avons probablement qu’une idée déformée de cette femme qui a connu une fin tragique
Nuage

Que savons-nous vraiment sur Cléopâtre ?

Photo: Cléopâtre et César par Jean-Léon Jérôme, 1866

Le 12 août de l’an 30 av. J.-C., la célébrissime reine Cléopâtre mettait fin à ses jours dans des circonstances demeurées nébuleuses pour les historiens d’aujourd’hui. Incontestablement une des femmes les plus connues de l’Histoire, elle est auréolée de légendes qui brouillent parfois sa véritable histoire. Intéressons-nous brièvement à ce que nous savons réellement sur sa vie…

1- Cléopâtre n’était pas Égyptienne:


(Source)

Parce qu’elle a régné sur le royaume d’Égypte pendant l’Antiquité, la croyance populaire a fait d’elle une reine égyptienne. Or, Cléopâtre, septième de ce nom dans sa lignée, était issue de la dynastie des Ptolémées, descendants de Ptolémée Lagos, général d’Alexandre le Grand. Se mariant entre frères, soeurs et cousins afin de garder la lignée gréco-macédonienne, ces souverains ont de ce fait toujours parlé et conservé une culture plus grecque qu’égyptienne.

2- Cléopâtre était très cultivée:


(Source)

Contrairement à ses prédécesseurs, Cléopâtre voulait connaître l’histoire, la culture et surtout maîtriser la langue de son peuple. Elle a passé une partie de son enfance, adolescence et vie de jeune adulte à étudier la géographie, l’art de la guerre et de nombreuses langues parlées en Méditerranée au Ier siècle avant notre ère. Elle préférait de loin la compagnie des intellectuels de la bibliothèque d’Alexandrie à l’univers parfois étouffant de la cour royale.

3- Une alliance politique avec Jules César:


(
Source)

À la mort de son père en mars 51 av. J.-C., Cléopâtre s’est retrouvée corégente du royaume d’Égypte avec son frère Ptolémée XIII, qui n’avait que six ans. La corruption et les luttes internes pour le pouvoir menèrent à l’exil de Cléopâtre en Syrie qui, après la noyade son frère, voulut se rétablir sur le trône en tant que véritable souveraine. Pour y parvenir, elle sollicita l’aide d’un des hommes les plus puissants de Méditerranée à l’époque, le général romain Jules César. L’image d’elle déroulée dans un tapis à ses pieds reste jusqu’à présent un mythe tenace, puisqu’aucune preuve historique ne nous permet de prouver cette histoire, qui, dans le contexte de l’époque, reste improbable. Cléopâtre et César devinrent néanmoins des alliés politiques et des amants.

4- La mère du seul fils de César:


Photo:
Représentation de Césarion à Dendérah

Cléopâtre mit au monde le seul fils connu de Jules César, nommé volontairement Césarion afin de prouver sa légitimité, ce qui suscita rapidement une crainte et une haine de la population romaine face à la reine d’Égypte, devenue une menace pour la puissance de Rome. Elle était selon toute vraisemblance à Rome sur l’invitation de César l’année de la mort de l’assassinat du dictateur et elle aurait donné naissance à Césarion sur le chemin du retour…

5- L’amour et des folies avec Marc-Antoine:


Photo:
Antoine et Cléopâtre – Lawrence Alma-Tadema, 1884

Le général Marc-Antoine et ami de Jules César fut le véritable amour de Cléopâtre. Ils eurent ensemble quatre enfants. Elle avait sollicité son appui après la mort de César et l’avait au départ séduit grâce à une magnifique croisière sur le Nil, à bord d’un navire luxueux. Elle avait besoin de la protection de Rome et lui des contacts et richesses de l’Égypte. Marc-Antoine aimait la fête et Cléopâtre sut le divertir en mettant en place ce qu’elle appelait « la vie inimitable ».

Selon les sources anciennes, elle avait entre autres mis en place un groupe secret de « beuverie », caractérisé par de somptueux banquets où l’alcool coulait à flot, de même que toutes sortes de jeux.

6- Une morsure de serpent?


La mort de Cléopâtre – Réginald Arthur, 1892

Le suicide de Cléopâtre reste somme toute nébuleux. Les sources anciennes comme l’auteur Plutarque en ont fait un récit romanesque qui a quelque peu brouillé les pistes. Nous savons qu’après la défaite contre le général Octave à Actium, Cléopâtre fut gardée prisonnière dans son mausolée. Octave planifiait de la promener enchaînée dans les rues de Rome lors de son triomphe, ce qu’elle n’aurait jamais supporté.


(Source)

La légende de son suicide nous dit qu’un paysan lui aurait livré un serpent aspic dans un panier de figues et qu’elle serait morte du venin de sa morsure. Or, les descriptions de la mort de Cléopâtre et ses suivantes laisse penser à une mort rapide et relativement douce, ce qui n’aurait pas été le cas avec une morsure de serpent. Un empoisonnement à l’arsenic semble plus probable… Cléopâtre est décédée à l’âge de 39 ans.

7- Nous avons peut-être sa signature:


P. Bingen 45

Les papyrus, papier de son époque, étaient souvent réutilisés pour faire du cartonnage de cercueil pour les momies. Un de ces papyrus découvert et conservé au musée égyptien de Berlin porte selon toute vraisemblance sa signature. Il s’agit d’un édit royal daté du 23 février 33 av. J.-C., qui garantit des droits et des avantages à un Romain. Fait rare, ce papyrus est signé d’une main d’écriture différente du document avec la mention :« Qu’il en soit ainsi ». Qui d’autre pourrait donner de tels ordres et signer de cette façon sans apposer son nom, si ce n’est la reine elle-même, l’autorité suprême du royaume?

La documentation sur son époque reste fragmentaire, mais peut-être trouverons-nous dans les prochaines années des documents et/ou des artéfacts qui nous permettront de la connaître davantage!

Evelyne Ferron / Spécialiste en histoire ancienne

http://www.historiatv.com/

Votre date de naissance peut-elle prédire si vous aurez une sale grippe cette année?


L’an dernier, on parlait que le mois de naissance pouvait dire  les personnes qui seraient plus susceptibles d’être plus résistant au virus de la grippe. Maintenant, on parle d’année de la naissance et qui me semble plus logique tout dépendant du virus dominant et ces informations pourraient mieux cibler les personnes à risque
Nuage

 

Votre date de naissance peut-elle prédire si vous aurez une sale grippe cette année?

 

Un aide soignant en Inde s'apprête à traiter un patient atteint de la grippe, le 23 janvier 2015.AFP PHOTO / Sam PANTHAKY
SAM PANTHAKY / AFP

Un aide soignant en Inde s’apprête à traiter un patient atteint de la grippe, le 23 janvier 2015.AFP PHOTO / Sam PANTHAKY SAM PANTHAKY / AFP

Repéré par Slate.fr

«Ce n’est pas l’âge, c’est l’année de naissance qui compte.»

Da la génération à laquelle vous appartenez, et même de votre année de naissance, dépend peut-être votre vulnérabilité face à un virus saisonnier. C’est ce qu’explique une étude relayée par le Guardian; Michael Worobey, directeur du département de «Biologie de l’environnement et de l’évolution» de l’ Université d’Arizona, et l’un des auteurs de l’étude, explique:

«Ce n’est pas l’âge, c’est l’année de naissance qui compte.»

Le premier virus grippal auquel nous sommes soumis, dans notre enfance (la plupart des individus sont atteints par la grippe avant 5 ans) laisse sur notre système immunitaire une empreinte définitive, nous offrant aussi une robuste protection face aux virus similaires, et une protection bien plus faible face aux virus plus éloignés.

Car il existe différents types de virus grippaux (A, B, et C) qui circulent dans toutes les régions du monde et ils évoluent chaque année «notamment les virus de type A et B qui provoquent l’essentiel de l’épidémie annuelle», comme le note Sciences et Avenir.

Le site de l’insitut Pasteur explique les différents modes de changements du virus grippal: le premier mécanisme est le glissement antigénique: c’est-à-dire les mutations de gènes codant pour des protéines de surface, qui provoquent des modifications mineures du virus:

«dans ce cas, le nouveau variant reste très proche du précédent: si une personne a déjà attrapé une grippe précédemment, l’immunité qu’elle a acquise à cette occasion la protège contre lui». 

Mais l’accumulation des modifications peut générer une moindre reconnaissance du nouveau virus par les systèmes immunitaires.

A l’origine des pandémies, on constate un deuxième phénomène de variation, pour les virus de type A:

«on parle de « cassures » dans le matériel génétique des virus. Celles-ci entrainent des changements radicaux des protéines antigéniques du virus, avec le remplacement d’une protéine par une autre, et donnent naissance à un nouveau virus, totalement différent de celui à partir duquel il est né». 

Evolution du vaccin

Le Guardian précise que cette possibilité de découvrir quelle génération est plus vulnérable à quelle évolution du virus grippal en fonction des précédentes mutations, pourrait avoir un impact sur les vaccins:

«A l’avenir, les vaccins pourraient cibler des personnes de tel ou tel âge, qui seront les plus susceptibles d’en profiter, et lors de pandémies, quand les médicaments viennent à manquer, ce sont les groupes d’âges les plus vulnérables qui pourraient être traités en priorité». 

Les virus grippaux de type A ont évolué en deux branchés identifiées comme celles de type 1 et 2. 

«Jusqu’à 1968 tous les virus en circulation appartenaient à la branche de type 1; entre 1968 et 1979, c’est le type 2 qui a dominé.»

Depuis, les deux circulent, mais l’un des deux types domine chaque année. Grâce à d’importantes bases de données épidémiologiques, les chercheurs ont suivi la susceptibilité de vulnérabilité à chacun des deux types, pour chaque naissance depuis 1918 .

http://www.slate.fr/

#CommeUneFille: la campagne qui a révolutionné les mentalités décryptée par Judy John


Je me souviens de cette vidéo et je l’avais géniale. Il semble que je ne sois pas la seule car cette vidéo faite en 2014 a fait le tour du monde en 2015 et couronner en 2015 par un prix Emmy. C’est important de changer les mentalités envers les jeunes filles
Nuage

#CommeUneFille: la campagne qui a révolutionné les mentalités décryptée par Judy John

 

Judy John de l’agence Leo Burnett Canada à Toronto est à l’origine de la campagne #CommeUneFille – #LikeAGirl – consacrée par un Emmy, rien de moins, sans mentionner les nombreuses distinctions recueillies au cours des deux dernières années. Elle participait dernièrement à la conférence Infopresse « Forum femmes, leadership et communication » programmée avec brio par Adrien Tombari – Responsable des contenus, conférences et journaliste.

Judy John a accepté de revenir pour nous sur cette campagne qui a clairement participé à révolutionner les mentalités ces deux dernières années.

Retour sur la campagne

La campagne #CommeUneFille lancée en juin 2014 démontrait que le début de la puberté et les premières règles correspondent au moment de leur vie où les filles ont le moins de confiance en elles, et que des mots durs peuvent peser lourdement dans cette chute de confiance. Visionnée plus de 90 millions de fois dans le monde entier au cours de 2015, c’est peu de dire que la campagne a eu un vrai impact mondial!

Judy, vous avez reçu un Emmy pour la campagne #LikeaAGirl de Always, quel sentiment avez-vous ressenti?

« Ce fut un honneur incroyable de gagner un Emmy. C’est d’autant plus difficile qu’une seule campagne est récompensée par année. Nous étions très excités à l’idée de cette reconnaissance par les gens et par ce Prix.» – Judy John de Leo Burnett Canada.

Comment la campagne est-elle née?

« Ces trente dernières années, Always, la marque, s’est faite l’avocate des jeunes femmes, en participant à l’éducation de millions d’adolescentes au moment de la puberté. On a mené des recherches qui ont démontré que les jeunes femmes perdent en confiance à ce moment tournant de leur vie, significativement, plus que les garçons. Il en est ressorti que 89% des femmes se rendent compte que les mots peuvent être blessants, spécialement pour les jeunes filles. Ce fut le postulat de départ.»

Il y a des croyances qui perdurent à tort

Cette étude a aussi permis de soulever l’existence de certaines croyances qui portent à croire que le talent et les habilités relèvent de la génétique. Un peu comme la couleur des yeux par exemple. En réalité, le cerveau fonctionne comme un muscle et il se développe, s’adapte et se renforcit avec la pratique et l’exercice. Nos capacités à effectuer une tâche ou encore pratiquer et d’y exceller ne relève en rien de votre génétique, peu importe que vous soyez une fille ou un garçon.

Pourquoi #CommeUneFille?

«Tu cours comme une fille » ou « tu vises comme une fille » sont des insultes assez communes qu’on a toutes entendues. Always souhaitait changer cette perception négative en la déclinant en une série de situations amusantes. La campagne visait à aider les filles, particulièrement au moment où elle entre dans la puberté, et de se sentir fières et confiantes lorsqu’elles font des choses #CommeUneFille.»

L’impact a été énorme!

« La vidéo a été visionnée par plus de 90 millions de fois dans le monde entier au cours de 2015! Après le visionnement de la vidéo #CommeUneFille, la plupart des répondants (76 pour cent des femmes âgées entre 16 et 24 ans et 59 pour cent des hommes) ont déclaré que la vidéo avait changé leur perception de la phrase « comme une fille », d’après la deuxième vague de l’enquête consacrée à la puberté et la confiance.Je pense qu’il faut que nous continuions à aider les gens à repenser et redéfinir les mots et phrases que l’on utilise dans notre société et qui impliquent que les filles sont inférieures. Une campagne comme celle-ci #CommeUneFille a démontré que l’on pouvait faire évoluer les mentalités.»

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le virus du Nil occidental pourrait être plus mortel qu’estimé


Le virus du Nil serait plus dangereux que les scientifiques croyaient. Il s’avère que beaucoup meurent dans les 3 premiers mois et d’autres plus tard après des complications reliées à ce virus. De quoi à espérer que l’hiver au Québec demeure froid même si beaucoup aiment bien les températures douces que nous connaissons. Les moustiques ont beau être minuscules, il demeure quand même qu’ils peuvent être dangereux pour l’homme
Nuage

 

Le virus du Nil occidental pourrait être plus mortel qu’estimé

 

Selon des estimations fédérales, 4% des personnes infectées... (PHOTO REUTERS)

Selon des estimations fédérales, 4% des personnes infectées par le virus du Nil occidental et présentant des symptômes meurent dans les trois premiers mois.

Agence France-Presse
Washington

Le virus du Nil occidental pourrait être nettement plus mortel que ne le pensaient les virologues jusqu’à présent, des personnes infectées pouvant décéder de complications de cette infection transmise par des moustiques plusieurs années après leur apparente guérison, révèle une étude lundi.

Ces conclusions ont été présentées à la conférence annuelle de la Société américaine de médecine tropicale et d’hygiène (ASTMH) qui se tient cette semaine à Atlanta.

Les chercheurs ont étudié un groupe de 4144 personnes au Texas ayant contracté cette maladie entre 2002 à 2012, dont 286 sont décédées dans les trois premiers mois.

Mais 268 personnes supplémentaires sont mortes dans les dix ans ayant suivi leur contamination du fait de complications liées au virus, ont-ils déterminé. Ce qui représente un taux de mortalité de 13,3%.

Selon des estimations fédérales, 4% des personnes infectées par le virus du Nil occidental et présentant des symptômes meurent dans les trois premiers mois.

«L’attention accordée au virus Zika aux États-Unis se comprend étant donné le risque qu’il provoque une microcéphalie du foetus, mais le virus du Nil occidental est une infection plus grave et sa menace pourrait persister même chez les patients paraissant avoir survécu à l’infection sans séquelles», relève le docteur Kristy Murray de la faculté de médecine Baylor au Texas.

Ce virus ne provoque pas de symptôme chez environ 80% des personnes infectées. Pour les autres, il entraîne fièvre, courbatures, éruptions cutanées, maux de tête, vomissements et diarrhée. Et, chez certains cas rares, le cerveau peut être touché.

Dans le groupe étudié, c’est parmi les personnes dont le cerveau a été affecté que le taux de mortalité ultérieure a été le plus élevé. Des maladies rénales également liées à l’infection initiale ont aussi été une cause importante des décès à retardement.

Le docteur Murray a suivi des groupes d’anciens malades pendant plusieurs années et a constaté qu’un grand nombre mourraient prématurément.

«Nous avons vu un grand nombre de personnes qui paraissaient en bonne santé jusqu’à ce qu’elles soient infectées par le virus du Nil occidental et leur état général s’est ensuite dégradé», précise-t-elle.

Le virus du Nil occidental est arrivé aux États-Unis en 1999 et appartient à la même famille que les virus de la fièvre jaune et du Zika.

http://www.lapresse.ca/

Le cerveau des anorexiques ignore littéralement la faim


Il semble que des scientifiques ont enfin trouvé des preuves physiologiques qu’ont l’anorexie et la boulimie. Un grand pas pour mieux comprendre ces troubles alimentaires et peut-être de meilleurs traitements
Nuage

 

Le cerveau des anorexiques ignore littéralement la faim

 

Manger ou ne pas manger | daniellehelm via Flickr CC License by

Manger ou ne pas manger | daniellehelm via Flickr CC License by

Repéré par Peggy Sastre

Chez les personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire, les circuits neuronaux gérant l’appétit sont inversés

Une équipe de quatre psychiatres et chercheurs en neurosciences affiliés à l’université du Colorado vient de mettre en lumière les manifestations neurologiques de l’anorexie: les malades sont capables d’ignorer littéralement la faim parce que les circuits qui la gèrent normalement dans leur cerveau sont inversés. Portant sur des adultes, l’étude ne peut pas dire si le phénomène est une cause ou une conséquence des troubles alimentaires, mais il existe bel et bien.

Pour arriver à ce résultat, les scientifiques menés par Guido Frank, spécialiste de la neurologie des troubles alimentaires ont enrôlé 26 femmes souffrant d’anorexie, 25 de boulimie et 26 autres «sujets sains» pour constituer leur groupe de contrôle. Ensuite, les volontaires ont été soumises à un test classique d’activation de l’appétit, à savoir boire un peu d’eau sucrée, tandis que leur cerveau était surveillé à la fois par IRM fonctionnelle et par IRM de diffusion.

La primauté de l’esprit sur la matière

Et ce que montrent les chercheurs, c’est que les anorexiques ou les boulimiques présentent de nombreuses altérations dans les structures cérébrales régissant normalement la récompense gustative et la régulation de l’appétit. Des modifications particulièrement significatives dans la matière blanche, qui coordonne la communication entre différentes zones du cerveau.

En outre, l’hypothalamus ne joue pas le même rôle chez les malades et les non-malades. Chez ces dernières, les régions cérébrales impliquées dans la gestion de la faim vont chercher leurs informations dans l’hypothalamus. Chez les malades, non seulement l’activité des voies neuronales de la faim est bien plus faibles, mais l’information va dans le sens inverse: de l’hypothalamus aux autres zones cérébrales. Ce qui laisse entendre que leur cerveau shunte l’hypothalamus et ignore littéralement les signaux incitant à manger.

«En termes cliniques, on parle de la primauté de l’esprit sur la matière, précise Frank. Nous disposons désormais de preuves physiologiques pour soutenir cette idée. En temps normal, la région du cerveau responsable de l’appétit devrait vous faire quitter votre chaise et chercher quelque chose à manger. Chez les patientes atteintes d’anorexie ou de boulimie, ce n’est pas le cas.»

Auto-conditionnement?

Les humains sont prédisposés à aimer le goût sucré, signal d’aliments caloriques et dès lors utiles à la survie. À l’inverse, il est très courant que les personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire commencent par s’éloigner du sucré, par peur de grossir.

«Il peut s’agir d’un comportement acquis, voire d’un auto-conditionnement où la prise de poids fonctionne comme une “punition”», écrivent les chercheurs.

Des habitudes qui peuvent tout à fait modifier le cerveau des malades, en altérant notamment les circuits neuronaux dédiés à l’appétit et à la prise alimentaire.

Pour distinguer l’œuf de la poule, l’équipe de Frank envisage de poursuivre ses recherches sur des enfants, et notamment ceux issus de familles où les troubles du comportement alimentaire sont fréquents, afin de comprendre «quand tout cela commence à se mettre en place».

http://www.slate.fr/