Le dialogue


Pas facile de discuter quand nous croyons avoir totalement raison, que l’on n’accepte pas d’être corrigé de notre ignorance
Nuage

 

Le dialogue

 

Le dialogue n’est possible que si j’accepte l’idée que l’autre est peut-être porteur d’une vérité qui me manque.

Pierre Claverie

Le Saviez-Vous ► La femme qui observa le réchauffement climatique


Qu’on remet les honneurs à la bonne personne. Même si le sujet est très sérieux et peut être dramatique pour l’être humain. Ce n’est pas un homme qui a mit le doigt dessus en premier mais bien une femme, sauf qu’une femme scientifique au milieu des années 1800, n’est pas commun
Nuage

 

La femme qui observa le réchauffement climatique

 

(Agence Science-Presse) L’histoire des sciences nomme généralement John Tyndall comme ayant été le premier à établir un lien entre l’accumulation de CO2 dans l’atmosphère et le risque d’un réchauffement climatique. C’était en 1859. Or, il avait été précédé sur ce terrain. Et par une femme.

Dans le cadre du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences de 1856, une dénommée Eunice Foote décrivit une expérience : remplir des bocaux avec différentes quantités de vapeur d’eau, de dioxyde de carbone (CO2) et d’air, puis comparer la vitesse à laquelle ils sont réchauffés par le soleil.

« L’effet le plus élevé des rayons du soleil que j’aie observé se trouve sur le gaz d’acide carbonique », écrivit-elle, en utilisant le nom qu’on donnait alors au CO2.

Elle poursuivit en spéculant sur ce qui se passerait si notre atmosphère se mettait à accumuler plus de CO2 : des températures plus chaudes.

C’est la climatologue américaine Katharine Hayhoe qui a porté à l’attention de ses contacts sur Facebook l’existence d’Eunice Foote, après avoir elle-même découvert l’article original dans une publication de l’époque récemment numérisée.

Raymond Sorensen avait, pour sa part, souligné l’existence d’Eunice Foote en 2011, rappelant dans un article combien il était inhabituel pour l’époque qu’une femme présente une expérience scientifique — au point que la conférence, qu’elle avait écrite, fût lue par un homme.

http://www.sciencepresse.qc.ca/

Un inconnu prend soin du bébé d’une passagère en avion pour qu’elle se repose


Il n’y a pas juste des mauvaises nouvelles, que le monde ne fait qu’à sa tête pour s’auto-détruire. Il y a aussi des gens qui sont compatissant et serviable .. Cela fait du bien de s’en rappeler et peut-être que cela nous ouvre les yeux, qu’il suffit de peu de chose pour rendre le monde meilleur
Nuage

 

Un inconnu prend soin du bébé d’une passagère en avion pour qu’elle se repose

 

Le HuffPost  |  Par Nadège El Ghomari

S’il y a bien une chose que les parents appréhendent, c’est le voyage en avion avec leurs enfants. Et si bébé pleure, ce sont les autres passagers qui risquent de râler. Mais il arrive parfois que des inconnus aient des élans de compassion. C’est le cas de cet homme qui a voulu aider une autre voyageuse enceinte dont l’enfant ne cessait de pleurer.

Le mardi 6 septembre, Andrea Byrd, une passagère d’un vol Southwest Airlines,publie sur Facebook cette histoire touchante avec une photo de l’inconnu tenant l’enfant de 20 mois dans ses bras.

«Sur mon vol de retour vers la Géorgie, j’ai vu cet homme qui était étranger à cette femme offrir de l’aider parce qu’elle était enceinte et seule sur le vol et que son fils était agité et pleurait. Il ne se plaignait pas, il lui a juste dit qu’il était papa et qu’il voulait l’aider pour qu’elle puisse se reposer. Cet homme a marché dans l’allée pendant une bonne partie du vol de Minneapolis à Atlanta réconfortant ce bébé comme s’il était le sien… J’étais touchée, non pas parce qu’il était blanc et qu’elle était noire, mais parce qu’il m’a montré aujourd’hui qu’il y a encore de bonnes personnes dans ce monde tourmenté. ‘Big up’ à ce papa et à tous les papas dans le monde… vous êtes les meilleurs!»

Dans une entrevue accordée à Today, la mère de l’enfant, Monica Nelson se dit vraiment reconnaissante envers cet inconnu :

«Ça a été un tel soulagement parce que je suis un peu inquiète en voyageant avec mon enfant quand mon mari n’est pas là pour aider.»

Un geste qui lui a redonné foi en l’humanité :

«C’est bon de savoir que le monde n’est pas si mauvais. Il y a des gens vraiment formidables», ajoute Monica Nelson.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un été marqué par… les araignées!


Il semble qu’à l’est du Québec, (moi, je suis a l’ouest et je n’ai pas remarquer qu’il y en avait plus) il y a plus d’araignées que d’habitudes et elles seraient plus grosses. C’est normal, c’est qu’il y a de la bouffe pour toutes ces bestioles. Qu’importe les araignées sont vraiment utiles pour nous, même dans notre maison, elles nous aident à contrôler les insectes qui peuvent y circuler. Comme le Québec, n’a pas d’araignées dangereuses (pour l’instant), il est bon de les laisser vivre même sous notre toit
Nuage

 

Un été marqué par… les araignées!

 

Les proies étaient nombreuses pour les araignées ce printemps.

Les proies étaient nombreuses pour les araignées ce printemps.   PHOTO : RADIO-CANADA

Plusieurs résidents de l’Est du Québec remarquent la présence de nombreuses araignées sur leur propriété au cours des dernières semaines. Est-ce un phénomène normal de saison ou faisons-nous face à une infestation? Un expert nous donne l’heure juste.

D’après le reportage de Paul Huot

Peut-être avez-vous noté l’omniprésence de ces grosses araignées velues dans votre jardin, sur votre patio ou sur les murs extérieurs de votre résidence. Ces animaux, de l’ordre des arachnides, sont plus nombreux que d’habitude en cette fin d’été.

Leur abondance s’expliquerait par le début d’été humide et frais qu’on a connu dans l’Est du Québec, selon le responsable de la recherche et des collections à l’Insectarium de Montréal, Maxime Larrivée.

« S’il y a eu beaucoup d’araignées, c’est qu’il y a eu beaucoup de proies, donc le taux de survie des bébés a été très fort. C’est peut-être en lien avec un début d’été qui a été très humide et frais dans votre région cette année. C’aurait donc favorisé la survie des prédateurs comme les araignées », indique-t-il.

Le spécialiste ne parle cependant pas d’infestation, mais d’un phénomène cyclique normal.

« Ce sont des cycles, donc d’année en année, ça va varier. Et de toute évidence cette année, vous êtes dans une période où elles sont très, très abondantes », précise Maxime Larrivée.

Plus nombreuses et plus grosses

L’araignée que l’on retrouve en plus grand nombre est l’« épeire diadème », ou l’araignée des jardins, qui atteint le stade adulte à partir de la mi-août. C’est ce qui explique sa grande taille à cette période-ci de l’année. Ces araignées sont donc plus nombreuses, mais aussi plus grosses.

S’il y a une chose sur laquelle s’entendent les experts, c’est qu’il ne faut pas les éliminer même si elles se retrouvent à l’intérieur de votre maison.

« Si vous en retrouvez dans votre maison, l’approche en général, c’est « vivre et laisser vivre ». Parce que si elles sont là, c’est qu’il y a aussi d’autres insectes. Elles vont donc les manger et participer avec vous au contrôle des insectes à l’intérieur de votre maison », conclut Maxime Larrivée.

Ces araignées vivent en moyenne six semaines et elles meurent avec l’arrivée des gels d’automne.

http://ici.radio-canada.ca/

La Lune pourrait avoir une influence sur les séismes


Selon les statistiques, les grands tremblements de terre coïncideraient avec la pleine lune a dû aux fortes marées. Alors que les autres tremblements de terre plus petits seraient pour une d’autres raisons
Nuage

 

La Lune pourrait avoir une influence sur les séismes

 

Les violents séismes seraient plus susceptibles de se produire à la pleine lune... (Photo Larry Downing, archives Reuters)

PHOTO LARRY DOWNING, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Paris

Les violents séismes seraient plus susceptibles de se produire à la pleine lune ou à la nouvelle lune, selon une étude publiée lundi dans Nature Geoscience.

Selon les chercheurs japonais à l’origine des travaux, l’étude des marées dans les régions sismiques pourrait donc aider à évaluer les risques.

Les forces d’attraction gravitationnelle (la gravité) de la Lune et du Soleil ont un effet non négligeable sur la Terre.

Quand la Terre, la Lune et le Soleil sont alignés, ce qui est le cas lors de la pleine lune et de la lune nouvelle, les forces d’attraction des deux astres s’ajoutent et les effets sont plus forts.

Cette attraction est responsable des marées, et plus les effets de la gravité sont forts, plus l’amplitude des marées est importante.

«Notre travail a montré des liens entre la force des marées et la taille et la fréquence des tremblements de terre», explique à l’AFP Satoshi Ide de l’Université de Tokyo, coauteur de l’étude.

Pour arriver à ces conclusions, Satoshi Ide et ses collègues ont intégré, sous forme de statistiques, les données concernant les tremblements de terre dans le monde et les valeurs d’amplitude des marées.

Selon leurs résultats, certains des plus grands tremblements de terre des 20 dernières années se sont déclenchés en période de haute marée, c’est-à-dire quand la lune était pleine ou nouvelle.

De plus, les forts séismes semblent nettement plus nombreux quand l’amplitude des marées est importante.

L’étude donne quelques exemples de ces séismes «de pleine lune» ou «de nouvelle lune».

Celui du dimanche 26 décembre 2004, au large de Sumatra (Indonésie), qui a été suivi d’un énorme tsunami et qui a fait plus de 220 000 morts.

Ou celui du 27 février 2010, quand une secousse de magnitude 8,8 touche le centre du Chili faisant 523 morts. Ou encore celui du 11 mars 2011, quand un tremblement de terre record dévaste la côte est du Japon et tue 19 000 personnes.

Les lignes de faille, déjà sous pression, pourraient donc être sensibles aux forces gravitationnelles du Soleil et de la Lune.

Mais selon les chercheurs, seuls les forts séismes sont influencés par les astres. Pour les plus petits, aucun lien ne semble exister.

http://www.lapresse.ca/

Combien de temps il faut à un pédophile pour amadouer un enfant sur internet


Impressionnant, mais aussi inquiétant que des pédophiles peuvent mettre en confiance un enfant en si peu de temps. C’est important que cette confiance soit plus forte entre l’enfant et le parent pour protéger les enfants
Nuage

 

Combien de temps il faut à un pédophile pour amadouer un enfant sur internet

© thinkstock.

Moins de 20 minutes. C’est le temps nécessaire à un pédophile pour amadouer un enfant sur internet.

Les chercheurs de l’université de Swansea se sont intéressés au phénomène, dans une étude relayée par le Telegraph. Les scientifiques se sont ainsi fait passer pour des enfants et ont analysé près de 200 conversations entretenues avec des prédateurs sexuels.

Contrairement à la croyance populaire, les pédophiles ne se font pas toujours passer pour des enfants sur la toile. Parmi les stratégies des prédateurs, la confiance acquise par des petites conversations banales et des compliments.

« Ces prédateurs utilisent les compliments non seulement pour développer un lien émotionnel avec les enfants mais également pour mettre un cadre dans leurs échanges afin de désensibiliser les enfants à des comportements sexuels », commente le docteur Izura.

Selon les chercheurs, la première demande de nature sexuelle intervient entre 18 minutes et 82 heures.

« Sur internet, ces personnes ont de très bonnes compétences communicationnelles et ils interagissent avec leur victimes comme s’ils s’inquiétaient pour eux. Ils prétendent être intéressés de manière romantique (et non sexuelle) », explique le docteur Izura.

Le problème est également que les filtres parentaux ne sont pas toujours capables de détecter ces conversation car les prédateurs arrivent à un haut degré de sophistication dans leurs conversations.

Outre les filtres parentaux, qui restent très utiles, les experts conseillent avant tout d’en parler avec les enfants. Expliquer à ceux-ci les dangers d’internet est crucial.

« Il est irréaliste d’empêcher les enfants d’aller sur internet et il n’est pas toujours possible de monitorer toutes leurs activités sur le net », explique le professeur Lorenzo-Dus.

Par contre, expliquer aux enfants quelles sont les stratégies des pédophiles sur internet afin de leur faire reconnaitre les signes du danger est une excellente stratégie.

« Les écouter attentivement et s’intéresser à ce qu’ils font sur internet est une bonne manière de gagner leur confiance. Afin de réduire les chances qu’ils aillent chercher ailleurs sur le net cette confiance », conclut le docteur Izura.

http://www.7sur7.be/

Trois fossiles retrouvés imbriqués l’un dans l’autre


Trouver 3 fossiles est ordinaire pour des archéologues, mais trouver 3 fossiles un dans l’autre est très rare. Un insecte mangé par un lézard qui lui a été mangé par un serpent
Nuage

 

Trois fossiles retrouvés imbriqués l’un dans l’autre

 

Trois

La découverte d’un fossile est toujours un bel événement, celui-ci particulièrement. Vieux de 48 millions d’années, il offre un aperçu d’une chaine alimentaire dans le règne animal de l’époque. Une occasion unique.

L’empreinte présente en effet un insecte dans l’estomac d’un lézard lui-même mangé par un serpent. L’incroyable vestige a été retrouvé par une équipe de paléontologues sur le site fossilifère de Messel, dans le sud de l’Allemagne.

UN FOSSILE EXTRÊMEMENT RARE

Le serpent, identifié comme un Palaeopython fischeri, est soupçonné y avoir en quelque sorte succombé peu de temps après avoir consommé sa proie dans le lac volcanique. De cette manière, les restes de son organisme et de son contenu stomacal ont été conservé à  travers les âges.

Pour les chercheurs, il s’agit d’une découverte de taille.

«C’est certainement le genre de fossile que je chercherai tout le reste de ma carrière sans jamais revoir, tellement ils sont rares. C’est une pure merveille» confie au National Geographic, Krister Smith, membre de l’équipe en charge des fouilles.

La description du trio, aussi étrange qu’exceptionnel, a fait l’objet d’une publication dans la revue Palaeobiodiversity and Palaeoenvironments. Selon les auteurs de l’étude, il s’agit du second fossile de ce genre jamais retrouvé à  ce jour.

MIEUX COMPRENDRE LES RÉGIMES ALIMENTAIRES

L’autre reste de chaine alimentaire a été mis en évidence pour la première fois en 2008 en Autriche et comportait un petit poisson, mangé par un amphibien dans l’estomac d’une requin. L’intérêt de ces vestiges est qu’ils permettent de définir les régimes alimentaires des animaux de l’époque.

En effet, contrairement à ce que l’on croyait, les lézards et plus particulièrement le Geiseltaliellus maarius identifié sur le fossile de Messel ne se contentaient pas de manger seulement des plantes mais présentaient également un régime insectivore.

http://fr.canoe.ca/