Parole d’enfant ► Un support


Cette fois-ci, c’est assez cocasse ! Le support que maman parle est un cintre
Nuage


 

 Un support

 

 

Maman raconte :

Je dis à Mlle :

– Jézabelle, j’ai besoin d’un support svp

– Oui maman, j’arrive…

Elle tend un soutien-gorge

– Non Mlle un support pour accrocher un vêtement

Ana-Jézabelle, 4 ans / 11 septembre 2016

Le Saviez-Vous ► 8 croyances absolument adorables sur les chats


Il y a beaucoup de croyance que les chats portent malheur, mais il y en a d’autres que l’on connaît moins que les chats portent bonheur. Cela demeure quand même des superstitions
Nuage

 

8 croyances absolument adorables sur les chats

 

Si les mythes selon lesquels les félins portent malheur ont la dent dure, force est de constater que leur parfait inverse existe aussi…

Erigés au rang de divinités durant l’Antiquité égyptienne, chassés au Moyen-Âge en Europe et maintenant chouchous de nombreux foyers partout à travers le monde, les chats ont largement eu de quoi déchaîner les passions. En cause, leur mystique beauté et leur part de mystère bien gardée.

Pour autant, certains ont su aller au-delà des croyances négatives… pour en fabriquer de bien plus jolies :

1. En France, on dit qu’un chat errant qui élit domicile dans un foyer y apporte la joie.

2. Aux Etats-Unis, voir un chat blanc en rêve est le signe que la chance arrive.

3. Pour les Italiens, un chat qui éternue porte chance à ceux qui l’ont entendu.

4. Au Japon, une chatte tricolore garantit le bonheur dans le foyer dans lequel elle vit.

5. En Ecosse, un chat noir errant qui vient se mettre à l’abris sous une véranda apporte prospérité dans la maison.

6. En France, on dit aussi qu’un chat éternuant aux côtés d’une jeune épouse au matin de ses noces est présage d’un mariage heureux.

7. Les marins en étaient convaincus : les chats portent bonheur en mer.

8. Pour les Japonais, les chats noirs écartent les esprits maléfiques et sont garants de la bonne santé de leur foyer.

 

http://wamiz.com/

Des analyses ADN révèlent la cause de la Grande Peste de Londres


Londres regorge de preuves du passé et encore aujourd’hui, des fouilles ont révélé le respect qu’avaient les gens pour leurs morts durant la peste noire. Ils ont pu trouver des preuves ADN de la bactérie de cette peste qui aurait été transmit par des gerbilles, alors qu’on a longtemps cru que c’était par les rats voir : (Peste noire : le rat innocent)
Nuage

 

Des analyses ADN révèlent la cause de la Grande Peste de Londres

 Les excavations menées à Londres ont permis de mettre à jour la bactérie responsable de la peste bubonique. Matt Dunham/AP/SIPA

Les excavations menées à Londres ont permis de mettre à jour la bactérie responsable de la peste bubonique. Matt Dunham/AP/SIPA

Par Nicolas Celnik

Des squelettes découverts dans une tombe de masse à Londres ont permis de mettre en évidence la présence de Yersina pestis, l’agent pathogène à l’origine de la peste bubonique qui a ravagé Londres au 17ème siècle.

PESTE. Les grandes villes sont toutes chargées d’histoire, et leurs fondations regorgent souvent de témoignages séculaires. Les quelques 10 000 découvertes exhumées dans la ville de Londres et ses environs, qui recouvrent près de 55 millions d’années d’histoire de la capitale britannique, en sont la preuve. Une des dernières trouvailles en date, une fosse commune débordant de squelettes soigneusement alignés les uns à côté des autres, a permis à des scientifiques de mettre en évidence la bactérie à l’origine de la Grande Peste de Londres, qui a entraîné la mort d’un quart des habitants de la ville entre 1665 et 1666.

Une découverte inédite

Pour mettre en place son nouveau réseau ferroviaire, la compagnie Crossrail excave des sites archéologiques depuis plus de cinq ans. La découverte d’une tombe de masse dans le cimetière de Bedlam a tout d’abord surpris les archéologues : les 3500 corps étaient soigneusement alignés les uns à côté des autres, laissant à penser qu’ils avaient été enterrés dans des cercueils, ce qui implique un certain respect à l’égard des défunts. Ce n’est pourtant pas l’image véhiculée par les récits de l’époque, qui parlent plutôt d’une grande confusion générale et d’une banalisation de la mort. Pour prélever des échantillons intéressants, les archéologues ont dû récupérer les dents des squelettes, qui sont généralement mieux préservées que le reste du corps. La peste bubonique provoquait une mort si rapide qu’elle ne laissait en effet pas de trace sur les ossements. Après avoir été analysés par l’Institut Max Planck à Iéna, en Allemagne, cinq de ces échantillons ont révélé la présence de l’agent pathogène Yersinia pestis. L’agent à l’origine de l’infection bactérienne, contrairement à ce que l’on a longtemps cru, ne viendrait pas des rats noirs mais des gerbilles, comme l’avait détaillé Sciences et Avenir en 2015. 

C’est la première fois que des échantillons révélant l’ADN de l’agent pathogène responsable de la Grande Peste est découvert dans le pays. Les chercheurs sont enthousiastes : par des analyses plus poussées, ils espèrent pouvoir réunir des informations sur ce que mangeaient les gens à l’époque, d’où ils venaient, voire même quelles particules il y avait dans l’air. Cela permettra, surtout, de mieux comprendre l’évolution de ce genre de maladies, et de la comparer avec la Peste Noire de 1348. Autant de découvertes qu’ils escomptent exposer dans un livre à paraître en 2017.

Quant à ceux qui redoutent le réveil de Yersinia pestis, qu’ils soient rassurés : la bactérie n’a pas survécu à ses victimes, et s’est éteinte il y a près de 351 ans. 

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le bâtiment dont personne ne veut


 

32 millions de dollars pour avoir construit un panier comme immeuble de bureaux ! Maintenant que les affaires ne vont pas si bien, impossible de le vendre, personne en veux. Un gaspillage d’argent, de matériaux et d’emplacement
Nuage

Le bâtiment dont personne ne veut

Par Derek Jensen,  via Wikipedia, License CC

Par Derek Jensen, via Wikipedia, License CC

Si vous allez faire un tour sur Google Maps, vous serez sans doute choqué à la vue de ce sinistre immeuble de bureaux en forme de panier, à la couleur chiasse de poule qui s’effrite. Depuis 1997, ce bâtiment situé dans l’Ohio est le siège de la société américaine The Longaberger Company, spécialisée, comme vous en doutiez peut-être, dans la vente de paniers à provision et à pique-niques.

Les affaires de l’entreprise n’allant pas bien ces dernières années, cet immeuble unique en son genre dont la construction a coûté la bagatelle de 32 millions de dollars, est en vente depuis 18 mois, rapporte le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung. Mais la société Longaberger ne trouve aucun acheteur, malgré le prix attractif du bâtiment: 7,5 millions de dollars. Ce dernier a même baissé ces derniers mois face au désintérêt manifeste des repreneurs potentiels, passant à cinq millions de dollars. Mais rien n’y fait: personne ne veut de ce bâtiment.

D’autant plus qu’il se dresse dans la triste banlieue de Newark, petite ville située à 70 kilomètres environ de Colombus, la capitale de l’Ohio, et a pour voisins une gravière et une usine d’écorce de pin.

«Quelle entreprise voudrait prendre pour siège un bâtiment qui ressemble au produit d’une autre entreprise?», se demande le quotidien.

Michael Guagenti, employé de la société immobilière Cushman & Wakefield, assure pourtant qu’«il n’y a rien qui donne l’impression d’être dans un panier. On s’y sent comme dans une belle tour de bureaux.»

Mais même cet argument ne convainc pas, car un repreneur, quand bien même, aurait beaucoup de mal à changer l’aspect extérieur du panier géant:

«L’immeuble est plus étroit en bas qu’en haut. Et il y a aussi les deux anses du panier, qui pèsent chacune 75 tonnes. Il faut les chauffer en hiver pour éviter qu’une couche de glace s’y forme, qui pourrait glisser et blesser les employés.»

Ce panier de béton n’est pas la seule verrue architecturale digne d’être citée. Allez voir les horreurs compilées ici par The Telegraph en 2012, les «30 immeubles les plus laids du monde», dont vous nous parlions également ici sur Slate, à l’instar de la tour de télévision de Prague, la librairie nationale de Biélorussie à Minsk, le bâtiment de la radio pubique slovaque à Bratislava, ou encore The Elephant Building à Bangkok. Et plus près: Les Jetées, à Brest, qui ont décroché en 2016 la «verrue d’or» du bâtiment public le plus moche de France, selon le Télégramme.

http://www.slate.fr/

Cette pyramide maya gazouille comme un oiseau


La civilisation maya est vraiment exceptionnelle. Quelques pyramides ont la particularité d’émettre des sons. Celle dans l’État de Yucatán, au Mexique imite parfaitement le son d’un oiseau
Nuage

 

Cette pyramide maya gazouille comme un oiseau

 

Cette

La pyramide maya de Kukulcán

Située dans l’État de Yucatán, au Mexique, la pyramide maya de Kukulcán a été érigée il y a plus d’un millier d’année en l’honneur du dieu éponyme représenté comme un serpent à plumes. Ce monument archéologique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, se distingue par un grand nombre de singularité parmi lesquels un écho particulier qui déforme un clappement de main en un son similaire au cri du quetzal, un oiseau sacré endémique d’Amérique centrale. 

David Lubman, ingénieur acoustique et directeur de son propre studio d’étude en Californie, s’est penché sur ce curieux phénomène. Pour observer l’effet sonore, il faut se placer comme le montre la vidéo ci-dessus, en bas des marches de l’escalier de Kukulcán et taper dans ses mains. Il en résulte alors un son qui rappelle étrangement celui du volatil dont les plumes étaient très recherchées durant l’époque précolombienne.

UNE DIFFRACTION DU SON

Selon le chercheur, les dimensions et l’architecture du temple laissent à penser que les constructeurs de l’époque tendaient précisément à obtenir un tel résultat. Les marches de l’immense escalier font en effet office d’instrument musical, scrupuleusement projetés pour provoquer la diffraction du son.

La pyramide n’est d’ailleurs pas la seule à présenter une telle caractéristique. Celle d’Uxmal reproduit pour sa part le son de la pluie tombant dans une flaque d’eau sous les pas de ceux qui gravissent ses marches. À ce titre, on peut considérer les monuments maya comme d’énormes instruments de musique.

À Kukulcán, David Lubman s’est attelé à enregistrer les échos produits par la structure et à les comparer aux cris de quetzal, disponibles dans la base de données du laboratoire d’ornithologie de l’Université américaine de Cornell, située à Ithaca, dans l’État de New-York.

UN ÉCHO EN TOUT POINT SEMBLABLE À UN CRI DE QUETZAL

Selon l’expert, les résultats sont particulièrement impressionnants. «Les deux enregistrements correspondent parfaitement. C’est stupéfiant.», a-t-il expliqué.

Selon lui, la pyramide aurait été conçue pour répondre aux applaudissements de la foule lors des rassemblements religieux.

Les échos étaient certainement considérés à l’époque comme une réponse ou un message divin formulé sous la forme d’un cri d’oiseau.

«Le Temple de Kukulcán gazouillait comme un quetzal» assure le spécialiste. 

http://fr.canoe.ca/

Une colonie de fourmis survie des années piégée dans un bunker


Une surprise pour des scientifiques de retrouver dans un bunker abandonné depuis plusieurs années, une colonie de fourmis qui a réussi à survivre, malgré la noirceur et le manque de nourriture
Nuage

 

Une colonie de fourmis survie des années piégée dans un bunker

 

Une colonie de fourmis survie des années piégée dans un bunker

Ils ont éloigné la piste du cannibalisme comme explication.Photo Journal of Hymenoptera / Wojciech

TEMPLEWO, Pologne – Des scientifiques ont découvert une colonie de fourmis qui a survécu dans un bunker polonais pendant plusieurs années alors qu’elles étaient privées de lumière et de nourriture.

L’étude a été publiée le 29 août dans la revue scientifique Journal ofHymenoptera par des chercheurs polonais.

Ils racontent comment en janvier 2013, ils ont découvert une colonie de fourmis dans un bunker qui abritait des armes nucléaires, à Templewo, dans l’ouest de la Pologne.

La colonie de plusieurs milliers de bêtes était en fait tombée dans un conduit de ventilation et elles n’avaient jamais pu remonter le plafond. Privées de lumière et de nourriture elles ont réussi à survivre plusieurs années alors que la température n’a jamais excédé les 10 degrés.

Les chercheurs ont tout de même déterminé que deux millions de leurs congénères sont morts.

Ils ont éloigné la piste du cannibalisme comme explication et ont conclu que les insectes se seraient nourris de déjections d’autres petites bêtes comme les mites. Les fourmis se seraient servies des cadavres de leurs congénères pour créer une nouvelle fourmilière.

http://fr.canoe.ca/

Toxicomanie : inquiétude autour du carfentanil, un sédatif pour éléphant


Des drogues de plus en plus puissantes surgissent de temps à autre. Maintenant, c’est un tranquillisant pour éléphant qui serait 100 fois plus fort que le fentanyl
Donc beaucoup plus fort que l’héroïne et la morphine.
Nuage

 

Toxicomanie : inquiétude autour du carfentanil, un sédatif pour éléphant

 

L'équivalant en sel de 1 kg de carfentanil posé sur une table.

L’équivalant en sel de 1 kg de carfentanil posé sur une table.   PHOTO : MARIO DE CICCIO/RADIO-CANADA

Un tranquillisant pour éléphant, 100 fois plus puissant que le fentanyl, fait sa route lentement vers le Canada, selon les autorités qui se disent inquiètes de voir cette drogue traverser les frontières de l’Ontario.

Sur son passage vers le nord, le carfentanil tue de plus en plus de citoyens. Depuis le 19 août, plus de 300 personnes ont été victime de surdoses, dont plusieurs mortelles dans la région de Cincinnati, en Ohio.

Le carfentanil est : 

  • 100 fois plus puissant que le fentanyl
  • 4000 fois plus puissant que l’héroïne
  • 10 000 fois plus puissant que la morphine

Cette drogue ressemble beaucoup à du sel de table.

Source: Tim Ingram, commissaire à la santé pour le comté de Hamilton en Ohio

« Les vendeurs de drogues ne sont pas des chimistes »

Byron Klingbile travaille de près avec les toxicomanes à Windsor, située directement en face de Detroit, aux États-Unis. Il craint l’arrivée de cette drogue en Ontario.

« L’Ohio n’est pas très loin d’ici. C’est inquiétant », dit-il.

La puissance du carfentanil l’inquiète davantage.

C’est un gros problème si vous allez commencer à mélanger cela à d’autres drogues de la rue. Je suis certain que ces trafiquants de drogue ne sont pas des chimistes. Byron Klingbile, intervenant en toxicomanie

Byron Klingbile ajoute que les utilisateurs de cette drogue seront tentés à l’ajouter au fentanyl, la cocaïne ou de l’héroïne.

Une drogue facile d’accès

Le médicament est un opioïde synthétique. Il coûte moins cher, est plus puissant et plus facile à obtenir que des drogues comme l’héroïne et la cocaïne. Les vendeurs l’ajoutent à des médicaments traditionnels , parfois sans le dire à leurs utilisateurs.

Certains des utilisateurs de drogues qui ont survécu à des surdoses en Ohio ont dit aux enquêteurs qu’ils pensaient avoir acheté de l’héroïne, mais après test, ils n’ont trouvé aucune trace de cette drogue.

D’après les informations de CBC

http://ici.radio-canada.ca/