Les changements


On se plaint souvent que les choses ne vont pas comme nous voudrions, on accuse aussi souvent les autres, les évènements et autres d’être la source de nos malheurs. Alors, que si vraiment nous voulons changer les choses, il faut commencer à agir nous-même
Nuage

Les changements

 

 

Si on attend que les changements qu’on souhaite arrivent seuls, on les attendra longtemps.
Par contre si on se donne les moyens personnellement de changer les choses, les changements arrivent plus rapidement.
Soyons chacun et chacune l’acteur de notre vie, le personnage principal et non un figurant

Louis Berger

Le Saviez-Vous ► L’histoire de la Maison Blanche


Les Américains ne devraient jamais oublier leur histoire et se rappeler que ce pays a été construit grâce aux émigrés et l’esclavage des africains venus de force dans ce pays. La Maison Blanche fait partie de l’histoire de ces gens
Nuage

 

L’histoire de la Maison Blanche

La façade sud de la Maison Blanche, à Washington | HiraV via Flickr CC License by

La façade sud de la Maison Blanche, à Washington | HiraV via Flickr CC License by

Repéré par Cyril Simon

Dans son discours de soutien à Hillary Clinton, Michelle Obama a dit qu’elle vivait «dans une maison construite par des esclaves». Ce qui n’est pas tout à fait exact.

La Première dame des États-Unis n’a pas tort mais elle n’a pas entièrement raison non plus. Certes, de 1792 à 1800, des esclaves noirs travaillaient sur le chantier de la Maison Blanche, située entre deux États esclavagistes, la Virginie et le Maryland. Mais ils n’étaient pas les seuls, comme s’accordent à le dire les historiens, notamment ceux de l’Association historique de la Maison Blanche.

Au départ, le chantier ne devait être composé que de travailleurs européens. Leur travail étant jugé pas assez efficace (et peut-être aussi pour réduire les coûts), le recrutement a été ouvert aux ancêtres des Afro-Américains. Rien de surprenant, selon le journaliste Jesse J. Holland, auteur en 2016 du livre intitulé Les Invisibles: l’histoire méconnue des esclaves africains-américains de la Maison Blanche:

«la majorité des demeures qui étaient construites dans le Sud durant l’esclavagisme l’étaient par des esclaves», résume-t-il au New York Times.

Ces esclaves, dont les identités n’ont jamais été retrouvées, étaient envoyés par leur propriétaire. Ils n’ont jamais appartenu formellement à la présidence,comme le prouve une fiche de travail officielle.

Les esclaves dehors, les blancs à l’intérieur

Reste que la hiérarchie était claire entre blancs, noirs, originaires du coin, d’Europe ou d’Afrique. Les esclaves étaient sans surprise affectés aux tâches les plus ingrates.

«Ces esclaves creusaient l’argile avec des pelles à main, travaillant jour et nuit pour livrer la matière première aux briquetiers qualifiés et, en même temps, ils creusaient le terrain qui allait devenir la fondation et la cave de la Maison Blanche», décrit le journaliste Jesse J. Holland dans son livre.

Les immigrants européens, eux, qui, pour la plupart, ne possédaient pas la nationalité américaine, s’occupaient de l’intérieur de la demeure. Les murs de grès ont été érigés par des immigrants écossais, tout comme la rose en haut-relief et les guirlandes situés au-dessus de l’entrée nord. Des immigrants irlandais et italiens se sont quant à eux occupés des briques et des plâtreries. On trouvait également sur le chantier des travailleurs du Maryland et de Virginie.

Après avoir construit la plupart des édifices gouvernementaux de la ville, dont le Capitole, beaucoup d’esclaves sont devenus domestiques.

«Jusqu’à 1840, le Congrès n’allouait pas de fonds au président pour entretenir la résidence. C’était à lui de payer les factures d’entretien, et les noirs constituaient une main-d’œuvre idéale et bon marché», expliquait en 2009 Jesse J. Holland à Paris Match.

 Il faudra attendre 1955 et la nomination de Frederick Morrow comme officier administratif pour les projets spéciaux pour qu’un noir obtienne une haute fonction dans le palais présidentiel.

http://www.slate.fr/

«Trump serait le président le plus dangereux de l’histoire américaine»


Quand les membres d’un parti politique votent pour le candidat adverse et qu’ils annoncent publiquement que leur candidat choisi serait un risque pour la sécurité national, appuyé par d’anciens directeurs de la sécurité du pays, comme c’est le cas avec Donald Trump, c’est que vraiment M. Trump n’a pas l’étoffe de l’emploi. Ces élections vont vraiment marqué l’histoire des États-Unis
Nuage

 

«Trump serait le président le plus dangereux de l’histoire américaine»

 

Une figurine anti-Trump devant un rassemblement du candidat démocrate dans le Wisconsin, le 5 août 2016. Darren Hauck / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Une figurine anti-Trump devant un rassemblement du candidat démocrate dans le Wisconsin, le 5 août 2016. Darren Hauck / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Repéré par Claire Levenson

Dans une lettre ouverte, une cinquantaine d’anciens dirigeants républicains s’inquiètent des conséquences pour leur pays d’une possible victoire du candidat républicain.

Cinquante dirigeants républicains, dont de nombreux anciens de l’administration de George W. Bush, viennent de signer une lettre ouverte dans laquelle ils expliquent pourquoi ils ne voteront pas pour Donald Trump, rapporte le New York Times.

Parmi les signataires les plus éminents, on trouve Michael Hayden, ancien directeur de la NSA et de la CIA, John Negroponte, un ancien directeur des services de renseignement, mais aussi Robert Zoellick, un ancien secrétaire d’Etat adjoint, ainsi que deux anciens directeurs du ministère de la Sécurité intérieure (Homeland Security).

Les mots qu’ils ont choisis pour exprimer leur désaccord avec le candidat républicain sonttrès durs:

«Surtout, M. Trump n’a pas la caractère, les valeurs ou l’expérience nécessaires pour être président. Il affaiblit l’autorité morale des Etats-Unis en tant que leader du monde libre. Il semble ne pas connaître la Constitution américaine, les lois et les institutions américaines, y compris la tolérance religieuse, la liberté de la presse et l’indépendance judiciaire.»

Le thème de l’ignorance de Trump est encore développé plus loin:

«A l’inverse d’anciens présidents qui avaient une expérience limitée en matière d’affaires étrangères, M. Trump ne semble pas vouloir s’instruire sur le sujet. Il continue d’afficher une ignorance inquiétante des faits les plus basiques en politique internationale. Malgré son manque de savoir, M. Trump prétend comprendre les affaires étrangères et « en savoir plus sur l’Etat islamique que les généraux »».

Les signataires de la lettre concluent qu’ils sont convaincus que s’il était élu, Trump «serait le président le plus dangereux de l’histoire américaine».

Comme le souligne le New York Times, ces dirigeants républicains avaient refusé de signer une lettre similaire parue en mars, mais ont dit avoir été récemment convaincus de la nécessité de prendre parti, particulièrement suite aux déclarations de Trump appelant les services secrets russes à hacker les emails d’Hillary Clinton, ainsi que suite à ses remarques indiquant que les Etats-Unis n’aideraient pas nécessairement les membres de l’Otan attaqués par la Russie.

Comme le note Zack Beauchamp dans Vox, ce genre de lettre est sans précédent dans une campagne présidentielle:

«Les spécialistes des affaires étrangères de ce type tentent d’habitude d’obtenir un poste auprès du candidat investi par leur parti, pas de le condamner publiquement en tant que menace pour la sécurité du pays.»

Les signataires ne disent pas qu’ils voteront pour Hillary Clinton, mais d’autres personnalités républicaines viennent d’annoncer ce choix. Lezlee Westine, une ancienne de l’administration de George W. Bush, a déclaré qu’elle voterait pour la candidate démocrate, et c’est aussi le cas d’un ancien gouverneur républicain du Michigan et d’un ancien sénateur républicain du New Hampshire. 

http://www.slate.fr/

Les requins victimes de la musique des vidéos


Avec les dents de la mer, la musique inquiétante du film, a aidé l’opinion publique face aux requins à croire qu’ils sont des sanguinaires sans merci. Alors, en plus des attaques qui arrivent de temps à autre, il est difficile de les protéger. Alors si la musique a une incidence sur l’opinion, les documentaires auraient-ils intérêt a bien choisir la musique de fond ?
Nuage

 

Les requins victimes de la musique des vidéos

 

Les requins seraient peut-être plus appréciés du public s’ils étaient présentés avec des fonds musicaux moins inquiétants dans les reportages. © Alexius Sutandio, Shutterstock

Marie-Céline Jacquier, Futura-Sciences

Des images de requins sur la musique des Dents de la mer… Voilà comment renforcer l’image négative dont pâtissent ces animaux dans l’opinion publique. Et si les fonds musicaux choisis pour illustrer les reportages sur les requins nuisaient aux efforts de conservation de ces poissons ?

En 1975, Les Dents de la mer montrait un requin qui terrorisait un groupe d’étudiants sur une île au large des côtes du Massachusetts. La musique du film, devenue célèbre, avait été composée par John Williams. Encore aujourd’hui, les requins n’ont pas une bonne image dans l’opinion publique, probablement à cause de la peur des attaques. Cette crainte instinctive est renforcée par la médiatisation de ces événements qui restent assez rares.

Mais aussi menaçants qu’ils paraissent, les requins ont besoin d’être protégés. Environ 100 millions de requins sont tués chaque année, ce qui est supérieur à leur taux de renouvellement. Conséquence : leurs populations déclinent. Le risque d’extinction est plus important pour les poissons chondrichtyens comme les requins et les raies que pour la plupart des autres vertébrés. Un quart des espèces de poissons chondrichtyens sont menacées à cause de la surpêche et la dégradation de leur habitat. Or les scientifiques ont aussi besoin du soutien de l’opinion publique pour mener à bien leurs efforts de conservation.

Contrairement aux films hollywoodiens, les documentaires sur les requins devraient rester objectifs en montrant la réalité de leur habitat naturel. Mais ces reportages utilisent-ils une musique appropriée ? Dans une étude parue dans Plos One, des chercheurs ont voulu savoir si la musique des documentaires sur les requins pouvait influencer l’opinion publique.

Les tortues de mer semblent bien plus sympathiques
Les tortues de mer semblent bien plus sympathiques. Une chance pour leur conservation. © David Carbo, Shutterstock

La musique de fond influence l’opinion du public sur les requins

Pour connaître l’effet de la musique des documentaires, les chercheurs de l’université de Californie San Diego à la Jolla ont recruté 2.181 personnes. Ces volontaires devaient regarder une vidéo d’une minute de la BBC, provenant de la série Blue Planet, qui montrait des requins qui nageaient innocemment. Certains ont regardé la vidéo avec la musique du documentaire (Sharks, une musique plutôt inquiétante), d’autres avec une musique plus apaisante (le thème principal de la série Blue Planet) et d’autres encore, dans le silence.

Les personnes qui ont regardé la vidéo avec sa musique originale inquiétante avaient plus d’attitudes négatives vis-à-vis des requins que celles qui la regardaient avec une musique apaisante ou sans. Ces attitudes négatives n’étaient pas seulement dues au thème musical mais à la combinaison de la musique avec la vidéo (il n’y avait pas d’effet du son sans les images). La musique de fond pourrait donc susciter de la peur chez les téléspectateurs.

Le problème est que cette opinion négative du public peut avoir un impact sur les efforts de conservation, comme l’explique Elizabeth Keenan, co-auteure de l’étude qui affirme dans Forbes :

« Une opinion publique négative et la peur des requins continuent d’entraver les efforts de conservation. »

Conclusion : les réalisateurs de reportages sur les requins devraient éviter les musiques anxiogènes pour la survie de ces animaux.

http://www.futura-sciences.com/

Des bonbons à la marijuana s’invitent à une fête d’enfants


Pourquoi des produits ayant du cannabis peuvent être offerts en bonbons et attirer ainsi des jeunes ? Si c’est légal dans certains pays, ne serait-il pas plus intelligent de les rendre moins attrayants et que cela soit clair que ce n’est ni des friandises, ni un gâteau ..? Je trouve cela vraiment irresponsable ..
Nuage

 

Des bonbons à la marijuana s’invitent à une fête d’enfants

 

Les personnes qui ont été hospitalisées présentaient des... (PHOTO AP)

Les personnes qui ont été hospitalisées présentaient des symptômes reliés à des produits à la marijuana comme une accélération des battements du coeur, une hausse de la pression sanguine, de la léthargie et de la confusion.

PHOTO AP

Le Service de police de San Francisco a mis sur pied une unité extraordinaire pour enquêter sur un incident bizarre survenu lors d’une fête d’anniversaire au cours du week-end.

Les autorités ont indiqué que 19 personnes, dont un enfant de 6 ans, ont été hospitalisées après avoir ingurgité des friandises imprégnées de marijuana. Tous ont pu obtenir leur congé de l’hôpital.

Les policiers rencontreront des individus afin de déterminer si les bonbons avaient été apportés à la fête pour être distribués à des enfants, ce qui est un crime sérieux, a déclaré l’agente Grace Satpandan au cours d’une conférence de presse, lundi.

Elle a ajouté qu’une certaine variété de bonbons ont pu être apportés à la Quinceanera, une fête traditionnelle dans les communautés latino-américaines pour célébrer les 15 ans d’un adolescent.

Les résultats finaux du laboratoire n’étaient toujours pas disponibles lundi. Les autorités ont toutefois révélé que certains des patients ont été déclarés positifs au THC, un élément chimique possédant des propriétés psychoactives que l’on retrouve dans le cannabis.

Treize des 19 patients étaient âgés de 18 ans ou moins. Le plus jeune n’avait que 6 ans.

La police n’a pas dévoilé le nom du traiteur d’Oakland qui a apporté la nourriture à la fête ni comment les bonbons étaient présentés.

Avaler des aliments au cannabis n’est pas mortel, a souligné Craig Smollin, du centre anti-poison de la Californie. Les personnes qui ont été hospitalisées présentaient des symptômes reliés à des produits à la marijuana comme une accélération des battements du coeur, une hausse de la pression sanguine, de la léthargie et de la confusion.

Les autorités s’inquiètent toutefois que ces produits qui sont souvent présentés sous forme de friandises attirent les jeunes.

http://www.lapresse.ca/

Vos enfants vivront-ils jusqu’à 150 ans? Il y a des chances!


Il y a de plus en plus de centenaires dans le monde, alors, il est probable que les enfants d’aujourd’hui vivront plus longtemps. Espérons seulement que la vieillesse sera toujours comme quelque chose naturelle et non comme un ennemi à abattre. Et nous, que laisserons-nous comme héritage de la terre pour eux ?
Nuage

 

Vos enfants vivront-ils jusqu’à 150 ans? Il y a des chances!

 

© belga.

Certains enfants qui naissent aujourd’hui vivront jusqu’à 150 ans, a affirmé mardi Liliane Schoofs, vice-rectrice de la politique de recherche à la KU Leuven et professeur de la Faculté des Sciences de l’université flamande, à l’antenne de Radio 1, lors d’une introduction à la génétique dans l’émission #Weetikveel, évoquée et prolongée mercredi par le quotidien Het Nieuwsblad.

« Ce n’était pas pour rire », a confirmé le professeur Schoofs au Nieuwsblad. « Je me base sur le fait que l’espérance de vie a déjà augmenté ces dernières années et continuera d’augmenter: nos conditions de vie s’améliorent, notre alimentation s’améliore, nous vivons plus en sécurité et mieux protégés, notre médecine fait d’énormes bonds en avant… Il y a seulement 200 ans, l’espérance de vie était en dessous de 50 ans en moyenne. Je ne dis pas que chaque enfant qui naît aujourd’hui vivra jusqu’à 150 ans, mais il y en aura quand même quelques uns », a répété la neurobiologiste et physiologiste. « Et je suis d’ailleurs prudente. Car je ne tiens pas compte dans cette estimation que nous pourrons intervenir génétiquement sur notre processus de vieillissement », a-t-elle surenchéri.

Dans les gènes

« Vieillir, ce n’est pas le fait que votre corps s’use comme une voiture avec des kilomètres au compteur. C’est quelque chose de préprogrammé dans votre matériel génétique », a expliqué le professeur Schoofs. « La KU Leuven contribue à une étude européenne qui examine dans les gènes de centenaires ce qui leur a permis d’atteindre cet âge. Nous devrions le savoir d’ici 2020. Ensuite, nous pourrons expérimenter », a-t-elle prédit.

Ralentir le mécanisme

« En intervenant génétiquement, vous ne vivez plus avec vos maladies de vieillesse », a précisé Liliane Schoofs. « Vous prolongez votre vie saine parce que le mécanisme qui entraîne cancer et maladies cardio-vasculaires est ralenti ou paralysé », a-t-elle conclu.