Changer le monde


Les enfants sont les adultes de demain, il est vraiment nécessaire de leur apprendre les bonnes valeurs, si nous ne voulons pas laissé en héritage, les guerres, des disputes et l’indifférence
Nuage

 

Changer le monde

 

 

Vous voulez changer le monde ?
Commencez par donner de la bonté et des valeurs à vos enfants

Inconnu

Le Saviez-Vous ► D’intrigantes nouvelles de Néandertal


Un petit résumé de ce que nous appris sur l’homme de Néandertal. Ces hommes que l’on croyait avec une intelligence très limitée, la science vient de démontrer qu’ils étaient un peu plus futés
Nuage

 

D’intrigantes nouvelles de Néandertal

 

 


(source)

Les récentes recherches sur l’homme de Néandertal et Homo Sapiens nous ont révélé plusieurs secrets sur nos ancêtres de la Préhistoire. La dernière découverte dans une grotte de Bruniquel, en France, n’est pas en reste puisqu’elle nous présente un homme de Néandertal adepte… de spéléologie!

Qui était Néandertal?


(source)

De nouvelles espèces d’hominidés viennent constamment s’ajouter à l’arbre « généalogique » de plus en plus complexe de l’évolution humaine, dont l’Australopithèque, l’Homo Habilis, l’Homo Erectus, Néandertal et Homo Sapiens sont les plus connus. Nos connaissances sur nos ancêtres sont souvent limitées à quelques crânes et squelettes souvent incomplets. De par la longévité de son espèce, ses déplacements et sa vie en caverne, l’homme de Néandertal nous a toutefois laissé plus de traces. 


Photo:
Trace de pas de Néandertal du musée d’histoire naturelle de Prague

Néandertal a habité et exploré le continent européen entre 400 000 et 40 000 ans avant aujourd’hui. Chasseur qui maîtrisait le feu, les outils de chasse et de dépeçage des peaux et qui inhumait ses morts, il a habité un monde souvent inhospitalier au climat rude. Pour ces raisons, il a longtemps été perçu comme rustre et peu intelligent, surtout lorsqu’il est comparé à son successeur, Homo Sapiens.


Photo:
Pointe de flèche de Néandertal (moustérienne)

Un mélange Néandertal-Sapiens?


Photo:
Crâne d’Homo Sapiens du Musée d’Israël

En effet, jusqu’à tout récemment, la théorie la plus répandue était que l’homme de Néandertal s’était éteint en étant graduellement remplacé par une espèce plus intelligente que lui, Homo Sapiens, anciennement appelé l’homme de Cro-Magnon. Cette espèce possède des caractéristiques biologiques presqu’identiques aux nôtres et a commencé à vivre en Europe il y a environ 35 000 ans.


Photo:
Outils de Sapiens, dont des harpons

Homo Sapiens a développé des outils plus sophistiqués que Néandertal comme les harpons et utilisait des aiguilles pour travailler le cuir. Il nous a surtout laissé des œuvres d’art qui émerveillent encore aujourd’hui, notamment celles des célèbres grottes de Lascaux et Chauvet en France! Il est d’ailleurs de plus en plus évoqué que ces peintures d’animaux sur les parois des grottes étaient pensées de façon à s’animer au gré des ombres du feu…


Photo:
Peintures de la grotte de Lascaux

De récentes analyses d’ADN en Europe ont cependant modifié notre perception de la transition Néandertal/Sapiens, nous laissant désormais penser que les deux espèces ont plutôt fini par se mélanger au gré des concubinages il y a environ 40 000 ans…

Une découverte épatante:


Photo:
Grotte de Bruniquel Crédit: Etienne Fabre/AFP

Le 26 mai dernier, notre perception de Néandertal a encore une fois été bouleversée. Le chercheur Jacques Jaubert et son équipe ont fouillé une grotte de la région de Tarn-et-Garonne, celle de Bruniquel, et ont trouvé des vestiges de Néandertal vieux de 176 500 ans à plus de 300 mètres de l’entrée de la caverne!


Photo:
Crédit: Michel Soulier/AFP

Cette découverte est stupéfiante car elle nous démontre que plus de 140 000 ans avant Homo Sapiens dans la grotte de Lascaux, l’homme de Néandertal faisait de la spéléologie et s’aventurait dans les profondeurs du monde souterrain avec possiblement une simple torche. Mais la découverte va encore plus loin!


Photo:
Crédit: Michel Soulier/AFP

Néandertal n’a pas que visité la grotte de Bruniquel, il a aussi brisé des centaines de stalagmites et en a déplacées l’équivalent de plus de deux tonnes afin d’en faire de petits assemblages circulaires au sol! Des traces de feu ont également été découvertes sur place.

Quel était le sens et l’usage de ces structures? Nul ne le sait pour le moment. Il faudra patienter et laisser le temps aux chercheurs d’analyser les précieuses données récoltées…

http://www.historiatv.com/

À 9 ans, il empêche l’enlèvement de son petit frère à la maternité


Ce bébé a un grand frère très protecteur. Ce petit homme de 9 ans a empêché l’enlèvement d’un son frère dans un hôpital en Allemagne
Nuage

À 9 ans, il empêche l’enlèvement de son petit frère à la maternité

© thinkstock.

Le sang-froid de ce petit garçon a permis d’éviter le pire.

Un petit garçon de 9 ans a sauvé son petit frère d’un kidnapping à la maternité. La tentative d’enlèvement a eu lieu dans un hôpital à Hambourg en Allemagne.

La suspecte, une femme de 34 ans, est entrée dans la chambre de la mère quand celle-ci se reposait.

« Elle a pris le bébé qui dormait dans un petit lit aux côtés de sa mère », selon le récit de la police.

Le petit garçon de 9 ans a assisté à la scène et a suivi la femme dans les couloirs de l’hôpital. Quand il a compris qu’elle se dirigeait vers la sortie, il s’est planté devant elle et lui a pris l’enfant des bras. Il a été retrouvé avec son petit frère contre lui par des employés de l’hôpital. Il leur a expliqué ce qu’il avait vu.

La voleuse d’enfants a été arrêtée alors qu’elle se trouvait encore dans l’enceinte de l’hôpital.

« Elle semblait mentalement instable et a été emmenée dans l’aile psychiatrique de l’établissement. »

http://www.7sur7.be/

Les derniers mammouths d’Alaska sont morts de soif il y a 5600 ans


Certaines conséquences des changements climatiques ont des références au temps des animaux de la préhistoire. Ainsi, les mammouths vivant sur une île en Alaska démontre que leur disparition seraient dû au réchauffement climatique
Nuage

 

Les derniers mammouths d’Alaska sont morts de soif il y a 5600 ans

 

Une scientifique inspecte une défense de mammouth pour... (Photo archives, Love Dalen via AP)

Une scientifique inspecte une défense de mammouth pour identifier l’ADN dans le musée d’histoire naturelle de Stockholm, en Suède.

PHOTO ARCHIVES, LOVE DALEN VIA AP

Agence France-Presse
Miami

 

Un des derniers groupes de mammouths laineux ayant vécu sur la planète est apparemment mort de soif il y a 5600 ans en raison de la montée des eaux salées des mers autour de l’île où ils vivaient, selon des chercheurs.

Leur étude, publiée lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, met aussi en garde sur le fait qu’un scénario similaire pourrait mettre en péril la survie des habitants et animaux de certaines îles dans les années à venir en raison du réchauffement climatique et de la montée des océans.

Les chercheurs ont travaillé sur l’île Saint-Paul, endroit isolé au sud-ouest de l’Alaska, qui faisait jadis partie de la partie émergée du détroit de Béring reliant le continent américain à l’Asie.

Les eaux ont progressivement entouré ces terres qui sont finalement devenues une île il y a environ 14 000 ans. Elle fait aujourd’hui 110 km2.

Aucun humain ne vivait dans cette région à l’époque selon les scientifiques, qui ont collecté des sédiments dans le lit de l’un des rares lacs d’eau douce pour tenter de comprendre ce qui était arrivé aux mammouths.

À l’aide d’analyses au carbone 14 notamment, ils ont été en mesure de déterminer quand ces grands animaux avaient disparu.

L’ADN trouvé dans ces sédiments a « montré la présence de mammouths jusqu’à il y a 5650 ans, plus ou moins 80 ans », indique l’étude.

« Après cette période, il n’y a plus d’ADN de mammouths et donc plus de mammouths sur l’île ».

Les scientifiques estiment que ces animaux, ressemblant aux éléphants, ont réussi à survivre environ 5000 ans de plus que les mammouths vivant sur les continents. Ces derniers ont disparu plus rapidement, également en raison du changement climatique, mais aussi à cause de la chasse dont ils étaient victimes.

Mais les mammouths de l’île Saint-Paul ont fini par disparaître eux aussi en raison du manque d’eau douce.

« C’est un triste tableau pour ces mammouths », indique Matthew Wooler, de l’université d’Alaska à Fairbanks, coauteur de l’étude. « Le niveau des ressources en eau douce les a progressivement mis dans une situation intenable ».

Seule une population de mammouths sur l’île Wrangel, au nord de la Sibérie, disparue il y a 4700 ans, a survécu plus longtemps que ceux de l’île Saint-Paul.

« Cette étude renforce les inquiétudes du 21e siècle concernant la vulnérabilité des populations, notamment humaines, sur certaines îles en raison du réchauffement, de l’élévation du niveau des mers et des problèmes d’accessibilité à l’eau douce », concluent les chercheurs.

http://www.lapresse.ca/

Le bus qui enjambe les embouteillages existe vraiment


Ingénieux et économique pour désengorger les embouteillages, mais je ne crois pas que cela soit possible partout, surtout à cause de la hauteur de certains camions lourds
Nuage

 

Le bus qui enjambe les embouteillages existe vraiment

 

Le TEB fait son premier teste en Chine New China

Le TEB fait son premier teste en Chine New China

Présenté comme un prototype il y a quelques mois, ce bus hors-norme a été testé en Chine.

 

ENJAMBER. TEB, pour Transit Elevated Bus, tel est son nom.

Présenté comme un prototype au mois de mai 2016, il vient de faire ses premiers mètres sur une portion d’autoroute de test. Long de 20 mètres, le véhicule haut de 5 mètres a effectué avec succès un parcours de 300 mètres pendant lequel des voitures ont pu passer entre ses « jambes ». Destiné à décongestionner les routes encombrées des mégalopoles chinoises, le TEB peut embarquer jusqu’à 300 passagers soit 7 fois plus qu’un autobus traditionnel. 4 TEB peuvent être attelés ensemble portant la capacité à 1.200 passagers.

Selon l’ingénieur en chef responsable du projet, Song Youzhou, le TEB présente également « l’avantage d’être moins cher à produire qu’un réseau de transports sous-terrain ».

Le véhicule dispose d’un autre avantage de taille, il est électrique et permettrait ainsi d’économiser 800 tonnes de carburants par an.

http://www.sciencesetavenir.fr/

À 4 ans, il ne peut pas aller à l’école car "les enfants ont peur de lui"


Triste sort pour cet enfant. Son corps vieillit plus vite que tout le monde. Malheureusement, malgré qu’il aura une courte vie, il ne pourra pas vivre comme tout enfant, aller à l’école. Est-ce vraiment les enfants qui ont des préjugés ou les plutôt les parents ? Bien sûr entre eux, les enfants peuvent être méchants, mais à 4 ans, le physique ne compte pas vraiment
Nuage

 

À 4 ans, il ne peut pas aller à l’école car « les enfants ont peur de lui »

 

Bayezid Hossain (4 ans) est le « Benjamin Button du Bangladesh ». Cet enfant souffre de progeria, une maladie rare qui vieillit le corps huit fois plus rapidement que la normale. On ne lui donne plus que neuf ans à vivre.

C’est l’histoire étonnante de Bayezid Hossain. Contrairement à son apparence physique, il a bel et bien 4 ans. Le « Benjamin Button du Bangladesh » souffre de progeria, une maladie rare qui vieillit le corps huit fois plus rapidement que la normale. Son visage se gonfle, sa peau s’affaisse et d’autres soucis physiques l’empêchent de vivre normalement comme un petit garçon de son âge. Il pourrait mourir d’une crise cardiaque ou d’un AVC à l’âge de 13 ans.La croissance physique de Bayezid Hossain est complètement anormale. En revanche, il n’a aucun retard sur le plan mental.

« Il ressemble à un vieil homme »

« Il ne ressemble pas à un enfant de son âge. Il ressemble plutôt à un vieil homme. Il ne peut pas aller à l’école car les enfants ont peur de lui », avoue sa maman Tripti Khatun (18 ans). « Sa situation s’empire chaque jour. Malgré tout, je suis fière de lui. Il est très intelligent pour un enfant de son âge. Il sait aussi ce qu’il veut. »

Son père, Lovelu, ne gagne que 59 euros par mois. Selon ses propos, il a déjà dépensé plus de 4.700 euros pour les soins de son fils.

Ses parents sont cousins

« Nous sommes allés dans des hôpitaux et nous avons consulté des guérisseurs mais rien n’y fait », ajoute avec désespoir Lovelu.

Cet « accouchement anormal » s’est répandu comme une traînée de poudre à Magura (sud du Bangladesh). Les parents de Bayezid Hossain n’ont reçu aucune aide. Ils sont plutôt montrés du doigt par la communauté à cause de leur relation incestueuse: ils sont cousins.

http://www.7sur7.be/