Ignorance


Il est vrai que l’ignorance fait beaucoup de dégât et peut-être encore plus aujourd’hui, car nous avons plusieurs possibilités de s’informer, mais nous préférons les ouïes-dires, les rumeurs pour se forger une opinion
Nuage

 

Ignorance

 

“L’ignorance d’autrui est ce qui a rendu impossible l’unité jusqu’à aujourd’hui.”

Malcolm X

Le Saviez-Vous ► Pourquoi le boutonnage des chemises homme/femme est-il inversé ?


Vous avez sans doute remarqué que les boutons sur les chemises, blouses, manteaux … ne sont pas sur le même côté chez l’homme et la femme. Cela est depuis le 17e siècle
Nuage

 

Pourquoi le boutonnage des chemises homme/femme est-il inversé ?

 

Alors que les chemises pour hommes ont les boutons du côté droit, c’est l’inverse pour les chemisiers des femmes.

Cette différence se serait établie au cours du XVIIe siècle.

Celle-ci serait liée au fait que, par le passé, les femmes d’un certain statut, qui portaient des vêtements à boutons, se faisaient le plus souvent aider de servantes pour se vêtir. 

Il était donc plus facile pour ces employées de maison, majoritairement droitières comme le reste de la population, d’avoir les boutons positionnés à leur droite lorsqu’elles se trouvaient face à leur maîtresse.

En revanche, les boutons sont situés de l’autre côté pour les hommes car ces derniers s’habillaient le plus souvent seuls. En effet, les valets de chambre n’intervenaient que pour préparer les vêtements et les ornements finaux.

http://www.directmatin.fr/

Un fromage vieux de 340 ans découvert dans une épave suédoise


Il semble que l’odeur de ce fromage datant de plus de 300 ans trouvés dans une épave ne sentirait pas vraiment mauvais. Mais, je douterais de son goût quoiqu’il est quand même très bien conservé
Nuage

 

Un fromage vieux de 340 ans découvert dans une épave suédoise

Crédits photo : HO/AFP

Des plongeurs qui exploraient l’épave d’un vaisseau coulé au 1676, ont remonté un trésor surprenant : un fromage âgé de plus de trois siècles.

Diamants, ducats et statues: les plongeurs pensaient avoir fait rendre tous ses trésors au Kronan, vaisseau de guerre coulé en 1676 le long des côtes suédoises en mer Baltique, quand ils ont exhumé ce qu’ils croient être un fromage.

Exhalant un fort parfum de levure et de roquefort, la mystérieuse pâte qui, à l’oeil nu, peut rappeler la texture d’un foie gras, se trouvait dans une sorte de pot étanche au fond de la mer.

«Nous pensons qu’il s’agit d’un produit laitier. Contrairement à d’autres, je trouve l’odeur assez agréable, on sent la vie», a expliqué jeudi à l’AFP Lars Einarsson, responsable de l’exploration du navire au large de l’île d’Öland.

Les conditions de conservation à l’endroit de la découverte sont optimales:

la Baltique est très peu salée et le pot reposait sous une couche de sédiments formant comme «une gangue de céramique» le préservant de la corrosion des siècles, selon l’archéologue.

Le fromage du «Kronan» va être confié à l’université agricole d’Uppsala, près de Stockholm, pour analyses.

Une fin explosive

Le navire de guerre a explosé accidentellement le 1er juin 1676 au cours d’une bataille navale opposant la flotte suédoise à une armada dano-néerlandaise.

L’équipage manœuvrait face à l’ennemi lorsque le vaisseau a chaviré par bâbord. Des rivalités entre officiers et une surface de voile trop importante expliqueraient la tragédie. Sur les 800 hommes d’équipage, seuls une quarantaine en réchappa.

L’épave avait été découverte en 1980 par Anders Franzén, lequel avait déjà sorti des eaux en 1961 le célèbre «Vasa» qui avait coulé le 10 août 1628 dans le port de Stockholm lors de son voyage inaugural.

30.000 pièces ont été ramenées à l’air libre

Depuis, quelque 30.000 pièces diverses provenant du «Kronan» ont été ramenées à l’air libre: canons de bronze, coffres, vaisselle, instruments de mesure et de navigation, une trompette de facture allemande, diamants et pièces d’or, etc.

Les plongeurs ont aussi remonté de la farine, des os d’animaux, des spiritueux et du vin. Les morceaux du «Kronan» sont assez dispersés en raison de l’explosion, de l’érosion, des filets de pêche et du dragage de mines. Environ 80% des fonds de la zone ont été explorés.

En 2010, des nageurs avaient remonté 145 bouteilles de champagne Veuve Clicquot, Heidsieck et Juglar, du ventre d’un navire qui avait coulé entre les années 1825 et 1830 au large de l’archipel finlandais d’Åland.

http://www.lefigaro.fr/

Cette boule violette bizarre trouvée au fond de l’océan laisse les scientifiques perplexes


Que reste-t-il à découvrir dans les fonds marins ? Beaucoup plus que la moitié, car les fonds marins, c’est l’inconnu. Les chercheurs ont trouvé une petite boule et ne savent si c’est une nouvelle espèce, ou bien une branche d’un animal connu.
Nuage

 

Cette boule violette bizarre trouvée au fond de l’océan laisse les scientifiques perplexes

 

 

S’il y a bien une chose que nous connaissons encore mal, c’est le fond de l’océan. Une nouvelle preuve avec cette vidéo, repérée par Vox, montrant une sorte de boule violette bizarre qui ne ressemble à rien de connu.

Le 25 juillet, les scientifiques du navire d’exploration Nautilus ont publié sur YouTube une vidéo de leur étrange découverte, filmée grâce à un robot sous-marin. On peut les entendre commenter en direct la découverte de cet organisme. Sac d’oeufs, embryons, oeufs d’araignée, voire boule à facettes, les hypothèses s’enchaînent, pendant que le robot aspire l’orbe afin de pouvoir l »examiner en détail.

Serait-on en présence d’une nouvelle espèce? Les scientifiques du Nautilus ne rejettent pas l’idée, mais depuis le 28 juillet, ceux-ci ont une nouvelle hypothèse. Il pourrait s’agir d’un pleurobranches, soit un cousin des nudibranches. Bref, une sorte de limace des mers.

Les chercheurs se sont associés avec les experts du Muséum de zoologie comparée de l’Université Harvard pour essayer d’avancer sur le sujet.

Après analyse, il semble que l’orbe soit composé de « deux lobes distincts ». Les chercheurs estiment que des années de recherches seront peut-être nécessaires « afin de déterminer si nous avons découvert une nouvelle espèce ».

Ce ne serait pas impossible, étant donné que 75% des fonds marins très profonds sont encore inexplorés.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Climat : les records s’accumulent trop vite


El Niño est un des responsables des records de chaleurs que la planète subit, même si ce dernier est terminé depuis mai 2016. Que nous réserve l’avenir, comme mon neveu dit que cette question est difficile  à répondre, mais on voit bien présentement des signes importants, la fonte des glaces, la sécheresse, les coûts de l’épicerie, la chaleur … Même si El Niño n’est présentement plus là, et que le mal est fait par notre inconscience et notre égoïsme, il reste qu’on peut diminuer les effets néfastes des changements climatiques
Nuage

 

Climat : les records s’accumulent trop vite

 

(Agence Science-Presse) Même ceux qui recensent les records semblent dépassés par les événements. Ce n’est pas seulement le 14e mois d’affilée à battre un record de chaleur, le semestre le plus chaud en 130 ans et la fonte estivale des glaces de l’Arctique la plus hâtive. C’est surtout que tout cela se produit plus vite que ce qui semblait possible.

Et pendant ce temps, il faisait, le 21 juillet, 54 degrés Celsius dans la ville de Mitribah, Koweït. Un possible record, suivi de peu par 53,9 à Bassora, Irak, le 22 juillet.

Pour ce qui est du reste de la planète, c’est mardi dernier, 19 juillet, que la NASA et l’agence américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA) annonçaient officiellement la nouvelle série de records. Le surlendemain, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) renchérissait : 2016 va très certainement battre le record de 2015, qui avait elle-même battu 2014.

Tous les observateurs avaient prévenu l’automne dernier : parce que c’était une année El Niño — le réchauffement des eaux du Pacifique pendant l’hiver 2015-2016 — la température moyenne de la planète aurait un petit coup de pouce supplémentaire à la hausse. Mais pour les six premiers mois de 2016, la température moyenne a été de 1,3 °C au-dessus de la moyenne de l’ère préindustrielle, selon la NOAA, ce qui est beaucoup plus que le coup de pouce attendu.

« C’est la tendance lourde qui produit ces records de température », a insisté le directeur de l’Institut Goddard de la NASA, Gavin Schmidt, lors de la conférence de presse du 19 juillet. « Si nous avons autant de surprises cette année, combien d’autres surprises nous attendent », a ajouté David Carlson, directeur du programme de recherche climatique de l’OMM, lors de la conférence de presse du surlendemain.

Même en tenant compte du fait que le deuxième semestre fera perdre un peu de terrain à cette moyenne — El Niño est terminé depuis mai — 2016 a déjà pris trop d’avance pour ne pas surclasser 2015, conclut l’OMM. Son secrétaire général, Petteri Taalas, n’a pas manqué de rappeler dans sa déclaration l’engagement pris par 200 gouvernements à Paris en décembre dernier : limiter cette hausse sous les 2 degrés.

D’autres chiffres :

  • pour cinq des six premiers mois de 2016, l’Arctique avait sa plus petite surface couverte de glace depuis que de telles mesures ont commencé, en 1979 ; la surface moyenne en juin était de 11,4 % sous la moyenne des années 1981-2010 ;
  • des températures au-dessus de la normale dans la majeure partie de l’Afrique : le deuxième mois de juin le plus chaud depuis 1910 qu’on fait des mesures systématiques ;
  • des températures au-dessus de la normale dans la majeure partie de l’Amérique du Nord : le mois de juin le plus chaud depuis 1910.

http://www.sciencepresse.qc.ca/

P.S Mon neveu a été invité à parler sur  L’année 2016 est la plus chaude jamais vue sur la planète

pour l”écouter  cliquer ici

Consommerons-nous bientôt du lait de cafard ?


Brrr, boire du lait de cafard, très peu pour moi, cependant si cela était reproduit en laboratoire, un peu comme les poudres de protéines vendu en magasins, je pourrais peut-être l’essayer
Nuage

 

Consommerons-nous bientôt du lait de cafard ?

 

L’entomophagie, ou le fait de manger des insectes, fait partie intégrante d’un régime alimentaire dans certaines civilisations. La consommation d’insectes touche près de 2,5 milliards de personnes dans le monde. Aujourd’hui, des scientifiques nous interpellent sur le fait que nous pourrions bientôt boire du lait de cafard.

Le Cockroach Milk, ou lait de cafard

C’est en étudiant une certaine race de cafards, appelée Diploptera punctate, que les chercheurs ont découvert une protéine présente dans leur intestin. Elle serait trois fois supérieure à celle du lait de vache. Par conséquent, elle aurait trois fois plus d’impact sur notre organisme. Généralement, les cafards ne produisent pas de lait mais étonnamment, cette race produit un liquide énergisant pour nourrir sa descendance.

Les chercheurs ont donc peut-être trouvé la clef pour nourrir un maximum de personnes sur terre, en utilisant les ressources naturelles qu’elle nous procure. Cette hypothèse serait une véritable solution pour les populations qui souffrent de malnutrition.

L’objectif est de reproduire cette protéine

L’objectif des chercheurs de l’Institut de biologie des cellules souches et la médecine régénératrice en Inde est de reproduire les cristaux de protéine de lait, produits par des cafards dans leur laboratoire.

D’après Sanchari Banerjee, un chercheur de l’étude, « ils ont des protéines, des graisses et des sucres ». Il poursuit : « si vous regardez dans les séquences de protéine, ils ont tous les acides aminés essentiels ».

L’objectif est d’obtenir de la levure pour produire ces cristaux de protéine en grande quantité.

D’après Subramanian Ramaswamy, auteur principal de la recherche, cela pourrait être « un supplément de protéines fantastique ».

http://www.passeportsante.net/