Les préjugés nous mènent droit dans le mur: la science le prouve


Il est difficile de changer d’idées à ceux qui ont de gros préjugés. Surtout si l’environnement leur donne selon eux raisons à leurs idées. C’est que le cerveau évalue le coût en rapport des bénéfices et les préjugés ne valent pas nécessairement le coup pour se réajuster. Ce qui veut dire que ce n’est pas demain que les préjugés s’abaisseront
Nuage

 

Les préjugés nous mènent droit dans le mur: la science le prouve

 

LEGENDE | Pierre-Selim via Flickr CC License by

LEGENDE | Pierre-Selim via Flickr CC License by

Repéré par Peggy Sastre

Qu’importe que le choix soit mauvais: s’il est soutenu par un «biais cognitif intrinsèque», notre cerveau va résister coûte que coûte au changement.

Dans la vie, nous faisons parfois de mauvais choix. Et souvent, ces choix reposent sur des préjugés –ou des «biais cognitifs intrinsèques»– à cause desquels, même si tout nous dit que nous avons tort, nous allons avoir tendance à persévérer dans l’erreur. Pourquoi? Parce que le coût de la correction est supérieur, pour notre cerveau, au bénéfice qu’il en escompte.

Telle est l’une des conclusions d’une étude en passe d’être publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Menée au Japon, aux États-Unis et en Grande-Bretagne par une équipe de cinq chercheurs en sciences cognitives dirigée par Arman Abrahamyan, de l’Université de Stanford, elle s’intègre dans des recherches sur l’apprentissage adaptatif –le fait que, dans un contexte d’incertitude, le cerveau s’adapte en calculant la balance coût/bénéfice d’une action en fonction des expériences passées. Un réflexe qui peut littéralement nous sauver la vie.

Le revers de la médaille, c’est que, lorsque des préjugés sont ancrés dans notre cervelle, parce qu’il nous ont été bénéfiques par le passé –à l’échelle de notre histoire individuelle et, surtout, évolutive–, il est atrocement difficile d’en changer, même s’ils nous poussent à prendre une mauvaise décision.

Apprendre à faire le bon choix

Pour examiner ce phénomène, les scientifiques ont élaboré un processus expérimental assez simple: devant un écran d’ordinateur, leurs participants devaient prédire l’apparition d’un point lumineux (à gauche ou à droite), en fonction de ses localisations précédentes.

Dans une première expérience, cette localisation était totalement aléatoire, pour permettre d’évaluer les biais personnels des volontaires –préféraient-ils inconsciemment la gauche ou la droite? Ces préjugés établis, les scientifiques allaient demander à leurs cobayes d’effectuer la même tâche, sauf que la localisation du point lumineux était cette fois-ci déterminée par un modèle probabiliste, prenant à la fois en compte les différentes localisations du point et les choix des participants. Une seconde expérience grâce à laquelle les scientifiques allaient pouvoir analyser la propension des sujets à modifier leurs prédictions en fonction des leçons de l’expérience et observer l’effet considérable des préjugés sur la prise de décision.

On notera que ce travail confirme les vertus déjà connues de l’éducation sur la modération de la force des préjugés: les participants ayant poursuivi des études jusqu’au doctorat ou équivalent étaient les plus susceptibles de modifier leur prédiction si la précédente était incorrecte. Une atténuation qui reste cependant limitée –même après avoir effectué la tâche des milliers de fois, la grande majorité des participants n’allaient pas réussir à apprendre à faire le bon choix, qu’importe leur niveau scolaire.

Pour les scientifiques, le phénomène relève d’un biais de confirmation inconscient: quand l’environnement est d’équerre avec nos préjugés, nous lui faisons confiance. Par contre, s’il y a conflit entre la réalité et nos préjugés, ce sont ces derniers qui auront probablement le dernier mot. Tant pis s’ils nous mènent droit dans le mur.

http://www.slate.fr/

Une réponse à “Les préjugés nous mènent droit dans le mur: la science le prouve

  1. Merci Nuage 1962 pour ce sujet qui correspond parfaitement aux propos de l’animateur de la conférence à laquelle j’ai participé hier soir; Un conférencier particulièrement clair, pédagogue, réfléchi et intéressant : Richard-Emmanuel Eastes « Comment on se trompe, comment on apprend » (http://www.cnam-paysdelaloire.fr/programme-saison-3–86838.kjsp?RH=1413971748741) :, agrégé de chimie, docteur en sciences de l’éducation et en philosophie. Pédagogue multidisciplinaire, chercheur, médiateur scientifique, auteur et lanceur de projets, il se consacre à divers projets d’écriture et de formation ainsi qu’à la construction d’un espace de créativité pour la formation des enseignants (CréaLab), en Suisse. Il collabore également avec le Muséum d’Histoire Naturelle de Neuchâtel (Suisse).
    Ses recherches portent sur les processus d’apprentissage, la notion de compréhension en sciences et les relations nature-chimie-société. Il enseigne également la communication des sciences, la didactique des apprentissages et les relations art-science-société dans divers masters parisiens et hautes écoles suisses.
    Il est le fondateur de l’association Les Atomes Crochus, dédiée à l’innovation dans la diffusion de la culture scientifique, notamment à travers l’exploration des rapports entre arts et science, et du groupe Traces, espace de réflexion et d’action sur la science, sa communication et son rapport à la société.
    Avec une illustration de 2 médiateurs musiciens de jazz probante et brillante sur leur parcours personnel.
    à bientôt. 🙂
    Cat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s