Le bon chemin


 

Notre passé fait de ce que sommes aujourd’hui, cependant s’y attarder à ressasser ce qui nous trouble de notre passé nous aide en rien à aller de l’avant
Nuage

 

Le bon chemin

 

Tu sais que tu es sur le bon chemin, lorsque regarder en arrière ne t’intéresse plus

Auteur inconnu

Le Saviez-Vous ► Mythe : les légumes crus sont plus nutritifs ; bénéfices de différents modes de cuisson


Je savais que la tomate cuite avait un certain avantage et que bouillir les légumes perdaient beaucoup de leur propriété sauf semble-t-il, la carotte qui est l’exception à la règle. Cependant, la plupart légumes gagnent à être cuit à la vapeur dans un minimum de temps et sont plus facile à être absorbés par l’organisme
Nuage

 

Mythe : les légumes crus sont plus nutritifs ; bénéfices de différents modes de cuisson

 

Contrairement à la croyance répandue, les légumes ne sont généralement pas plus nutritifs lorsqu’ils sont crus, rapporte la journaliste Sandee LaMotte sur le site de CNN. Des études montrent que la cuisson rend souvent leurs nutriments plus faciles à absorber par l’organisme.

Par exemple, comparativement aux légumes crus, « des études ont montré que les carottes et les épinards cuits entraînaient des niveaux sanguins plus élevés de l’antioxydant bêta-carotène, qui se convertit ensuite en vitamine A », rapporte la diététiste Elaine Magee. « La cuisson des légumes augmente également les quantités disponibles de minéraux, tels que le calcium, le magnésium et le fer. »

Cuire à la vapeur plutôt que faire bouillir

Règle générale, il est préférable de limiter le temps de cuisson, la température et la quantité de liquide au minimum.

La cuisson à la vapeur est l’une des meilleures façons de cuire la plupart des légumes. Les faire cuire dans l’eau bouillante entraîne une fuite des vitamines solubles dans l’eau telles que les vitamines C, B1 et B9 (folate). Les étuver permet de mieux conserver leurs valeurs nutritives parce qu’ils ne sont pas en contact avec l’eau.

Une étude de 2009, rapporte la diététiste, a comparé 5 modes de cuisson pour le brocoli : ébullition, micro-ondes, vapeur, en sauté et une combinaison d’ébullition et de sauté. La cuisson à la vapeur conservait le plus de nutriments.

Une autre étude de 2009 a montré que les choux-fleur et les courgettes sont particulièrement sensibles à une perte de nutriments lors de l’ébullition, perdant plus de 50 % de leurs antioxydants.

La carottes constituent toutefois une exception. Une étude a montré que l’ébullition et la vapeur augmentaient les niveaux de bêta-carotène disponibles. Mais il est préférable de les faire cuire entières, les couper réduisant les éléments nutritifs de 25 %.

Cuire au micro-ondes

 

La cuisson au micro-ondes, utilisant peu ou pas d’eau, et chauffant les légumes rapidement de l’intérieur, préserve les nutriments tels que la vitamine C.

 

Faire sauter

Faire sauter dans un peu d’huile de cuisson saine, comme l’huile d’olive extra-vierge, est un excellent moyen de cuisson pour plusieurs légumes.

L’ajout d’huile d’olive « semble augmenter l’absorption des phytonutriments comme les phénols et les carotènes », explique la diététiste. « C’est parce que beaucoup de vitamines et de nutriments des légumes sont solubles dans les graisses, ce qui signifie que le corps les absorbe mieux en présence de gras. »

L’huile d’olive est une excellente option, car elle est l’une des huiles de cuisson ayant des niveaux les plus élevés d’antioxydants et de phytonutriments.

Bien que l’huile d’olive ait un point de fumée inférieur à celui du canola, « en sautant, vous contrôlez la température à laquelle la nourriture est cuite, de sorte que vous pouvez éviter les températures plus élevées ».

Griller, cuire au four

Griller les légumes dans une poêle à fond nervuré, avec un soupçon d’huile d’olive, est une bonne alternative au BBQ.

Faire cuire et rôtir au four diminue les nutriments pour certains légumes et les augmente pour d’autres.

L’étude espagnole de 2009 a montré que les artichauts, les asperges, le brocoli, le céleri, l’aubergine, les haricots verts, les oignons et les épinards conservent leur capacité antioxydante après la cuisson. Alors que les poivrons verts perdent leur capacité antioxydante.

Les tomates sont également bien servies par la cuisson en général. Des études montrent que les couper et les chauffer ouvrent la paroi cellulaire du fruit, ce qui permet un meilleur accès aux avantages pour la santé de l’antioxydant lycopène.

Psychomédia avec source : CNN.

http://www.psychomedia.qc.ca/

Mars va se rapprocher de la Terre


Pour avoir entendu tant parler de la planète Mars, on pourra la voir se rapprocher de la Terre. L’avantage c’est qu’elle sera visible à l’oeil nu surtout le 30 mai
Nuage

 

Mars va se rapprocher de la Terre

 

Mars

La Terre et Mars.Photo Gentside

La planète Mars a rendez-vous avec la Terre.

Lundi 30 mai, la planète rouge se trouvera en effet à une distance minimale de la nôtre. Un évènement astronomique à ne pas manquer. La planète rouge apparaitra beaucoup plus brillante que d’ordinaire et sera de ce fait plus facile à observer.

Cela fait déjà quelques semaines que la distance entre les deux planètes s’amenuise. Cette période privilégiée pour les amoureux de ciel et de l’espace correspond à celle où Mars se trouve à l’opposition.

UN ALIGNEMENT ET UN RAPPROCHEMENT

En d’autres termes, cela signifie que le Soleil, la Terre et la planète rouge sont alignés dans l’espace. Si cette situation advient généralement tous les deux ans (environ 780 jours), elle diffère toutefois sensiblement à chaque occurrence.

Nous savons en effet que la Terre orbite de manière quasi circulaire autour du Soleil. On ne peut toutefois en dire de même de sa voisine dont le parcours se veut un peu plus elliptique. Ainsi, la distance entre les deux corps durant l’opposition dépend principalement de la position de Mars sur son orbite.

Celle-ci peut se trouver alors au plus loin de la Terre ou au contraire au plus proche. L’alignement a été atteint le 22 mai et cette fois-ci, la planète rouge s’est trouvée à  une distance minimale par rapport aux quatre précédentes situations observées durant les 11 dernières années.

Les astronomes ont néanmoins prévu que cette distance se réduise encore après le 22 mai, pour atteindre le minimum de quelque 75,3 millions de kilomètres le 30 mai à  23 h 35. Mars n’a pas été aussi proche de la Terre depuis octobre 2005. En 2003, toutefois, elle s’est retrouvée encore plus près à quelque 55 millions de kilomètres.

UN PHÉNOMÈNE À OBSERVER DANS LE CIEL

En raison de cette proche distance, il sera particulièrement aisé de l’apercevoir et ce, même si le ciel n’est pas parfaitement dégagé. Son éclat sera en effet tellement intense qu’il pourra être identifié entre deux nuages. Pour ceux qui voudraient profiter au maximum du spectacle, les spécialistes conseillent de privilégier les lieux loin des villes et de la pollution lumineuse.

La planète sera repérable à  l’oeil nu ou aux jumelles mais pourra être observé avec plus de précisions au télescope. Ce type d’équipement pourra permettre d’obtenir un aperçu de la calotte polaire et de quelques structures martiennes. Toutefois, une observation plus détaillée nécessitera un télescope plus performant.

L’évènement sera également retransmis en direct et commenté par des spécialistes sur certains sites comme Slooh ou Virtual Telescope. Pour ceux qui manqueront l’évènement, il faudra attendre 2018 avant que Mars ne se rapproche à nouveau. Cette fois-ci, elle se trouvera à une distance encore plus réduite: environ 58 millions de kilomètres. 

http://fr.canoe.ca/

La foudre, ce danger sournois


Je préfère l’été que l’hiver, il me semble par contre, que la saison estivale est plus dangereuse que nos hivers avec le froid et la neige. En cas d’orage, mieux vaut s’abriter dans des lieux sûrs, au cas que la foudre viendrait à frapper
Nuage

 

La foudre, ce danger sournois

 

ICI Radio-Canada

Éclair dans le ciel de Montréal le 27 juillet 2015 Photo : ICI Radio-Canada

Formation d’un orage

Lorsque s’affrontent deux masses d’air, de violents courants verticaux entraînent l’humidité, les fragments de glace, les grêlons et les gouttelettes d’eau à l’intérieur de nuages qui ont habituellement une grande extension verticale. Ces frottements séparent les charges électriques de la façon suivante : les particules plus fines chargées d’électricité positive se dirigent vers le sommet et les autres, chargées négativement, vont vers la base.

À cause des puissants mouvements verticaux, un déséquilibre s’opère entre les charges électriques de l’intérieur du nuage et celles de l’extérieur, tout comme entre la base négative du nuage et le sol, qui est positif. Quand les charges accumulées deviennent trop importantes, et surtout lorsqu’il y a opposition directe entre ces charges, il y a décharge électrique (éclair) et un orage éclate.

Le coup de foudre… ou les éclairs!

Un éclair entre un nuage et le sol commence par une faible décharge qui est normalement déclenchée au bas du nuage. Ce traceur par bonds, c’est ainsi qu’on nomme la décharge, progresse vers le sol en zigzaguant pour suivre la trajectoire offrant la plus basse résistance entre le nuage et la terre. Le traceur peut se diviser et se ramifier.

Derrière lui se trouvera un canal ionisé qui, dès que le traceur rencontrera un objet (arbre, clocher, poteau, toit d’un édifice), servira de chemin entre le sol et le nuage. Aussitôt, un très fort courant électrique remontera le long du canal ouvert par le traceur : c’est le coup de foudre! Cette puissante décharge de retour se déplace à près de 40 000 km/s.

Après la décharge de retour, l’éclair peut s’arrêter là. Mais si la charge est suffisante dans le nuage, un traceur de dard peut retourner du nuage au sol et déclencher une deuxième décharge de retour. Il peut y avoir plusieurs décharges de retour dans un éclair, en moyenne trois ou quatre, espacées de 40 à 80 millisecondes. La décharge électrique ainsi produite zèbre l’atmosphère de lignes lumineuses que sont les éclairs. La forme souvent en zigzag vient de la combinaison de plusieurs éclairs. Certains peuvent s’étirer sur une vingtaine de kilomètres!

Il y a trois à cinq fois plus d’éclairs entre deux nuages (aussi appelés éclairs de chaleur) qu’entre un nuage et le sol. Ils jaillissent si vite d’un nuage à l’autre qu’ils donnent l’illusion d’un seul éclair.

Vous pouvez devenir un dieu de la foudre et créer votre propre éclair. Il suffit de gonfler deux ballons de baudruche et de les frotter ensemble. Il se formera ainsi une petite étincelle : c’est l’éclair!

Et le tonnerre?

En soi, c’est le sous-produit de la foudre. Voici pourquoi. Quand l’éclair fend le ciel, l’air sur sa trajectoire s’échauffe jusqu’à atteindre cinq fois la température du soleil, c’est-à-dire environ 30 000 °C. Cet échauffement provoque une expansion quasi instantanée de l’air et crée une explosion soudaine et violente : c’est le tonnerre. Ces ondes de choc sont comparables à celles formées par un coup de canon.

Lorsque l’éclair est court et droit, les ondes sont perçues comme un seul coup de tonnerre. Mais si le trajet est long et ramifié, on entend alors une succession de grondements.  Plus l’orage est loin, plus le tonnerre est perçu comme un grondement. Plus il est rapproché, plus il ressemble à un claquement sec.

Où est située la foudre?

En comptant le nombre de secondes entre l’éclair et le coup de tonnerre, et en divisant le résultat par 3, on évalue la distance de la foudre. Par exemple, si 9 secondes séparent l’éclair du tonnerre, alors la foudre est à 3 km de nous.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Arbre fendu en deux par la foudre
(Crédit photo: National Lightning Safety Institute)

Les meilleures protections contre la foudre

  • Aucun abri n’est sécuritaire à l’extérieur, ni une tente, ni un véhicule récréatif en fibre de verre, encore moins le dessous d’un arbre. Si vous y êtes et qu’aucune maison à charpente métallique – permettant au courant de suivre le métal – n’est à une courte distance, réfugiez-vous dans une auto ou sinon, dans une crevasse, sous une falaise ou dans une grotte. L’idéal est un édifice équipé d’un paratonnerre. Restez-y 30 minutes après le dernier grondement de tonnerre. Le tiers des blessés par foudre le sont après la fin d’un orage.

  • Il est primordial d’éviter les zones surélevées et de ne pas s’approcher à moins de 30 mètres d’une clôture en fil de fer et de ne pas implorer les dieux du ciel en pointant un bâton de golf au-dessus de la tête en plein milieu d’un terrain dégagé. Il ne faut pas être l’objet le plus élevé des environs.

  • Si l’orage arrive et que vous êtes sur un plan d’eau, il faut en sortir subito presto.

  • Méfiez-vous en terrains montagneux. Le vent qui souffle souvent assez fort peut modifier le son d’un tonnerre et vous leurrer sur la distance de l’orage.

  • À l’intérieur, évitez d’utiliser un téléphone relié à une ligne terrestre, car la foudre voyage par les fils et les cordons électriques. C’est aussi un bon moment pour s’esquiver de laver la vaisselle ou de prendre un bain, l’eau étant conductrice d’électricité, elle aussi!

    Des mythes à détruire

  • La foudre peut s’abattre plus d’une fois au même endroit. Ça ne sert à rien de se placer à un endroit où elle a déjà frappé, car chaque événement est indépendant du précédent. À preuve, l’Empire State Building, à New York, a déjà été frappé 15 fois en 15 minutes.

  • La foudre peut traverser la brique. Alors si vous décidez de fermer portes et fenêtres, c’est plutôt pour empêcher la pluie d’entrer.

  • Il n’y a aucun danger à porter secours à une victime de la foudre. Elle n’est pas conductrice d’électricité.

  • Comme un orage est toujours électrique, il est redondant de dire « orage électrique ».

En terminant, voici une petite histoire qui se trouve dans le livre Guinness des records. Roy Sullivan a été frappé par la foudre sept fois entre 1942 et 1977. Surnommé le paratonnerre de Virginie, on dit que les gens craignaient de se promener avec lui. La première fois, il a perdu un orteil. Puis frappé cinq fois entre 1969 et 1975, ses sourcils et ses cheveux ont été calcinés, il a été brûlé à l’épaule gauche, à la jambe et à une cheville. Son dernier coup de foudre lui a causé des blessures à la poitrine et à l’abdomen. Il est finalement décédé en 1983… pas par la foudre!

La Carte canadienne du risque de foudre indique les zones où des éclairs sont tombés depuis les 20 dernières minutes (ça donne une idée claire et précise du moment où il faut s’abriter adéquatement, car l’orage vient vers chez vous!). .

Ève Christian

http://blogues.radio-canada.ca/

Découverte de gravures animales au cœur d’une grotte préhistorique du Pays-Basque espagnol


Une belle découverte de gravures d’animaux dans une grotte en Espagne. Cela aurait pu passer inaperçu vu la difficulté pour se rendre à l’endroit de cette galerie
Nuage

Découverte de gravures animales au cœur d’une grotte préhistorique du Pays-Basque espagnol

Gravures rupestres découvertes dans la grotte d'Atxuraa, au Pays-Basque espagnol. Parmi le bestiaire préhistorique de nombreux bisons, dont un transpercé par des armes de jets (en bas, à gauche). Difficilement lisibles, les gravures ont été numériquement soulignées en blanc. CREDIT: Conseil Provincial de Biscaye

Gravures rupestres découvertes dans la grotte d’Atxuraa, au Pays-Basque espagnol. Parmi le bestiaire préhistorique de nombreux bisons, dont un transpercé par des armes de jets (en bas, à gauche). Difficilement lisibles, les gravures ont été numériquement soulignées en blanc. CREDIT: Conseil Provincial de Biscaye

Par Bernadette Arnaud

Plus de 70 œuvres d’art pariétal vieilles d’environ 14.000 ans viennent d’être révélées dans le nord de l’Espagne dans la grotte d’Atxurra

BESTIAIRE. Il aura fallu avoir un œil très affûté ! Des spéléologues espagnols ont en effet découvert, alors qu’elles étaient à peine visibles,  près de 70 figures préhistoriques inconnues – des chevaux, des cervidés, ou encore des bisons – sur les parois de la grotte d’Atxurra, au pays basque espagnol. Cette extraordinaire galerie d’art paléolithique se trouve dans les profondeurs d’une caverne située à Berriatua, à 50 kilomètres de Bilbao, non loin de la petite cité balnéaire de Lekeitio.

Bien que connue des scientifiques depuis 1929, personne n’avait jamais remarqué ce bestiaire dans les entrailles de la cavité.  Et pour cause. Son accès dangereux l’avait rendue inaccessible aux visiteurs et seuls quelques spéléologues avaient récemment reçu l’autorisation de s’y aventurer. C’est ainsi que des travaux d’exploration et de recherches débutés en 2014 pour évaluer le potentiel du site, ont débouché sur l’identification de ces délicates gravures distribuées sur une centaine de mètres. L’archéologue Diego Garate et le spéléologue Inaki Intxaurbe ont mis au jour, à plus de 300 mètres de l’entrée de la grotte, après une progression laborieuse –traversée de longues chatières et de nappes d’eau-, cette série de gravures animales exécutées semble-t-il à plus de quatre mètres du sol, au milieu d’un enchevêtrement de tracés complexes difficilement interprétables. Détectés en réalité dès septembre 2015, la découverte de ces témoignages lointains n’a été annoncée que ces jours-ci.

Parmi les œuvres pariétales retrouvées dans la grotte d’Atxurra, de nombreux chevaux. ©Conseil provincial de Biscaye

Selon les premières études, il s’agirait de chevaux, de cerfs, d’aurochs, de créatures hybrides, et surtout de bisons. L’un d’eux, est d’ailleurs représenté criblé de nombreuses armes de jets.

« Cette région de la péninsule ibérique est très riche en grottes ornées. Non loin du nouveau site, en Gipuzkoa, la grotte d’Altxerri, sur la commune d’Aya, où foisonnent également des représentations de bisons, avaient déjà livré près de 179 figures paléolithiques », a précisé le préhistorien Jean-Loïc Le Quellec, directeur de recherche au CNRS.

Lors d’une conférence de presse donnée à Bilbao, les archéologues basques ont estimé que les réalisations d’Atxurra pouvaient remonter à 14 000 ans, et donc appartenir à la période dite Magdalénienne. L’analyse de la cavité ornée, désormais totalement sanctuarisée, va se poursuivre y compris en faisant appel aux techniques de l’imagerie numérique 3D. Un projet scientifique de trois ans a été programmé.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Votre chat est plus actif la nuit ? Voilà pourquoi !


Il y a des chats qui s’habituent au rythme des humains, mais d’autres ont encore leur instinct de chasseur et préfère être actif la nuit
Nuage

 

Votre chat est plus actif la nuit ? Voilà pourquoi !

 

Par Deborah KoslowskiCrédits

photo : Shutterstock

Vous aimez profondément votre matou, le choyez tant et si bien qu’il ne manque de rien et pourtant, à la nuit tombée, il passe du sage docteur Jekyll au terrible M. Hyde…

Doux, câlin, joueur, calme, gentil, toujours prêt à ronronner de bon cœur… pas de doute, votre chat est le plus adorable de tous. Néanmoins, quand vient la nuit et l’heure d’aller se coucher pour vous, quelque chose se passe dans la tête de votre tigre de salon le poussant à une étrange hyperactivité alors même que vous n’aspirez à rien d’autre qu’à trouver une place dans les bras de Morphée. D’ailleurs, à peine avez-vous fait votre entrée dans le sommeil profond que déjà, il part à l’aventure et n’hésite pas à se jeter sur le bout de votre nez avec la ferme intention de vous réveiller.

Le chat, un chasseur

Pourquoi tant de haine pour votre repos, vous demandez-vous ? Sachez tout d’abord que le chat est un animal polyphasique, rappelle Amandine Roulet, comportementaliste spécialiste du chat. C’est-à-dire que plusieurs phases s’alternent dans son rythme de vie. Aussi, si certains félins sont capables de s’adapter au point de suivre la même cadence que leurs maîtres – se lever, manger, jouer, manger, jouer, dormir – ; d’autres sont restés fidèles à leur instinct primaire.

Domestiqués depuis bien moins longtemps que les chiens, les chats ont en effet gardé leur amour pour la chasse. En plus, leur ancêtre n’était ni plus ni moins qu’un prédateur nocturne. Vous l’aurez compris, c’est donc un comportement qui est inscrit dans leurs gènes et la nuit est le moment que vos compagnons octroient donc à leurs passe-temps favoris. Ils privilégieront la journée pour dormir afin d’être en forme pour se nourrir et se défouler la nuit. Et puisque vous êtes leurs colocataires préférés étant donné que vous les chouchoutez, c’est naturellement qu’ils vous font profiter de leur horloge interne féline.

Ce que vous devez faire

Malheureusement, les folles nuits des chats sont totalement incompatibles avec vos journées à vous. Quelques solutions toutes simples s’imposent donc pour ne pas nuire à vos relations : déjà, ne le disputez pas car il agit de façon naturelle. Si possible, ne réagissez pas à ces sollicitations afin qu’il se lasse et aille voir ailleurs. Par ailleurs vous pouvez également faire en sorte de faire évoluer ses habitudes en le tenant éveillé la journée grâce à des jeux et surtout, mettez en place une routine qui leur permettra de bien identifier vos temps de repos.

http://wamiz.com/