Quand les SMS débranchent votre “sixième sens“


Parmi toutes les situations dangereuses quand on conduit une auto, c’est le texto qui gagnent la palme. C’est dans une partie du cortex qu’il y a un court-circuit et qui malheureusement cause des accidents souvent très graves et même mortels
Nuage

 

Quand les SMS débranchent votre “sixième sens“

 

Un des 59 volontaires testés dans un simulateur de conduite. ©Malcolm DcostaRatel

Un des 59 volontaires testés dans un simulateur de conduite. ©Malcolm Dcosta

Par Hervé

Pourquoi taper un texto en conduisant est-il la plus dangereuse des distractions ? Des chercheurs américains ont trouvé la réponse. Elle se niche dans le cortex cingulaire antérieur.

TEST. Quelle différence, pour un conducteur, entre des enfants qui vagissent sur le siège arrière et vous tapent sur le système, un passager qui vous bombarde de questions agaçantes et stressantes, et le fait de taper un texto ? Enorme. En fait, celle qui sépare une situation sûre d’un possible accident de voiture. Selon des chercheurs de l’université de Houston et de l’Institut de transport du Texas, l’usage du téléphone en conduisant induit des risques qui n’ont rien à voir avec d’autres situations potentiellement dangereuses. Pour parvenir à cette conclusion, Ioannis Pavlidis et Robert Wunderlich ont placé 59 volontaires devant un simulateur de conduite et… les ont distrait. De plusieurs manières. Soit en leur demandant de répondre oralement à des questionnaires divers et variés :

« Combien font 34+78 ? », « Épelez le mot “simultanément“ », « Donnez trois différences entre un chien et un chat », « Racontez la fois où vous avez triché à un examen ? », « Décrivez les relations avec votre mère ». Soit en les faisant pianoter sur leurs téléphones des réponses à des trivialités « Comment ça va ? », « Quel est ton prénom ? »

Un court-circuit du « 6e sens »

On le voit, les questions orales s’avéraient beaucoup plus complexes et demandaient un niveau de réflexion et d’implication mentale plus abouties que celles par SMS. A première vue, elles étaient donc plus à même de déconcentrer le conducteur. Et pourtant, ce sont celles par textos qui se sont avérées les plus dangereuses puisqu’elles augmentaient la probabilité de dévier de la route et de finir dans un platane. Comment expliquer ce paradoxe ?

La réponse est à chercher au niveau du cortex cingulaire antérieur (CCA) selon les chercheurs. Soit la partie du cerveau en charge de la gestion des dissonances cognitives. C’est un correcteur d’erreur automatique. Quand un individu est occupé à une tâche vitale et qu’il est distrait, le CCA intervient pour contrebalancer l’action potentiellement dangereuse induite par le conflit. En clair, c’est cette zone cérébrale qui corrige tout mouvement nerveux et fait en sorte que les bras du conducteur restent fermes et conservent une trajectoire en phase avec celle de la route. Seulement, dès que vous saisissez votre téléphone pour taper un SMS, le CCA est totalement perdu car il perd la connexion entre les yeux du conducteur et ses bras. Il s’avère dès lors incapable de corriger tout mouvement de gigue vers la droite ou vers la gauche par une action opposée. En somme, taper des textos provoque un court-circuit de votre sixième sens neural. Pensez-y la prochaine fois que vous vous trouverez sur la route, et commencez par éteindre votre portable…

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une réponse à “Quand les SMS débranchent votre “sixième sens“

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s