Parole d’enfant ► Justin Trudeau


Mlle a des petites connaissances du gouvernement Canadien et Américain, elle reconnait par les photos les dirigeants de Justin Trudeau et de Barak Obama, mais leur nom, c’est autre chose
Nuage

 

 Justin Trudeau

 

Maman raconte

Je fais la lecture du journal

– Regarde maman, c’est le Président du Canada

-Ana, tu es super, mais ici, c’est un Premier ministre

– Je sais c’est Justin Flaque d’eau ….

Maman pouffe de rire et répond :

– Trudeau

Ana-Jézabelle, 4 ans / 21 mai 2016

Des greffes de peluches pour promouvoir le don d’organes


Les mentalités peuvent être difficiles à changer pour ce qui est du don d’organe. Le Japon a trouvé une façon original pour promouvoir le don d’organe au pays
Nuage

 

Des greffes de peluches pour promouvoir le don d’organes

Ces images viennent d’une campagne qui utilise des peluches d’animaux sur lesquelles ont été greffés des membres de peluches différentes pour promouvoir l’idée de don d’organe, notamment à destination des enfants, au Japon.

Le sujet est important car si le système médical japonais est très bon, le don d’organes est un domaine dans lequel il est loin des standards des pays développés à cause de lois restrictives et des mentalités qui sont encore assez réticentes sur ce sujet.

Vous pouvez en apprendre plus sur le site du projet « Second Life Toys« .

greffe-peluche-02

greffe-peluche-03

greffe-peluche-04

greffe-peluche-05

greffe-peluche-06

greffe-peluche-07

greffe-peluche-08

 

greffe-peluche-09

greffe-peluche-10

greffe-peluche-11

greffe-peluche-12

 

peluche-greffe-don-organe

greffe-peluche-13

 

http://www.laboiteverte.fr/

Le Saviez-Vous ► La réadoption aux États-Unis


La réadoption ? Ce sont des enfants abandonnés, un peu comme les animaux domestiques. Les ex parents doivent trouver une famille d’accueil ou rendre l’enfant. Il existe même des parades d’enfant à adopté, comme des parades de modes. On fait même des annonces avec le montant comme on vendrait n’importe quel article. Vous imaginez ? Ce ne sont plus des personnes, mais des choses usagées qu’on se débarrasse quand les gens en veulent plus, à moindre prix. Pour les antécédents des parents ? Ce n’est pas un problème, ils ne vérifient pas … Alors bienvenus aux pédophiles, sadiques et toute la racaille qui abusent des enfants. Et le bien-être de l’enfant ? On s’en fou ?
Nuage

 

La réadoption aux États-Unis

© Capture Facebook

ENFANTS EN VEDETTE VENDREDI : JESS & LIAM. Aujourd’hui, nous mettons à l’honneur 2 chers enfants : Jess et Liam.Cliquez sur la photo de chaque enfant pour plus d’informations. 2500$ Disponibles pour l’adoption !

Aux Etats-Unis, la réadoption est un phénomène très courant qui connaît même un essor depuis quelques années. Retour sur une pratique choquante.

Sur 100 00 enfants adoptés chaque année aux Etats-Unis, 1/4 sont abandonnés par leur famille adoptive, selon une estimation des services publics américains. En effet, dans ce pays, les parents adoptifs déçus ont deux possibilités pour se séparer de l’enfant. Ils peuvent, en toute légalité, « rendre » l’enfant ou lui trouver une autre famille. Les ex-parents justifient souvent cette séparation par une incompatibilité d’humeur, un enfant jugé trop caractériel ou trop effacé au sein de la famille. La réadoption profite également aux individus en mal d’enfant puisqu’elle est deux fois moins cher qu’une procédure classique Cette pratique aussi appelée « rehoming » n’est pas encadrée par la loi, le processus peut donc se répéter à l’infini.

Cède enfants de « seconde main »

La réadoption est d’autant plus cruelle que les procédés pour leur trouver une nouvelle famille sont surprenants. En effet, il n’est pas rare de voir des petites annonces sur internet, dans un journal ou des prospectus à ce sujet. Des agences spécialisées dans la réadoption ont même leur propre catalogue en ligne qui recense l’ensemble des profils d' »enfants disponibles ». Ces derniers sont alors assimilés à des objets encombrants dont on souhaite se séparer car on se serait lassé.

Pire encore, dans un reportage diffusé mardi dernier sur France 5, une agence de Plennsylvanie va encore plus loin en présentant des adolescents orphelins d’une manière peu commune. Tel un concours de beauté, des ados défilent sur un tapis rouge et sous les applaudissements des adultes. La scène paraît irréelle, pourtant, les enfants sont bien en train de se « vendre » pour intégrer une famille. Si l’un d’entre eux a la chance d’avoir retenu l’attention d’une famille, il passe ensuite un entretien dans lequel il tentera une nouvelle fois de les convaincre. Après quoi, si l’enfant fait l’unanimité, il sera soumis à une période d’essai, comme quand on souscrit à un abonnement internet ou à une salle de gym… Selon les organisateurs, ce système de présentation permet une rencontre plus détendue. Mais lorsque l’on regarde de plus près ces enfants, ils sont terriblement stressés par l’idée de ne pas plaire.

Entrez la légende de la vidéo ici

« Etats-Unis, enfants jetables », défilé de mode… par telestar_video

Ce système cause de graves déséquilibres chez l’enfant et peut être à l’origine d’une dépression, d’un isolement et d’un manque certain de confiance en lui

Des enfants en danger

L’aspect consumériste de cette démarche ne dérange pas. Ce qui a fait réagir l’Amérique, c’est les nombreuses affaires d’abus sexuel. En effet, aucune vérification n’est faite concernant les antécédents judiciaires des adoptants. Cela laisse alors le champ libre aux prédateurs sexuels qui profitent de ce système. Il y a quelques mois une affaire avait d’ailleurs mis en lumière ce business scandaleux lorsque le député républicain, Justin Harris, avait proposé ses jumelles de six ans à un de ses amis professeur. Celui-ci s’est avéré être un pédophile. Suite à ce drame, les deux petites ont réintégré un foyer et le député qui avait confié ses enfants a été obligé de démissionner.

Des mesures insuffisantes​

Un homme se bat pour encadrer et limiter cette pratique. Il s’agit de James Langevin, député du 2ème district de Rhode Island, lui-même adopté. Pour que le projet de loi qu’il rédige puisse être mis en place, il faudrait, selon ses estimations, 50 millions de dollars, une chose impossible dans le contexte actuel.

Pourtant, des changements simples peuvent être opérés comme vérifier les antécédents judiciaires et sociaux des parents adoptifs, interdire la publication de photos d’enfants … mais, personne ne semble agir.

http://www.aufeminin.com/

Les hommes pourront-ils être enceints ?


En 2015, une scientifique américaine prétendait que les hommes pourraient être enceints un jour dans 5 à 10 ans. Si techniquement cela est possible, en greffant un utérus, donc une médication d’anti-rejet, implanter un embryon, donner des hormones et une césarienne … Les hommes vont-ils vouloir franchir le pas ? De plus, les traitements pourraient être néfastes pour le bébé, est-ce qu’il faut continuer la recherche dans ce sens, alors que l’homme n’est pas biologiquement fait pour porter un enfant ?
Nuage

 

Les hommes pourront-ils être enceints ?

 

Extrait du film Junior, avec Arnold Schwarzenegger. © WEBER ANITA/SIPA

Extrait du film Junior, avec Arnold Schwarzenegger. © WEBER ANITA/SIPA

Par Stéphane Desmichelle

Parité oblige, les deux sexes pourront-ils un jour porter indifféremment l’enfant, selon les obligations et préférences de chacun ? D’un point de vue technique, la question reste ouverte.

Un homme qui attend un enfant, pour l’instant c’est toujours du cinéma, avec, en mémoire, l’image d’Arnold Schwarzenegger dans la célèbre et potache comédie américaine Junior. Mais cela pourrait-il un jour devenir réalité ? Et, le cas échéant, les hommes seront-ils candidats ? L’émission de France 5, Les Maternelles, a dédié à ces questions un sujet sur son plateau du lundi 9 mai 2016.

Si les hommes pouvaient comprendre ce que ressentent les femmes enceintes, cela pourrait-il changer les rapports humains ? C’est ce qu’ont voulu savoir trois britanniques en tentant une expérience insolite : porter une combinaison de grossesse, pendant un mois (et cela, même pendant la douche et la nuit !). Une épreuve relevant plutôt d’un « coup de com' » – les trois compères créant ainsi le buzz pour leur ouvrage à venir – que d’une expérience scientifique digne de ce nom.

Des ventres de grossesse, pour quoi faire ?

Plus sérieusement, ces combinaisons de simulation de grossesse, dont il existe plusieurs prototypes à ce jour, permettent-elles de ressentir réellement les « joies » de la grossesse ? Les Empathy belly qu’ont porté les trois cobayes, lestées d’eau chaude (une poche ventrale de 15kg et une poitrine gonflée), sont censées reproduire 20 symptômes liés à la grossesse. La solution : des points de pression sur divers organes (vessie, estomac, côtes…) pour ressentir le souffle court, les maux de dos et autres réjouissances ainsi que des boules de plomb qui miment les mouvements du fœtus. Un florilège de sensations peu réalistes finalement, puisque tout a lieu à l’extérieur du ventre. Le « mummy tummy », créé par des japonais en 2011, est une robe avec des poches au niveau des seins et de l’abdomen remplies d’air. Des sortes de petits picots se gonflent et se rétractent, reproduisant les mouvements du fœtus. Là encore, rien de bien sérieux, puisqu’il s’agit d’un Serious Game, sans autre prétention. Le seul intérêt qu’on pourrait trouver à ces simulateurs se situe dans le domaine de l’ergonomie. Par exemple, Ford utilise une combinaison de test depuis les années 90 conçue pour que les ingénieurs de la marque puissent adapter l’habitacle aux contraintes physiques des femmes enceintes, en expérimentant la réduction de mobilité et la difficulté à réaliser certains gestes.

DÉLIVRANCE. Et l’accouchement dans tout ça ? En 2013, une émission néerlandaise avait convaincu deux cobayes d’expérimenter les douleurs de l’accouchement, ou du moins, celles des contractions. Le principe est de créer des contractions musculaires via des électrodes (électro-stimulation, donc). Sauf que l’homme n’a pas d’utérus. Ce sont les abdominaux qui se contractent, entraînant une douleur différente. Et bien entendu, le passage du bébé au niveau du périnée restera encore pour longtemps un mystère pour ces messieurs…

La grossesse masculine, techniquement possible

Fin 2015, une scientifique américaine a agité les médias, en annonçant que les hommes pourraient être enceints d’ici… 5 à 10 ans. Arguant que cela était possible techniquement puisque la greffe d’utérus a fonctionné en Suède. En effet, il ne « suffirait » donc plus que de faire de la place dans l’abdomen, greffer un utérus, donner un traitement anti-rejet (et attendre plusieurs mois), implanter un embryon conçu par fécondation in vitro, donner un traitement hormonal jusqu’à ce que le placenta prenne le relais (environ 12 semaines), puis extraire la progéniture par césarienne. Rien que ça… Sauf qu’il persiste encore de nombreuses limites techniques et éthiques : les traitements immunosuppresseurs ne sont pas sans risque, la greffe est transitoire et l’organe doit, à terme, être retiré, la question des donneurs n’est pas résolue, et la chirurgie est lourde pour le donneur comme pour le receveur. Laissant paraître le délai annoncé comme très optimiste, pour ne pas dire complètement utopiste. En outre, prendre autant de risque pour le « père » et pour le fœtus sans qu’il y ait de nécessité vitale en vaut-il la peine ?

La valse des hormones

L’homme n’est pas en reste pour autant et vit lui-même certains « bouleversements » avant et après l’arrivée du bébé. Une étude publiée dans l’American Journal of Human Biology a révélé que le taux prénatal de testostérone et d’œstradiol diminue chez les hommes qui attendent leur premier enfant. Ce qui pourrait expliquer que certains accusent quelques kilos de grossesse. Des chiffres néanmoins très loin des fluctuations observées chez la femme enceinte. En fait, c’est surtout à la naissance de leur enfant que les hommes subissent des changements importants. Ces dernières décennies, plusieurs études ont révélé (puis confirmé) que le taux de testostérone diminue (avec une chute assez significative d’environ un tiers) au cours des premières semaines de la vie de l’enfant. On entend parfois parler d’une baisse d’agressivité qui permettrait à l’homme de s’occuper de ses enfants ou d’une baisse de la libido qui le ferait rester au foyer, mais les répercussions des variations hormonales sur le comportement sont très discutées chez les scientifiques. A l’inverse, c’est le comportement qui pourrait expliquer leur origine : la fatigue post naissance ou la carence sexuelle pourraient en être la cause.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Construire des routes avec du marc de café, c’est bon pour la planète


On sait que le marc de café est utile pour les plantes, les jardins. Et le reste, que peut-on faire ? Il semble que ce marc de café mélangé avec une petite partie du laitier serait assez fort pour la construction des routes
Nuage

 

Construire des routes avec du marc de café, c’est bon pour la planète

 

beans beans beans beans | theilr via Flickr CC License by

beans beans beans beans | theilr via Flickr CC License by

Repéré par Lucie de la Héronnière

C’est la nouvelle idée d’ingénieurs de l’université de Swinburne, en Australie.

Après les portefeuilles en peau de saumon, l’électricité à partir de tomates pourries, ou lafarine à base de déchets de pommes, voilà une nouvelle manière de réduire et de réutiliser ce que l’on a consommé. Des ingénieurs de l’université de Swinburne ont trouvé un moyen pour transformer le marc de café en matériau de construction pour les routes.

Leur recherche, publiée dans la revue Construction and Building Materials, part du constat selon lequel les grains broyés et utilisés pour faire du café sont souvent purement et simplement jetés à la poubelle (même si le marc fait entre autres un bon engrais ou un un activateur de compost efficace).

Arul Arulrajah, qui dirige le groupe géotechnique du Centre pour des infrastructures durables de l’université technologique de Swinburne, est un amateur de café. En voyant les baristas jeter des kilos et des kilos de marc de café, il s’est demandé pourquoi ne pas considérer cette matière comme un matériau d’ingéniérie.

5 km de routes par an

Alors, avec le doctorant Teck-Ang Kua, il a récolté du marc dans des cafés autour du campus, à l’est de Melbourne. Le marc a d’abord été séché dans un four à 50°C, pendant cinq jours, puis tamisé pour filtrer les grumeaux. Ensuite, cette matière a été mélangée à du laitier, ce coproduit de la fabrication de l’acier.

Le mélange (70% de café, 30% de laitier) a été lié avec une solution alcaline et compressé en blocs cylindriques. D’après les tests des chercheurs, le résultat est assez solide pour servir de matériau pour la fondation des routes.

L’adoption de cette technique permettrait de réduire les déchets, ainsi que la demande de matériaux issus de carrières. Sur le site de l’université, Arul Arulrajah explique qu’«en moyenne, les cafés où nous avons fait une collecte disposent d’environ 150 kg de marc de café par semaine. Nous estimons que le marc de café des cafés de Melbourne pourrait être utilisé pour construire 5 km de routes par an». 

http://www.slate.fr/

Latier : En sidérurgie, le laitier correspond aux scories qui sont formées en cours de fusion ou d’élaboration de métaux par voie liquide. Il s’agit d’un mélange composé essentiellement de silicates, d’aluminates et de chaux, ainsi que d’oxydes métalliques. Ses rôles dans la métallurgie des métaux en fusion sont multiples.
Cette matière est un important coproduitnote 1 de la sidérurgie ; ils sont appréciés comme remblai et comme matière première dans la fabrication du ciment.

https://fr.wikipedia.org

L’horaire du retour des évacués à Fort McMurray est dévoilé


Des résidents qui ont été évacués à cause du feu de forêt de Fort McMurray pourront éventuellement retourner chez eux, si les services de bases sont en fonction. Mais, dans quelle condition, ils vont retrouver leur maison ? L’eau ne sera probablement pas potable, c’est toute une organisation  qui demande beaucoup de patience, d’argent (des millions) pour retrouver une vie quelque peu normale
Nuage

 

L’horaire du retour des évacués à Fort McMurray est dévoilé

 

Un quartier dévasté par le feu de forêt de Fort McMurray.

Un quartier dévasté par le feu de forêt de Fort McMurray.   PHOTO : JONATHAN HAYWARD

Les résidents de Fort McMurray ont reçu de bonnes nouvelles samedi puisque les autorités municipales ont publié le calendrier pour le retour progressif dans la ville et qu’un peu de pluie est tombé sur la région.

LA PRESSE CANADIENNE

La Municipalité régionale de Wood Buffalo, qui comprend Fort McMurray, a diffusé un échéancier quartier par quartier pour les résidents de la ville du nord de l’Alberta chassés de leur domicile au début du mois de mai par un énorme incendie de forêt.

Les habitants de Lower Townsite, Anzac, Gregoire Lake Estates et de la Première Nation 468 de Fort McMurray seront les premiers à rentrer chez eux le 1er juin.

Le retour dans les quartiers Parsons Creek, Stone Creek, Timberlea, Eagle Ridge et Dickinsfield est prévu pour le 2 juin.

Les résidents des quartiers Thickwood, Wood Buffalo, Gregoire, Prairie Creek et Saprae Creek Estates pourront retourner à Fort McMurray le 3 juin.

Le retour des résidents des quartiers Waterways, Abasand, Beacon Hill, Grayling Terrace et Draper se fera le 4 juin.

« La Municipalité régionale de Wood Buffalo travaillera fort durant les jours et les semaines à venir afin de rétablir les services pour les résidents », peut-on lire dans le communiqué.

Nous avons hâte de vous accueillir et nous apprécions votre résilience et votre patience. Communiqué de la municipalité régionale de Wood Buffalo

Les températures plus basses et le taux d’humidité plus élevé des derniers jours ont aidé les pompiers à contenir l’imposant incendie de 5000 kilomètres carrés. Vendredi soir, les avis d’évacuation pour les installations de l’industrie pétrolière au nord de Fort McMurray avaient été levés.

Dans un communiqué, les autorités municipales ont prévenu que les dates annoncées n’étaient pas définitives et que le retour progressif visait à assurer la sécurité des résidents ainsi que leur accès aux services essentiels.

La province de l’Alberta a annoncé que le retour à Fort McMurray se fera seulement si le feu ne menace plus la ville, que les infrastructures essentielles, comme l’hôpital, sont réparées et puissent offrir un service de base, que les services d’urgence, comme les pompiers, la police et le 911 sont remis en service, que les zones dangereuses sont sécurisées et que le gouvernement local est rétabli.

Dans un message publié sur Twitter, le gouvernement provincial a signalé que les travailleurs de l’industrie pétrolière souhaitant retourner dans les installations au nord de la ville pouvaient emprunter l’autoroute 63, qui traverse Fort McMurray, mais qu’ils n’avaient pas le droit de s’arrêter dans la municipalité et qu’ils ne pourraient pas acheter de l’essence après avoir passé Wandering River, à environ 200 kilomètres au sud de la cité.

Selon Environnement Canada, la région pourrait recevoir encore de la pluie dimanche.

Vendredi, Chad Morrison, un haut responsable du service de gestion des incendies de forêt de l’Alberta, avait affirmé que la province prévoyait déployer 1000 pompiers additionnels au cours des deux prochaines semaines, en plus des 1100 déjà présents sur le terrain.

http://ici.radio-canada.ca/

Le faux-sucre, un poison pour les chiens


Un édulcorant, le xylitol qui se retrouve dans divers produits sans sucre comme les gommes, les bonbons, les sirops, même dans des vitamines, etc. sont un vrai poison pour les chiens, ils peuvent même entraîner la mort de l’animal.
Nuage

 

Le faux-sucre, un poison pour les chiens

 

Un susucre pour Médor ? Oui, mais sans édulcorant. © Paul Brown/REX/Shutterstock.

Un susucre pour Médor ? Oui, mais sans édulcorant. © Paul Brown/REX/Shutterstock.

Par Valentine Delattre

La FDA (Food and Drug Administration) alerte les propriétaires de chiens sur l’intoxication au xylitol, un édulcorant présent dans de nombreux produits du quotidien.

XYLITOL. Ne laissez pas vos chewing-gum à la portée de Milou : leur ingestion pourrait lui être fatale. L’agence sanitaire américaine (FDA, Food and Drug Administration) vient de publier un avis mettant en garde contre un poison souvent peu connu des propriétaires de chien : le xylitol. La voix de la FDA rejoint celle de plusieurs autres organismes, tels que le service vétérinaire anti-poison britannique, SOS Vétérinaires belges ou encore la clinique vétérinaire québécoise Mont-Tremblant. Cet édulcorant – ou faux-sucre – est utilisé dans moult produits du quotidien : friandises sans sucre telles que des pastilles à la menthe, gomme à mâcher, sirop pour la toux, vitamines, bain de bouche et dentifrice. La substance est rapidement assimilée par l’organisme (plus vite que chez les humains). Naturellement, le canidé sécrète alors de l’insuline en grande quantité. Cette hormone produite par le pancréas a pour effet de faire baisser le taux de sucre dans le sang. Bilan : une hypoglycémie (trop peu de sucre dans le sang) qui survient 10 à 60 minutes après l’ingestion du xylitol et qui peut être mortelle pour l’animal. Plus de 3.700 chiens auraient été intoxiqués en 2014 suite à l’ingestion de cet édulcorant.

Vomissements, faiblesse, démarche chancelante, convulsions

Les symptômes d’une intoxication au xylitol incluent des vomissements suivis de signes d’une hypoglycémie : activité réduite, faiblesse, démarche chancelante, défaut de coordination, convulsions ou chute. L’ingestion de xylitol peut même se solder par la mort de l’animal. Si vous pensez que votre chien a ingéré du xylitol, consultez immédiatement un vétérinaire ou rendez-vous aux urgences d’une clinique vétérinaire. Certains effets peuvent se manifester 12 à 24 heures après ingestion : votre animal peut ainsi nécessiter un suivi.

Pour se prémunir d’un tel danger, le maître mot est de consulter les étiquettes.

« Si un produit contient effectivement du xylitol, mettez-le hors de portée de votre animal domestique », conseille la vétérinaire Martine Hartogensis dans le communiqué de la FDA.

Elle recommande également de brosser les dents de votre chien avec un dentifrice adapté. Toutefois, que les propriétaires de chats soient rassurés : la toxicité du xylitol chez les félins n’a pas été prouvée à ce jour.

http://www.sciencesetavenir.fr/