Le Saviez-Vous ► Le champ magnétique terrestre, cette force invisible qui nous protège


Le champ magnétique de la Terre est une protection contre les vents solaires. Quand elle est affaiblie, cela peut causer des dommages à notre technologie comme ce qu’à connu le Québec en 1989, une panne de courant qui a duré plusieurs heures en mars.
Nuage

 

Le champ magnétique terrestre, cette force invisible qui nous protège

 

Mathieu Rancourt

Grâce à l’énergie qu’il nous transmet, le Soleil rend possible l’émergence de la vie sur Terre. Paradoxalement, son rayonnement a aussi le pouvoir d’éradiquer la vie qu’il a fait naître. Par chance, une force invisible nous protège.

Notre étoile jaune nous bombarde sans cesse d’un vent solaire. Ce vent s’échappe en permanence de la haute atmosphère du Soleil et se propage très rapidement dans tout le système solaire. Sans une protection, ce vent mortel nous traverserait le corps et briserait notre ADN causant des maladies mortelles. L’univers étant un milieu hostile à la vie, il nous faut un bouclier.

Le champ magnétique terrestre

Le champ magnétique terrestre nous protège du vent solaire et des rayons cosmiques. Il forme un écran protecteur contre les particules en provenance du cosmos. Ce champ fait partit d’un vaste ensemble qui entoure la Terre et que l’on appelle la magnétosphère.

Il est sans cesse déformé par la force du vent solaire. Ainsi, face au soleil, il se trouve aplati sur une altitude d’environ 65 000 km. Du côté opposé au Soleil, il s’étend sur plusieurs millions de kilomètres de la Terre en formant une queue.

Pour comprendre comment le champ magnétique est généré, il faut descendre dans les entrailles de notre planète.

Le noyau terrestre

Le centre de la Terre est constitué d’un noyau interne et d’un noyau externe. Le noyau interne est l’endroit le plus profond de notre planète. D’un rayon de 1 200 km, le coeur interne est solide et est constitué d’alliage de fer.

Le noyau externe est une couche liquide qui entoure le noyau solide. Avec un rayon de 2 300 km, il est principalement constitué de fer, de nickel et de quelques autres éléments.

Le noyau solide tourne à l’intérieur du noyau liquide. On pense qu’il tourne un peu plus rapidement que la rotation de la Terre.

On croit aussi que la Terre se refroidit et que le noyau interne s’accroit aux dépens du noyau externe. En se refroidissant, le noyau interne grandit d’environ 1 mm par année. Ainsi, la paroi profonde du noyau liquide, celle qui touche au noyau solide, se solidifie.

C’est dans le noyau externe liquide que le champ magnétique est généré par des mouvements de convection. Le noyau externe étant en perpétuel mouvement, le brassage du métal liquide génère d’abord un courant électrique, et ensuite, un champ magnétique.

Le pôle Nord magnétique

C’est grâce au champ magnétique que les aiguilles de nos boussoles s’alignent en direction nord-sud. À noter que le pôle Nord magnétique ne coïncide pas exactement avec le pôle Nord géographique. C’est pour cette raison que les cartographes calculent un angle de déclinaison magnétique. La déclinaison magnétique est l’angle qui sépare le Nord magnétique du Nord géographique.

Le pôle Nord magnétique se trouve présentement à l’extrême Nord du Canada et il se déplace non plus vers la Sibérie, mais plutôt vers l’Angleterre. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, une étude de la NASA suggère que le pôle Nord magnétique change de cap en raison des changements climatiques. En effet, la fonte de la glace polaire modifie la masse de la Terre et cela aurait un impact sur la direction du pôle Nord magnétique. On constate également qu’il se déplace de plus en plus rapidement.

Les aurores boréales

Avez-vous déjà aperçu une aurore boréale ? L’aurore boréale est un spectacle nocturne qui illumine le ciel des régions nordiques. Elle survient lorsqu’un intense vent solaire interagit avec les particules de la haute atmosphère terrestre. Plus les tempêtes solaires sont violentes, plus les aurores sont importantes. Quand ce moment survient, nous assistons alors au combat du Soleil et de la Terre dans le ciel nordique. Dans l’hémisphère sud, ce même phénomène existe et est appelé les aurores australes.

L’affaiblissement du champ magnétique

Notre précieux bouclier s’affaiblit et cela pourrait engendrer un accroissement de la quantité de rayonnement en provenance de l’espace. Étant donné qu’il n’est pas appelé à disparaitre complètement, on n’envisage pas de conséquences graves sur la santé humaine. Ce sont nos infrastructures technologiques qui risquent d’en souffrir le plus. En effet, nos satellites et nos technologies terrestres pourraient en être grandement affectés.

L’éruption solaire de 1989

Par exemple, le 10 mars 1989, un puissant vent solaire quitte le Soleil en direction de la Terre. Le 13 mars suivant, le Québec subit une panne générale d’électricité en raison de cette tempête solaire. La province manque de courant pendant plus de neuf heures.

Le Québec est vulnérable à ce genre de situation, car il repose sur un bouclier rocheux qui empêche le courant de circuler à l’intérieur du sol. Résultat, le courant grimpe dans les nombreuses lignes électriques du territoire et cause plusieurs dommages. Cet incident est peut-être un avant-gout de ce qui pourrait survenir dans les prochaines années si le champ magnétique terrestre continue de diminuer.

L’anomalie de l’Atlantique Sud

Au large du Brésil, les chercheurs ont détecté une zone où le champ magnétique est très faible. Dans cette région du monde, la force du champ magnétique ne cesse de baisser d’année en année. La cause de cette anomalie reste à ce jour mal comprise. Cela n’affecte pas moins la station spatiale internationale ainsi que les satellites qui passent à cet endroit du globe. Ils reçoivent alors davantage de particules en provenance de l’espace.

L’inversion des pôles

On pense que le champ magnétique s’affaiblit, car il est proche d’une inversion magnétique. Le champ magnétique de la Terre s’inverse en moyenne tous les 250 000 ans. Lorsque ce phénomène survient, le pôle Nord magnétique bascule au Sud et vice-versa. Des inversions se sont déjà produites à plusieurs reprises dans le passé. Depuis 50 millions d’années, on calcule que le champ magnétique terrestre s’est inversé plus de 100 fois. La dernière inversion remonte à environ 780 000 ans. Cela laisse croire que nous pourrions être sur le point de vivre une nouvelle inversion.

Inutile toutefois de nous alarmer sur le sujet. Cet évènement n’est pas encore parfaitement compris par les géophysiciens. De plus, aucune inversion des pôles n’a causé d’extinction massive par le passé.

À notre échelle de temps, une inversion des pôles se produit lentement et cela nous donne l’occasion de nous y préparer adéquatement. Une inversion prend probablement quelques milliers d’années à se réaliser.

Enfin, il est tout de même important de poursuivre les recherches en la matière et de rester vigilant en raison de notre infrastructure technologique vulnérable au vent solaire. Il serait bien difficile pour nous de devoir revenir à l’âge de la pierre.

http://www.sciencepresse.qc.ca/

Les chats et les huiles essentielles : un mariage malheureux !


Si vous avez des chats, oubliez les huiles essentielles, car ces boules de poils n’ont pas l’enzyme qui peuvent éliminer ces huiles et peuvent occasionner de graves troubles pouvant aller jusqu’à la mort.
Nuage

 

Les chats et les huiles essentielles : un mariage malheureux !

 

Il est courant de nos jours de diffuser des huiles essentielles pour avoir une atmosphère chaleureuse. Nous recourons à l’aromathérapie dans bien des cas, et là encore les huiles essentielles sont utilisées. Même les nettoyeurs vapeurs sont plus efficaces avec quelques gouttes de ces précieuses huiles aux vertus incontestables…pour les humains ! Cependant, on ignore souvent les méfaits que peuvent avoir de telles pratiques sur les chats…

Une enzyme que le corps du chat ne produit pas

Qu’on les respire ou qu’on les ingère les huiles essentielles se retrouvent dans notre corps. C’est une enzyme, la glucuronyl transferase, qui va faire en sorte qu’on élimine les résidus des huiles essentielles dans notre organisme. Oui mais voilà, le chat est l’une des rares espèces à ne pas sécréter cette enzyme. De ce fait, au lieu d’être transformés par l’enzyme puis éliminés par les voies naturelles, les résidus d’huiles essentielles se retrouvent stockés dans le foie. Et en quelques jours à peine, le leur commence à saturer de ces résidus, pouvant alors créer de graves lésions, des défaillances hépatiques et finalement, un décès. Bien souvent le vétérinaire lui-même ne sait pas la toxicité qu’elles peuvent provoquer sur le chat, il peut même prescrire des inhalations en cas de coryza, ou des colliers apaisants, anti-puces, etc. contenant une quantité importante de différentes huiles essentielles. De ce fait, quand le foie commence à mal fonctionner, il ne cherche pas par là, et en de rares cas, le décès est assimilé à la prise d’huiles essentielles. Seuls les cas où l’on recherche par le biais d’une autopsie, précisément au niveau du foie, ce qui a provoqué le décès peut indiquer la présence en grande quantité de ces résidus. La plupart du temps, en absence d’autopsie, le décès sera justifié par une défaillance hépatique sans autre raison, j’ai vu un cas où on évoquait même un problème congénital…

2 gouttes par an soi 0.005 goutte par jour

En faisant mes recherches sur cette toxicité, je suis tombée sur la dose maximale qu’un chat peut ingérer par an : 2 gouttes sont le maximum que son foie peut accepter en une année pour ne pas être mis en danger ! C’est-à-dire, l’équivalent de 0.005 goutte par jour. A ce dosage là, les huiles essentielles ne sont donc pas assez puissantes pour que leurs vertus soient utiles pour nous, humains. Par ailleurs, une fois, on m’a rétorqué que les huiles essentielles étaient des produits naturels donc inoffensifs. La ciguë aussi est un produit naturel, comme les annamites phalloïdes… si vous décidez d’en boire un verre accompagné de la bonne omelette les contenant, libre à vous, mais ce sera sans moi !

Alors, pensez-vous vraiment que le jeu en vaille la chandelle ? Pensez vous qu’un bienfait temporaire entraînant de graves lésions permanentes est un moindre mal ? Pensez-vous que la douce odeur qui se dégage de votre brûle parfum soit plus importante que le foie de Minet ? C’est à vous, et vous seul, d’en juger mais à présent vous en connaissez les conséquences possibles, conséquences qu’on ne vous donne jamais en vous les recommandant.

Marie-Hélène Bonnet
Comportementaliste du chat
www.comportement-chat.com

Les tendances culinaires de 2016 selon Google


L’alimentation aussi suit une mode, probablement avec la diversité des gens dans un pays et les voyages. On aime ce que l’on goûte et on cherche à le refaire à la maison, sans compter les diverses tendances qu’on nous dit exceptionnel pour le corps
Nuage

 

Les tendances culinaires de 2016 selon Google

 

Les tendances culinaires de 2016 selon Google

Le curcuma est en vogue.Photo Fotolia

Le curcuma est tendance. Le bagel arc-en-ciel ne l’est plus. Et si le succès des ramens ne se dément pas, on ne peut pas en dire autant des cupcakes sans gluten. Telles sont les conclusions du rapport Food Trends 2016 publié par Google.

Le géant informatique a analysé deux ans de données relatives aux recherches des Américains via son moteur pour identifier ce que les consommateurs américains avaient cuisiné et dégusté dans ce laps de temps.

Les aliments capables de doper la santé (en améliorant l’état de la peau, de la libido ou en permettant de combattre l’insomnie ou encore la douleur) sont très en vogue.

L’ingrédient star n’est autre que le curcuma, épice aux nombreuses vertus notamment dans la lutte contre le cancer ou la dépression. Les recherches relatives à cette poudre de couleur ocre ont augmenté de 300 % en 5 ans. Très utilisé dans la préparation des différents currys, le curcuma est au coeur de tendances émergentes: les recherches liées à l’épice sont associées à des mots comme «smoothie», «boisson» ou «jus».

Le vinaigre de cidre, le fruit du jacquier, le miel de manuka, le kéfir et le lait de coco comptent aussi parmi les aliments bénéfiques très recherchés en ce moment.

L’engouement pour le ramen fait l’objet d’une croissance constante. Mais selon le rapport, la soupe vietnamienne phô représente tout de même la principale tendance culinaire.

Depuis 2013, les recherches concernant ce plat font l’objet d’une croissance de 11 % d’une année sur l’autre. Cette soupe entre aussi dans la catégorie des tendances dites saisonnières puisque les recherches la concernant sont à leur apogée au mois de janvier.

Les consommateurs utilisent Google pour dénicher des recettes de phô mais aussi pour repérer les meilleurs restaurants qui en servent dans leur quartier.

Autres éléments tendance: le bibimbap coréen, les taquitos, les empanadas, les queso frescos et le mochi glacé.

Voici un panorama des aliments en vogue ou en déclin chez les Américains:

En progression constante (croissance constante d’une année sur l’autre): Ramen, Rigatoni, Bibimbap

En progression saisonnière (tendances saisonnières qui gagnent en puissance chaque année): soupe Phô, avoine sans cuisson, concombre amer, bouchées de fromage

Les stars montantes (succès soudain dans les derniers mois, probablement éphémère) : curcuma, fruit du jaquier, riz de chou-fleur

En déclin constant: cupcakes sans gluten, jus de canne à sucre évaporé, pain sans farine de blé

En déclin saisonnier: quinoa, gâteau de mariage, chips de Kale, gâteau aux fruits rouges «red velvet», nectar d’agave

Les stars déchues: la bagel arc-en-ciel, pâte de vanille, mini-pancake, Mulligan Stew

http://fr.canoe.ca/

Un bébé bison euthanasié après son transport par des touristes


Ils pensaient bien faire, mais ce petit bison a dû être euthanasié. C’est dommage que des gens prennent des initiatives comme cela au lieu de laisser la nature faire son oeuvre dans un parc protéger au pire, ils auraient pu avertir les agents de la faune. Ces animaux sont libres et devraient être approché le moins possible même pour des selfies
Nuage

 

Un bébé bison euthanasié après son transport par des touristes

 

L'an dernier «cinq visiteurs ont été gravement blessés... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

L’an dernier «cinq visiteurs ont été gravement blessés en s’approchant trop près de bisons», qui blessent «plus de touristes à Yellowstone que le reste des animaux sauvages du parc».

PHOTO REUTERS

Agence France-Presse
Los Angeles

Un bébé bison a dû être euthanasié après avoir été transporté en voiture par des touristes dans le parc de Yellowstone, un comportement jugé «dangereux et illégal» par les parcs nationaux américains.

«La semaine dernière, des visiteurs du parc national de Yellowstone ont reçu une contravention pour avoir placé un bison nouveau-né dans leur véhicule et l’avoir sorti du parc parce qu’ils s’inquiétaient à tort du bien-être de l’animal», a expliqué l’administration des parcs nationaux américains (NPS) dans un communiqué.

«C’était dangereux pour (leur) sécurité car les bisons adultes sont très protecteurs de leurs petits et tendent à les défendre agressivement. En outre, l’interférence avec les humains entraîne le rejet des petits par le troupeau», comme ce fut le cas du bébé bison capturé dans ce célèbre parc de l’Ouest américain, poursuivent les responsables.

La photo du bébé bison dans le coffre de la voiture des deux touristes a fait le tour de Twitter, accompagnée de toutes sortes d’épithètes.

D’après les médias locaux, ces deux touristes étrangers pensaient que le bébé bison avait froid et l’ont emmené à un poste de police, où ils ont été sommés de le ramener au parc, recevant une amende.

Le bébé bison «a été euthanasié car il avait été abandonné et provoquait des situations dangereuses en s’approchant constamment des gens et voitures le long de la route», précise le NPS, qui a utilisé cette histoire pour mettre en garde les touristes désireux de s’approcher d’animaux sauvages.

Le NPS évoque aussi de récentes vidéos où on peut voir un touriste s’approcher tout près d’un bison ou encore d’autres touristes prendre des «selfies» avec ces imposants mammifères «à une distance extrêmement dangereuse et illégale».

Le NPS rappelle que l’an dernier «cinq visiteurs ont été gravement blessés en s’approchant trop près de bisons», qui blessent «plus de touristes à Yellowstone que le reste des animaux sauvages du parc».

L’administration des parcs enjoint les visiteurs à ne pas s’approcher à moins d’une vingtaine de mètres d’eux ou des biches et des cerfs, et à moins de quelque 90 mètres des loups et ours.

Le parc de Yellowstone est le seul parc aux États-Unis où les bisons ont vécu sans discontinuer depuis la Préhistoire. Ces quelque 4900 bovidés bossus, qui pèsent jusqu’à 900 kilos, évoluent en liberté dans ce parc qui s’étend entre le Wyoming, le Montana et l’Idaho.

http://www.lapresse.ca/

Une manipulation génétique décorne les vaches


Faire des croisements d’animaux est une chose, mais qu’on manipule la génétique pour arriver plus vite à ses fins en est une autre. Chez les vaches, les cornes sont un moyen de défense, même elles sont domestiqués, je trouve que c’est d’aller trop loin de chercher des descendants sans corne par la manipulation génétique
Nuage

Une manipulation génétique décorne les vaches

 

 

Les vaches dépourvues de cornes sont appréciées de beaucoup d'éleveurs. Depuis des années, des croisements cherchent à étendre ce caractère à des races exploitées. Mais des généticiens veulent aller plus vite en insérant eux-mêmes le gène dans les cellules de l'embryon. Spotigy, un veau de deux mois ici en photo, est issu de cette expérience. © Cornell Alliance for Science

Les vaches dépourvues de cornes sont appréciées de beaucoup d’éleveurs. Depuis des années, des croisements cherchent à étendre ce caractère à des races exploitées. Mais des généticiens veulent aller plus vite en insérant eux-mêmes le gène dans les cellules de l’embryon. Spotigy, un veau de deux mois ici en photo, est issu de cette expérience. ©Cornell Alliance for ScienceUne manipulation génétique décorne les vaches

 

Les éleveurs de bovins n’aiment pas les cornes, qui blessent et compliquent le travail. Les solutions actuelles sont la sélection ou l’écornage douloureux. Aux États-Unis, des chercheurs ont trouvé le moyen de glisser un gène déjà connu – Polled – dans le génome d’un embryon.

Utiles moyens de défense des bovidés sauvages, les cornes sont une source de complications pour les éleveurs et de blessures pour les animaux comme pour les Hommes, surtout dans les élevages modernes. Depuis longtemps, on cherche le moyen de s’en débarrasser. La méthode la plus radicale est de les brûler, un procédé lourd et traumatisant pour l’animal. Une autre est de sélectionner les individus qui en sont naturellement dépourvus. C’est ce qu’explique ce reportage de France 3, qui présente une variété de vache limousine obtenue par KBS-Genetic. Il en est de même pour des variétés britanniques, comme l’Angus ou l’Hereford.

Aux États-Unis, des scientifiques viennent de publier dans la revue Nature Biotechnology une méthode de manipulation génétique (voir également un article de présentation dans Science). Legène associé à la présence de cornes est en effet connu depuis longtemps. L’allèle (variété du gène) qui conduit à leur absence est baptisé Polled (signifiant écorné en anglais), et noté P. L’allèle entraînant leur présence, Horned (corné, et noté h), est dominant sur le précédent. Un animal de type Ph a donc des cornes.

C’est l’allèle P que l’équipe de chercheurs, dont plusieurs travaillent pour l’entreprise debiotechnologie Recombinetics, a ciblé. Grâce à une technique génétique connue, exploitant lesTalen (Transcription activator-like effector nucleases), ils ont pu insérer dans l’embryon de bovins des allèles Polled, pour obtenir des individus PP. Cinq veaux sont nés en bonne santé, et sans cornes. Les chercheurs espèrent que leur méthode sera plus rapide que les croisements déjà effectués, et qui conduisent aujourd’hui à un pourcentage non négligeable : 10 % des limousines n’ont plus de cornes, d’après le reportage de France 3.

http://www.futura-sciences.com/