Un canidé préhistorique récémment découvert grâce à une unique molaire


C’est vraiment fort ! Seulement avec une molaire, les paléontologues peuvent voir s’il s’agit d’une nouvelle espèce préhistorique et en plus, ils savent qu’il est un canidé, mais se comportant un peu comme une hyène.
Nuage

 

Un canidé préhistorique récémment découvert grâce à une unique molaire

 

Voici une reconstitution du crâne et du visage de ce canidé préhistorique, Cynarctus wangi, fraîchement découvert. © Crédit Illustration / Mauricio Anton

Voici une reconstitution du crâne et du visage de ce canidé préhistorique, Cynarctus wangi, fraîchement découvert. © Crédit Illustration / Mauricio Anton

Découverte dans une formation sédimentaire du Maryland, une simple molaire fossile a permis à des paléontologues américains d’identifier une nouvelle espèce de canidé préhistorique.

MOLAIRE. Voilà sur quoi se base la découverte d’une nouvelle espèce de canidé préhistorique. C’est avec une molaire droite de la mâchoire supérieure que des paléontologues de l’Université de Pennsylvanie, aux États-Unis, ont pu identifier et nommer Cynarctus wangi. Les détails de cette découverte ont été compilés dans un article duJournal of Paleontology. Ce mammifère appartiendrait à une sous-famille préhistorique des canidés, celle des Borophaginés ou « chiens écraseurs d’os » (appelés ainsi à cause de leurs mâchoires larges et puissantes).

Ce groupe d’espèces formait celui des Canidés avec une autre sous-famille préhistorique, des Hespérocyoninés, et celle toujours actuelle des Caninés (composés des loups, chiens, renards et autres lycaons). D’après les paléontologues, les Borophaginés auraient disparu il y a environ 2 millions d’années. Grâce à une datation de sa molaire retrouvée, C. wangi devait vivre durant le Miocène moyen, soit il y a 12 millions d’années. Probablement de la taille d’un coyote, cet animal vivait sûrement sur la côte est de l’Amérique du Nord, contemporain et voisin du plus grand requin qui ait existé, le Mégalodon.

Concernant son comportement, « sans doute cet animal devait agir comme les hyènes aujourd’hui », interprète l’un des chercheurs, Steven E. Jasinski, dans un rapport officiel.

En outre, malgré les mâchoires puissantes de C. wangi, il ajoute : « la viande devait composer seulement un tiers de son alimentation. Pour compléter, il mangeait peut-être des plantes et des insectes ».

Autrement dit, ce canidé préhistorique se rapprochait « plus d’un ours de petite taille que du loup ».

http://www.sciencesetavenir.fr/

Une réponse à “Un canidé préhistorique récémment découvert grâce à une unique molaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s