Une vidéo révèle l’angoissante fuite des résidants de Fort McMurray


Quand on voit le feu aussi prêt, on espère qu’il n’y a pas de victime
A toute heure, il a des nouvelles du feu de forêt en Alberta, on se demande quand ce cauchemar finira
Nuage

 

Une vidéo révèle l’angoissante fuite des résidants de Fort McMurray

 

Un résidant de Fort McMurray ayant filmé son pénible trajet en camionnette pour sortir de la ville en flammes grâce à une caméra installée sur son tableau de bord a annoncé, jeudi, qu’il remettrait les recettes générées par la populaire vidéo aux victimes de la catastrophe.

Michel Chamberland a publié la vidéo sur YouTube après que les quelque 80 000 habitants eurent fui la ville du nord de l’Alberta, mardi.

Les images montrent une pluie de braise s’abattre sur le véhicule de M. Chamberland alors que des flammes s’élèvent de chaque côté de la route.

Dans la vidéo, on peut entendre l’homme de 25 ans dire qu’il peut sentir la chaleur jusqu’à l’intérieur de sa camionnette et que sa maison sera probablement détruite par l’incendie.

Cet employé d’une exploitation de sables bitumineux a raconté qu’il dormait après un quart de nuit lorsqu’un ami l’a appelé pour le mettre au courant de l’évacuation.

Il a expliqué que sa vidéo avait été tellement visionnée qu’il l’avait enregistrée officiellement afin de ramasser de l’argent pour les personnes touchées par la catastrophe.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Il photographie sa dépression pour la combattre, en 16 photos sublimes. Un travail artistique qui lui a permis de comprendre sa maladie


Je trouve intéressant qu’un photographe ayant connu la dépression ai voulu faire des autoportraits pour trouver un moyen d’exprimer ses émotions à travers la photographie
Nuage

 

Il photographie sa dépression pour la combattre, en 16 photos sublimes. Un travail artistique qui lui a permis de comprendre sa maladie

 

@EdwardHonaker

Il y a quelques années, le jeune photographe Américain originaire de San Diego Edward Honaker s’est fait diagnostiquer une dépression.

À partir de ce moment, il a commencé à saisir ce qu’il se passait autour de lui. 

« Votre esprit est ce que vous êtes, quand il ne fonctionne pas correctement, c’est effrayant » confie-t- il au Huffington Post.

Mettre des mots sur des maux est une étape difficile, parfois impossible à réaliser. Les images sont alors un moyen de création, d’expression et de communication efficace quand la parole a atteint ses limites. Edward a commencé à créer des autoportraits afin de comprendre la maladie dont il souffrait et ce qu’elle représentait pour lui.

La série de photographies illustre l’expérience de la dépression et de l’anxiété que vivait quotidiennement l’artiste. Elle lui a permis d’être un médiateur entre lui et les autres, une potentielle explication pour décrire ce qu’il traversait ou ressentait.

Dans son travail artistique, il a mis en images ses troubles psychologiques dans le but de trouver des pistes entre sa maladie et lui. De s’aider et d’aider les autres.

« Quand je faisais ce portfolio, je me suis demandé si j’étais le genre de personne vers laquelle d’autres, qui sont dans une période difficile et ont besoin de parler, se tourneraient », ajoute-t- il. « Honnêtement, à ce moment-là, je ne pense pas que c’était le cas. J’ai encore du chemin à parcourir mais toute cette expérience m’a rendu plus patient et empathique. »

En imaginant ces autoportraits, l’artiste conçoit un travail d’analyse et d’introspection sur ce qu’est véritablement la dépression.

Aujourd’hui, à 22 ans, il a réussi à combattre l’anxiété et la dépression qui le rongeait.

Il explique que « c’est difficile de ressentir une émotion quelconque lorsqu’on est dépressif et (il) pense que l’art peut vraiment émouvoir les gens ».

Ainsi, Edward « pense que pour mettre un terme aux stigmates autour des maladies mentales. Le meilleur moyen est d’être là pour ceux qui souffrent ».

Personne peut savoir exactement comment les autres souffrent… Soyons patients et tolérants face à cette maladie.


@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

@EdwardHonaker

http://www.demotivateur.fr/

Le Saviez-Vous ► Retour sur 7 grands feux de forêt au Canada


Le feu qui ravage Fort McMurray continu a progresser que d’autres municipalités sont évacuées in extrémis, avec des tisons de feu qui tombent sur la route, sur les voitures . C’est vraiment l’horreur. Ceci semble le pire feu de forêt qu’à connu le Canada depuis plusieurs années
Nuage

 

Retour sur 7 grands feux de forêt au Canada

Les incendies de forêt font partie de l’histoire du Canada. De tout temps, ces catastrophes ont ravagé des villages, déplacé des populations, tué et blessé. Chaque année, on dénombre 7000 feux de forêt au Canada. Voici certains des plus marquants des 30 dernières années. Chronologie.

Un texte de Denis-Martin Chabot

1. Feu de forêt au Manitoba en 1989


Feu de forêt au Manitoba en 1989 (archives)

En 1989, 25 000 personnes dans 32 communautés sont évacuées au Manitoba alors que plus de 1200 feux causés par la sécheresse détruisent 2,5 millions d’hectares de terres. Les dégâts sont évalués à 68 millions de dollars. C’est le pire feu de l’histoire de cette province.

2. Salmon Arm, Colombie-Britannique, août 1998


Incendie à Salmon Arm, en Colombie-Britannique, en 1998

Durant le mois d’août, 687 feux de forêt brûlent en Colombie-Britannique. La région de Salmon Arm est particulièrement touchée. Quelque 7000 personnes doivent être évacuées. Au total, 42 115 hectares de forêt sont incendiés, 36 propriétés sont endommagées. L’armée doit intervenir à plusieurs endroits.

3. Sud-est de la Colombie-Britannique et sud-ouest de l’Alberta, juillet 2003


Incendie dans le sud-est de la Colombie-Britannique et le sud-ouest de l’Alberta, en juillet 2003 (Archives)

La plus grande évacuation causée par des feux de forêt, avant celle de Fort McMurray, s’est produite lors des feux de 2003 en Alberta et en Colombie-Britannique lorsque 50 000 personnes ont été déplacées. Trois pompiers ont perdu la vie et 240 000 hectares de terrains sont ravagés dans ces incendies dont on attribue la cause à la nature et à la négligence humaine.

4. Régions de Kelowna, Kamloops et Cariboo, Colombie-Britannique, juillet 2009


Feux de forêt dans les régions de Kelowna, Kamloops et Cariboo, en Colombie-Britannique, en juillet 2009 (Archives)

Six ans plus tard, des feux forcent l’évacuation de 20 000 personnes dans le sud-est de la Colombie-Britannique. Un pilote d’hélicoptère au service des pompiers perd la vie dans le sinistre.

5. Slave Lake, Alberta, mai 2011


Incendie à Slave Lake, en Alberta, en 2011

On estime à 700 millions de dollars les dommages causés par le feu à Slave Lake, dans le nord de l’Alberta, en 2011. Environ 7000 personnes ont été évacuées et un pilote d’hélicoptère est mort dans l’écrasement de son appareil.

6. Nord-du-Québec, juillet 2013


Le ciel est orange au-dessus du village d’Eastmain, qui a dû être évacué en raison de la fumée causée par un feu de forêt.

En 2013, 450 personnes doivent quitter leur village à Eastmain, au Québec. Des feux ont détruit 350 000 hectares de forêt au nord du 51e parallèle, une région qui n’est habituellement pas desservie par la Société de protection des forêts contre le feu.

7. Nord de la Saskatchewan, juin 2015


Feu de forêt à La Ronge, en Saskatchewan PHOTO : PRESSE CANADIENNE

L’an dernier, 15 000 personnes ont dû quitter leur demeure quand 110 feux de forêt ont ravagé la Saskatchewan.

L’évacuation de Fort McMurray est la plus importante de l’histoire pour ce qui est des feux de forêt. Mais la plus grande évacuation de population du Canada a été celle causée par le déraillement d’un train à Missaugua en 1979 : 218 000 personnes ont été obligées de fuir les produits chimiques qui fuyaient des wagons.

 

http://quebec.huffingtonpost.ca/

PFK lance un vernis à ongles à saveur de poulet


Un autre produit ridicule qu’une compagnie en restauration rapide vient de mettre sur le marché. Heureusement, cela n’est pas disponible au Canada
Nuage

 

PFK lance un vernis à ongles à saveur de poulet

 

Les marques rivalisent d’inventivité pour vendre leurs produits, mais la chaîne de restauration rapide Poulet Frit Kentucky vient de pousser l’audace une coche plus loin avec un vernis à ongles à saveur de poulet.

Créés pour les magasins de la chaîne à Hong Kong, les vernis à ongles comestibles sont offerts en deux saveurs, « Original » et « Épicé ».

« Pour l’utiliser, les consommateurs n’ont qu’à l’appliquer et à le laisser sécher comme un vernis régulier, pour ensuite le lécher – encore et encore et encore », a indiqué la marque dans un communiqué rapporté par Adweek.

Si la campagne semble être plus rigolote qu’autre chose, elle est pourtant bien réelle. PFK a d’ailleurs lancé une vidéo pour accompagner son vernis « bon à s’en lécher les doigts ».

Le vernis à ongles ne sera pas disponible en Amérique du Nord, mais la marque invite les consommateurs hongkongais à voter pour leur saveur/couleur favorite afin de lancer une plus grande production du vainqueur.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un enfant de 10 ans craque Instagram et récolte 10 000$


Je pense que nos jeunes vont être vraiment débrouillards en informatique. En tout cas, pirater pour mieux protéger a 10 ans, c’est franchement bien, surtout qu’il en est récompensé d’avoir choisi d’informer a qui de droit, les failles sur une application
Nuage

 

Un enfant de 10 ans craque Instagram et récolte 10 000$

 

Parce qu’il a su trouver une faille sur l’application Instagram, le géant des médias sociaux Facebook a versé une récompense de 10 000 $ à un jeune finlandais de 10 ans.

Ce petit génie vit à Helskinki, en Finlande. Il a découvert qu’en insérant un code malveillant dans le champ réservé aux commentaires, il pouvait supprimer les commentaires des autres sur Instagram, qui appartient à Facebook.

«J’aurais pu supprimer les commentaires de tout le monde, même de Justin Bieber», a confié Jani au quotidien finlandais «Iltalehti».

La compagnie fondée par Mark Zuckerberg a confié à «Forbes» que la faille a finalement a été comblée à la fin du mois de février et Jani a reçu en mars sa récompense de 10 000 $.

Jani est le plus jeune récipiendaire du programme de prime lancé par Facebook pour ceux qui découvre les failles. En février, le géant a dit avoir versé plus de 4,3 millions $ à plus de 800 personnes dans le monde.

Jani envisage de faire une carrière en sécurité informatique. Il a toutefois choisi, pour le moment, d’utiliser sa récompense pour s’offrir un nouveau vélo, un ballon et un nouvel ordinateur.

http://www.tvanouvelles.ca/

Coincé dans une boule de lampadaire, ce chevreuil s’en est finalement sorti


Comment cette boule de lampadaire s’est retrouver accessible aux animaux. Ce pauvre chevreuil a dû vivre des moments de stress intense. Heureusement, il est sain et sauf
Nuage

 

Coincé dans une boule de lampadaire, ce chevreuil s’en est finalement sorti

 

Le chevreuil a passé la nuit avec la tête piégée. 

Le chevreuil a passé la nuit avec la tête piégée.

Photo : NYS Department of Environmental Conservation/Facebook

Aux Etats-Unis, un chevreuil s’est coincé la tête dans une boule de lampadaire. Bloqué pendant toute une nuit, le malheureux animal s’est finalement libéré de son carcan grâce à la persévérance d’un agent de conservation de l’environnement.

 

Les circonstances de l’incident demeurent floues. Dans la nuit du 2 mai aux alentours de New-York, un chevreuil s’est malencontreusement coincé la tête dans une boule de lampadaire. Le malheureux cervidé s’est ensuite réfugié dans les bois, où il a erré jusqu’au matin, piégé dans son globe blanc.

Vers 9h45, les agents du Department of Environmental Conservation de New-York, chargés de surveiller la faune et la flore locales ont été avisés de cette situation délicate. L’officier Jeff Hull s’est alors précipité à la rescousse du chevreuil repéré à quelque 18 mètres de la route dans un quartier résidentiel, selon le récit partagé par l’organisme sur Facebook.

Jeff Hull, l'homme qui a libéré le chevreuil.

Jeff Hull, l’homme qui a libéré le chevreuil.

Photo : NYS Department of Environmental Conservation/Facebook

Deux tentatives et une chute

« Jeff Hull s’est approché du chevreuil. Mais à la première tentative, le globe humide a glissé de ses mains et le chevreuil s’est précipité vers un arbre mort, causant la chute de l’animal », écrivent les agents.

Fort heureusement, l’animal a été libéré de son joug sphérique au second essai.

« Il a lancé son manteau sur le globe et l’a saisi des deux mains alors que le chevreuil se débattait et luttait pour se libérer ».

La bête dégagée a pu rejoindre les bois sans blessure. Quant à l’agent :

« Il a une bonne histoire à raconter et quelques bleus. Mais son intégrité est sauve ».

http://www.metronews.fr/i