Le kyste qui rend fou de jalousie


C’est fou de voir que le cerveau peut faire des folies quand il y a quelque chose d’inhabituelle. Ce genre de kyste se développe généralement chez les bébés donc rarement chez les adultes
Nuage

Le kyste qui rend fou de jalousie

 

CHEAT / Michael Brownlee via Flickr CC License by.

CHEAT / Michael Brownlee via Flickr CC License by.

Repéré par Peggy Sastre

Du jour au lendemain, une quarantenaire devient jalouse comme une teigne. La faute à son mari? Non, à un kyste dans son lobe frontal.

C’est l’histoire d’une femme qui, après vingt ans de mariage, en vient à penser H-24 que son conjoint la trompe, fouille dans son téléphone portable, ses poches, n’en dort plus, n’en mange plus. La faute non pas à un vilain mari en pleine crise de la quarantaine, mais à un cerveau abritant un méchant kyste.

Le cas est détaillé dans un article publié le 6 avril dans la revue BMJ Case Reports, signé par Onur Cemal Noyan, Celal Şalçini, Birim Sungu Talu et Gul Eryilmaz, de l’université Üsküdar d’Istanbul.

La femme en question, une Turque de 43 ans, consulte pour la première fois en janvier 2015. Elle est consciente que sa paranoïa conjugale est sans fondement, mais n’arrive pas pour autant à se raisonner. Parmi ses autres symptômes, la patiente n’arrive plus à dormir, à manger –elle est anémiée– et est devenue subitement très irritable et angoissée. Le seul élément potentiellement «déclencheur» que les médecins réussissent à isoler dans son historique, ce sont les problèmes scolaires de sa fille, qui l’ont forcée à la changer d’établissement et, selon ses dires, «très stressée».

Diagnostic des médecins: leur patiente est en pleine crise psychotique. Mais comme elle n’a, là encore, aucun antécédent susceptible de l’expliquer, les psychiatres décident de lui faire passer un IRM. Ils trouveront dans le lobe frontal droit de son cerveau un kysteporencéphalique rempli de liquide cérébro-spinal.

Cette malformation, extrêmement rare, survient habituellement chez les nouveaux-nés. En général, les kystes sont causés par une attaque cérébrale, survenue in utero ou après la naissance, et peuvent engendrer des troubles musculaires ou neurologiques très graves. La plupart des enfants qui en souffrent sont diagnostiqués dans leur première année et dépassent rarement leur vingtième anniversaire.

Les kystes porencéphaliques peuvent se développer partout dans le cerveau. Dans le cas qui nous occupe, le fait qu’il se soit trouvé dans le lobe frontal, siège de nos fonctions cognitives «supérieures» comme la prise de décision ou la pensée rationnelle, pourrait expliquer que la patiente ait perdu prise avec le réel. Mais pourquoi cette focalisation sur l’adultère? Cette question n’a pas (encore) de réponse.

Parce que le kyste était inopérable, sans pour autant représenter de menace vitale, les médecins ont prescrit de l’olanzapine à leur patiente. Un neuroleptique qu’elle devra prendre à vie. Lors de sa visite médicale la plus récente, effectuée en mars, ils ont pu constater qu’elle suivait bien son traitement, avait repris du poil de la bête et ne regardait plus son mari d’un sale œil. 

http://www.slate.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s