Plus grande longévité quand il y a de la verdure dans le voisinage


Après avoir mis le béton, l’asphalte, la verdure dans certaines villes manque à l’appel, pourtant la verdure, les arbres devraient venir mettre un peu de couleur dans ces villes stériles pour redonner un regain de vie aux habitants
Nuage

 

Plus grande longévité quand il y a de la verdure dans le voisinage

 

Un environnement où il y a de la verdure aiderait à vivre plus longtemps selon une étude américaine publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

Peter James de la Harvard Chan School of Public Health et ses collègues ont suivi 108 630 femmes qui ont rempli des questionnaires deux fois par année sur leur santé et leur mode de vie de 2000 à 2008. Durant cette période, 8 604 sont décédées. En utilisant l’imagerie par satellite, les chercheurs ont évalué la végétation près de leurs résidences.

L’étude a ajusté les données pour tenir compte de différents facteurs tels que le statut socio-économique, l’âge, la race, l’indice de masse corporelle, l’activité physique, le tabagisme, l’éducation et d’autres facteurs de santé et comportementaux.

Comparativement aux participantes qui se situaient dans le plus bas quintile pour ce qui était de la présence de verdure dans une zone de 250 mètres carrés entourant leurs maisons, celles qui se situaient dans le plus haut quintile avaient un taux de mortalité réduit de 12 %.

Leur taux de décès par maladie respiratoire était réduit de 34 % et de cancer de 13 %. Les taux de décès par maladies coronariennes, diabète, accident vasculaire cérébral (AVC) ou infections n’étaient pas différents dans les deux groupes.

Quatre facteurs des zones vertes peuvent contribuer à rendre compte de ces effets, selon le chercheur : diminution de la pollution de l’air, augmentation de l’activité physique, augmentation de l’engagement social et, surtout, meilleure santé mentale, telle que mesurée par une faible prévalence de la dépression.

« Cela ne signifie pas que vous devez déménager à la campagne », souligne le chercheur. « Toute augmentation de la végétation – plus d’arbres de rue, par exemple – semble diminuer le taux de mortalité ».

Psychomédia avec sources : New York Times, Environ Health Perspect, Harvard University.
Tous droits réservés

http://www.psychomedia.qc.ca/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s