L’arbre qui rend humble


Que savons-nous sur notre environnement ? Les scientifiques font mille découvertes, essaient de comprendre ceux qui sont déjà connu autant dans le règne animal que végétal. Si nous allons dans les plus en plus minuscules : les bactéries, l’ignorance est encore plus frappante. Malgré tout l’avancement technologique, toutes les recherches, en bout de ligne, nous ne savons que peu de choses et ce que nous savons, peut-être remis en question à tout moment
Nuage

 

L’arbre qui rend humble

 

Agence Science-Presse) Plus l’arbre généalogique des espèces se précise, et plus l’humanité s’approche d’un moment Copernic : ce moment où on doit admettre qu’on n’est pas grand-chose face à l’univers.

Et dans ce cas-ci, ce n’est pas seulement l’amour-propre des humains qui est entaché, mais celui de tous les… eucaryotes. En d’autres termes, toutes les espèces animales et végétales, et même les bactéries qui comportent un noyau. En théorie, l’arbre de la vie le plus à jour compte 2,3 millions d’espèces, mais une équipe de généticiens vient d’en proposer un radicalement différent : s’appuyant sur 1011 génomes à présent séquencés, ces chercheurs font de la branche des eucaryotes une partie mineure de l’ensemble. Plus gênant encore pour les biologistes, ils écrivent dans Nature Microbiology que la moitié des autres branches est occupée par des bactéries dont nous ne connaissons rien, parce qu’elles n’ont jamais pu être isolées ou cultivées en laboratoire.

http://www.sciencepresse.qc.ca/

3 réponses à “L’arbre qui rend humble

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s