Le succès


Il y a plusieurs façons de voir le succès, mais celui qui je crois est le meilleur, c’est l’empreinte positive que nous apportons aux autres et nous n’avons pas besoin d’être riches pour faire la différence
Nuage

 

Le succès

 

« Le succès ne se mesure pas à la quantité d’argent que vous gagnez mais à l’impact que vous avez sur la vie des gens. »

Michelle Obama

Ils sauvent une chèvre suspendue dans les airs par ses cornes


Comment cette chèvre a pu réussir à se pendre par les cornes ? Il semble que ce soit à cause de sa gourmandise qu’elle aurait glissée. Et maintenant comment la descendre de son perchoir ? C’est la question que ce sont posé les gens d’un village de Grèce. Ce n’est pas vraiment le nombre de bras qui compte, mais qui aura la meilleure idée
Nuage

 

Ils sauvent une chèvre suspendue dans les airs par ses cornes

 

Le Saviez-Vous ► Le passage du Gois, situé dans la baie de Bourgneuf est accessible à la marée basse


Un endroit assez particulier. Vous pouvez traverser ce passage seulement 2 fois par jours. Après ? Vous risquez de voir l’eau prendre possession de cette route. (Cette baie est située sur la côte Atlantique de la France, et qui borde les départements de la Loire-Atlantique et de la Vendée. Au Moyen Âge, cette baie était appelée baie de Bretagne ou baye de Bretagne. (fr.wikipedia) )
Nuage

 

Le passage du Gois, situé dans la baie de Bourgneuf est accessible à la marée basse

passage 1
H1APN

Le nom Gois vient du verbe goisier, qui signifie marcher en mouillant ses sabots.

Le passage du Gois, situé dans la baie de Bourgneuf, relie l’île de Noirmoutier au continent avec la ville de Beauvoir-sur-Mer. Vous pouvez traverser le passage deux fois par jour, lors de la basse mer. Pour le reste de la journée, le passage est inondé sous 1,3 à 4 mètres d’eau.

passage 2
FEEL PLANET

 

En 1701, le passage reliant l’île au continent est mentionné sur une carte géographique pour la première fois.

Vers 1840, un service régulier est assuré par une voiture à cheval.

Noirmoutier
FEEL PLANET

 

Aujourd’hui, vous pouvez traverser cette route, longue de 4,2 kilomètres, en voiture, à pied ou en vélo.

passage 5
FEEL PLANET

 

Mais il faut faire attention quand la marée remonte, car c’est très dangereux. Malgré les panneaux indiquent les horaires de marée, il y a de nombreux accidents chaque année.

passage 3
FEEL PLANET

 

Des nombreuses balises permettent aux promeneurs surpris de se réfugier. Puis il faut attendre que la mer soit suffisamment basse pour descendre.

passage 4
FEEL PLANET

 

http://incroyable.co/

Les 10 travers des malheureux chroniques


Être malheureux est-ce une fatalité ? Peut-on changer d’attitude pour être de meilleure humeur ? Pour ma part, je suis certaine que l’attitude face à la vie permet de mieux profiter des bons moments quand ils passent
Nuage

 

Les 10 travers des malheureux chroniques

 

Dr. Travis Bradberry

Auteur du best-seller Emotional Intelligence 2.0 et président de TalentSmart, premier fournisseur mondial d’intelligence émotionnelle

Le bonheur prend des formes si variées qu’il est difficile à définir. Le malheur, lui, est facile à identifier : on le reconnaît d’emblée et on sait sans aucun doute quand il nous tombe dessus.

À l’instar du tabagisme passif, le malheur est nocif pour l’entourage. La célèbre enquête Terman de l’université de Stanford, qui a suivi les participants pendant huit décennies, a établi un lien entre la fréquentation de gens malheureux, une mauvaise santé et une espérance de vie réduite.

Le bonheur dépend beaucoup moins de nos conditions de vie qu’on ne l’imagine. Une étude de l’université de l’Illinois a montré que les personnes gagnant le plus (plus de dix millions de dollars par an) sont à peine plus heureuses que leurs employés.

Les conditions de vie ont peu à voir avec le bonheur, car celui-ci dépend en grande partie de nous, de nos habitudes et de notre façon de voir la vie. Des psychologues de l’université de Californie ont montré que les gènes et les conditions de vie ne jouent que pour 50 % dans le bonheur d’un individu. L’autre moitié repose sur nous.

«La Constitution garantit uniquement le droit de rechercher le bonheur. C’est à vous de l’attraper.» (Benjamin Franklin)

Travers malheureux

Les gens malheureux sont rarement fréquentables, surtout quand il s’agit de travailler avec eux. Le malheur éloigne les autres, créant un cercle vicieux qui vous bloque dans ce que vous entreprenez.

Le malheur peut vous tomber dessus par surprise, mais le bonheur tient tant à vos habitudes (en pensée comme en acte) que vous devez les surveiller afin de vous assurer qu’elles ne vous tirent pas vers le fond.

Certaines habitudes suscitent davantage la tristesse que d’autres. Méfiez-vous surtout des dix suivantes : ce sont les pires. Assurez-vous que ce ne sont pas les vôtres.

S’en remettre à l’avenir

Ressasser «Je serai heureux quand…» est l’un des travers les plus fréquents. Peu importe la fin de la phrase (promotion, augmentation de salaire, nouvel amour). L’accent est mis beaucoup trop sur les conditions de vie. Or, leur amélioration ne rend pas heureux. Ne perdez pas de temps à attendre quelque chose dont il est prouvé qu’il n’a pas d’effet sur le moral. Cherchez plutôt à être heureux au présent. L’avenir n’est jamais garanti.

Consacrer trop de temps et d’efforts à l’acquisition de biens matériels

Les gens vivant dans l’extrême pauvreté voient leur bonheur s’accroître de manière significative quand leurs conditions économiques s’améliorent. Mais cette augmentation diminue rapidement au-dessus de 20 000 dollars de revenus. Des dizaines d’études montrent que les biens matériels ne font pas le bonheur. Si cette quête devient une habitude, vous avez de bonnes chances de vous rendre malheureux. Car, au-delà de la déception ressentie une fois ces biens acquis, vous découvrirez que c’est au détriment de ce qui peut réellement vous rendre heureux, comme les amis, la famille ou les loisirs.

S’enfermer chez soi

Quand on est malheureux, il est tentant d’éviter les autres. C’est une grave erreur, car fréquenter les gens, même si cela ne vous réjouit pas, est excellent pour le moral. Nous avons tous des jours où nous préférons nous cacher et ne parler à personne. En faire une habitude mine pourtant votre moral. Repérez les moments où la tristesse vous rend asocial. Obligez-vous à sortir et à voir du monde. Vous verrez aussitôt la différence.

Jouer les victimes

Les gens malheureux partent souvent du principe que la vie est difficile et leur échappe : «Le sort s’acharne, je n’y peux rien». Le problème de cette attitude est qu’elle entretient un sentiment d’impuissance. Or, ceux qui se sentent impuissants ne sont pas tentés d’améliorer leur sort. Même si on a tous le droit de se sentir déprimé de temps en temps, il est important de savoir quand cela affecte notre vision de l’existence. Vous n’êtes pas le seul à avoir des problèmes, mais vous ne pourrez changer les choses qu’à la condition d’agir.

Le pessimisme

Rien n’entretient mieux la tristesse que le pessimisme. Le problème, c’est qu’en plus de vous saper le moral, il finit par créer ce que vous redoutez : si vous anticipez les ennuis, vous êtes davantage susceptible d’en avoir. Vous aurez du mal à vous débarrasser de vos idées noires tant que vous n’en reconnaîtrez pas le caractère illogique. Obligez-vous à regarder les faits. Vous vous rendrez compte que les choses ne vont pas aussi mal qu’elles en ont l’air.

Se plaindre

Le fait de se plaindre, tout comme le pessimisme, est un comportement qui s’autoalimente. En parlant constamment de ce qui va mal (et donc en y pensant), vous renforcez vos pensées négatives. Si parler de ce qui vous préoccupe peut aider à vous sentir mieux, la frontière entre effet thérapeutique et entretien de la tristesse est ténue. Sans compter qu’en plus d’être malheureux, vous ferez fuir les gens.

Être incapable de relativiser

Tout le monde a des ennuis, mais seuls les gens heureux les voient pour ce qu’ils sont : un coup de malchance. Les gens malheureux, eux, y voient une preuve supplémentaire que le sort s’acharne sur eux. Une personne heureuse sera contrariée d’avoir un accrochage en se rendant au travail, mais elle saura mettre les choses en perspective : «Pas de chance! Mais ça aurait pu être plus grave». Une personne malheureuse, elle, en déduira que cette journée, cette semaine, voire sa vie entière. est vouée à l’échec.

Être dans le déni

Les gens heureux sont responsables de leurs actes. Ils assument leurs erreurs. Les gens malheureux, eux, craignant les ennuis et les erreurs, tentent de les dissimuler. Les problèmes tendent à s’aggraver quand on les ignore. Moins vous tenterez de les résoudre, plus vous aurez le sentiment que vous n’y pouvez rien. Et vous revoilà à vous penser en victime.

Ne pas progresser

Comme les gens tristes sont pessimistes, ils ont l’impression que leur vie leur échappe et tendance à se résigner. Au lieu de se fixer des objectifs et de s’améliorer, ils se traînent et s’étonnent ensuite que rien ne change.

Se comparer aux autres

La jalousie et l’envie sont incompatibles avec le bonheur. Si vous passez votre temps à vous comparer aux autres, il est temps d’arrêter. Les participants d’une étude étaient d’accord pour gagner moins, mais à condition que tout le monde en fasse autant. Méfiez-vous de cette idée. Elle ne vous rendra pas heureux, et risque bien d’avoir l’effet contraire.

Conclusion

Changer vos habitudes pour être plus heureux est un des plus grands services que vous vous rendrez. C’est important pour une autre raison : prendre en main votre bonheur rendra aussi votre entourage plus heureux.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

ECOSSE. Le monstre du Loch Ness existe-t-il ?


Curieux qu’encore aujourd’hui, des gens ont la certitude que Nessie existe ou a existé. Il est possible que des gens ont vu quelque chose d’étrange, mais probablement que l’explication est plus simple qu’il ne parait. Puis il y a eu d’autres qui ont tout simplement fabriqué des preuves juste pour faire revivre la légende
Nuage

 

ECOSSE. Le monstre du Loch Ness existe-t-il ?

 

Cliché de Nessie, le monstre du Loch Ness, datant de 1934. Cette pièce à conviction se révéla être un faux. © MARY EVANS/SIPA

Cliché de Nessie, le monstre du Loch Ness, datant de 1934. Cette pièce à conviction se révéla être un faux. © MARY EVANS/SIPA

La créature lacustre, décrite comme un serpent géant à cou de cygne, vit dans un paysage symbolique, peuplé de mystères et de fantômes, qui fonde l’identité écossaise.

Les indices de l’existence de Nessie sont de deux ordres. Le premier consiste en un ensemble très volumineux mais hétérogène de témoignages. A la fin des années 70, on a comptabilisé plus de dix mille témoins oculaires soutenant avoir vu quelque chose d’extraordinaire. Le second provient de données fournies par des supports technologiques: tout d’abord, une vingtaine de photographies, dont la plus célèbre, produite en 1934 par le Londonien Kenneth Wilson, montre un long cou terminé par une petite tête et émergeant de remous concentriques. Parmi les rares films, celui de Tim Dinsdale (1960) montre un petit objet mouvant que le cameraman interpréta comme l’une des bosses de Nessie. Ces documents ont semblé fournir un support objectif à la thèse d’un néo-pléiosaure, définitivement étayée, pour certains, par les clichés sous-marins de l’Académie des sciences appliquées de Boston : on y voit un animal au long cou, au corps massif et pourvu de palettes natatoires, baptisé Nessiteras rhombopteryx (l’animal du Ness à la nageoire en losange) par le zoologue Peter Scott.

Des documents douteux

La valeur de ces documents a chancelé, au cours des années 80, devant la contre-offensive des tenants du naturalisme modéré : Dinsdale aurait filmé un canot à moteur, Wilson aurait photographié un modèle réduit, et les images sous-marines auraient été truquées. Enfin, le balayage acoustique par sonar du loch, accompli au cours de l’opération Deepscan (1987), n’a pas détecté autre chose que… des bancs de poissons.

La technologie, initialement au service des supporters du monstre, semble aujourd’hui plutôt servir les positions de chercheurs plus mesurés, qui ramènent toute l’affaire à une accumulation d’interprétations biaisées de phénomènes naturels: effets de courants, de réfraction atmosphérique, mouvements de troncs d’arbre… ou encore séismes. Pourtant, le monstre fait toujours parler de lui. Début 2015, les fans ont à nouveau essuyé leur déception quand des chercheurs de l’Université d’Édimbourg et leurs confrères du Muséum de Glasgow (Écosse, Royaume Uni) ont annoncé le 12 janvier la découverte d’un reptile marin préhistorique… Les médias – du quotidien Weather Network à l’agence Reuters – n’ont pu résister au plaisir de titrer sur la créature écossaise induisant alors un amalgame.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Bientôt un revolver déguisé en téléphone intelligent


Ils osent trouver cela ingénieux ! Ils sont vraiment obsédés par les armes, jusqu’à les déguiser à un objet tout à fait anodin.Non, mais vous y pensé ?? Une personne voudrait photographier  ou filmer un policier avec son téléphone, une personne ou un policier trouvera cela suspect et bang , On tire et on pose les questions après … Bref,  je ne sais pas si cela fera fureur aux États-Unis, mais sûrement que cela ne diminuera en rien les morts par arme à feu
Nuage

 

 

Bientôt un revolver déguisé en téléphone intelligent

 

 

Les Américains vont bientôt pouvoir acheter un pistolet ayant la forme d’un téléphone intelligent et chargé de deux balles, qui pourra facilement se glisser dans la poche d’un pantalon.

«Ingénieusement conçu pour ressembler à un téléphone intelligent, il s’ouvre et est prêt à tirer dès qu’on enlève la sécurité», fait valoir une petite société du Minnesota, Ideal Conceal, précisant sur son site que cette nouvelle arme sera en vente à la mi-2016.

«Les téléphones intelligents étant partout, votre nouveau pistolet pourra donc se fondre facilement dans l’environnement actuel. En position verrouillée, il sera quasiment indétectable parce qu’il n’est pas visible à l’oeil nu», ajoute Ideal Conceal.

ideal conceal

Le pistolet se présente comme une arme de poing de calibre .380 avec deux balles chargées dans deux canons (un pour chaque balle). Il est mis en vente à 395 $ (près de 525 $ CAN).

Les Américains sont très divisés sur les armes, entre ceux qui défendent leur port au nom de leur propre protection et ceux qui veulent mieux en contrôler la circulation en raison de la fréquence des fusillades mortelles. Plus de 30 000 personnes meurent par balle chaque année aux États-Unis.

«Personne ne souhaite se retrouver dans une situation affreuse qui nécessite que vous vous défendiez en utilisant la force létale. Mais comme le dit l’adage: « mieux vaut avoir une arme et ne pas devoir s’en servir, que d’avoir besoin d’une arme et ne pas en avoir »», explique la société qui défend «le droit à l’autodéfense».

Mais cette arme pourrait ne pas être du goût des forces de l’ordre.

«En général, le concept d’une arme déguisée, qui en apparence ne ressemble pas à une arme, est une source d’inquiétude», a récemment expliqué sur la chaîne CNN Money le directeur de l’association nationale des organisations policières (NAPO, en anglais), Bill Johnson.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Pourquoi faut-il éviter de s’endormir avec des écouteurs?


Beaucoup s’endorment avec la musique dans les oreilles à l’aide d’écouteur. Il semble que cette mauvaise habitude peut déranger le sommeil et avoir des conséquences sur l’audition
Nuage

 

Pourquoi faut-il éviter de s’endormir avec des écouteurs?

 

Pourquoi faut-il éviter de s'endormir avec des écouteurs?

Il est important de limiter la durée d’écoute à une heure par jour.Photo Fotolia

Pour mettre la lumière sur cette pratique potentiellement dangereuse, l’Observatoire français Bruitparif a réalisé un sondage sur 661 élèves âgés en moyenne de 13 ans.

40 % des 661 sondés disent s’endormir avec leurs écouteurs dans les oreilles. Les jeunes de 14 ans seraient eux, 14 % à le faire tous les soirs.

Selon le président Bruitparif, Didier Gonzales, «ces pratiques, lorsqu’elles s’installent dans la durée, peuvent être lourdes de conséquences pour l’audition, mais aussi générer des troubles du sommeil et entraîner des difficultés dans les apprentissages».

Bruitparif metionne aussi des rapports médicaux qui font état d’une «augmentation des signes de perturbation du sommeil».

Ces symptômes sont l’allongement du temps d’endormissement, des risques accrus de faire des cauchemars, ou encore le fractionnement et la déstructuration du sommeil.

UNE MAUVAISE PRÉVENTION

L’Organisation mondiale de la santé tente de prévenir de ces risques en déclarant qu’il est important de limiter la durée d’écoute à une heure par jour et de pas dépasser les 60 % de la capacité maximale de volume de son appareil.

Pourtant, Bruitparif doute que ces recommandations arrivent jusqu’aux oreilles des jeunes utilisateurs et les fassent entendre raison.

http://fr.canoe.ca/