Prendre possession de notre vie


C’est à nous de prendre possession de notre vie. Personne peut le faire à notre place. Cela ne sert à rien d’accuser les autres que les choses n’avancent pas, si nous ne changeons  pas nous-même
Nuage

 

Prendre possession de notre vie

 

Cherchez pour vous, par vous-même. Ne laissez pas les autres faire votre chemin pour vous. C’est votre route, à vous seul. D’autre peuvent marcher avec vous, mais personne ne peut marcher pour vous.

Sagesse Amérindienne

Il fait exprès de se faire mordre, pour prouver la dangérosité d’un alligator


Dans un extrait d’un épisode « Breaking Trail » présenter Coyote Peterson, l’aventurier et spécialiste des animaux veut démonter qu’un alligator comme animal de compagnie n’est vraiment pas une bonne idée. Il a présenté son bras à un animal de 2 ans. L’expérience quoique assez inusitée est très convainquant
Nuage

Il fait exprès de se faire mordre, pour prouver la dangerosité d’un alligator

Le Saviez-Vous ► 8 animaux disparus absolument stupéfiants


On connait depuis longtemps certains animaux qui ont vécu des millions d’années. Mais, il d’autres moins connu ont existé et leur aspect pour plusieurs sont vraiment étranges et heureusement n’existent plus aujourd’hui
Nuage

8 animaux disparus absolument stupéfiants

 

 Connaissez-vous l’Hélicoprion, le Jaekelopterus rhenaniaeou l’Opabinia ? Non ? Ces animaux disparus sont pourtant fascinants…

 

  • Les dents de la mer

Les requins d’aujourd’hui sont déjà effrayants. Mais ils ne sont rien comparé aux requins préhistoriques. L’Hélicoprion, par exemple, pouvait mesurer plus de 10 mètres de long et disposait d’une arme redoutable : une mâchoire inférieure en forme de scie circulaire. Certains spécialistes estiment qu’elle lui permettait d’ouvrir la coquille des ammonites, tandis que d’autres pensent qu’il s’en servait comme d’un harpon en fonçant à toute vitesse à travers les bancs de poissons.

  • Le singe géant

Vous connaissez sans doute le yéti, cette immense créature légendaire à l’allure de grand singe. Jusqu’à aujourd’hui, son existence n’a pas été prouvée. Par contre, le Gigantopithèque, lui, a bel et bien existé. Il s’agit d’un primate impressionnant qui pouvait mesurer jusqu’à 3 mètres de haut et peser jusqu’à 550 kilos. Les premiers hommes ont d’ailleurs pu le croiser, puisqu’il a disparu il y a environ 300 000 ans.

  • La terreur des profondeurs

Cette terrifiante bestiole est le Jaekelopterus rhenaniae. Il s’agit du plus grand arthropode – animal invertébré – de tous les temps. Il pouvait mesurer pas moins de 2,5 m de long et se déplacer dans les rivières et les lacs. Mais pas de panique, vous ne risquez plus de croiser son chemin, puisqu’il a vécu il y a environ 390 millions d’années.

  • Un lézard bizarre

Le Longisquama est un reptile primitif de 15 centimètres de long qui a vécu il y a environ 230 millions d’années. Sa particularité : une rangée d’immenses écailles sur le dos, qui ont la forme de crosse de hockey. Le débat fait rage entre les spécialistes concernant la nature des étranges attributs dorsaux du Longisquama. Certains indiquent qu’il s’agit bien d’écailles, d’autres une rangée de plumes.

  • Un drôle d’éléphant

Le Platybelodon semble tout droit sorti d’un film. Et pourtant, cet animal, qui a l’allure d’un éléphant a bel et bien existé. Comme vous pouvez le constater, il a une mâchoire bien particulière en forme de pelle. D’après une récente étude, le platybelodon utilisait cette mâchoire inférieure toute plate comme d’une faux, afin de couper les herbes pour se nourrir.

  • L’erreur de la nature

5 yeux, une trompe de 30 centimètres et un corps plat et mou. Voici l’Opabinia, un animal aquatique qui a vécu à l’époque du Cambrien moyen, il y a environ 500 millions d’années. Cette étonnante bestiole est si étrange que les scientifiques n’ont toujours pas réussi à la classer dans telle ou telle famille d’animaux.

  • La fermeture éclair

Regardez un peu la tête de l’Atopodentatus. Ce reptile marin, qui vivait sur Terre il y a 240 millions d’années, disposait d’une mâchoire étonnante. Ses dents étaient disposées horizontalement, mais aussi verticalement, comme une grosse fermeture éclair. Cette disposition dentaire plutôt atypique lui permettait de se nourrir en filtrant sa nourriture.

  • Un serpent titanesque

Le Titanoboa est tout simplement le plus grand serpent qui ait jamais existé sur Terre. Évoluant dans les forêts humides il y a 60 millions d’années, il pouvait mesurer jusqu’à 15 mètres et peser jusqu’à 2 tonnes. Cette bestiole si imposante devait se nourrir d’énormes alligators, dont elle ne faisait qu’une bouchée.

http://www.lepoint.fr/

Une grosse éruption solaire pourrait griller la Terre


Rien n’est éternel, tout est appelé à disparaître, même la planète Terre. Reste à savoir comment, mais je doute que nous sachions la date exacte. Ceci dit, le soleil est un des hypothèses quoique pour le moment du moins, le risque est très faible.
Nuage

 

Une grosse éruption solaire pourrait griller la Terre

 

Éruption solaire | NASA Goddard Space Flight Center via Wikimedia Commons License by

Éruption solaire | NASA Goddard Space Flight Center via Wikimedia Commons License by

Repéré par Aude Lorriaux

Il y a un risque «très faible» mais pas nul qu’une super éruption solaire, 10.000 fois supérieure à la normale, carbonise notre planète.

On vous prévient tout de suite: si vous avez fait des cauchemars après avoir regardé le filmMelancholia (qui raconte l’histoire d’une planète mille fois plus grosse que la Terre s’écrasant sur elle), cet article n’est pas pour vous. Car ce qui va suivre est assez effrayant. Il y a une chance que nous soyons un jour totalement grillés par une gigantesque éruption solaire, bien plus importante que celles qui endommagent parfois nos circuits électriques terrestres et nos réseaux de communication, affirme une étude de la revue Nature communications résumée par Science mag.

Les éruptions solaires proviennent de l’interruption et de la reconnexion des champs magnétiques autour de l’astre. Certaines peuvent être d’une ampleur inimaginable, jusqu’à 10.000 fois plus grandes que toutes celles que nous avons connues. Pour l’instant, le soleil n’est jamais entré dans une colère telle qu’elle pourrait nous menacer, parce que son champ magnétique est assez faible. D’autres étoiles sont dotées de champs magnétiques bien plus puissants, créant régulièrement ces «super éruptions».

Risque «très modéré mais pas nul»

Mais les chercheurs ont voulu savoir si ces éruptions gigantesques se produisaient parfois autour d’étoiles avec des champs magnétiques inférieurs en force à celui de la Terre, ou similaires. Et accrochez-vous bien: oui, cela arrive. Et pas qu’un peu. Environ 10% des étoiles qui produisent ces «super éruptions» («superflare» en anglais) ont des champs magnétiques inférieurs ou équivalents à celui de la Terre, affirment les chercheurs qui ont pour cela étudié près de 5.600 de ces corps célestes, à l’aide du téléscope chinois Guo Shoujing.

«Le risque est très modéré mais pas nul», affirmait déjà, avant cette découverte, l’astrophysicien Francis Rocard dans une interview à L’Express.

Mars a perdu son atmosphère à cause des éruptions

En juillet 2012, une tempête solaire a manqué la Terre de peu. Elle aurait pu provoquer plus de mille milliards de dollars de dégâts. En 1989, une éruption solaire a plongé le Québec dans le noir pendant plusieurs heures. Des centaines d’années plus tôt, en 744 et 993, notre planète avait déjà été frappée par «d’énormes vagues de particules subatomiques», environ 10 à 100 fois plus importantes que d’habitude. La première était «cinq fois plus puissante que n’importe quelle tempête solaire observée entre 1956 et 2005». Si un tel événement se reproduisait, nous resterions des mois sans électricité.

Ces évènements étaient tout bonnement ridicules comparés aux plus grosses de ces«super éruptions», 10.000 fois supérieures à la normale. On sait que si Mars a perdu son atmosphère, c’est en partie à cause des éruptions solaires. La Terre est pour l’instant protégée par son champ magnétique des plus petites éruptions, mais en cas de «super éruption» d’importance, il ne suffirait pas. Heureusement, le risque est jugé «très faible».

http://www.slate.fr/

Une fillette de cinq ans sauve sa mère de la noyade


Un malaise dans une piscine et le risque de noyade est accrue, si personne ne réagit. Cette maman doit être fière de sa fille de 5 ans qui a réussi la sauver en faisant vite les bons gestes
Nuage

Une fillette de cinq ans sauve sa mère de la noyade

 

Une petite fille de cinq ans a joué les héroïnes en sauvant sa mère qui était en train de se noyer dans la piscine familiale située à Taft au Texas.

Tracy Anderwald était en train de nager lorsqu’elle a été victime d’une attaque. Elle commençait à disparaitre sous l’eau lorsque sa fille, Allison, s’est rendu compte de la situation.

N’écoutant que son courage la fillette, qui nage depuis ses deux ans, a sauté à l’eau pour porter secours à sa mère.

Sur les images d’une caméra de surveillance installée dans le jardin, on peut voir Allison essayer tant bien que mal à sortir sa mère de la piscine, lui maintenant la tête hors de l’eau.

Non sans mal, la petite a réussi à amener sa mère vers les marches du bassin où il y avait moins d’eau avant de partir en courant chercher de l’aide dans la maison.

«Elle était lourde, j’ai eu du mal à la tirer hors de l’eau. Une chance que mes nièces étaient là pour m’aider. Quand j’ai vu ça, je me dis que ça a été un miracle qu’Allison réussisse à aider sa mère de cette façon», a expliqué la tante de la fillette, Tedra Hunt, à KRIS 6 News.

Tracy Anderwald, de son côté, ne s’est rendu compte de rien et ce n’est qu’à l’hôpital qu’elle a appris ce qui s’était passé.

«Je pense qu’Allison a le potentiel pour devenir surveillante de piscine dans le futur», a-t-elle dit en plaisant, heureuse d’être réunie avec sa sauveuse de fille.

http://www.tvanouvelles.ca/

Regardons ce qu’il se passe dans notre cerveau quand on « cogne des clous »


    Le micro-endormissement, vous connaissez ? Quand vous voulez ou devez rester en mode éveil, le cerveau lui fait une pause de quelques secondes et pendant ce temps, mieux vaut ne pas conduire.
    Nuage

     

    Regardons ce qu’il se passe dans notre cerveau quand on « cogne des clous »

    The Huffington Post États-Unis  |  Par Carolyn Gregoire

      Lors d’un épisode de micro-endormissement, on peut s’assoupir pendant quelques secondes devant l’ordinateur. Ça nous est tous arrivé: mort-e d’épuisement après une nuit blanche, nos paupières ne cessent de se refermer en dépit de tous nos efforts.

      On finit par s’assoupir le temps de quelques secondes… avant de se réveiller en sursaut. Ce phénomène est connu sous le nom de «micro-endormissement», un intervalle de temps au cours duquel la personne perd conscience. Il ne dure qu’une fraction de seconde, ou même dix secondes, et se conclut par un réveil brutal.

      À quoi est-il dû? Le plus souvent, à une fatigue extrême. Le sommeil est une nécessité biologique, et lorsque nous nous forçons à rester éveillés pendant trop longtemps, notre cerveau finit par se mettre hors service, ne serait-ce que pour quelques secondes. En gros, il est contraint de faire un break car le manque de sommeil empêche certains réseaux et zones de fonctionner correctement.

      Pour la journée du sommeil, nous avons voulu donner un aperçu des aspects scientifiques du micro-endormissement, et de pourquoi il peut être si dangereux.

      Votre cerveau succombe à l’endormissement

      Quand on lutte pour rester éveillé, le cerveau ne gagne pas toujours la bataille. Une étude publiée dans la revue Neuroimage a demandé à des volontaires de ne pas dormir pendant 22 heures d’affilée. Les sujets étaient ensuite placés dans un appareil d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle sombre, avec ordre de ne pas dormir. L’appareil détectait leurs brèves périodes d’assoupissement et observait ce qui se passait dans leur cerveau. Durant ces courts accès de micro-endormissement, on constatait une réduction de l’activité du thalamus, la zone du cerveau en charge de la régulation du sommeil.

      À l’inverse, les zones cérébrales responsables du traitement de l’information sensorielle et de l’attention connaissaient des périodes d’activité intense. Ces fonctions sont, bien sûr, essentielles à l’état d’éveil. Cela laisse entendre qu’une partie du cerveau est en mode «éveillé», tandis que d’autres zones succombent temporairement au besoin de dormir.

      Il arrive qu’on ne s’en rende même pas compte

      Bien que le manque de sommeil affecte l’ensemble du cerveau, certaines parties peuvent être bien plus fortement atteintes. Une étude menée en 2011 par l’université du Wisconsin a constaté que les cellules nerveuses d’un cerveau éveillé mais en manque de sommeil pouvaient se «déconnecter» brièvement.

      «On sait que l’état de somnolence nous amène à faire des erreurs. On a du mal à fixer notre attention et notre vigilance s’en ressent», déclarait à l’époque le Dr Chiara Cirelli, l’un des auteurs de l’étude, dans un communiqué. «Les EEG montrent que l’on peut connaître de brèves périodes de micro-endormissement pendant l’état de veille», expliquait ce professeur de psychiatrie.

      C’est un facteur terriblement fréquent d’accident de la circulation

      L’aspect le plus inquiétant du micro-endormissement est sans doute qu’il se produit fréquemment quand nous conduisons. Il est d’ailleurs considéré comme la cause la plus fréquente d’endormissement au volant. Selon l’association caritative britannique Brake (“frein” en anglais), 45 % des hommes et 22 % des femmes interrogés reconnaissent avoir été sujets à des épisodes de micro-endormissement alors qu’ils conduisaient.

      Les travailleurs de nuit qui rentrent chez eux au petit matin s’exposent à de très grands risques d’accident dû à ce phénomène. Une petite étude publiée en décembre a constaté que les probabilités d’accident étaient bien plus élevées quand ils sortaient du travail que quand ils étaient bien reposés.

      Une autre étude très inquiétante, menée en 2012, a constaté que nombre de ces accidents auraient pu être évités si les conducteurs s’étaient arrêtés dès les premiers signes de somnolence. Les résultats montraient que beaucoup de gens continuent à conduire, même après avoir fait l’expérience d’épisodes de micro-endormissement.

      «Les gens savent qu’ils sont trop fatigués pour conduire, mais ils se poussent à rester éveillés, expliquait alors le Dr Chris Watling, auteur de l’étude et chercheur à l’université de technologie du Queensland, en Australie. C’est précisément là que la conduite peut s’avérer dangereuse.»

      Cet article, publié à l’origine sur le Huffington Post américain, a été traduit par Guillemette Allard-Bares pour Fast for Word.

  • http://quebec.huffingtonpost.ca/

    Starbucks va donner ses invendus aux personnes dans le besoin


    Une belle initiative de la compagnie Starbucks aux États-Unis, reste à espérer que cela puisse se propager dans les autres pays que Starbucks est établi
    Nuage

    Starbucks va donner ses invendus aux personnes dans le besoin

     

    La chaîne de cafés Starbucks a annoncé qu’elle allait désormais donner ses repas, sandwiches et salades invendus aux personnes dans le besoin aux États-Unis, plutôt que de les mettre à la poubelle.

    L’entreprise a affirmé, à l’occasion d’une réunion avec des actionnaires mercredi, qu’elle allait participer à un programme national américain, «Feeding America» («Nourrir l’Amérique»), en offrant chaque soir ses repas préparés toujours comestibles.

    L’opération concerne l’ensemble de ses 7 600 cafés à travers les États-Unis, pendant les cinq prochaines années.

    «Pour la seule première année, Starbucks FoodShare va fournir près de cinq millions de repas à des personnes et des familles qui ont besoin de nourriture», a assuré l’entreprise.

    D’ici 2021, ce nombre de repas pourrait atteindre les 50 millions par an, affirme la chaîne.

    Le défi, explique Starbucks, est de s’assurer que les salades, sandwiches et autres repas réfrigérés peuvent toujours être consommés en toute sécurité même si leurs étiquettes affichent des dates de péremption dépassées.

    «Feeding America», une organisation à but non lucratif qui sert de banque alimentaire, et «Food Donation Collection», un autre groupe qui collabore avec Starbucks, tentent de lutter contre le gaspillage de nourriture en travaillant avec des restaurants, cafétérias ou marchés dont ils récupèrent les restes pour les distribuer aux nécessiteux.

    http://www.tvanouvelles.ca/