Mémoire d’un peuple


Je crois que chaque peuple évolue au contact d’un autre peuple, d’une autre culture, c’est l’ordre des choses, mais quand par la force, on enlève de force sa langue, sa science, son histoire, c’est la perte de mémoire d’une nation toute entière, une perte d’identité qui sera difficile a retrouver
Nuage

 

Mémoire d’un peuple

 

 Pour liquider un peuple, on commence par lui enlever la mémoire. On détruit ses livres, sa culture, son histoire. Puis quelqu’un d’autre lui écrit d’autres livres, lui donne une autre culture, lui invente une autre histoire. Ensuite, le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est, et ce qu’il était. Et le monde autour de lui l’oublie encore plus vite.

Milan Hübl, historien et écrivain tchèque

Peinture urbaine sur trottoir


J’aime les trompes-oeil sur les rues et trottoirs, c’est un travail étonnant.
Nuage

 

Peinture urbaine sur trottoir 

 

street 1

EDGAR MUELLER

Edgar Mueller, autodidacte et peintre urbain, réalise des œuvres impressionnantes sur les trottoirs d’Allemagne, d’Angleterre et de la Russie.

Edgar Mueller, originaire de l’Allemagne, fait partit du mouvement Street Painting.

street 2

EDGAR MUELLER

Mueller a commencé à l’âge de 16 ans, dans la ville de Geldern, où il était lycéen et a découvert l’art urbain.

street 3

EDGAR MUELLER

En 1998, il décroche le titre de « maitre peintre de rue. » Alors il décide de se consacrer entièrement à l’art de rue.

street 4

EDGAR MUELLER

Ce mouvement artistique est une forme d’art qui se réalise dans la rue ou dans des endroits publiques.

street 5

EDGAR MUELLER

Le « street art » prend toutes sortes de formes, comme le graffiti, les posters ou les stickers.

street 6

EDGAR MUELLER

Il crée des peintures tridimensionnelles qui deviennent d’illusions. Le principe du trompe-l’œil en 3D est simple, il utilise la perspective pour réaliser une peinture sur le sol.

street 7

EDGAR MUELLER

L’objectif est de donner l’impression d’un relief, souvent représenté par un creux.

street 8

EDGAR MUELLER

http://incroyable.co/

Le Saviez-Vous ► Mademoiselle Gabrielle, la célèbre demi-femme #Freak


Il fut un temps que les personnes naissant avec certaines malformations physiques étaient exploitées. Heureusement, que les temps changent, comme l’exemple ici de cette dame, appelé demi-femme. C’est grotesque ! J’ai une amie, qui n’a pas de jambe et comme Mademoiselle Gabrielle, mon amie est très indépendante et s’organise très bien elle-même comme n’importe qui
Nuage

 

Mademoiselle Gabrielle, la célèbre demi-femme # Freak

 

Les bêtes de foire au XIXème mais aussi au début du XXème siècle, c’était une bonne partie des divertissements des populations. Enfin, surtout aux USA. Mais l’Europe n’est pas en reste, et surtout, de nombreuses personnes qui vont faire carrière aux États-Unis sont nées en Europe, comme Frank Lentini,l’homme aux trois jambes, ou encore Mademoiselle Gabrielle dont nous allons parler aujourd’hui !

Qui est Mademoiselle Gabrielle ?

Gabrielle Fuller est née en 1884 à Bâle, en Suisse. Le nourrisson est parfaitement constitué de la tête à la taille. Et puis, il y a une couille dans le potage. Elle n’a pas de jambe. Pas même un morceau, rien. On dit qu’elle semble avoir été coupée à la scie tant son bas du corps est net (pas comme Johnny Eck qui a des mini jambes atrophiées). En revanche, elle est très bien faite, très jolie, très agréable, avec des beaux nichons et une voix en or. Contrairement à Violetta, une Allemande, Gabrielle a ses deux bras. La suissesse va se faire connaître comme « demi-femme vivante ».

Et pourtant, dans la vie, c’est une vraie femme, entière, indépendante. Elle se déplace à l’aide de ses mains et elle ne veut pas qu’on l’aide ni qu’on la prenne en pitié, enfin elle va se marier (au moins) trois fois. Elle décède en 1958, après avoir connu une longue carrière dans le cirque.

1900 : l’exposition universelle de Paris

En 1900, Mademoiselle Gabrielle a seize ans, et elle se déplace à Paris pour l’exposition universelle. La jeune fille, fraîche et jolie, ne passe pas inaperçue, loin de là. Si certaines femmes la regardent, tantôt horrifiées, tantôt surprises, de nombreux hommes la regardent avec envie. Mademoiselle Gabrielle va apprendre à jouer de ses charmes au fil des ans.Mademoiselle Gabrielle freak

Elle va acheter de jolies tenues, de nombreux bijoux et va apprendre à se maquiller pour paraître toujours plus élégante. Et ça fonctionne puisque Mademoiselle Gabrielle va refuser de nombreuses demandes en mariage en France, mais aussi aux États-Unis, où elle va faire carrière dans le cirque.

Mademoiselle Gabrielle, une freak

La fin du XIXème siècle est marquée par la présence de deux cirques très importants au Etats-Unis: En 1884, cinq frères décident de partir sur la route pour divertir le monde et montent un cirque : The Ringling Brothers. L’autre grand cirque et le Barnum & Bailey Circus, mais il finira par être acheté en 1907 par les frères Ringling, et ça va donner : Ringling Brothers Barnum and Bailey Circus. Le nom à rallonge, ça coûte une blinde pour les affiches vu le nombre de lettres. Bref, au sein de ce cirque, il y a les animaux, les trapézistes, les clowns, les chiens équilibristes et les girafes naines. Le classique du classique quoi. Et dans une petite tente à coté, il y a ce qu’on appelle le Sideshow. Et c’est là qu’on expose les bêtes humaines : les géants, les nains, les femmes à barbes, les siamois, ou encore l’homme à trois jambes.Mademoiselle Gabrielle

 

Parmi les numéros célèbres de Mademoiselle Gabrielle, il y a celui de la balançoire. En fait, elle se balance sur une balançoire. Et puis c’est tout. Ah bin on se divertit d’un rien hein… Bon, en fait, les activités de Mademoiselle Gabrielle sont un peu floues. On se doute qu’il n’y avait pas que le coup de la balançoire, on parle de prostitution sans jamais pouvoir rien prouver. Toujours est-il que la carrière de la demi-femme avance à grands pas puisqu’elle va quitter les Ringling pour rejoindre le Dreamland. C’est le lieu à fréquenter pour tous les freaks du monde. Et ce sont les dernières informations que l’on a de Mademoiselle Gabrielle.

http://www.racontemoilhistoire.com/

Pour en finir avec la neige et la glace


Après que la neige avait presque disparu sur la pelouse (je suis face au sud) voilà que la neige est revenu mettre son manteau tout blanc devant ma porte. C’est peut-être la tempête des corneilles comme on disait quand j’étais plus jeune pour souligner la dernière tempête. Dans d’autres pays, l’accumulation de neige est beaucoup plus importante et on essaie de régler le problème du déneigement qu’il soit à la fois utile et pratique. Que dire de la glace, un danger pour se casser les os ou bien déraper, encore là, il n’y a pas de solution miracle, quoique des étudiants travaillent pour quelque chose d’innovant
Nuage

 

Pour en finir avec la neige et la glace

 

Chaussée glacée

Chaussée glacée   PHOTO : ISTOCK

  Un texte de Ève Christian

Le printemps est arrivé la semaine dernière, mais on sait très bien que ce n’est que théorique. Combien de giboulées viennent colorer de blanc certaines journées de la fin de mars ou en avril?

Voici, pour nous encourager si une tempête des corneilles vient blanchir nos terrains, quelques idées sorties de l’imaginaire de scientifiques qui ont pour but de faciliter la vie pour parer aux aléas de l’hiver, comme la neige ou la glace.

Le robot japonais Yuki-taro

Au Japon, certaines villes font partie des endroits les plus enneigés du monde, recevant annuellement entre 485 et 790 cm de neige. Donc, il n’est pas surprenant que des ingénieurs japonais aient inventé un robot permettant de déblayer une entrée de garage sans que le propriétaire ait à prendre la pelle!

Yuki-taro (en japonais, Yuki signifie neige et taro est un prénom masculin) a de fortes ressemblances avec Pikachu, ce Pokémon jaune qui a fait fureur il y a une vingtaine d’années au Japon puis à travers le monde.

Il fonctionne avec une batterie qui lui permet de se déplacer de 5 mètres par minute (0,3 km/h). Il est autoguidé et muni d’un GPS et de deux caméras. Il déneige sur une bande de 95 cm de large, mais contrairement à une souffleuse, il ne rejette pas la neige. Il avance en l’avalant et en la compressant en briques qui ressortent à l’arrière. Chacune mesure 50 x 30 x 12 cm pèse environ 13 kg. Le pont arrière peut contenir une dizaine de ces briques de neige compactée pour un poids maximal de 100 kg.

Idéal pour joindre l’utile à l’agréable : votre entrée est déneigée et vos enfants utilisent les briques pour construire des igloos ou… vous les entreposez pour refroidir vos boissons lors des partys d’été!

L’ayant d’abord conçu comme prototype, les ingénieurs visent la réalisation d’une version commercialisable de ce robot d’ici quelques années.

Pour faire fondre la glace

Lors d’une chute de neige ou d’une tempête de verglas, les services de voirie doivent rapidement rendre les routes sécuritaires. Les déneigeuses repoussent la neige sur les côtés et du sel est déposé pour faire fondre la glace. Mais le sel est-il efficace en toute occasion? D’abord, comment fonctionne-t-il?

Pour l’eau, la température de 0 degré Celsius est importante : c’est celle qui entraîne un changement de phase. En bas de 0, l’eau gèle. En haut, la glace fond. Mais cette règle est vraie quand l’eau est pure. Si on y ajoute des impuretés, le changement de phases ne se fait plus aux mêmes températures. L’eau restera liquide même sous 0.

C’est pourquoi on applique sur les chaussées du chlorure de sodium, communément appelé sel. La réaction chimique de la molécule de sel (NaCl) avec celle de l’eau (H2O) abaisse la température à laquelle l’eau gèle. Plus le pourcentage de sel dans l’eau est grand, plus l’eau gèle à une basse température. Par exemple, avec 3 % de sel, l’eau gèlera à -1,8 degré. Avec 23 % de sel, l’eau restera liquide jusqu’à -21 degrés.

On serait donc porté à croire que les routes salées devraient être sécuritaires jusqu’à -21 degrés, mais ça, c’est en théorie.

En pratique, quand les saleuses déposent le sel, il y a une fine couche d’eau à la surface de la glace dans laquelle le sel se dissout. Couche par couche, la glace fond jusqu’à ce qu’elle disparaisse complètement. Mais ça prend du temps.

Pour des températures légèrement négatives, il faut 20 à 30 minutes pour que tout fonde. Plus il fait froid, plus le processus est long. Et ça, c’est sans compter le fait que les voitures passent, dispersent le sel et retardent la fonte de la glace. Ce n’est donc pas si efficace que ça.

Pour pallier cette difficulté, dans certaines villes, on utilise de la saumure. C’est de l’eau dans laquelle on a dissous une grande proportion de sel. Elle agit plus vite que le simple étalement de sel dans la neige. Mais en raison du ruissellement, ce sel est nocif pour le sol et les plantes à proximité des routes.

Ce problème sera en partie résolu en remplaçant le chlorure de sodium par du chlorure de calcium (CaCl2). Il n’est pas néfaste pour les plantes et offre une meilleure efficacité que le sel lors de températures plus basses, genre de -15 à -20 degrés.

Mais un nouveau procédé, qui semble avoir un bon effet pour la fonte de la glace, est récemment apparu : un mélange de jus de betterave et de sel. Les impacts environnementaux sont réduits, mais ça coûte cher. Comme quoi, rien n’est parfait.

Ah, ces étudiants en génie!

D’autres idées bien créatives viennent d’étudiants de diverses disciplines de génie de l’Université d’Harvard, à Boston. Probablement inspirés par l’hiver dernier où 2,75 mètres de neige avaient enseveli leur ville, ils ont patenté une souffleuse à neige télécommandée pour déneiger les nombreux toits plats de l’université.

Ils ont aussi conçu un instrument chauffant pour couper à distance les dangereux glaçons qui pendouillent au bord des toitures et ont créé un paillasson résistant au gel, pour sécuriser le devant des portes et les escaliers.

Ces bonnes idées ne sont pas encore commercialisées, mais les jeunes poursuivent leurs recherches et continuent de perfectionner leurs créations, car ils aimeraient bien qu’elles soient sur le marché un jour. Et pourquoi pas?

http://ici.radio-canada.ca/

Le plus vieil animal au monde lavé pour la première fois


Ce n’était pas un luxe de prendre un « bain » après 184 ans. Il a fallu une visite royale pour que la tortue puisse avoir une carapace toute propre
Nuage

 

Le plus vieil animal au monde lavé pour la première fois

Voici Jonathan, le plus vieil animal en captivité au monde. © Capture d'écran YouTube / St Helena Government

Voici Jonathan, le plus vieil animal en captivité au monde. © Capture d’écran YouTube / St Helena Government

Par Gouty Félix

En préparation d’une visite royale, la plus vieille tortue géante encore vivante a été faite « toute propre » et « toute belle » pour la première fois de sa vie.

JONATHAN. C’est le nom que porte le plus vieil animal encore vivant sur cette planète (en tout cas, connu à ce jour). Une tortue géante mâle originaire des Seychelles (Aldabrachelys gigantea hololissa), âgée d’approximativement 184 ans.

 Jonathan réside depuis 1882 (où il a été déménagé de son lieu de naissance vers l’âge de 50 ans) dans la maison du gouverneur de l’île britannique de Sainte-Hélène, dans l’Atlantique Sud, où Napoléon Bonaparte avait été exilé jusqu’à sa mort en 1821. Malgré ce manque de corrélation entre les dates, la plupart des habitants de Sainte-Hélène pense encore que l’ancien empereur avait fait « ami-ami » avec le reptile. Le 19 mars 2016 – la date qui nous intéresse ici – Jonathan a été lavé pour la première fois, par son vétérinaire actuel Dr. Joe Hollins, en préparation de la visite d’un membre de la famille royale en mai 2016.

 

Comment connaître l’âge d’une tortue ? Comme les arbres et certains coquillages, à mesure qu’une tortue grandit, les écailles de sa carapace forment des stries de croissance. Chacune de ces stries peut correspondre à un ou deux ans de croissance (suivant les conditions climatiques et l’espèce en question), et permet ainsi l’estimation de l’âge de l’animal. Dans le cas de tortues géantes très âgées comme Jonathan, les stries ont souvent été effacées par le temps et il est donc difficile d’établir un âge exact. Seuls l’avis de spécialistes et l’utilisation d’archives (dans le cas de Jonathan, une vieille photo retrouvée datant de 1902 et un vieux rapport de 1882, le déclarant déjà arrivé sur l’île à taille adulte) sont à même d’estimer un âge aussi avancé.

http://www.sciencesetavenir.fr/

333 baleines tuées en toute impunité par le Japon


Je ne suis pas une scientifique, mais delà à tuer des baleines pour la recherche et prétendant que cette chasse permettra de mieux comprendre les écosystèmes marins de l’Antarctique n’a absolument rien de scientifique, c’est de la pure foutaise. Imaginez pendant 12 ans, ils veulent tuer 333 baleines pour un totale de 3 996, et ce, pendant 12 ans. Cela est inadmissible, c’est un vrai carnage
Nuage

 

333 baleines tuées en toute impunité par le Japon

 

Baleine de Mink pêchée par un navire japonais "pour la recherche scientifique" en 2015. ©/NEWSCOM/SIPA

Baleine de Mink pêchée par un navire japonais « pour la recherche scientifique » en 2015. ©/NEWSCOM/SIPA

Le Japon a commencé une campagne de chasse « scientifique » à la baleine. Elle devrait durer 12 ans. Plus de 300 cétacés ont déjà été tués dans les eaux australiennes. Une pêche « abominable » pour Sydney.

PRÉTEXTE. L’abattage de 333 baleines par le Japon lors de sa campagne de pêche a été jugé vendredi 25 mars 2016 « abominable » par l’Australie, critiquée à son tour pour sa passivité honteuse par une association de défense de la faune marine.

« Le gouvernement australien s’oppose de façon claire, absolue et catégorique à la soi-disant ‘scientifique’ pêche à la baleine », a déclaré à l’AFP le ministre australien de l’Environnement Greg Hunt. « C’est de mon point de vue abominable, un retour vers une ère révolue, a-t-il ajouté. La recherche létale n’a aucune justification scientifique. »

 La veille, l’agence japonaise chargée de la pêche a annoncé le retour dans la matinée à Shimonoseki (sud-ouest), depuis longtemps un des principaux ports de la pêche à la baleine, des navires japonais partis début décembre 2015 chasser les cétacés dans l’Antarctique au grand dam des organisations de défense des animaux. L’agence a précisé dans un communiqué que 333 petits rorquals (ou baleines de Minke) avaient été tués au cours de cette expédition.

Encore 12 ans de chasse à la baleine ?

Le Japon invoque des visées scientifiques, mais il n’a jamais fait un secret du fait que la viande de l’animal marin finissait souvent dans les assiettes. L’archipel avait été contraint de renoncer à la saison 2014-2015 de prises de cétacés après une décision de la Cour internationale de justice(CIJ) qui, saisie par l’Australie, avait jugé que l’activité était détournée à des fins commerciales. Depuis, le Japon a soumis un nouveau programme à la Commission baleinière internationale (CBI), lequel prévoit de capturer 3.996 baleines en Antarctique dans les 12 prochaines années, soit 333 par saison contre environ 900 dans le cadre du précédent programme condamné. Ce niveau de capture est jugé « nécessaire » par Tokyo pour collecter des informations sur l’âge de la population baleinière, données dont le Japon prétend avoir besoin afin de définir un plafond de captures permettant de ne pas menacer la survie de l’espèce. Les Japonais affirment que ce nouveau programme permettra une meilleure compréhension des écosystèmes marins de l’Antarctique et ont promis de limiter la période de recherche à 12 années à partir de l’exercice 2015-2016.

L’association de défense de la faune marine Sea Shepherd, qui mène activement campagne contre cette pêche, a de son côté critiqué la passivité des gouvernements australien et néo-zélandais.

« La majorité des Australiens souhaitaient que leur gouvernement envoie un navire empêcher le massacre. Il ne l’a pas fait », a déclaré le directeur général de la branche australienne de l’organisation, Jeff Hansen, dans un communiqué. « Les gouvernements responsables de la protection de ces créatures magnifiques ont laissé faire, en ayant pleinement conscience qu’un crime fédéral et un crime international étaient commis, a-t-il poursuivi. Cette absence de réponse des autorités est, au vu de la décision de la CIJ, une honte. »

http://www.sciencesetavenir.fr/

La folle histoire du vol du crâne de Shakespeare


La tête de Shakespeare a-t-elle vraiment été volé en 1794 ? Avec un scanner, il s’avère que la tombe que l’on croit être à Shakespeare contient plutôt celui d’une femme d’un certain âge
Nuage

 

La folle histoire du vol du crâne de Shakespeare

 

Portrait de Shakespeare par un artiste non identifié (domaine public).

Portrait de Shakespeare par un artiste non identifié (domaine public).

Repéré par Vincent Manilève

L’auteur anglais aurait-il été la victime de pilleurs de tombe?

Dans Hamlet, le dramaturge fait jouer son personnage principal avec le crâne de Yorick, livrant au monde l’une des scènes les plus célèbres du théâtre britannique. On apprend aujourd’hui que d’autres personnes ont à leur tour joué avec un crâne, mais cette fois il s’agissait de celui de William Shakespeare en personne.

Sur son site, la BBC explique qu’une longue enquête dans la tombe du dramaturge a permis de découvrir que son crâne a été volé à la fin du XVIIIe siècle.

«La découverte donne du crédit à une information de 1879, plus tard considérée comme de la fiction, qui disait que des chasseurs de primes ont pris le crâne dans sa tombe en 1794», écrit le médias anglais.

La tombe en question a longtemps fait débat dans la communauté des historiens et des archéologues , notamment parce qu’elle est trop petite pour être celle d’un adulte, mais aujourd’hui, ils ont trouvé de quoi discuter.

Kevin Colls, archéologue à l’université de Staffordshire, explique au site avoir repéré«quelque chose d’étrange» au niveau de la tête du tombeau, comme si elle avait été réparée. Pour en arriver à de telles affirmations, son équipe et lui ont utilisé un scanner avec un radar pouvant pénétrer le sol (GPR) pour en analyser le contenu.

Au Guardian, le spécialiste a expliqué que «le pillage de tombe était très important au XVIIe et au XVIIIe siècle. Les gens voulaient les crânes de gens célèbres pour essayer d’analyser et voir ce qui en avait fait des génies. Ce n’est pas une surprise que Shakespeare ait pu être une cible.»

Confondu avec une femme de 70 ans

Il apparaît également qu’il a été enterré avec sa famille dans des tombes peu profondes, de moins d’un mètre. Enfin, le GPR n’a pas repéré de matériaux métalliques dans la zone du tombeau, tels que des clous pouvant fermer un cercueil. La BCC explique que l’auteur et ses proches ont été enterrés directement dans des draps.

Et si les chercheurs expliquent qu’il faut respecter les souhaits de Shakespeare et ne pas ouvrir sa tombe pour avoir le dernier mot sur cette histoire, ils ont pu néanmoins mettre fin à une autre légende tenace qui disait qu’il ne s’agissait pas de sa véritable tombe. Des rumeurs laissaient croire que son corps se trouvait en réalité à 25 kilomètres de son emplacement actuel, dans l’église de Saint Leonard à Beoley.

«L’équipe a scanné le crâne et a mené une analyse anthropologique et les résultats ont montré qu’il ne pouvait pas s’agir de Shakespeare», écrit le Guardian. Il s’agissait en réalité d’une femme de 70 ans

. 

http://www.slate.fr/