Harmonie


Que ce soit en couple, entre amis, entre voisins, en famille … Il ne faut jamais prendre pour acquis la bonne entente, c’est à tous les jours qu’il faut y travailler pour maintenir l’harmonie
Nuage

Harmonie

 

 

“Entre deux individus, l’harmonie n’est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir.”

Simone de Beauvoir

Un jeune garçon échange sa bouteille d’eau avec une petite fille


Les inégalités sociales, vous en êtes sûrement témoins de temps à autre. Il y a des pays que c’est beaucoup plus flagrant quand l’extrême pauvreté côtoie la richesse des appartements. Les enfants de deux univers ont pourtant les mêmes besoins, mais les vives différemment. L’eau potable est un exemple. On oublie souvent devant la facilité d’avoir de l’eau potable à nos moindres besoins, alors qu’ailleurs, on prend l’eau que l’on peut même si elle est sale
Nuage

 

Un jeune garçon échange sa bouteille d’eau avec une petite fille

 

Le Saviez-Vous ► Pourquoi les moustiques font-ils du bruit quand ils volent ?


Quoi de plus irritant que d’entendre un moustique voler quand on essaie de dormir ? Si ce bruit est perceptible à nos oreilles, c’est que la femelle agite ses ailes à une vitesse impressionnante, tout cela pour attirer Monsieur moustique
Nuage

 

Pourquoi les moustiques font-ils du bruit quand ils volent ?

 

Chez les moustiques, seules les femelles piquent pour se nourrir de sang. Elles émettent aussi avec leurs ailes un son aigu qui attire les mâles dans une parade nuptiale et musicale. © JR Guillaumin CC by-nd 2.0

Chez les moustiques, seules les femelles piquent pour se nourrir de sang. Elles émettent aussi avec leurs ailes un son aigu qui attire les mâles dans une parade nuptiale et musicale. © JR Guillaumin CC by-nd 2.0

Les moustiques sont des diptères (deux ailes) de la famille des culicidés, dont seules les femelles piquent pour pomper le sang des animaux, de manière à assurer le développement de leurs œufs.

Le bruit caractéristique (et agaçant) de ces insectes est dû aux battements très rapides de leurs ailes lorsqu’ils volent : de 400 à 2.300 battements par seconde ! Cette vibration rapide provoque un son aigu perceptible par l’oreille humaine.

En fait, si les femelles moustiques émettent ce bruit, c’est dans un but bien précis : signaler leur présence aux mâles et les attirer. A l’oreille des mâles, ce bzz est un son délicieusement séducteur.

http://www.futura-sciences.com/

Un SDF lui vient en aide, en retour, elle récolte 12.000 euros pour lui


C’est une belle histoire ! Les SDF, malgré leur situation peuvent faire preuve d’une grande âme pour protéger une personne
Nuage

 

Un SDF lui vient en aide, en retour, elle récolte 12.000 euros pour lui

 

Photo d'illustration

Photo d’illustration

Photo: Jewel SAMAD / AFP

GÉNÉREUSE Nicole, une jeune Britannique, avait manqué le dernier train pour rentrer chez elle et se retrouvait seule dans Londres. Pour remercier le SDF qui avait pris soin d’elle toute le nuit, elle récolte plus de 12 000 euros (près de 18 000 $ cad)  pour lui faire un cadeau d’anniversaire.

Le 4 mars dernier, à 3h du matin, Nicole Sedgebeer manquait le dernier train pour rentrer chez elle, à Milton Keynes, au nord de Londres. Nicole était venue dans la capitale anglaise pour une soirée, boire quelques verres avec des amis. Arrivée trop tard à la gare de Euston, un quartier du nord de Londres, il lui fallait attendre 5h du matin pour prendre le prochain train.

Bloquée dans la capitale britannique, seule, bien éméchée et sans nulle part où dormir, cette jeune Anglaise de 21 ans commençait réellement à paniquer. C’est alors qu’est arrivé Mark, un SDF. Il a escorté Nicole jusque dans un café ouvert toute la nuit, s’est assuré qu’elle puisse s’asseoir au chaud et qu’elle prenne un café. Puis il a dû partir pour récupérer quelques affaires, lui faisant la promesse de revenir.

Nicole n’y croyait pas vraiment, mais Mark est revenu et a raccompagné la jeune femme jusqu’à la gare, à 5 heures du matin, histoire de lui éviter toute mauvaise rencontre.

Un cadeau à 12.000 euros

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Cette bienveillance de tous les instants a complètement chamboulé la vision des SDF que pouvait avoir Nicole. Après avoir pris un selfie avec lui, elle a demandé à son bon samaritain pourquoi il avait pris soin d’elle. Mark lui a répondu :

« C’est le devoir d’un père de tout faire pour ramener la fille d’un autre chez elle, saine et sauve », rapporte le site Metro.co.

Résultat, pour remercier son protecteur d’une nuit, Nicole a organisé une collecte de fonds. Elle espérait récolter 10.000 euros, elle en a eu plus de 12.000. De quoi lui faire un cadeau d’anniversaire vraiment exceptionnel.

http://www.metronews.fr/

En Inde, un meurtre d’enfant dans une tribu indigène provoque un casse-tête juridique


Je suis d’accord qu’on laisse des peuples vivants de leurs traditions ancestrales, si c’est leurs volontés, mais doit-on laisser faire les meurtres d’enfants pour des rituels, ou que l’enfant soit métis ? Bien sûr qu’il faut sanctionner les braconniers pour le viol et d’avoir rentré de l’alcool, mais celui qui a tué le bébé même si lui est un indigène doit pourtant, selon moi, répondre de ce meurtre
Nuage

 

En Inde, un meurtre d’enfant dans une tribu indigène provoque un casse-tête juridique

 

Havelock, une des îles d’Andaman. Havelock (Andaman Islands), RTW 2012 / Ana Raquel S. Hernandes via Flickr CC License By

Havelock, une des îles d’Andaman. Havelock (Andaman Islands), RTW 2012 / Ana Raquel S. Hernandes via Flickr CC License By

Repéré par Jean-Laurent Cassely

Jamais un membre des Jarawa n’a eu le statut de suspect d’une procédure criminelle.

Les Jarawa sont un des peuples indigènes des îles indiennes Andaman, dans le Golfe de Bengale, qui ont probablement migré de l’Afrique vers l’Inde il y a 50.000 ans.

Pendant des années, de véritables safaris humains ont été organisés sur l’île, avant qu’un article du Guardian ne provoque un scandale international et ne pousse les autorités indiennes à interdire ces incursions de touristes. Depuis, les Jarawa sont théoriquement protégés au maximum des contacts avec l’extérieur. Mais depuis plusieurs années, un autre scandale fait surface: les femmes de la tribu subissent des viols par des braconniers et des habitants d’autres îles, qui ont introduit de l’alcool et de la drogue sur l’île des Jarawa.

C’est dans ce contexte qu’un nouveau-né métis, dont la mère est une Jarawa non mariée, a été tué en novembre 2015. Un drame qui fait pénétrer les autorités indiennes en territoire inconnu, raconte le New York Times dans un article. Car jamais un membre des Jarawa n’a eu le statut de suspect d’une procédure criminelle. Deux hommes extérieurs à la tribu ont été arrêtés. Le père supposé de l’enfant, accusé de viol, et un homme qui aurait donné de l’alcool au meurtrier présumé. Quant à ce dernier, un membre de la tribu, il n’a toujours pas été inquiété.

L’affaire est d’autant plus sensible que des meurtres rituels d’enfants de veuves Jarawa ont été documentés par le passé, et des défenseurs des Jarawa vont jusqu’à considérer que les autorités indiennes ne doivent pas interférer… y compris dans un cas comme celui-ci. En conséquence, poursuit l’article, l’issue la plus probable est un enterrement administratif prévu au bout d’un long cycle de navette du dossier entre les bureaucraties indiennes.

Une autre des îles de l’archipel d’Andaman, l’île North Sentinel, a beaucoup fait parler d’elles l’année dernière. Ses habitants sont considérés comme le peuple le plus isolé du monde. En 2006, deux pêcheurs qui avaient jeté l’ancre sur ses côtes ont été tués par les autochtones, ce qui a contribué à renforcer leur réputation d’hostilité vis-à-vis du monde extérieur.

http://www.slate.fr/

Virus Zika : les États-Unis vont-ils lâcher des moustiques OGM ?


Est-ce une bonne idée ? Peut-être à court terme, mais à long terme ? Est-ce qu’il y a de mieux à faire ? L’OGM n’est pas naturel et beaucoup redoutent des conséquences de changer par des organismes génétiquement modifiés
Nuage

 

Virus Zika : les États-Unis vont-ils lâcher des moustiques OGM ?

 

Moustique Aedes Aegypti © Felipe Dana/AP/SIPA

Moustique Aedes Aegypti © Felipe Dana/AP/SIPA

 

L’agence américaine des médicaments a donné son accord de principe à un lâcher expérimental de moustiques génétiquement modifiés en Floride, afin de limiter la propagation du virus Zika.

L’agence américaine des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), a donné son feu vert de principe vendredi 11 mars 2016 à un lâcher expérimental de moustiques génétiquement modifiés en Floride qui pourraient permettre de limiter la propagation du virus Zika. La FDA explique avoir déterminé que ces moustiques mâles baptisé « OX513A«  ne présentent probablement pas de risque d’allergie pour les humains, les animaux ou l’environnement. Mais la décision de la FDA ne sera pas finalisée avant plusieurs mois, période durant laquelle l’agence entendra les évaluations des différentes parties prenantes.

Des moustiques testés avec succès au Brésil

Ces moustiques Aedes aegypti OGM produits par la firme britannique Oxitec, sont porteurs d’un gène qui écourte nettement leur vie et celle de leurs progénitures qui meurent avant l’âge adulte. Cela a pour effet d’éliminer les populations de moustiques sauvages qui sont les principaux vecteurs de maladies infectieuses comme le Zika, la dengue, le chikungunya ou le virus du Nil Occidental. Ces moustiques OGM ont déjà montré une certaine efficacité à réduire les populations de moustiques sauvages dans de petits tests effectués au Brésil et d’autres pays d’Amérique du sud.

La FDA a décidé de soumettre sans attendre cette décision aux avis des différentes parties dans le public pour la finaliser au plus vite alors qu’avec l’arrivée des beaux jours aux États-Unis les moustiques vont éclore et se multiplier, avait récemment expliqué devant le Congrès un responsable de la FDA. L’agence des médicaments s’est essentiellement appuyée sur une évaluation d’impact environnemental soumis par Oxitec qui est devenue une filiale de la firme américaine de biotechnologie Intrexon. Les documents d’Oxitec et de la FDA concluent que ces moustiques OGM ne pourront probablement pas « s’échapper » pour établir de larges populations dans la nature par le fait qu’ils sont programmés pour mourir jeunes.

Des effets toxiques « négligeables »

En outre, ils ne présentent aucun danger pour les humains et les autres animaux car ils ne piquent pas étant donné qu’il ne s’agit pour la plupart de mâles. Seules les femelles piquent pour se nourrir de sang. Et même s’il est aussi prévu de lâcher un très petit nombre de moustiques femelles OGM, les protéines qu’elles portent, résultant de leur modification génétique, ne paraissent pas être toxiques ou allergènes, selon la FDA.

Dans son annonce, l’agence conclut que « la probabilité qu’un lâcher de moustiques OX513A mâles ait des effets toxiques ou allergènes chez les humains ou les autres animaux est négligeable… ».

Une autre raison incitant les autorités américaines à accélérer le processus d’approbation est la résistance que développe les moustiques aux insecticides. Les autorités sanitaires se mobilisent pour protéger surtout les femmes enceintes d’une infection par le virus Zika, fortement soupçonné de provoquer la microcéphalie, une malformation grave et irréversible qui se caractérise par une taille anormalement petite du crâne et du cerveau des nouveau-nés.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Les conséquences du bruit, omniprésent dans notre environnement, sous-estimées


Même si on ne peut vivre dans un silence complet, le bruit à notre époque est devenu un problème sérieux. Tellement qu’on camoufle le bruit par autre chose qui n’est guère mieux et qui peut en résulter à des troubles de santé
Nuage

 

 

Les conséquences du bruit, omniprésent dans notre environnement, sous-estimées

 

 

En France, 12 à 13% de la population sont touchées par des problèmes d'audition. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

En France, 12 à 13% de la population sont touchées par des problèmes d’audition. © SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

 

Échec scolaire, difficultés de socialisation, carrière professionnelle contrariée, voire risque accru de démence : la perte auditive est un fléau à tous les âges, souligne l’association JNA à l’occasion de la 19e journée nationale de l’audition ce 10 mars.

Que ce soit dans la rue, dans les transports en commun, au restaurant, au bureau ou à domicile, »nous sommes soumis à une pression sonore permanente », constate auprès de l’AFP le professeur Jean-Luc Puel, directeur de recherche de l’Inserm.

D’ailleurs, un Français sur deux se sent agressé par le bruit au travail ou dans les transports, et neuf sur dix estiment que le bruit a des effets directs sur la santé, selon un sondage Ifop.

« Autrefois le bruit ne rentrait pas dans la sphère privée »

Le bruit est aujourd’hui perçu comme une nuisance, une « pollution sonore » parce que les pauses silencieuses sont devenues rares, voire inexistantes. »La grande différence est qu’autrefois le bruit ne rentrait pas dans la sphère privée », observe Sébastien Leroy, de JNA.

Il n’est pas rare à présent que des jeunes vivent jour et nuit avec un casque sur la tête pour écouter de la musique, regarder des vidéos ou masquer le bruit des autres. En France, 10 % des enfants de moins de 2 ans s’endorment avec un casque audio…

Or cette exposition permanente affecte non seulement l’ouïe mais encore la santé en général, insiste Pascal Foeillet, médecin ORL (voir infographie ci-dessous).

« Le bruit a une action directe sur la zone la plus sensible : la partie auditive de l’oreille interne », explique-t-il, rappelant que les effets sont liés à l’intensité et à la durée de l’exposition. À partir de 85/87 décibels et une exposition variant de huit heures à quelques minutes selon l’intensité du bruit, « le système auditif souffre et, à long terme, des troubles auditifs ou des acouphènes vont s’installer ».

© Simon MALFATTO, Philippe MOUCHE / AFP

Des lésions irréversibles

À titre d’exemples, dans une rue à fort trafic, le bruit est de l’ordre de 90 dB, dans une discothèque de 110 dB, proche du seuil de la douleur de 120 dB (voir l’échelle du bruit ci-dessous).

Le Dr Foeillet ajoute que la « lésion s’installe de manière très insidieuse, sans forcément être perçue immédiatement ». Et, elle est irréversible. Dans les discothèques où le bruit peut atteindre les 110 décibels et plus, « des dégâts considérables peuvent intervenir en quelques minutes », insiste Martine Ohresser, médecin ORL.

Le bruit a en outre des effets plus généraux sur la santé en agissant sur le système émotionnel.

Des études ont ainsi montré que des personnes exposées au bruit quotidien comme celles habitant à proximité d’un aéroport présentaient plus fréquemment des maladies cardiovasculaires, des pressions artérielles plus élevées ou des troubles psychiques comme l’anxiété voire la dépression. Elles souffrent aussi davantage de troubles du sommeil. Dans les bureaux en « open space », le bruit généré par les conversations, les sonneries des téléphones, entraîne plus de fatigue, les salariés étant contraints d’être « hyper concentrés » pour rester efficaces. À l’école, le bruit se traduit par un déficit d’attention. 

© Damien Hypolite / Sciences et Avenir

En France, 12 à 13% de la population, soit 6 à 8 millions de personnes sont touchées par des problèmes d’audition, selon des données de la JNA. L’association estime que ces données sont probablement inférieures à la réalité faute notamment de dépistage efficace.

« Les tests basiques sont insuffisants », déplore le professeur Hung Thaï Van, chef de service audiologie qui raconte la malheureuse expérience de ce jeune de 19 ans, en échec scolaire, à qui on a imposé six ans d’orthophonie alors qu’il souffrait de trouble auditif non diagnostiqué.

 Selon lui, « près de 40% des enfants en difficultés scolaires peuvent avoir un trouble central d’audition ».

En 2015, l’Organisation mondiale de la santé avait averti que plus d’un milliard de jeunes dans le monde étaient menacés par des troubles auditifs parce qu’ils écoutent de la musique trop forte.

Lise Loumé avec afp

http://www.sciencesetavenir.fr/