Enfants nus sur le web à sept ans, un «drame humain»


Même si les parents sont vigilants, ce genre de chose qui met en scène un enfant dans des images intimes peuvent malheureusement se retrouver sur le web pour des mauvaises intentions. L’enfant ne peut pas savoir toutes les conséquences qui risquent de le suivre pendant longtemps. Pour les parents, certaines photos de leurs enfants, ne devraient jamais se retrouver sur Internet
Nuage

 

Enfants nus sur le web à sept ans, un «drame humain»

 

 

De plus en plus d’enfants, parfois aussi jeunes que sept ans, offrent volontairement leur corps, en photos et en vidéos sur le web, sans se douter des conséquences.

Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) aurait à gérer trois à quatre nouveaux cas d’auto exploitation juvénile chaque semaine, a rapporté le 98,5 sur son site web.

Une fillette de sept ans a partagé une vidéo d’elle sur le web, «malgré la bienveillance de ses parents», a expliqué la lieutenante-détective du SPVM, Nathalie Morin.

C’est un citoyen qui a alerté les policiers de la présence d’une telle vidéo sur YouTube. La lieutenante-détective n’a pas voulu donner de précisions sur la vidéo, qu’on soupçonne être aux limites de la pornographie.

«L’enfant a réussi à faire un bout de vidéo et le publier, volontairement ou non», a ajouté Mme Morin.

Bien que ce cas soit «exceptionnel», selon la lieutenante-détective, «les cas sont tous égaux, et c’est un drame humain dans chacun des cas», a soutenu Nathalie Morin en entrevue avec Mario Dumont.

La lieutenante-détective du SPVM a tenu à rappeler l’importance de sensibiliser les enfants, dès leur très jeune âge, aux risques reliés à la production d’images intimes sur les appareils électroniques.

Pas de conscience des conséquences

Les images souvent explicites de la femme dans les magazines, dans les vidéoclips, sur le web peuvent inciter des jeunes filles à reproduire certains comportements.

«À cet âge-là, on n’a pas la conscience en terme d’anticipation des conséquences de nos gestes», a expliqué la psychoéducatrice Stéphanie Deslauriers.

La vie de ces enfants, qui souhaitent plaire à tout prix, tourne rapidement au cauchemar après la création de telles images. Honte, gêne et dépression accompagnent ces jeunes qui se mettent à nu sur le web.

«C’est très lourd à porter», a confié la psychoéducatrice.

Parler de sexualité

Afin de prévenir de tels comportements, la sexologue clinicienne Michèle Saint-Amand a souligné l’importance de parler de sexualité avec ses jeunes.

«Il faut parler de sexualité. C’est supposé être beau, épanouissant, égalitaire et respectueux», a-t-elle dit en entrevue à 100 % Nouvelles, sur les ondes de LCN.

Les parents doivent garder une attitude d’ouverture avec les enfants lorsqu’ils discutent de sexualité.

«Il faut que les jeunes aient envie de parler de sexualité», a conclu la sexologue clinicienne.

Les risques

Partager une image intime transmise volontairement, sans le consentement de la personne, peut être passible d’accusations criminelles, a rappelé la lieutenante-détective Morin.

«Dans certains cas, les images intimes distribuées peuvent atteindre les niveaux de pornographie juvénile», a-t-elle ajouté.

http://www.tvanouvelles.ca/

Une réponse à “Enfants nus sur le web à sept ans, un «drame humain»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s