La misère sur terre


Même si je pense que grâce aux multiples exploits dans l’espace à un eu des impacts positif sur nos vies, et ce dans divers domaine, il est triste de constater que malgré tout à notre époque, qu’avec les milliards de dollars dépensé, la famine existe toujours
Nuage

 

La misère sur terre

 

 

 

En fin de compte, quel est le sens d’une science capable d’envoyer un homme sur la lune, mais incapable de mettre un morceau de pain sur la table de chaque être humain

Carlos Ruiz Safon

Le Saviez-Vous ► Les chevaliers médiévaux aussi ont fait grève


La grève est un moyen de pression pour revendiquer des droits que les grévistes jugent qu’ils ont été bafouer par le pouvoir qu’il s’agisse du gouvernement, d’une entreprise, etc. Mais la grève ne date pas d’hier, les chevaliers médiévaux ont contesté la décision du roi pour aller à la guerre. Ils ont donc obliger le roi de revoir ses positions pour rallier ses chevaliers
Nuage

 

Les chevaliers médiévaux aussi ont fait grève

 

Représentation d'une bataille dans le Codex Manesse (début XIVe siècle) | via Wikimedia Commons (domaine public)

Représentation d’une bataille dans le Codex Manesse (début XIVe siècle) | via Wikimedia Commons (domaine public)

Florian Besson et Nonfiction

La grève a beau être une action politique collective de l’ère moderne, la contestation de l’autorité par le refus d’obéir a toujours existé. Retour sur un épisode de 1272: les chevaliers chypriotes refusent de partir à la guerre, ils se mettent en grève.

Été 1272. Hughes III, roi de Chypre et de Jérusalem, est confronté à l’opposition frontale et décidée de ses grands barons chypriotes: ceux-ci refusent d’accomplir leur «service d’ost», autrement dit d’accompagner le roi à la guerre, arguant qu’ils ont déjà accompli leur temps de service réglementaire cette année-là. Pas d’heures sup’ pour les chevaliers! Surtout que Hughes veut les emmener faire la guerre autour d’Acre: avec une mauvaise foi palpable, les chevaliers arguent qu’ils ne sont pas tenus d’y aller, car ils doivent le service«de corps et de cheval», et pas de bateau, et qu’ils n’iront faire la guerre outre-mer que s’ils peuvent y aller à cheval. Refusant le service d’ost, les chevaliers refusent aussi de discuter avec le roi, et restent dans leurs châteaux. Osons l’anachronisme: ils font grève.

Grèves contemporaines, grève féodale

La grève est un mot contemporain, associé à une pratique politique éminemment contemporaine. Même si ses origines sont médiévales, et plutôt à chercher du côté des universités et des étudiants déjà mobilisés autour de leurs droits, plusieurs siècles avant le printemps érable, la grève occupe une place-clé dans nos vocabulaires politiques, et la lente conquête du «droit de grève» a accompagné le développement de l’État-Providence. Cette pratique, consistant au fond à paralyser la vie économique, sociale et politique en refusant d’accomplir son travail, s’enracine cela dit dans une longue histoire, comme l’illustre l’exemple qu’on a cité ici. Les chevaliers du Royaume de Chypre n’ont ni pancartes ni slogans, ni syndicats, ni manifs… Reste qu’il s’agit bien d’une grève, un bras de fer engagé avec le maître, le seigneur, le patronus, littéralement.

Cette anecdote rappelle deux choses. Tout d’abord, elle souligne que les chevaliers du Moyen Âge ne sont pas des brutes aveugles ne pensant qu’au combat: ils se préoccupent de légalité, de droit, des droits –surtout des leurs. La guerre, certes au cœur de leur identité aristocratique, est également perçue comme un risque, face auquel ils savent rester méfiants. Bref, la grève souligne que le chevalier médiéval est moins un guerrier bestial qu’un animal politique.

Deuxième leçon de cette grève de chevaliers: elle renvoie à la façon dont la société féodale pense le pouvoir. Pour les nobles de ce temps, en effet, le pouvoir doit circuler dans tout le tissu social, et non se concentrer entre les mains d’une personne. Société fluide, caractérisée par des relations interpersonnelles et pas institutionnelles, la société féodale n’aime pas le pouvoir immobile. Les chroniques et les chartes le rappellent à l’envi: chaque décision, aussi infime soit-elle, est prise par le seigneur avec l’avis et l’accord de ses proches, parents et familiers. Significativement, les deux devoirs-clés dus par un vassal à son seigneur sont l’aide militaire, l’auxilium, et le conseil, consilium.

Le seigneur, aussi puissant soit-il, ne décide rien sans de longues heures de conciliabule avec ses vassaux: c’est une façon de partager le pouvoir en partageant la parole. Pour les chevaliers du roi Hughes, faire grève, c’est réaffirmer leur capacité d’action, c’est redire qu’ils sont au cœur du tissu social et qu’ils doivent être consultés avant toute décision. En refusant l’auxilium, les chevaliers montrent symboliquement l’importance du consilium, autrement dit rappellent que le pouvoir du seigneur, y compris du roi, repose toujours sur l’aval de ses hommes.

Pouvoir et acteurs dans la grève

Leçon à méditer, pour nous: la grève sert certes à réclamer des droits ou à s’opposer à une réforme; mais elle permet aussi, et peut-être surtout, aux grévistes de réaffirmer leur place-clé dans le jeu politique, contre l’autorité d’un seigneur –d’un patron, aujourd’hui–jugée inacceptable car trop lointaine, trop formelle, trop figée.

La grève de 1272, évidemment, fait long feu. Hughes démontre facilement aux chevaliers que leur opposition est illégale, allant contre les us et coutumes du royaume–il faut dire aussi que, franchement, l’excuse du bateau ne tenait pas la route. Promettant du butin, payant de sa poche les chevaliers les moins convaincus, il réussit à réunir ses troupes. Ralliés, les chevaliers n’ont pas à râler: leur grève a eu l’effet escompté, puisqu’elle a rappelé au roi qu’il ne pouvait agir comme bon lui semble, qu’il devait composer et pas imposer. La pratique de la grève par les chevaliers médiévaux souligne que les revendications sont peut-être moins importantes que le fait même de revendiquer. Par leurs mots ou leur silence, les grévistes rappellent qu’ils existent, en tant qu’acteurs et pas seulement comme travailleurs.

Les chevaliers de 1272, comme tous ceux qui font grève aujourd’hui, rappellent au fond que le pouvoir doit circuler. Un rappel nécessaire, hier, comme aujourd’hui.

http://www.slate.fr/

Saviez-vous

Le mot grève vient du mot Gaulois grava désignant du sable épais. Au 17ème siècle, la rive droite de la Seine à Paris à donné naissance à une place appelée place de la Grève car l’endroit était submergé de sable grossier, cette place était un lieu connu pour les rassemblements des chômeurs afin de trouver des opportunités d’emploi d’où l’apparition de l’expression « faire grève » qui signifiait à l’époque « rechercher du travail ».

Au 19ème siècle, la signification de ce terme a changé telle qu’on la connait aujourd’hui et qui annonce l’arrêt temporaire et collectif du travail exprimant un mécontentement.

Un manchot traverse 8000 km chaque année pour saluer l’homme qui l’a sauvé


C’est une bien drôle d’histoire. La fidélité du manchot face à son sauveur est vraiment exceptionnelle.
Nuage

 

Un manchot traverse 8000 km chaque année pour saluer l’homme qui l’a sauvé

 

VIDÉO – Un manchot traverse 8000 km chaque année pour saluer l'homme qui l'a sauvé

 

Photo: Wall Street Journal/YouTube

RECONNAISSANCE – Après avoir trouvé un manchot de Magellan échoué il y a quatre ans sur une plage brésilienne, un pêcheur local l’a soigné et relâché dans la nature. Depuis, le petit animal vient lui rendre visite chaque année, en longeant les côtes de l’Argentine.

Dindim est un fidèle manchot. Depuis que cet oiseau marin a été secouru par un pêcheur brésilien, Joao Pereira de Souza, il revient chaque année sur les plages de cette île près de Rio de Janeiro, pour passer jusqu’à huit mois avec son sauveur.

Un pingouin échoué, recouvert de goudron

Cette touchante amitié a débuté il y a cinq ans, quand le pêcheur de 71 ans trouve ce petit manchot échoué sur la plage, dans un piteux état, raconte The Independent. L’animal, baptisé Dindim par son bienfaiteur, avait les plumes recouvertes de goudron et gisait sur le sable à plusieurs milliers de kilomètres des foyers de manchots en Amérique du Sud, situés à la pointe de la Patagonie.

Joao l’a donc recueilli chez lui. Il a enlevé la visqueuse substance de son plumage et l’a nourri de petits poissons jusqu’à ce que Dindim se sente mieux. Et lorsque l’état du manchot s’est amélioré, le pêcheur l’a ramené à la mer, pour qu’il reprenne sa vie d’animal sauvage.

« Mais il n’est pas parti. Il est resté avec moi pendant 11 mois, et juste après qu’il ait renouvelé son plumage, il a disparu », témoigne le Brésilien au grand coeur.

Une longue visite chaque année

Alors que les autres pêcheurs pensaient qu’il était parti pour de bon, Dindim est revenu pendant quatre ans chez son sauveur, et leur relation s’est renforcée.

« J’aime ce pingouin comme s’il était mon propre enfant, et je pense que le pingouin m’aime aussi », a déclaré Joao. À chaque visite, le pingouin jabote de plaisir en voyant son humain d’ami.

VIDÉO – Un manchot traverse 8000 km chaque année pour saluer l'homme qui l'a sauvé

 

Photo: Globo TV/YouTube

« Personne d’autre n’a le droit de le toucher. Sinon il pince. Il s’allonge sur mes genoux, il me laisse lui donner des douches, il m’autorise à le nourrir avec des sardines et à le soulever », détaille-t-il. Dindim revient auprès de Joao vers juin, et peut rester chez lui sur l’île jusqu’en février. « Il devient plus tendre, et semble de plus en plus content de me voir », témoigne l’homme.

« Il pense que Joao est lui aussi un pingouin »

Selon le biologiste Joao Paulo Krajewski qui a rencontré le pêcheur pour la télévision locale, Globo TV : « Je n’ai jamais vu ça avant. Je pense que le pingouin croit que Joao fait partie de sa famille, et probablement qu’il est lui aussi un pingouin ».

Ces animaux, réputés pour leur très grande fidélité, vivent et se reproduisent cependant au Sud de l’Argentine. Dindim parcourt probablement entre 5000 et 8000 km pour rejoindre l’île brésilienne.

VIDÉO – Un manchot traverse 8000 km chaque année pour saluer l'homme qui l'a sauvé

 

Photo: Wall Street Journal/YouTube

Les manchots de Magellan sont considérés comme une espèce « presque menacée », en partie à cause de la pollution des océans et de la pêche massive, les privant de nourriture. Chaque année, de nombreux individus s’échouent sur les côtes du Brésil, et malheureusement, tous n’ont pas la chance de trouver secours et amitié, comme Dindim.

http://www.metronews.fr/

Des parents en cour pour avoir traité leur fils malade avec des smoothies


Je peux comprendre qu’avant d’aller à l’hôpital avec un enfant, on attend un peu et on essaie certaines choses, mais la médecine conventionnelle ne devrait jamais passer avant la médecine naturelle
Nuage

 

Des parents en cour pour avoir traité leur fils malade avec des smoothies

 

Lorsque leur garçon est tombé malade, les parents... (Photos Robert Skinner, archives La Presse)

Lorsque leur garçon est tombé malade, les parents d’Ezekiel croyaient qu’il souffrait d’une laryngite. Ils lui ont donné des remèdes naturels et des smoothies maison.

PHOTOS ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

 

DELON SHURTZ
La Presse Canadienne
LETHBRIDGE

Un jury en Alberta a entendu, mercredi, comment des parents ont donné à leur enfant malade des traitements homéopathiques pour guérir une méningite.

David Stephan, 32 ans, et sa femme Collet Stephan, 35 ans, ont plaidé non coupables à une accusation de ne pas avoir fourni les choses nécessaires à l’existence d’un enfant de moins de 16 ans. Le petit Ezekiel, 19 mois, est décédé en mars 2012.

Le procureur de la Couronne Clayton Giles a allégué que le couple, qui est propriétaire de la compagnie de suppléments alimentaires Truehope Nutritional Support, n’en a pas fait suffisamment pour soigner l’enfant.

Lorsque leur garçon est tombé malade, les parents d’Ezekiel croyaient qu’il souffrait d’une laryngite.

Ils lui ont donné des remèdes naturels et des smoothies maison contenant notamment du poivre, du gingembre, des oignons et du raifort.

Terrie Meynders, une infirmière qui est également une amie de la famille, a témoigné au procès qui se tient à Lethbridge.

Elle a raconté que Collet Stephan l’avait appelée pour qu’elle ausculte Ezekiel.

«Ce n’était pas clair à mes yeux qu’il était si sérieusement malade», a expliqué Mme Meynders, qui a toutefois recommandé aux parents d’aller consulter un médecin.

Elle dit avoir d’ailleurs évoqué une possible méningite virale.

Le couple a plutôt décidé de consulter un naturopathe.

Au cours d’un entretien avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui a été enregistré le 15 mars 2012, Collet Stephan a dit que le corps d’Ezekiel était si raide qu’elle n’avait pas été en mesure de l’asseoir dans son siège d’auto. Le couple a plutôt installé un matelas à l’arrière de la voiture pour conduire le jeune enfant chez le naturopathe.

David Stephan a raconté à un représentant de la GRC qu’ils avaient prévu donner plus de remèdes naturels à Ezekiel. Ils s’étaient mis d’accord pour le conduire à l’hôpital si sa condition ne s’améliorait pas.

Le couple a déclaré qu’Ezekiel semblait bien répondre aux nouveaux traitements et qu’il était plus calme. Il aurait d’ailleurs passé une meilleure nuit que les précédentes à son retour à la maison.

Son état de santé s’est toutefois dégradé par la suite.

«D’un coup, sa respiration est devenue anormale», a rapporté sa mère à la GRC.

Les parents ont alors appelé le 911 et ont tenté de réanimer leur bébé pendant qu’une ambulance tentait de les rejoindre dans une communauté voisine. Au cours des manoeuvres de réanimation, l’enfant a arrêté de respirer à plusieurs reprises.

«Il était bleu au moment où nous avons atteint l’ambulance», a laissé tomber Collet Stephan à un agent de la GRC.

Après cinq jours à l’Hôpital pour enfants de l’Alberta, les médecins ont cessé de maintenir le jeune Ezekiel en vie artificiellement.

http://www.lapresse.ca/

Inde: décès d’une adolescente violée et brûlée vive


Hier, lors de la journée internationale de la femme, on souligne tout le chemin qu’il reste à faire pour le respect de nos droits et l’équité. Cependant, il y a des pays, que le travail est plus lourd encore, car la femme est toujours vue comme un objet de moindre valeur
Nuage

 

Inde: décès d’une adolescente violée et brûlée vive

 

La soeur de la jeune victime de viol... (PHOTO AFP/STRINGER)

 

La soeur de la jeune victime de viol décédée des suites de ses blessures fond en larmes lors des funérailles de l’adolescente de 16 ans, à New Delhi, le 9 mars.

PHOTO AFP/STRINGER

Agence France-Presse
NEW DELHI

 

Une adolescente indienne de 16 ans qui avait été violée et brûlée vive sur le toit de sa maison est décédée des suites de ses blessures, a annoncé la police mercredi.

La jeune fille, brûlée à plus de 90 % lors de l’agression commise lundi, est morte tôt mercredi dans un hôpital de New Delhi, a dit le policier chargé de l’enquête à l’AFP.

«Elle n’a malheureusement pas pu être sauvée en dépit des efforts de l’équipe médicale», a déclaré Ashwani Kumar.

«Nous avons arrêté l’accusé, âgé de 19 ans, qui est incarcéré. L’enquête devra permettre de comprendre les motifs et les détails de ce crime», a-t-il ajouté, précisant que le suspect est poursuivi notamment pour viol et meurtre.

«Une autopsie (du corps la victime) est en cours. Nous attendons le rapport», a-t-il encore dit.

Selon la presse indienne, qui cite le père de la victime, un voisin de leur village dans l’État de l’Uttar Pradesh (nord) harcelait sa fille depuis un an en dépit des mises en garde.

Les défenseurs des droits des femmes accusent régulièrement la police de négliger les plaintes pour harcèlement de femmes, les auteurs se trouvant encouragés alors à poursuivre leurs méfaits.

Le viol en réunion ayant entrainé la mort d’une étudiante dans un bus de Delhi fin 2012 avait mis en lumière le haut niveau des violences dont sont victimes les femmes en Inde.

Des manifestations monstres avaient eu lieu dans tout le pays où les victimes de viol sont fréquemment ostraciées et pressées par la police et leurs proches de renoncer à porter plainte.

La loi sur les auteurs de viol a été durcie après le crime de 2012, en particulier pour accélérer les procès pour viol et renforcer les peines.

La police a arrêté le mois dernier deux hommes accusés d’avoir tué par balle une adolescente de 14 ans qui avait résisté à leurs avances dans l’État de l’Uttar Pradesh.

En février, une adolescente victime d’un viol a été à nouveau attaquée dans un hôpital de l’État du Jharkhand (est) où elle était soignée pour la première agression.

http://www.lapresse.ca/

« Taxe rose » : les femmes paient-elles le prix d’être des femmes?


La taxe rose, vous connaissez ? C’est des articles qui sont plus chers pour les femmes en comparaison à l’équivalent des articles pour hommes et on peut retrouver cette différence même chez les enfants
Nuage

 

« Taxe rose » : les femmes paient-elles le prix d’être des femmes?

 

Rasoirs pour homme (à gauche) et pour femme (à droite)

Rasoirs pour homme (à gauche) et pour femme (à droite) Photo :  ICI Radio-Canada

Un texte d’Olivier Bachand

Les produits qui s’adressent aux femmes coûtent-ils plus cher que leurs équivalents destinés aux hommes? Depuis quelques années, on parle beaucoup de cette fameuse taxe rose qui serait discriminatoire envers les femmes. Existe-t-elle vraiment?

Pourquoi une femme paie-t-elle plus cher qu’un homme pour s’acheter des jeans, des lames de rasoir ou du shampooing?

La Ville de New York s’est posé la question et a trouvé une réponse : les femmes font les frais d’une « taxe rose » imposée par les détaillants et l’industrie, qui n’ont pas de scrupules à leur vendre des produits plus cher qu’aux hommes.

Dans une étude publiée en décembre dernier, le Department of Consumer Affairs de New York a analysé les prix de près de 800 produits équivalents ayant des versions spécifiques pour hommes et pour femmes. Le constat est sans appel.

Dans 42 % des cas, les produits dédiés aux femmes étaient plus chers que ceux dédiés aux hommes. En moyenne, les consommatrices doivent payer une facture 7 % plus élevée que leurs homologues masculins pour acheter des produits similaires.

Et les femmes devaient payer davantage que les hommes dans chacune des cinq catégories de biens étudiées.

Certains exemples sont frappants, surtout en ce qui concerne les jouets pour enfants. Ainsi, une trottinette rouge pour garçon était vendue deux fois moins cher que le modèle rose destiné aux filles.

Trottinettes pour garçon (à gauche) et fille (à droite) et prix, en dollars américains. Cet exemple est tiré de l'étude menée par la Ville de New York.

Trottinettes pour garçon (à gauche) et fille (à droite) et prix, en dollars américains. Cet exemple est tiré de l’étude menée par la Ville de New York. Photo :  New York City Department of Consumer Affairs

Pas de preuve d’une taxe rose, dit la France

La France s’est aussi penchée sur la situation après la montée aux barricades d’un groupe féministe, le Collectif Georgette Sand, qui dénonçait l’existence d’une taxe rose, et à la suite d’enquêtes de certains médias.

Le ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique et l’Institut national de la consommationont produit un rapport remis au Parlement français en décembre dernier.

Les prix de trois familles de produits, soit les rasoirs, les déodorants et les crèmes hydratantes, ont été étudiés dans plus de 7000 supermarchés.

Les auteurs du rapport ont toutefois été incapables d’établir que les prix fixés pour les produits féminins étaient gonflés par une taxe rose.

« Au travers des relevés de prix effectués, il apparaît que des différences de prix existent tour à tour sur les produits destinés aux femmes et sur les produits destinés aux hommes. Il est impossible d’en déduire une règle générale de surcoût aux dépens d’un des sexes. »

Trois types de services, soit les prestations de déménagement, le dépannage automobile et la serrurerie ont aussi été analysés. Là encore, impossible d’établir que des prix discriminatoires avaient été fixés pour les femmes.

Après le dépôt du rapport, le Collectif Georgette Sand a dit souhaiter qu’une future étude se penche sur les tarifs dans les salons de coiffure et chez le nettoyeur, ou au pressing, comme le disent les Français.

En France comme ici, une simple visite dans ces établissements permet de constater que les femmes doivent payer plus cher que les hommes pour des services comparables.

Antisudorifiques pour femme (en haut) et pour homme (en bas) et prix, en dollars américains. Cet exemple est tiré de l'étude menée par la Ville de New York.

Antisudorifiques pour femme (en haut) et pour homme (en bas) et prix, en dollars américains. Cet exemple est tiré de l’étude menée par la Ville de New York. Photo :  New York City Department of Consumer Affairs

L’exemple californien

Pour sa part, la Californie est convaincue depuis bien longtemps de l’existence d’une taxe rose.

En 1995, l’État de la côte ouest américaine a légiféré pour interdire la discrimination en matière de prix selon le sexe du consommateur. La loi s’applique toutefois uniquement aux services et non aux produits. Une réglementation similaire est en vigueur à New York.

Au Canada, aucune loi du genre n’a été adoptée.

Urinoir pour homme (gauche) et pour femme (droite)

Urinoir pour homme (gauche) et pour femme (droite) Photo :  ICI Radio-Canada.ca

Jeans pour homme (en haut) et pour femme (en bas) et prix, en dollars américains. Exemple tiré de l'étude menée par la Ville de New York

Jeans pour homme (en haut) et pour femme (en bas) et prix, en dollars américains. Exemple tiré de l’étude menée par la Ville de New York Photo :  New York City Department of Consumer Affairs

http://ici.radio-canada.ca/