Le pouvoir du compliment


Nous avons une culture de dévalorisation que ce soit pour soi-même ou pour les autres. On se dispute pour ne voir que les mauvais côtés, on punit des enfants en répétant leurs mauvais comportements. Peut-être changer de tactique dans notre façon de présenter les choses auraient un plus grand impact positif
Nuage

 

Le pouvoir du compliment

 

 

Un éducateur spécialisé de Floride a eu une idée brillante : Transformer le rébarbatif appel du matin en un moment de valorisation. Il profite de l’énonciation du nom pour adresser à l’élève un compliment devant le monde. Ce rituel positif permet de souder la relation de confiance et de renforcer l’estime d’eaux-mêmes, des écoliers.

 » Au lieu de regarder les défauts, je me concentre sur les talents » nous dit-il.

Après quelques semaines, les élèves ont même commencé à se complimenter entre eux. Une éducation dans la positivité qui ferait du bien dans nos écoles.

Truc Express ► Nid douillet


Bientôt le printemps viendra s’installer, les oiseaux vont rechercher des matériaux pour faire leur nid. Pourquoi ne pas rendre l’utile à l’agréable et aider, ces bêtes à plumes de confectionner un nid douillet pour recevoir les oisillons qui naitront
Nuage

 

Nid douillet

 

Quand vous brossez vos chiens/chats/lapins etc … attachez leurs poils tombés à votre fil à linge ou à des branches, pour que les oiseaux les récupèrent et en tapissent leur nid.

La science l’a prouvé : votre chat tente bel et bien de parler avec vous


Il semble que la communication entre le maître est le chat est mal comprise. Quand un chat miaule, ronronne ou vient se frotter ce n’est pas nécessairement pour quémander de la nourriture, cela peut signifier un malaise, une envie de câlin, etc.
Nuage

 

La science l’a prouvé : votre chat tente bel et bien de parler avec vous

 

Enclin à se faire entendre seulement pour manger ? Apparemment non. D’après plusieurs récentes études scientifiques, le chat chercherait vraiment à communiquer avec nous sans que nous le comprenions pour autant…

Souvenez-vous, un peu plus tôt cette année nous vous disions qu’un chat au régime montrait plus d’affection à son maître. Et pour cause, une étude démontrait déjà que les bipèdes que nous sommes interprétions mal les comportements de nos félins et que nous avions tendance à les nourrir plus qu’à leur apporter l’affection qu’ils étaient en fait venus chercher en se frottant à nous. Un avis corroboré il y a peu par une certaine Sharon Crowell-Davis, professeur en comportement animal à l’université de Georgie. Selon elle, ces soucis d’interprétation viendraient du fait qu’il existe aujourd’hui plus d’études sur les chiens que sur les chats.

Autre comportement de nos tigres de salon favoris souvent mal compris : le ronronnement. En effet, celui-ci n’est pas nécessairement signe d’un quelconque plaisir. Ronronner leur permet également de nous faire part que quelque chose ne va pas, qu’ils ont mal ou sont blessés.

« Les chats n’ont pas de moyen dans leur langage de demander de l’aide, donc ils font la chose s’en rapprochant le plus : ils ronronnent », a par ailleurs estimé John Bradshaw, anthropozoologiste de l’université de Bristol, d’après ses propos rapportés parDirect Matin.

Le chat, un animal naturellement silencieux

Et pour cause, dans la nature, les chats sauvages ne miaulent pas. Si la mère ronronne pour rassurer ses petits et qu’en grandissant, ceux-ci ronronnent à leur tour, peu joueraient de la vocalise.

Aussi, « chaque miaulement est arbitraire, une savante recherche d’attention sonore plutôt qu’une langue universelle chat-humain », a expliqué le spécialiste pour qui les matous sont en vrai « très silencieux ».

Alors au-delà du simple miaulement, si vos matous vous apportent des« cadeaux », se frottent à vous, vous léchouillent tendrement… pensez bien que ceux-ci ne viennent pas nécessairement réclamer à manger mais juste vous parler à leur façon pour vous dire à quel point ils tiennent à vous

http://wamiz.com/

Écoutez ce qu’entendent les poissons et les baleines au fond de l’océan


Peut-on trouver le silence dans le plus profond des océans ? Il semble que non, bien sûr, il y a le bruit des habitants des mers, des activités sismiques, mais aussi des bruits provoqués par l’homme
Nuage

Écoutez ce qu’entendent les poissons et les baleines au fond de l’océan

 

Un plongeur du NOAA en République dominicaine, le 2 mars 2005 | NOAA via Flickr CC License by

Un plongeur du NOAA en République dominicaine, le 2 mars 2005 | NOAA via Flickr CC License by

Repéré par Robin Panfili

 

Pendant vingt-trois jours, des chercheurs ont laissé un micro dans une fosse océanique située à plus de 10.900 mètres en dessous du niveau de la mer.

Avant de plonger un microphone dans la fosse des Mariannes, l’endroit le plus profond de nos océans enregistré à ce jour, les chercheurs l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) n’imaginaient sans doute pas y trouver une telle ambiance sonore. En juillet 2015, pendant vingt-trois jours, ces chercheurs ont enregistrétout ce qu’il se passait dans le Challenger Deep, une fosse océanique située à plus de 10.900 mètres en dessous du niveau de la mer.

Les enregistrements du NOAA viennent contredire l’idée reçue selon laquelle l’endroit le plus profond de nos océans serait également l’un des plus silencieux de notre planète. Durant son expédition sous-marine, l’hydrophone du NOAA a capté des sons surprenants: des grondements sismiques, des chants de baleines ou encore le raffut de cargos en provenance de la Chine ou des Philippines.

Au-delà de l’aspect ludique de cette étude, le NOAA entend surtout évaluer la présence de nuisances sonores d’origine humaine (navires, sonars, forages…) dans la fosse des Mariannes et leurs conséquences sur la communication, l’accouplement et la navigation des espèces sous-marines qui la peuplent. En décembre 2013, des travaux scientifique savaient démontré que ces bruits nuisaient à l’équilibre de la vie marine. Et ce, même si les baleines sont capables de se boucher les oreilles pour se protéger des bruits humains.

Pour les plus curieux, sachez que le site CityLab a publié quelques enregistrementscompilés au cours de l’étude du NOAA dans le Challenger Deep, en juillet 2015. Voici, par exemple (cliquer sur les liens

, le chant d’une baleine lors d’un séisme de magnitude 5:

Le gémissement d’une baleine avant et pendant ce même séisme:

Et enfin, le bruit d’un navire naviguant à proximité du Challenger Deep:

http://www.slate.fr/

Une couveuse en carton pour sauver des vies


Le système D, cet étudiant par son implication a créé une couveuse en carton avec presque les mêmes caractéristiques des couveuses dans les hôpitaux en Occident pour sauver des bébés prématurés dans des milieux moins nantis
Nuage

 

Une couveuse en carton pour sauver des vies

 

Une couveuse en carton pour sauver des vies

© Babylifebox_twitter

par Emilie Cailleau

La « babylifeBox », imaginée par un jeune étudiant indien, pourrait permettre de sauver des bébés prématurés dans les pays à faible revenu.

Une couveuse low-cost qui pourrait sauver la vie de milliers de bébés. Parfois les idées simples deviennent de grands projets. Malav Sanghavi, étudiant en master ingénieur du design à l’Imperial College de Londres, en apporte l’illustration avec son incubateur néonatal en carton. Son invention est destinée à pallier le manque d’infrastructures dans les pays en développement. Elle reproduit la même assistance médicale que les couveuses utilisées en périnatalité des pays développés. Si la matière première est en carton, l’incubateur est doté d’un chauffage, pour protéger le nourrisson du froid et réguler le niveau d’humidité. Une paroi vitrée en plexiglas sert de protection antibactérienne pour protéger l’enfant des bactéries.

Dans les services de néonatalité, les prématurés sont placés en couveuse pour les maintenir à 34°/35° C, température correspondante à celle du ventre de la mère. L’atmosphère de la couveuse doit par ailleurs présenter un taux d’humidité de 80 %, rappelle l’Inserm.

La « babylifebox » semble rudimentaire mais en réalité elle pourrait sauver des milliers de bébés prématurés qui décèdent faute de soins adaptés. Son inventeur pense en premier lieu à l’Inde. Il explique à l’AFP :

« L’Inde a le plus haut nombre de bébés qui meurent dans les 24 premières heures après la naissance dans le monde, plus de 300 000 par an. Selon notre recherche, nous avons constaté que l’Inde a les infrastructures adéquates pour les naissances « classiques », mais elle manque de centres et d’installations pour prendre en charge les enfants prématurés et en sous-poids ».

Première cause de mortalité chez les moins de 5 ans

15 millions de bébés naissent prématurés chaque année, soit un bébé sur 10, rappelle l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) . Or plus d’un million d’enfants décèdent chaque année de complications liées à la prématurité. La prématurité est la première cause de mortalité dans le monde chez les enfants de moins de 5 ans.

http://www.topsante.com/

Un pesticide responsable d’une perte de mémoire chez les abeilles


Qu’est-ce que ça prend pour comprendre que les pesticides, insecticides sont nocifs pour tout le monde ainsi que pour certains oiseaux, mammifères et insectes dont les abeilles.
Nuage

 

Un pesticide responsable d’une perte de mémoire chez les abeilles

 

Sans leur mémoire olfactive, les abeilles ne seraient plus capables de permettre le processus de pollinisation. © Crédit Zhou Xiujian / XINHUA

Sans leur mémoire olfactive, les abeilles ne seraient plus capables de permettre le processus de pollinisation. © Crédit Zhou Xiujian / XINHUA

Un nouveau pesticide menace la survie des abeilles du monde entier. D’après de récents résultats, il serait responsable d’une perte de mémoire significative et inquiétante.

MENACE. Alors que l’interdiction d’autres insecticides, comme les néonicotinoïdes (à l’origine d’effets sévères sur la reproduction ou l’orientation des insectes touchés), est encore débattue à l’Assemblée Nationale et au Sénat dans le cadre du « GIEC de la biodiversité », une étude néo-zélandaise de l’université d’Otago rapporte les dégâts observés du chlorpyrifos, un pesticide organophosphoré (déjà interdit dans certains pays comme le Danemark, la Finlande ou encore le Yémen), sur les colonies d’abeilles – plus particulièrement Apis mellifera, l’espèce étudiée ici. Pourvu d’une toxicité avérée chez certains oiseaux et mammifères selon le mode d’intoxication, ce pesticide très volatil est utilisé comme insecticide pour la protection de cultures agricoles aux quatre coins de la planète. Et d’après les résultats avancés par la française Dr Elodie Urlacher et Kim Hageman, la responsable du département de Chimie de l’Université d’Otago, une très faible dose de ce chlorpyrifos – jusqu’alors considérée comme « inoffensive » – suffirait à altérer la mémoire olfactive si développée des abeilles, un atout absolument nécessaire à la survie et au développement de leurs colonies.

Par conséquent, sans cette mémoire et cet apprentissage, il leur est impossible de cibler les fleurs dont elles extraient préférentiellement le nectar, ce qui endommage donc le processus de pollinisation de ces plantes, auquel les abeilles participent activement. Durant leurs observations, les deux chercheuses se sont notamment aperçues que la plupart des abeilles, testées pour une certaine dose du pesticide ingéré, réagissaient de la même manière à trois odeurs bien distinctes, un comportement très différent de celui des abeilles non-testées.

« La dose [pour les dommages observés, ndlr]est de 50 picogrammes de chlorpyrifos ingérés par abeille, soit mille fois inférieur à la dose de chlorpyrifos pur considéré comme létal », énonce le Dr. Urlacher. Enfin, elle ajoute : « Avec nos découvertes, il est désormais clair que les pesticides à effets létaux sur les abeilles ne sont plus les seuls à prendre en compte, mais aussi ceux à dégâts sub-létaux. »

http://www.sciencesetavenir.fr/

IRF4, un gène qui donne des cheveux gris


J’ai eu mes premiers cheveux blancs à 18 ans … et malgré que je suis l’avant-dernière d’une famille de 7 enfants, il parait que c’est moi qui ai le plus de cheveux blancs. En tout cas, même s’ils ont découvert le gène des cheveux gris, je pense qu’on devrait assumer cette coloration naturelle que de jouer avec les gènes pour retarder ce processus
Nuage

 

IRF4, un gène qui donne des cheveux gris

 

Un homme aux cheveux gris

PHOTO : ISTOCKPHOTO

Un premier gène associé au grisonnement des cheveux a été identifié par une étude internationale de généticiens. Cette découverte confirme que le blanchiment de notre chevelure n’est pas uniquement généré par les aléas de la vie, mais aussi par notre héritage génétique.

Certains pointent le stress, l’alcool, le tabac, une forte exposition au soleil ou encore un manque de vitamines pour expliquer le changement de la couleur de la chevelure.

Une seule chose est certaine : leur apparition guette tout le monde.

Nous avons trouvé un allèle, une variante d’un gène qui détermine souvent l’apparition de caractères héréditaires différents, qui prédispose aux cheveux grisonnants.Kaustubh Adhikari de University College London

Déjà, des scientifiques avaient identifié des gènes associés à la calvitie et à la couleur des cheveux. C’est la première fois qu’un gène lié au vieillissement du cheveu est découvert.

Le chercheur Kaustubh Adhikari et ses collègues ont étudié l’ADN de plus de 6000 personnes vivant en Amérique latine, mais d’origines très variées.

Le saviez-vous?

L’âge moyen de l’apparition des cheveux blancs se situe vers 35 ans pour les Caucasiens, un peu avant la quarantaine pour les Asiatiques et seulement vers 45 ans pour les Africains.

Le gène IRF4 était déjà connu des chercheurs pour son implication dans la production et le stockage de la mélanine, le pigment qui détermine la couleur des cheveux, de la peau et des yeux.

Selon les chercheurs, le fait de comprendre comment IRF4 influe sur le blanchiment des cheveux pourrait éventuellement permettre de modifier ce processus pour retarder le vieillissement des cheveux.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Communications.

http://ici.radio-canada.ca/