Des pâtes fabriquées avec des… insectes


Depuis qu’on parle d’ajouter à notre alimentation des insectes, et malgré ma réticence du début, je crois que je serais prête à goûter a certaines choses. Les pâtes faites en France m’apparaissent très intéressante et surtout qu’ils remplacent la viande .. Bon reste à voir si je dirais la même chose, si l’occasion se présente
Nuage

Des pâtes fabriquées avec des… insectes

 

Dans sa machine, Alain Limon mélange la farine... (PHOTO AFP)

Dans sa machine, Alain Limon mélange la farine d’épeautre bio en provenance de Toul, la farine d’insectes (7%) et les oeufs entiers. La pâte brunâtre ressort alors sous forme de radiatori – des pâtes en forme de petit radiateur aux bords canelés -, fusilli, crêtes de coq, spaghettis ou penne.

PHOTO AFP

SANDRINE ISSARTEL
Agence France-Presse
Nancy

«Ce qui nous répugne, c’est le nom de l’ingrédient. Mais en vérité c’est délicieux, surtout avec du gibier», sourit Alain Limon en s’apprêtant à lancer de nouvelles fournées de pâtes saveur grillon ou criquet. Ou grillon-criquet pour les plus gourmets.

À 52 ans, Alain Limon est l’unique salarié de L’atelier à pâtes de Thiéfosse en Lorraine, au coeur du massif des Vosges.

Mais la petite usine de fabrication artisanale, créée en 2012 par une enseignante de français, envisage d’embaucher à nouveau face au succès de sa dernière création: les pâtes aux insectes.

«L’insecte, c’est la protéine du futur, de très haute qualité, bien assimilée par l’organisme et sans gluten», explique la fondatrice des lieux, Stéphanie Richard.

La petite fabrique produit quatre sortes de pâtes, toutes à base de farine de petit épeautre: grillon, criquet, grillon et criquet, ou grillon et cèpe.

«Il y a un petit goût de noisette grâce aux cèpes et cela ressemble à des pâtes au blé complet d’un point de vue gustatif», précise la quadragénaire.

Stéphanie Richard travaillait à l’élaboration d’une pâte hyperprotéinée pour sportifs lorsqu’un producteur d’insectes lyonnais l’a contactée pour lui soumettre son idée.

Convaincue, elle a lancé la production de pâtes aux insectes pour les fêtes de fin d’année. Environ 500 paquets se sont écoulés en l’espace de quelques semaines.

Succès de curiosité

«Le produit a eu un énorme succès tant il a suscité la curiosité», se réjouit Mme Richard qui entame, face à la demande, sa deuxième production.

Dans sa machine, Alain Limon mélange la farine d’épeautre bio en provenance de Toul, la farine d’insectes (7%) et les oeufs entiers.

La pâte brunâtre ressort alors sous forme de radiatori – des pâtes en forme de petit radiateur aux bords canelés -, fusilli, crêtes de coq, spaghettis ou penne. Il faut ensuite les sécher pendant 12 heures à basse température, avant de pouvoir les placer dans des sachets en papier craft. En une journée, l’ouvrier produit 180 à 200 kg de pâtes, toutes saveurs confondues.

À ses débuts, en 2012, Mme Richard produisait des pâtes nature aux oeufs frais. Puis elle a diversifié sa production, estampillée 100% lorraine, avec des produits locaux tels que l’ail des ours, les orties, le safran ou le petit épeautre.

«Tout est produit en Lorraine», insiste-t-elle. Seule la semoule de blé dur, dont la culture est incompatible avec le climat de la région, est «importée».

Près de quatre ans plus tard, «ça marche tellement bien que nous pourrons bientôt embaucher une deuxième personne», affirme Stéphanie Richard, fière de sa production hebdomadaire, qui avoisine les 400 kg.

Elle ne compte pas s’arrêter là: l’entrepreneuse travaille à une nouvelle recette à base d’un fromage emblématique du nord de la France, le Maroilles, et souhaite aussi se lancer dans la fabrication de pâtes fourrées.

À un peu plus de 6 euros (9,10 $) le sachet de 250 g, les pâtes aux insectes restent plus chères que des pâtes classiques, mais elles peuvent, souligne la créatrice, remplacer la viande pour les personnes qui n’en mangent pas – ou qui préfèrent les grillons.

http://www.lapresse.ca/

6 réponses à “Des pâtes fabriquées avec des… insectes

    • Parce que l’élevage animal a une plus grande empreinte écologique que l’élevage d’insectes. De plus il est prouvé que dans notre alimentations en général il y a des insectes que nous mangeons a notre insu que ce soit dans les céréales, farines etc .. de plus cela pourrait aider a diminuer la famine dans le monde et que beaucoup l’insecte au menu fait partie de beaucoup de culture

  1. çà me fait penser à une parodie sur une publicité pour les pâtes Panzani ….
    L’original dit à peu près :  » Des pâtes , oui mais des Panzani » et la parodie :  » Des blattes oui , mais de Tanzanie  » !

    Ceci dit , ce n’est pas une mauvaise idée….bien que je consomme beaucoup de pâtes  » classiques  » , ce ne serait qu’une question de temps pour que je m’y habitue .

  2. Des préjugés tenaces et infondés sur les insectes comestibles

    2,5 milliards de personnes -principalement en Afrique, en Asie et en Amérique centrale- se nourrissent quotidiennement d’insectes. On a tendance à croire que cette population consomme des insectes pour lutter essentiellement contre la faim et qu’elle n’a pas d’autre choix. C’est une perception souvent infondée car les plats préparés par ces consommateurs sont justement considérés comme des mets savoureux, gustatifs et intéressants d’un point de vue nutritionnel. Cette habitude culinaire n’est pas forcément à mettre en rapport avec le manque de nourriture.

    Manger des insectes peut devenir un choix judicieux, ne serait-ce que pour profiter des bienfaits nutritifsqu’ils apportent à l’organisme humain. Les vertus et les avantages liées à la pratique de l’entomophagie n’est plus à démontrer. Les études qui se succèdent depuis déjà des décennies convergent tous vers les mêmes conclusions : se nourrir d’insectes est bon pour la santé !

    Un concentré énergétique !

    C’est aujourd’hui un fait : les insectes comestibles renferment une quantité phénoménale de nutriments essentiels à la croissance du corps humain. Des protéines en pagaille, des vitamines, des minéraux, des acides gras essentiels et autres qualités que nous allons développer maintenant.

    Les protéines : Nous le savons tous, les protéines sont indispensables et vitales au bon fonctionnement de l’organisme. Elles permettent notamment la construction, la réparation et le renouvellement de nos fonctions biologiques. Les insectes en possèdent à foison. Si nous prenons le cas du grillon comestible par exemple, celui-ci contient 3 fois plus de protéines que le bœuf à poids égal. 100 g de grillons couvrent plus de la moitié des besoins quotidiens en protéines d’un adulte de 70 kg. La valeur énergétique -protéines plus matières grasses- peut être jusqu’à 5 fois plus élevée chez les insectes.

    Une dizaine de criquets cuits, soit 20 grammes, correspond à la valeur énergétique d’un bifteck de 110 g !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s