Lâcher prise


Il faut apprendre de lâcher prise quand nous ne pouvons changer les choses ou que cela nous-même à des conflits interminable même si lâcher prise demande souvent un grand effort de notre part
Nuage

 

Lâcher prise

 

« Certains croient que tenir bon nous rend plus fort mais parfois le plus dur est de lâcher prise. »

Hermann Hesse

Le Saviez-Vous ► Alde Manuce, imprimeur vénitien du XVIe siècle, a été le Steve Jobs de la Renaissance


Les débuts de la création des livres a suivi une route de changement pour rendre plus accessible à tous ceux qui savaient lire à la fin du XVe siècle, est semblable aux changements des journaux et livres en papiers via la tablette, le téléphone
Nuage

 

Alde Manuce, imprimeur vénitien du XVIe siècle, a été le Steve Jobs de la Renaissance

 

Les Odes d'Horace imprimées par Alde Manuce | via Wikimedia Commons (domaine public)

Les Odes d’Horace imprimées par Alde Manuce | via Wikimedia Commons (domaine public)

Nonfiction et Catherine Kikuchi

L’in-octavo, «livre de poche» de la Renaissance, a révolutionné les modes de lecture et d’écriture: on pouvait finalement emporter les livres au boulot… Événement tout aussi révolutionnaire que le passage au numérique.

En février 1455 était achevée la Bible de Gutenberg, le premier livre imprimé avec des caractères amovibles. Soixante ans après, en février 1515, mourait Alde Manuce, un des plus grands imprimeurs de la Renaissance. Au cours de cette période, l’imprimerie avait été implantée partout en Europe; on trouvait des livres produits par cette méthode dans toutes les villes, dans toutes les cours. Si certains intellectuels de la fin du XVe siècle ont été réticents à accepter la nouvelle technologie, la plupart l’ont accueillie comme un don de Dieu qui permettait la large diffusion des lettres et des connaissances.

Peut-être est-il nécessaire de se rappeler ces grandes figures du développement de l’imprimerie à une époque où le livre perd de son importance face à de nouveaux modes de lecture. Il ne s’agit certainement pas de le déplorer –ce site montre tous les usages féconds que l’on peut faire du numérique pour la diffusion de l’écrit!– mais davantage de se rappeler les évolutions dont le numérique lui-même est tributaire.

Alde Manuce, imprimeur élitiste

Alde Manuce, imprimeur et éditeur vénitien de la fin du XVe siècle, vivait lui aussi une époque de changements. Ce n’était pas un génie isolé, mais quelqu’un qui a su s’entourer des bonnes personnes pour faire fonctionner son entreprise éditoriale: l’édition et la diffusion des classiques grecs et latins. Alde était un humaniste avant toute chose, c’est-à-dire quelqu’un qui croyait au renouveau des lettres antiques et aux leçons que les hommes devaient en tirer. L’imprimerie était pour lui l’instrument par excellence de cette renaissance.

Pourtant, ce n’était pas un révolutionnaire. Les livres d’Alde étaient assez chers par rapport aux autres livres imprimés; ils étaient destinés à un public de connaisseurs lisant les classiques dans leur langue originale; il ne s’encombrait pas de production populaire ou de diffusion courante. Non, lui, ce qu’il voulait diffuser, c’était Aristote en grec, Ovide, Platon, ou des œuvres italiennes contemporaines hermétiques. Il a certainement fait beaucoup pour la diffusion des lettres dans une certaine élite intellectuelle européenne; mais en cela, il ne faisait finalement qu’exploiter une invention qui servait ses idéaux, sans la modifier en profondeur.

L’invention du «livre de poche» médiéval 

C’est dans le support même qu’il a réussi à innover. Les imprimeurs souffraient dans les premières années d’un sérieux complexe d’infériorité par rapport aux copistes: les manuscrits étaient des objets de luxe, personnalisés, avec des reliures et des enluminures qui en faisaient des œuvres d’art autant que des objets de savoir; les imprimés par contre étaient souvent perçus comme une production de masse bas-de-gamme, que certains collectionneurs méprisaient. C’est pourquoi les premiers livres imprimés ont cherché à copier le modèle manuscrit pour devenir des sortes de «manuscrits imprimés»: la mise en page était la même, les caractères étaient copiés d’écritures manuscrites, on laissait de la place pour des miniatures,… Or, Alde est l’un des premiers à avoir adopté des modèles de livres qui s’adaptent véritablement à l’imprimé, sans vouloir à tout prix copier les modèles existants. Il a produit de façon systématique de petits formats, les in-octavo, précurseurs des «Folio» ou «Livre de poche» actuels; il a adapté l’écriture à ces nouveaux formats; la mise en page était bien plus aérée… Tout était fait pour faciliter l’utilisation et la lecture

Finalement, l’’idée était de faire du livre imprimé un outil d’étude courant pour les lettrés qui les achetaient; cette évolution était rendue possible par la baisse significative de prix par rapport au livre manuscrit: l’imprimé restait un objet cher, mais ce n’était plus un objet de luxe, apanage seulement des plus riches. Les petits formats étaient destinés à un public d’administrateurs, qui ne pouvaient pas rester toute la journée dans le secret de leur propre cabinet, et devaient donc pouvoir transporter leurs livres, afin de méditer sur Platon entre deux écritures de chancellerie. Les caractères comme la mise en page ont dû s’adapter à ce nouveau format. De plus, la mise en page aérée permettait toujours la prise de note dans les marges et donc la personnalisation de ces volumes: des livres humanistes créés par un imprimeur humaniste, qui comprenait les besoins de ce nouveau marché.

Aujourd’hui, le numérique 

Repensons à la manière dont l’écriture s’est adaptée au numérique. Au début, les journaux ont cherché à rendre la lecture de leurs articles sur internet le plus proche possible d’une lecture «papier»; les numéros sont toujours disponibles en version pdf pour les lire comme si on l’avait entre nos mains; les liseuses également cherchent à reproduire l’expérience du livre traditionnel. Pourtant de nouveaux modes d’édition électronique apparaissent progressivement: on adapte la mise en page, on utilise des renvois, des liens hypertextes pour exploiter les possibilités d’internet… les habitudes de lecture et d’écriture s’adaptent. Les textes mis en ligne ou en format numérique ne sont plus de simples copies des pages imprimées. On ne lit plus son journal en prenant son café au petit-déjeuner, mais dans le métro; les éditeurs doivent donc s’adapter à une lecture plus rapide, une lecture sur des écrans d’ordinateur, de tablettes ou de téléphones portables, avec des écrans petits et tactiles. Tous ces changements qui nous rappellent singulièrement les changements progressifs des premiers temps de l’imprimerie.

Nouveau support, nouvelle manière de lire (et d’écrire)

La notoriété d’Alde Manuce en tant qu’humaniste et en tant qu’éditeur lui a permis de généraliser les changements de format, d’écriture et de mise en page qui lui semblaient les plus aptes à aider l’étude des lettrés de son temps. Il a de fait étendu certaines habitudes à l’ensemble de l’industrie du livre, en exploitant les transformations techniques et technologiques de son temps.

Bien sûr, tout ne s’est pas fait en un jour. Il restait des personnes attachées au manuscrit, comme il reste toujours des personnes aujourd’hui attachées au livre «papier». Il ne s’agit pas d’effacer l’un au profit de l’autre, mais de lire les uns à la lumière des autres.

http://www.slate.fr/

Des cellules souches contre l’épilepsie


Les recherches continuent pour aider les gens qui souffrent d’épilepsie. Déjà qu’une crise de temps à autre est difficile à vivre, alors imaginez ceux qui une dizaine de crises d’épilepsie en commençant la journée ! Espérons que les recherches portent fruits pour que des enfants puissent grandir sans être soumis à des médicaments ou être victime de crises
Nuage

 

Des cellules souches contre l’épilepsie

MONTRÉAL – Grâce aux recherches effectuées sur les cellules souches, les neurologues du CHU Sainte-Justine espèrent un jour découvrir ce qui permettra de contrôler l’épilepsie.

Cette maladie touche plus de 70 000 Québécois, dont beaucoup d’enfants.

C’est le cas de Charlie, un bébé qui fait, chaque matin, une dizaine de crises d’épilepsie.

«Elle fait des crises qui durent environ 30 à 45 secondes, explique sa mère, Geneviève Gagnon. Ça peut paraître comme une grande absence, mais elle donne des coups de tête vers l’avant, avec les bras qui se soulèvent en même temps.»

Les crises de Charlie ont commencé alors qu’elle avait seulement deux mois. Son frère jumeau n’en a pourtant jamais faites. Elle est atteinte de la sclérose tubéreuse de Bourneville, qui touche certains de ses organes, dont le cerveau. Elle prend trois médicaments.

«Cortizone, cortico-stéroïde, qui la fait enfler beaucoup, beaucoup», dit le père de Charlie, Éric St-Pierre. C’est difficile, on a toujours espoir de trouver le bon médicament pour elle, de se lever le matin et qu’elle n’en fasse plus.»

UNE EX-ACADÉMICIENNE TOUCHÉE

Meggie Lagacé, qui a été découverte à Star Académie, a une autre passion que la musique: l’amour inconditionnel de son frère Charles, qui est atteint d’épilepsie depuis l’âge de trois mois. Elle se rappelle qu’il faisait au moins 20 crises par jour.

«Des fois, c’était des crises qui duraient vraiment longtemps. Des fois, c’était des absences aussi», explique Meggie.

«La première convulsion de Charles a duré 50 minutes, et ça a été très, très difficile à supporter», se souvient sa mère, Sylvie Lambert.

Grâce à l’imagerie médicale, le neurologue Lionel Carmant, de Sainte-Justine, a identifié ce qui provoque l’épilepsie de Charles, qui est aussi atteint d’une déficience intellectuelle. Il l’a opéré au cerveau à l’âge de trois ans et demi.

«C’est vraiment une lobectomie, une lésionectomie cérébrale, précise le Dr Carmant. Après l’opération, l’épilepsie est revenue, mais de l’autre côté du cerveau, malheureusement.»

30 médicaments par jour

À 23 ans, il prend 30 médicaments par jour. Ses crises sont réduites à deux par semaine. Son médecin conserve l’espoir d’améliorer sa qualité de vie grâce à la recherche.

«Les cellules souches pourraient être dérivées vers des cellules inhibitrices, donc qui diminuent l’excitabilité, l’activité du cerveau, et contrôler les foyers de pointe épileptique», dit-il.

Il doit continuellement organiser lui-même des activités pour financer les recherches. La fondation Charles-Guindon, elle, fait la même chose pour aider les familles désemparées et offrir des camps de vacances aux enfants.

http://fr.canoe.ca/

Cet élève a trouvé une solution contre les attaques de requins (même si son prof la trouvait nulle)


Voilà un étudiant qui croyait à son projet malgré la mauvaise note de son professeur. Aujourd’hui, tout le monde ou presque ont un smartphone donc plus facile de rejoindre les gens pour alerte en cas de danger
Nuage

 

Cet élève a trouvé une solution contre les attaques de requins (même si son prof la trouvait nulle)

 

SHARK AUSTRALIA

Ce requin de 5 mètres a été aperçu le 18 janvier par l’Australien Jarryd Maddern et mis en ligne sur la page FB Shark Alert South Australia. | Jarryd Maddern

Facebook et les enseignants ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde. L’Australien Anton Covino en a fait les frais. Son enseigant lui demandait de travailler sur un projet de prévention des attaques de requin. Il y répondit en créant une page Facebook pour recenser les alertes dans le sud de l’Australie en temps réel. Mais la page en question n’a pas été du goût du pédagogue, qui lui a attribué un maigre C+.

Depuis, Anton Covino a pris sa revanche puisque la page comptabilise plus de 58 000 likes.

« Elle est même devenue la plus connue d’Australie en matière de prévention des attaques de requin », raconte-t-il au HuffPost, lors d’un entretien téléphonique.

Le concept de cette page est simple: toute personne pouvant attester de la présence d’un requin près des côtes peut le notifier immédiatement sur la page « Shark Alert South Australia » et sur l’application « Dorsal App, qui envoie des alertes sur Smartphone dès que la présence d’un squale est signalée ». On peut accompagner l’alerte d’une photo ou d’une vidéo. Et surtout les coordonnées géographiques de l’endroit où le squale a été repéré. Les personnes qui ont aimé la page ou téléchargé l’application reçoivent les notifications en temps réel et peuvent ainsi éviter les endroits à risque.

A la création de cette page en mars 2014, Anton n’espérait pas dépasser les 1000 abonnés. Il s’est finalement fait repérer par Dorsal App. Mais Anton Covino cultive l’image d’utilité publique de son projet:

« j’y travaille bénévolement, je ne veux pas toucher d’argent sur la diminution des risques pour les nageurs et les surfeurs. »

L’Australie occupe la deuxième place sur le podium des régions les plus touchées par les attaques de requin. En 10 ans (de 2004 à 2014), elle a subi 123 attaques dont 15 mortelles. Le chiffre peut paraître dérisoire mais les coups de mâchoire sont spectaculaires et ils cristallisent toute l’attention. L’assaut en juillet 2015 du surfeur Mike Fanning en Afrique du Sud filmé en direct a beaucoup ému. A la suite de cela, l’Australie du Sud a mis en place un plan de prévention. Mais le respect de l’animal et de son environnement semblent primer. C’est d’ailleurs pour cela que l’application d’Anton Covino est plébiscitée: elle privilégie le respect des animaux et la prévention, et évite la chasse aux requins.

« L’idée est le partage du territoire », précise Anton.

Avec de tels mots, nul doute que son enseignant lui aurait attribué une meilleure note

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Zika transmis par voie sexuelle: quelles conséquences?


Le virus Zika fait couler beaucoup d’encres, et ceux qui ont été contaminer au Québec, revenaient d’un voyage dans les pays à risques. Cependant aux USA, on parle d’une transmission par voie sexuelle, faut-il s’en inquiéter ?
Nuage

 

Zika transmis par voie sexuelle: quelles conséquences?

 

Zika transmis par voie sexuelle: quelles conséquences?

Les scientifiques jugent la transmission intra-humaine «rare».Photo Noah Seelam / AFP

PARIS – Un cas de transmission par voie sexuelle du virus Zika, dont on pensait qu’il était essentiellement propagé par les moustiques, vient d’être rapporté au Texas. Quel peut être l’impact sur la propagation de l’épidémie? Quelles sont les mesures à prendre?

SI LA TRANSMISSION PAR VOIE SEXUELLE SE CONFIRME, PEUT-ELLE CONTRIBUER À L’EXTENSION DE ZIKA?

La communauté scientifique estime à l’unisson que l’impact devrait être marginal, le principal vecteur du virus restant le moustique. Elle juge la transmission intra-humaine «rare».

«Bien que cette annonce suggère que le virus peut se transmettre par voie sexuelle, cela ne change rien au fait que Zika se propage dans les Amériques, essentiellement par le biais de piqûres de moustiques», commente Jonathan Ball, professeur en virologie moléculaire à l’université britannique de Nottingham.

«Le mode de transmission de Zika est essentiellement, pour ne pas dire quasi exclusivement, via un moustique. Ce n’est pas à nos yeux un facteur de transmission important en terme de santé publique», confirme le professeur Jean-François Delfraissy, directeur de l’Institut immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie à l’institut français Inserm.

«Ce mode de transmission semble suffisamment rare pour avoir un faible impact sur la propagation de l’épidémie», note aussi Matthew Baylis, professeur à l’université britannique de Liverpool.

«Ce n’est pas le VIH», renchérit le virologue français Bruno Lima. «On a du mal à imaginer qu’un individu qui présenterait un risque de transmission sexuelle installe une épidémie de Zika dans un pays où il n’y a pas de moustique» porteur du virus.

Y-A-T-IL EU DES PRÉCÉDENTS DE TRANSMISSION PAR VOIE SEXUELLE?

«En 2008, un scientifique américain en voyage au Sénégal avait été infecté par Zika. Il aurait contaminé sa femme lors d’un rapport sexuel à son retour à la maison», explique le docteur Ed Wright, de l’université britannique de Westminster.

Un second cas a été rapporté en 2015 «avec une mise en évidence de Zika dans le sperme d’un patient de Polynésie où l’épidémie a sévi fin 2013/début 2014», ajoute le Pr Delfraissy.

QUELLES MESURES FAUT-IL PRENDRE?

«En dehors de la femme enceinte, Zika n’est pas grave», observe le Pr Delfraissy. «Le coeur de notre action est la femme enceinte. Il faut à tout prix la protéger par toutes les mesures de précaution et de prévention possibles», dit-il.

Car Zika est fortement soupçonné de causer des microcéphalies chez les foetus, de graves malformations crâniennes.

Comme ses confrères, M. Delfraissy souligne qu’il faut recommander l’utilisation du préservatif lors de rapports sexuels chez les femmes enceintes dans les pays touchés.

«Il faut s’assurer que tous les hommes des pays touchés (par l’épidémie) et les voyageurs de sexe masculins revenant de ces mêmes pays utilisent des préservatifs, en particulier, s’ils présentent des maux susceptibles d’être associés à Zika tels que fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, arthrite, éruption cutanée ou conjonctivite», renchérit Nathalie MacDermott de l’Imperial College London.

CELA POSE-T-IL DE NOUVELLES QUESTIONS À LA COMMUNAUTÉ SCIENTIFIQUE?

«Dans la mesure où d’autres cas de transmission par voie sexuelle ont été établis il y a quelques années, ce nouveau cas souligne la nécessité de recherches sur la présence de Zika dans le sperme et la durée de cette présence après l’infection», commente le docteur MacDermott.

«Si nous considérons que nous avons potentiellement plus d’un million de cas de Zika causés par une transmission via les moustiques contre quelques cas de transmission sexuelle, les risques supplémentaires semblent faibles. Mais c’est précisément cette question que les chercheurs doivent trancher», ajoute le Dr Wright.

«Quel est le degré du risque de transmission par voie sexuelle? La majorité des cas des infections étant asymptomatiques, y a-t-il un risque de transmission par des personnes n’ayant pas de symptôme? Toutes ces questions soulignent notre ignorance du virus et le besoin urgent d’une réponse et d’une recherche coordonnée», estime Peter Horby, de l’université britannique d’Oxford.

http://fr.canoe.ca/

Quand les chats ont l’idée diabolique de s’en prendre à votre ordinateur


Personnellement, je n’ai jamais eu ce problème avec Fripouille, mais je sais que certains chats aiment bien venir mettre la patte sur le clavier d’un ordinateur. Heureusement, il y a une solution toute simple pour éviter les problèmes techniques causés par la boule de poils
Nuage

 

Quand les chats ont l’idée diabolique de s’en prendre à votre ordinateur

 

Cat / Iker Cortabarria via Flickr CC License By

Cat / Iker Cortabarria via Flickr CC License By

Repéré par Liv Audigane

 

Malgré leur célébrité en ligne, les chats ne font pas encore très bon ménage avec la technologie. Les demandes relatives à des problèmes d’origine féline se multiplient sur les forums techniques.

Sites qui ne se chargent plus, écran dont l’affichage a été modifié en mode portrait, clavier qui ne répond plus… Les bêtises des chats sont sans limites d’ordinaire, mais la technologie décuple leur inventivité machiavélique.

La scène est classique: l’humain s’installe à son bureau pour travailler, ouvre son ordinateur et… son chat décide que le moment est parfait pour faire une sieste sur le clavier. Pire encore, si son maître décide de taper du texte, ses doigts se transforment alors en des proies hypnotisantes qu’il faut absolument attraper.

Si cela peut amuser au début, les problèmes causés par des chats maltraitant le matériel informatique se multiplient sur les forums d’aide en ligne. Comme le relève The Daily Dot, une personne a désormais un ordinateur qui lui parle, une autre dispose d’un encart publicitaire acheté par son chat. Sur Quora, certains se demandent «comment inciter [leur] chat à ne pas s’asseoir sur [leur] ordinateur» quand ils travaillent, «sans le vexer».

The cat stepped on my keyboard for one second while I was working, and now Photoshop won’t work. Evil creatures, cats.

— Philip Rice (@Spearhafoc_) 23 Septembre 2011

(Il aura fallu une seconde à mon chat pour marcher sur mon clavier quand je travaillais, et maintenant Photoshop ne marche plus. Créatures diaboliques, ces chats.)

Des logiciels et applis adaptés

Si votre chat s’acharne à prendre votre clavier pour une bouillotte ou un terrain de jeu, il existe toutefois un logiciel, Pawsense. Celui-ci détecte quand ce n’est pas vous qui êtes en train d’écraser joyeusement les touches du clavier, mais votre chat. L’ordinateur se verrouille alors et ne peut être rallumé qu’en tapant «human» ou en cliquant sur «Laissez-moi utiliser l’ordinateur». Le logiciel déclenche aussi des sons aigus qui agacent le chat et le font fuir.

Au cas où, comme l’utilisateur de Quora cité plus haut, vous souhaitez avancer dans votre travail sans «vexer» votre félin, vous pouvez également télécharger une application spécialement conçue pour lui et le laisser jouer avec votre tablette. Avant qu’il ne trouve une solution pour la bloquer, elle aussi.

http://www.slate.fr/