Pourquoi les ballerines ne sont pas les amies du pied


Si vous aimez des ballerines comme souliers de marche, magasiner et tout, vos pieds ne sont pas assez soutenus
Nuage

 

Pourquoi les ballerines ne sont pas les amies du pied

 

Généralement dotées de fines semelles de mauvaise qualité, les ballerines n’amortissent pas les chocs lors de la marche. ©PATRICK BERNARD / AFP

Généralement dotées de fines semelles de mauvaise qualité, les ballerines n’amortissent pas les chocs lors de la marche. ©PATRICK BERNARD / AFP

Trop fines, trop plates, les ballerines ont tendance à empêcher le bon déroulement du pas et accroître les douleurs dorsales.

BALLERINE. Beaucoup trop plates (comme les tongs), ces chaussures ne sont pas conçues pour marcher. Généralement dotées de fines semelles de mauvaise qualité, en élastomère plutôt qu’en cuir, elles n’amortissent pas les chocs. De forme très ouverte, elles empêchent le bon déroulement du pas et particulièrement sa dernière phase, la propulsion métatarso-phalangienne. Au cours de ce dernier appui sur l’articulation à la base des orteils, qui permet de faire décoller le pied du sol, pour éviter de perdre sa ballerine en route, celui-ci doit contracter les muscles de tous les orteils pour la retenir (spécifiquement ceux du gros et du second orteil pour une tong).

Les douleurs dorsales sont fréquentes

À chaque pas, les chocs au niveau des talons sont mal amortis, ils se répercutent aux articulations du genou, du bassin et dans les lombaires. Après une journée de marche en ballerines, les douleurs dorsales sont donc fréquentes. Constamment contractés au cours de la marche, les orteils peuvent se déformer en griffe et une inflammation peut apparaître au niveau du talon

« Il n’est pas rare de voir arriver des gens qui souffrent de ce type de douleurs au retour des vacances. Ils incriminent les chaussures fermées qu’ils ont dû remettre à la rentrée. En réalité, c’est parce qu’ils ont passé l’été à marcher en tongs », affirme le podologue Djamel Bouhabib, qui souligne en outre le caractère peu hygiénique, en ville, de ces chaussures ouvertes et près du sol.

Inflammation de l’aponévrose plantaire 

Cette membrane fibreuse relativement rigide assure la tenue de la voûte du pied et restitue l’énergie emmagasinée au cours du pas comme un ressort. La douleur apparaît généralement dans le talon. Le traitement consiste donc essentiellement à décharger l’appui sur la zone enflammée et à amortir la contrainte mécanique du talon sur le sol grâce à une semelle.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s