Des moustiquaires pour opérer… les hernies


Il est vraiment malheureux que des gens ne peuvent se faire opérer à cause des frais de la chirurgie. Voilà qu’une solution de rechange à moindre coût peut permettre de baisser les coûts, par un simple moustiquaire
Nuage

 

Des moustiquaires pour opérer… les hernies

 

Des moustiquaires pour opérer... les hernies

L’avantage de la moustiquaire stérile: le coût.Photo Fotolia

Des carrés de moustiquaire peuvent être utilisés en remplacement des compresses chirurgicales dans les opérations des hernies inguinales, sans aucune différence pour le patient, et à coût bien plus faible, a indiqué jeudi l’Institut Karolinska de Stockholm, en Suède.

L’hernie inguinale, qui touche majoritairement les hommes, est une tuméfaction de l’aine provoquée par un déplacement des viscères.

Sans intervention chirurgicale, elle peut entraîner des complications graves. Elle est responsable de quelque 40 000 décès par an, principalement dans les pays en voie de développement.

L’opération, extrêmement répandue (20 millions dans le monde chaque année), consiste à remettre les viscères à leur place et à poser une compresse pour éviter toute récidive.

Une thèse de doctorat, réalisée avec des chercheurs suédois et ougandais, a révélé qu’il n’y avait aucune différence entre les patients qui avaient été soignés avec une compresse et ceux qui avaient été soignés avec un carré de moustiquaire stérile. À un détail près: le coût.

Les compresses chirurgicales reviennent à plus de 100 dollars pièce, tandis qu’un carré de moustiquaire coûte à peine un dollar, a souligné l’auteur de la thèse, Jenny Löfgren, à la télévision publique suédoise SVT.

«Ces résultats peuvent bénéficier à des millions de personnes qui n’ont pas accès à des soins chirurgicaux corrects pour traiter leurs hernies», a souligné son directeur de thèse, Andreas Wladis, cité dans un communiqué.

Chaque année, près de 200 millions de personnes souffrant d’hernie inguinale ne sont pas opérées pour des raisons économiques.

L’étude, publiée dans le New England Journal of Medicine, a été réalisée sur 300 patients masculins ougandais qui ont été suivis pendant un an.

http://fr.canoe.ca/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s