Vivre


Tant que nous vivons, nous devons nous sentir vivants et continuer d’avoir des buts si petits soient-ils. Nous avons cette responsabilité d’embellir les journées mêmes si ce n’est que pour un instant
Nuage

 

Vivre

 

Le temps qui nous reste à vivre est plus important que toutes les années écoulées

Albert Camus

L’ours blanc, un grand prédateur


Sur une banquise Arctique, l’ours blanc affamé prend une pause jusqu’au moment qu’il semble sentir quelque chose. En prédateur, il avance lentement vers sa proie : un phoque qui se prélasse lui aussi sur une banquise. Cruel ? Oui, mais c’est une question de survie et c’est dans leur nature
Nuage

 

L’ours blanc, un grand prédateur

Le Saviez-Vous ►Pourquoi change-t-on de corps tous les quinze ans ?


Le corps change autant à l’extérieur qu’à l’intérieur, que ce soit les cheveux, la peau, mais aussi les cellules, les neurones …
Nuage

 

Pourquoi change-t-on de corps tous les quinze ans ?

La chronique de Jean-Luc Nothias

Cela ne se fait pas en un jour. Mais notre corps est en état de renouvèlement permanent de notre naissance à notre mort. Il est en quelque sorte constamment remis à neuf. Pratiquement tous nos organes, tous nos tissus, toutes nos cellules vont être complètement renouvelées plusieurs fois, à une fréquence plus ou moins élevée en fonction des cellules. Ce qui fait qu’au bout du compte, l’immense majorité de nos cellules et de nos organes sont plus jeunes que nous. Seules exceptions à cette règle, les neurones et les cellules cardiaques où le renouvèlement est très lent ou quasi inexistant.

Notre corps compte quelque 100 000 milliards de cellules. Si on les mettait toutes bout à bout, on aurait un joli ruban de quelque 15 000 km de longueur. Il y a environ 250 types cellulaires différents, cellules du sang ou de la peau, cellules musculaires ou cardiaques, neurones et fibroblastes, etc. Vingt milliards de ces cellules meurent chaque jour. Elles sont bien évidemment remplacées. Près de 20 millions de cellules se divisent en deux cellules filles chaque seconde. Le terme «diviser» est d’ailleurs assez mal choisi puisqu’en biologie, «diviser» veut en fait dire «multiplier». Quand on dit qu’une cellule se divise, ce n’est pas une réduction puisqu’en fait, elle double. Une donne deux.

Crédit photo : Julie Lafaurie-Janvore / Institut Curie

Crédit photo : Julie Lafaurie-Janvore / Institut Curie

Cette «division» cellulaire est la première façon de créer de nouvelles cellules identiques au modèle de départ. C’est le cas par exemple des cellules du foie. Le second type de renouvèlement cellulaire passe par des cellules souches indifférenciées, c’est-à-dire non spécialisées dans une tâche ou une autre. Le processus de renouvèlement s’accompagnera donc en plus, dans ce cas, d’un stade de différenciation. La cellule va se spécialiser dans un but bien précis. C’est le cas par exemple des cellules sanguines. Ces processus sont aussi à l’œuvre pour la croissance de l’organisme.

Les cellules ont des durées de vie variables. Une cellule de peau a ainsi une durée de vie de 3 à 4 semaines avant d’être renouvelée. Un globule rouge vit lui quelque 120 jours. Une cellule de la rétine ne dépasse pas la dizaine de jours. Une cellule de foie ou de poumon vit de 400 à 500 jours tandis que les cellules tapissant la surface de l’intestin ne «tiennent» que 5 jours.

On a bien l’âge de ses neurones

Une équipe de chercheurs suédois a eu l’ingénieuse idée de «détourner» une technique de datation utilisée en archéologie et en paléontologie, celle du carbone 14, pour connaître la durée de vie de certains tissus. Il s’agit de mesurer la quantité de carbone 14 présent dans l’ADN des cellules, ADN qui s’est formé au moment de la naissance de la cellule, et qui n’échange plus de carbone avec l’extérieur par la suite.

Ils ont ainsi pu montrer que la plupart des cellules d’un corps humain ont moins de 10 ans. Les plus «vieilles», dans la catégorie de celles qui se renouvèlent, sont les cellules des parois de l’intestin et celles des muscles des côtes qui atteignent 15 ans. Ce sont donc celles qui se renouvèlent le plus lentement. Ces études ont également confirmé que les neurones ont bien l’âge de celui qui les possède. Ou que l’on a bien l’âge de ses neurones.

Une autre équipe, également suédoise, a récemment montré que l’obésité et le fait d’avoir du mal à conserver son poids après un régime amaigrissant étaient dus au renouvèlement cellulaire. Car le nombre total d’adipocytes, les cellules graisseuses, reste constant dans le corps. Un régime ne fait qu’amaigrir les adipocytes présents. Ceux qui seront renouvelés s’empresseront de retrouver leur ligne. Aux dépens de la ligne du corps auquel ils appartiennent.

Le fait qu’il y ait renouvèlement cellulaire, n’empêche pas les processus du vieillissement. Ceux-ci restent très mystérieux et font l’objet de nombreuses théories et spéculations. On pense généralement que les cellules sont «programmées» pour ne pouvoir se diviser qu’un certain nombre de fois. Elles auraient donc une espèce de compteur interne enregistrant le nombre de copies effectuées et celles restant possibles. Certains ont avancé que ce compteur se situait sur les chromosomes, plus précisément à leurs extrémités.

Ces petits manchons de protection sont appelés les télomères et jouent un rôle clé lors de la division cellulaire pour assurer la multiplication à l’identique du patrimoine génétique. Leur longueur diminuerait au fur et à mesure des divisions cellulaires et conduirait à leur arrêt. Deux sortes de cellules présentent des télomères toujours «longs», les cellules germinales de la reproduction, et les cellules cancéreuses qui prolifèrent sans limite. En ayant perdu toute forme de discipline. Mais les recherches sur les télomères n’ont pas débouché sur de grandes découvertes. Peut-être pas encore. Mais quand on voit la complexité extrême de toutes ces machineries biologiques, on ne peut pas en vouloir aux chercheurs.

http://www.lefigaro.fr/

Hypertension : la générosité, c’est bon pour la santé !


Une belle façon de baisser sa tension artérielle est d’être généreuse, d’offrir des cadeaux aux proches. Même si une personne magasine toute une journée dans le but de faire plaisir a quelqu’un cela équivaut une méditation pleine conscience … Bref, la bonté, la générosité ne fait pas de mal au contraire, elle est un atout pour la santé
Nuage

 

Hypertension : la générosité, c’est bon pour la santé !

 

Hypertension : la générosité, c'est bon pour la santé !

© Thinkstock

par Apolline Henry

Faire des cadeaux à nos proches, c’est bon pour notre santé ! Une étude canadienne vient de montrer que cela faisait baisser la pression artérielle. Une bonne résolution santé pour 2016 ?

C’est incroyable, et pourtant : si l’on en croit une étude de la University of British Columbia (Canada), les personnes généreuses souffriraient moins d’hypertension artérielle que les autres. La générosité serait-elle « le » traitement-miracle de demain ?

L’étude – publiée dans la revue spécialisée Health Psychology – a été menée sur 128 volontaires américains (des hommes et des femmes âgés de 65 à 85 ans) auxquels les chercheurs ont confié une enveloppe de 40 $ (soit environ 37 €). Ces personnes ont ensuite été réparties dans deux groupes : les participants du groupe 1 devaient dépenser leur argent pour eux-mêmes, tandis que les participants du groupe 2 devaient l’utiliser pour faire des cadeaux à leurs proches.

Des effets comparables à la méditation de pleine conscience

Les chercheurs ont mesuré la pression sanguine des volontaires avant puis après l’expérience (qui a duré une journée entière).

Résultat ? Les volontaires du groupe « cadeaux » avaient une pression sanguine légèrement inférieure à la fin de leur journée shopping – et ceux qui souffraient d’hypertension au début de l’expérience montraient une évolution tout à fait positive de leur état de santé. A ce titre, leur générosité avait eu le même impact qu’une séance de sport ou de méditation de pleine conscience. A l’inverse, les volontaires du groupe 1 avaient une pression sanguine inchangée à la fin de la journée : leur comportement n’avait eu aucune conséquence sur leur santé.

« Des études antérieures avaient déjà montré que la générosité financière avait un impact positif sur la santé mentale des individus, analysent les chercheurs canadiens. Désormais, nous savons que le fait de faire des cadeaux à autrui a également un effet positif sur la santé physique, notamment sur le plan cardiovasculaire. »

En ce début d’année 2016, et si on prenait la bonne résolution d’être plus généreux avec nos proches pour préserver notre santé ?

http://www.topsante.com/

Morte tragiquement après avoir avalé une pile


C’est petit, métallique et permet de faire fonctionner certaines choses comme les montres. Le problème quand ces piles sont accessibles les enfants peuvent les avaler.
Nuage

Morte tragiquement après avoir avalé une pile

La mignonne Brianna Florer a connu une triste fin deux jours après Noël. La bambine de 2 ans de l’Oklahoma qui n’allait pas bien depuis peu avait avalé une petite pile qui a provoqué sa mort.

Les parents de l’enfant ont appelé une ambulance quand ils ont constaté que leur fille qui était fiévreuse vomissait du sang et qu’elle bleuissait, rapporte le Daily Mail.

La petite a été opérée d’urgence dans un centre hospitalier de Tulsa, mais elle n’a pu être sauvée.

Le grand-père de Brianna a expliqué que les spécialistes pensent que la pile ronde ingérée par l’enfant serait demeurée coincée dans son estomac et que la substance alcaline a grugé la paroi stomacale pour se loger dans la carotide.

Une autopsie, qui pourrait prendre des mois, fera la lumière sur la cause de la mort de l’enfant.

De 2005 à 2014, 11 940 cas d’enfants américains ayant avalé des piles ont été compilés par le National Capitol Poison Center, informe le Daily Mail. Seuls 15 en sont morts, car généralement la pile ne bloque pas dans l’organisme et est élimée dans les selles.

Une page GoFundMe a été ouverte afin d’amasser de l’argent dans le but de payer les funérailles de la petite Américaine.

http://www.tvanouvelles.ca/

Les Texans peuvent désormais se balader en montrant leur arme


Je ne sais pas si d’autres états aux USA, les gens peuvent aussi exhiber leurs armes, mais je trouve cela désolant. A moins d’un avis contraire, au Texas, montrer son arme à l’école, dans les églises, dans un commerce serait accepté. Dans la rue, aucun problème ! Les Texans vont pouvoir se vautrer avec une arme à la ceinture. Si tous les jours 90 personnes meurent à cause d’une arme à feu aux États-Unis, les chiffres n’iront-ils pas en augmentation ?
Nuage

 

Les Texans peuvent désormais se balader en montrant leur arme

 

Open Carry Advocates - Virginie, 2014 | Eli Christman via Flickr CC License by

Open Carry Advocates – Virginie, 2014 | Eli Christman via Flickr CC License by

Repéré par Grégor Brandy

Les Texans n’avaient pas le droit de montrer qu’ils portaient une arme en public depuis 1871.

C’est une petite révolution qui a eu lieu ce 1er janvier au Texas, dans le sud des États-Unis. Pour la première fois depuis 1871, les Texans ont le droit de porter visiblement une arme, raconte le New York Times. Alors forcément, certains ont profité du passage à 2016 pour fêter ce changement:

«Epi Camacho, 34 ans, était tellement enthousiaste à l’idée de pouvoir tirer avantage de cette loi qu’il est arrivé au Capitol vers 22h30, le 31 décembre, et a ensuite symboliquement dévoilé son pistolet —un Glock 23— aux douze coups de minuit. « Il était temps », a-t-il indiqué plus tard

Le lendemain, ils étaient une centaine à Austin, la capitale de l’État, à se réunir pour célébrer ensemble le fait de pouvoir montrer qu’ils portent une arme.

«Des manifestations similaires ont eu lieu dans plus autres villes texanes.»

Car, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, c’était loin d’être le cas jusque-là, raconte le Guardian:

«Malgré sa réputation de centre de la culture cowboy, les lois du Texas sur les armes étaient assez modérées, comparé aux autres états. Jusqu’à aujourd’hui. Depuis vendredi, l’État de l’étoile solitaire (Lone Star State) est le plus peuplé du pays —et Houston et Dallas les deux plus grosses villes— à autoriser le port d’armes visibles.»

Au total ce sont 925.000 personnes (sur les presque 27 millions que compte le Texas) qui seront affectées directement par ce changement, explique le quotidien new-yorkais.

Sur son site, RFI précise ainsi que «tout détenteur d’un permis peut aller faire ses courses ou se rendre au bureau en arborant un pistolet à la ceinture. Tout établissement, église, école, commerce, qui n’est pas d’accord devra le préciser. Un site internet très détaillé explique les modalités de cette loi.»

Le New York Times détaille que si pour les partisans de cette nouvelle loi, «cela va aider à dissuader les potentiels criminels, les opposants affirment qu’il n’y a aucune preuve démontrant que les états ayant adopté une législation similaires sont plus sûrs».

Le Guardian souligne par ailleurs qu’un sondage publié l’année dernière indiquait que 75% des chefs de police texans «étaient contre ce concept».

Pas sûr que l’application de cette nouvelle loi plaise non plus au président américain.

«Barack Obama s’est fixé vendredi 1er janvier comme première résolution pour 2016 la lutte contre « l’épidémie » des violences par armes à feu aux Etats-Unis, malgré le blocage quasi-rédhibitoire du Congrès sur la question», raconte l’AFP.

En moyenne, 90 personnes meurent chaque jour par balle, aux États-Unis.

http://www.slate.fr/

Du miel contre la toux


Un remède de grand-mère connu pas bien des gens, pourtant, n’est pas le premier réflexe en cas de toux, Peut-être à cause de sa simplicité ? Le miel aide à soulager la toux, mais attention, pas de miel pour les enfants en bas 1 an
Nuage

 

Du miel contre la toux

 

Du miel contre la toux

 

Vous toussez ? Vos quintes de touxperturbent votre sommeil ?

Avant de fouiller dans votre pharmacie à la recherche d’un reste de sirop antitussif, essayez une cuillère demiel.

Certes, n’en attendez pas un effet immédiat et radical, mais le miel a des propriétés intéressantes et peut vous aider à soulager une toux.

Miel ou sirop contre la toux ?

De nombreux produits contre la toux et les infections des voies respiratoires sont proposés en vente libre en pharmacie.

Par ailleurs, nous avons tous tendance à conserver, au cas où, des sirops contre la toux sèche prescrits lors d’un rhume précédent.

Mais leur efficacité est régulièrement contestée.

Une alternative est d’utiliser les propriétés naturelles du miel.

Les propriétés du miel soulagent la toux

Les effets du miel ont été comparés chez une centaine d’enfants âgés de 2 à 18 ans qui présentaient une toux et une rhinorrhée (nez qui coule) depuis moins de 7 jours. Juste avant le coucher, les enfants recevaient une cuillère de miel, un sirop antitussif ou rien du tout. La fréquence de la toux, son intensité et la gêne occasionnée durant la nuit ont été comparées par rapport à la nuit précédente. Ces paramètres étaient améliorés chez tous les enfants, mais l’amélioration était supérieure chez les enfants ayant reçu la cuillerée de miel.

Depuis, d’autres études ont confirmé l’efficacité du miel contre la toux.

L’efficacité accrue de ce remède de grand-mère s’explique par les propriétés de cet aliment :

  • Tout d’abord, l’ingestion de miel entraîne une hypersécrétion de salive et de mucus qui adoucit la gorge.
  • Par ailleurs, la forte teneur en sucre augmente la production d’opioïdes endogènes.
  • Et enfin, le miel est également antioxydant et antimicrobien.

Attention, l’amélioration reste modeste et en cas de toux sévère ou prolongée, il est recommandé de consulter le médecin ou de demander conseil au pharmacien.

Morale de cette histoire, en cas d’infection légère, mieux vaut commencer par donner une cuillerée de miel aux enfants de plus d’un an (et aux adultes) au lieu d’aller fouiller dans sa boîte à pharmacie à la recherche d’un reste de sirop antitussif.

Mis à jour par Isabelle Eustache
Créé initialement par Dr Philippe Presles

Sources : Paul I.M et coll., Arch. Pediatr. Adolesc. Med., 161 : 1140-6, 2007. Goldman R.D. et la., Paediatr Child Health, 2011 Nov;16(9):564-9. Oduwole O. et al., Cochrane Database Syst Rev., 2012 Mar 14;3:CD007094. doi: 10.1002/14651858.CD007094.pub3.

http://www.e-sante.fr/